Accueil » Budget de l’Etat: ça sent l’augmentation d’impôt

Budget de l’Etat: ça sent l’augmentation d’impôt

Cet article a été lu 3763 fois

Le ministère des Finances a publié la situation mensuelle du budget de l’Etat au 30 avril 2013. Le moins que l’on puisse est que les chiffres ne sentent pas bon pour le contribuable. Alors que la France s’est engagée à réduire son déficit en 2013 (même mollement), tout montre que, loin d’être sous contrôle, ledit déficit est en plein dérapage: 66,7 milliards au 30 avril, contre un peu moins de 60 milliards l’an dernier à la même date. Soit une dégradation de 10% en un an. Cela valait bien la peine d’agonir d’injures la gestion de l’équipe précédente. Si l’on reconnaît un arbre à ses fruits, celui qui a poussé en France depuis mai 2012 semble porter une belle récolte de poires…

La triste réalité des chiffres est la suivante:

Situation mensuelle du budget de l'Etat au 30 avril 2013 - Source: ministère des Finances
Situation mensuelle du budget de l’Etat au 30 avril 2013 – Source: ministère des Finances

En 2011, le seul budget de l’Etat comptait un déficit de moins de 40 milliards d’euros à la même date, contre 10 milliards de plus aujourd’hui. Cette dégradation s’explique par un relèvement des dépenses de plus de 12 milliards d’euros. Soit une hausse des dépenses de l’Etat de 10% en 2 ans – une moyenne annuelle de 5% donc. Comment un tel dérapage est-il possible quand la croissance stagne et l’inflation est au ralenti?

Pour une raison simple, plus personne ne contrôle les dépenses de l’Etat, et plus personne ne parvient à le diriger. L’Etat est un bateau ivre qui part à la dérive.

En examinant la structure de la dépense, on mesure le malheur des Français:

Structure des dépenses publiques en avril 2013
Structure des dépenses publiques en avril 2013 – Source: ministère des Finances

En l’espace d’un an, les dépenses de fonctionnement ont augmenté de 28%. Une prouesse que le ministère des Finances explique par des opérations comptables comme un versement à la BEI. En réalité, hors engagements internationaux de la France, les dépenses atteindraient seulement 135,6 milliards d’euros. Soit 2 milliards de plus qu’en 2012: chiffre qui correspond tout de même à une dérive sèche de 0,1% PIB, là où l’Etat s’était engagé à inverser la tendance…

Les impôts vont augmenter, c’est une chose certaine… Voici la structure des recettes de l’Etat:

Recettes mensuelles de l'Etat au 30 avril 2013
Recettes mensuelles de l’Etat au 30 avril 2013 – Source: ministère des Finances

A périmètre constant, tous les impôts voient leur produit se dégrader dans des proportions inquiétantes, sauf l’impôt sur le revenu. L’annonce d’une baisse du quotient familial avait d’ores et déjà acté une augmentation des sommes payées par les particuliers. La situation générale montre que l’Etat ira plus loin et relèvera encore le seul impôt qui continue à rendre. Jusqu’à Dieu ne plaise.

Les contribuables ne manqueront donc pas de profiter de l’été qui vient… avant d’acquitter leur impôt en septembre.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *