Accueil » Archives pour octobre 2013

Mois : octobre 2013

La reprise économique? pas avant 2014

Un pessimisme prudent semble s’être emparé des analystes financiers. La reprise n’est pas pour tout de suite. Et probablement pas avant 2014.

Cette synthèse est réalisée à partir des analyses fournies par le Crédit Agricole et la BNP.

Alors que l’optimisme économique avait repris des couleurs cet été, l’automne et ses mornes pluies semblent déprimer les acteurs de la place.

Certains se plaisent à rappeler les quelques bonnes nouvelles qui ont émaillé l’actualité: entre l’accélération de la croissance britannique et l’éclaircie en Espagne (une croissance de 0,1% par rapport au même trimestre il y a un an), on peut, si l’on veut, se convaincre que tout va mieux et que le bonheur prospère n’est plus très loin. Après tout, ça marche aussi comme ça, l’anticipation rationnelle des acteurs.

Les analystes sont toutefois rendus circonspects, voire pire, par des signaux négatifs qui entament en profondeur la confiance qui avait pu renaître.

Au centre de leurs préoccupations, il y a évidemment les Etats-Unis. Les statistiques de l’emploi en septembre, tombées tardivement à cause du « shutdown », ont déçu. Avec 148.000 créations en un mois, les Etats-Unis sont sur une tendance basse qui montre que la reprise de la croissance n’est pas pour aujourd’hui – plus personne ne sait si elle est vraiment pour demain! La création d’emplois décélère dans les secteurs habituellement porteurs. Les services n’en ont créé que 100.000, alors qu’ils étaient presque au double durant les cinq premiers mois de l’année.

Face à ce contexte morose, les financiers considèrent donc que la Réserve Fédérale devrait continuer sa politique de Quantitative Easing en 2014, avec un mot d’ordre simple: la croissance a besoin d’être soutenue comme une braise qui tarde à enflammer les brindilles.

La situation en Europe n’est pas plus encourageante, malgré les indicateurs positifs relevés plus haut. L’indice Markit PMI d’octobre s’est retourné à la baisse, ce qui annonce au minimum un report de la reprise.

Markit PMI 2013

Ces contretemps se traduisent également par une petite poussée de frilosité en Allemagne. L’indice IFO du climat des affaires y a reculé en octobre. Il s’agit du premier retournement depuis 6 mois. Si la BNP minimise la portée de l’événement, rien ne permet aujourd’hui de lui donner une tonalité rassurante.

Sur ce point, les experts s’emploient à chasser la peur. Le Crédit Agricole maintient sa prévision de croissance à 0,1% au 3è trimestre pour la zone euro. Toutefois, les indicateurs qu’il produit sont très mitigés. Une seule conviction en ressort nettement: la croissance possible n’est toujours pas porteuse d’emploi, et les employeurs se montrent très prudents sur la question du recrutement.

Plus profondément, la zone euro risque d’être affectée par la revue des banques dont la BCE a dévoilé les grandes lignes. L’objectif de cet exercice grandeur nature qui doit se dérouler en 2014 est de vérifier la solidité des banques en cas de retournement économique. Les opérations seront menées par la nouvelle autorité de supervision bancaire, qui doit prouver son utilité. Beaucoup de banquiers craignent de sa part une forme d’excès de zèle, pour éviter les tests pipeautés réalisés en 2011 par l’Autorité Bancaire Européenne (EBA), qui n’avaient pu prévenir ni la crise irlandaise ni la faillite de Dexia.

Dans ces tests, l’autorité européenne doit passer en revue la qualité des actifs qui figurent dans les bilans bancaires. Ce petit moment de vérité risque de mettre tout le monde en situation d’énervement, de crispation, d’agacement, voire pire. Si les stress tests devaient déboucher sur des constats de carence, les banques concernées devraient se recapitaliser. Une opération délicate qui intervient dans un contexte de crise bancaire larvée dans l’Union Européenne.

La BCE surveille en effet comme le lait sur le feu la liquidité des banques européennes et du marché bancaire. Malgré une politique monétaire accommodante et des taux d’intérêt proches de 0, la situation reste tendue. 2014 apparaît donc comme une année difficile à passer pour nos banquiers.

Dans cet univers de risques et d’incertitudes, les perspectives pour la France ne sont guère encourageantes. En particulier, le Crédit Agricole pointe la baisse de la production industrielle au 3è trimestre et la décevante consommation des ménages. Au vu de ces éléments, celui-ci anticipe une croissance nulle au troisième trimestre, après avoir porté une prévision de 0,2%.

La liberté d’entreprendre? le député PS Germain n’aime pas ça…

Lors de la discussion du PLFSS 2014, le député Jean-Marc Germain, compagnon d’Anne Hidalgo, a jeté les masques: il n’aime pas la liberté d’entreprendre.

Voici la déclaration qu’il a commise:

Vous défendez la liberté d’entreprendre, le chacun pour soi. Nous, nous défendons la mutualisation.

Cette déclaration visait les « clauses de désignation » en matière de complémentaire santé. L’opposition défend le principe de contrats d’entreprise, alors que la majorité promeut les contrats de branche.

On rappellera l’habile campagne de communication menée par Jean-Marc Germain et Anne Hidalgo:

La mutualisation contre la liberté d'entreprendre
Source: Paris-Match

La photo est prise au domicile des mutualisateurs, hostiles au chacun pour soi des entrepreneurs.

Le classement du chômage région par région

L’INSEE publie le taux de chômage par régions depuis 2003. L’occasion de montrer les très grandes disparités territoriales en France, avec des zones de plein emploi et des zones en crise.

Voici un traitement en ordre croissant du taux de chômage en 2012:

 

Houdan 4,8 Plein emploi ou quasi plein emploi
Vitré 5,5
Les Herbiers 5,7
Rambouillet 5,8
Wissembourg 5,8
Rodez 5,9
Lozère 5,9
Mont Blanc 6,1 Sous la moyenne nationale
Plaisir 6,2
Saclay 6,2
Tulle 6,2
Morteau 6,3
Mauriac 6,3
Molsheim-Obernai 6,4
Ancenis 6,4
Mayenne 6,5
Avranches 6,6
Lons-le-Saunier 6,6
Saint-Flour 6,6
Saint-Louis 6,7
Laval 6,7
Pontarlier 6,8
Loudéac 6,8
Annecy 6,8
Haguenau 6,9
Villefranche-sur-Saône 7
Cholet 7,1
Bressuire 7,1
Bourg-en-Bresse 7,1
Étampes 7,2
Aurillac 7,2
Segré 7,3
Mâcon 7,4
Saverne 7,4
Fougères 7,4
Maurienne 7,4
Saint-Lô 7,5
Genevois Français 7,5
Marne-la-Vallée 7,6
Coulommiers 7,6
Créteil 7,6
Beaune 7,6
Louhans 7,6
Pontivy 7,6
Épernay 7,7
Niort 7,7
Ambérieu-en-Bugey 7,7
Le Blanc 7,8
Sarrebourg 7,8
Sélestat 7,8
Rennes 7,8
Figeac 7,8
Corte 7,8
Melun 7,9
Oloron-Sainte-Marie 7,9
Auch 7,9
Chambéry 7,9
Le Puy-en-Velay 7,9
Chaumont-Langres 8
Saint-Claude 8
Nantes 8
La Ferté-Bernard 8
Poitiers 8
Villefranche-de-Rouergue 8
Grenoble 8
Ambert 8
Mont-de-Marsan 8,1
Chinon 8,1
La Roche-sur-Yon 8,1
Ploermel 8,1
Tarentaise 8,1
Nemours 8,2
Colmar 8,2
Parthenay 8,2
Ussel 8,2
Briançon 8,2
Besançon 8,3
Pau 8,3
Vendôme 8,4
Dijon 8,4
Montbard 8,4
Flandre-Lys 8,4
Chablais 8,4
Chartres 8,5
Blois 8,5
Orléans 8,5
Saint-Brieuc 8,5
Paris 8,6
Évry 8,6
Charolais 8,6
Avallon 8,6
Châteaubriant 8,6
Sablé-sur-Sarthe 8,6
Thouars-Loudun 8,6
Menton Vallée de la Roya 8,6
Brive-la-Gaillarde 8,7
Poissy 8,7
Cergy 8,7
Vire 8,7
Coutances 8,7
Brest 8,7
Moulins 8,7
Clermont-Ferrand 8,7
Provins 8,8
Châlons-en-Champagne 8,8
Loches 8,8
Tours 8,8
Vannes 8,8
Vienne-Roussillon 8,8
Nogent-le-Rotrou 8,9
Meaux 8,9
Granville 8,9
Morvan 8,9
Bar-le-Duc 8,9
Cognac 8,9
Gap 8,9
Châteauroux 9
Pithiviers 9
Dole 9
Alençon 9,1
Honfleur 9,1
Flers 9,1
Lyon 9,1
Ajaccio 9,1
Nancy 9,2
Gray 9,2
Quimper 9,2
Bayonne 9,2
Millau 9,2
Saint-Nazaire 9,3
Lannion 9,3
Redon 9,3
Bourgoin-Jallieu 9,3
Bayeux 9,4
Autun 9,4
Sarreguemines 9,4
Annonay 9,4
Brioude 9,4
Aix-en-Provence 9,4
Bastia 9,4
Chalon-sur-Saône 9,5
Auxerre 9,5
Morlaix 9,5
Lorient 9,5
Oyonnax 9,5
Bourges 9,6
Vesoul 9,6
Angers 9,6
Carhaix-Plouguer 9,6
Jonzac-Barbezieux-Saint Hilaire 9,6
Beauvais 9,7
Romorantin-Lanthenay 9,7
Cherbourg-Octeville 9,7
Arras 9,7
La Flèche 9,7
Le Mans 9,7
Fontenay-le-Comte 9,7
Agen 9,7
Limoges 9,7
Issoire 9,7
Nice 9,7
Cosne-Clamecy 9,8
Saint-Étienne 9,8
Challans 9,9
Guingamp 9,9
Saint-Malo 9,9
Orly 10
Châteaudun 10
Caen 10
Chatillon 10
Berck-Montreuil 10
Longwy 10
Metz 10
Thionville 10
Strasbourg 10
Bordeaux 10
Valence 10
Sartène-Propriano 10
Neufchâteau 10,1
Dinan 10,1
La Rochelle 10,1
Marmande 10,1
Guéret 10,1
Roanne 10,1
Toulouse 10,2 Au-dessus de la moyenne nationale
Argentan 10,2
Périgueux 10,2
Compiègne 10,3
Évreux 10,3
Dieppe – Caux maritime 10,3
Lisieux 10,3
Pont-Audemer 10,4
Nevers 10,4
Dax 10,4
Vallée de l’Arve 10,4
Cannes-Antibes 10,4
Châtellerault 10,5
Reims 10,6
Saintes-Saint Jean d’Angely 10,6
Vallée de la Bresle-Vimeu 10,7
Rouen 10,7
L’ Aigle 10,7
Remiremont 10,7
Saumur 10,7
Sarlat-la-Canéda 10,7
Albi 10,7
Thiers 10,7
Montereau-Fault-Yonne 10,8
Angoulême 10,8
La Teste-de-Buch 10,8
Vichy 10,8
Toulon 10,8
Ghisonaccia-Aléria 10,8
Roissy – Sud Picardie 10,9
Mantes-la-Jolie 11
Issoudun 11
Gien 11
Mulhouse 11
Tarbes-Lourdes 11
Romans-sur-Isère 11
Digne-les-Bains 11
Lille 11,1
Cahors 11,1
Montauban 11,1
Porto-Vecchio 11,1
Sens 11,2
Épinal 11,2
Calvi-L’Île-Rousse 11,2
Troyes 11,3
Lunéville 11,4
Les Sables-d’Olonne 11,4
Royan 11,4
Libourne 11,4
Pauillac 11,4
Bernay 11,5
Montélimar 11,5
Saint-Amand-Montrond 11,6
Commercy 11,6
Vitry-le-François/Saint-Dizier 11,7
Bagnols-sur-Cèze 11,7
Istres-Martigues 11,7
Abbeville 11,8
Vernon – Gisors 11,8
Rochefort 11,8
Montluçon 11,8
Péronne 11,9
Verdun 11,9
Villeneuve-sur-Lot 11,9
Foix-Pamiers 11,9
Castres-Mazamet 11,9
Avignon 12
Belfort-Montbéliard-Héricourt 12
Prades 12
Bergerac 12,1
Salon-de-Provence 12,1
Draguignan 12,1
Amiens 12,2
Saint-Girons 12,2
Château-Thierry 12,3
Le Creusot-Montceau 12,3
Manosque 12,3
Fréjus-Saint Raphaël 12,3
Cavaillon-Apt 12,5
Saint-Gaudens 12,6
Le Havre 12,7
Béthune-Bruay 12,7
Saint-Omer 12,7
Dreux 12,8
Montargis 12,8
Cambrai 12,8
Charleville-Mézières 12,9
Laon 12,9
Dunkerque 12,9
Forbach 12,9
Carcassonne 12,9
Marseille-Aubagne 12,9
Orange 13
Vierzon 13,1
Limoux 13,1
Aubenas 13,2
Nîmes 13,2
Montpellier 13,4
Soissons 13,8
Clermont-l’Hérault-Lodève 13,8
Saint-Dié-des-Vosges 14,1
Ganges 14,5
Arles 14,6
Douai 14,7
Boulogne-sur-mer 14,7
Perpignan 14,9
Narbonne 15 Situation critique
Céret 15
Roubaix-Tourcoing 15,1
Béziers 15,4
St-Quentin 15,7
Valenciennes 15,7
Tergnier 15,8
Maubeuge 15,8
Sète 15,8
Alès 16,1
Agde-Pézenas 16,6
Thiérache 17
Lens-Hénin 17
Calais 17,1

 

Alors que les zones en situation de quasi plein-emploi sont plutôt bien réparties sur le territoire, les situations critiques se concentrent dans le Nord (jusqu’à l’Aisne) et dans le Roussillon (Narbonne, Agde, Sète, Béziers).

#NSA: comment lutter contre la e-dictature?

Les écoutes industrialisées de la NSA interrogent le citoyen: comment rendre Internet compatible avec les libertés publiques? L’enjeu du XXIè siècle.

Sur le fond, il n’aura pas raté son coup, le jeune Edward Snowden. Avec une redoutable efficacité, il distille des informations qui maintiennent en éveil ceux qui évitent soigneusement de se demander ce que cache Internet et sa bizarre tuyauterie. Je renvoie ici aux innombrables articles, dont les plus récents sur les écoutes des dirigeants mondiaux par cette désormais fameuse NSA.

Il est assez cocasse de voir les uns et les autres jouer aux offusqués, quand le problème de fond posé par ces révélations n’est pas de revenir à un monde de Bisounours qui n’a d’ailleurs jamais existé, mais plutôt de repenser la protection des libertés publiques dans un univers où les relations humaines sont de plus en plus intermédiées par la technique. Et ce sera bien le sujet du XXIè siècle: face aux moyens industriels d’écoute, de collecte de l’information, de blocage de cette même information (je renvoie ici à d’excellents papiers parus sur le site Reflets), la question des libertés individuelles et de leur protection doit être complètement repensée.

D’une certaine façon, notre sujet collectif est d’inventer de nouveaux moyens de lutter contre la e-dictature qui voit peu à peu le jour.

Deux éléments paraissent essentiels pour jeter les bases de ce que sera le combat du siècle.

1° il faut « neutraliser » le Net, c’est-à-dire en faire un espace neutre et libre. Cette ambition est plus facile à écrire qu’à réaliser, notamment parce qu’elle se heurte au déséquilibre technique qui sépare les Etats-Unis et le reste du monde. De façon dominante, les Etats-Unis organisent le Net. Si la France peut en partie les concurrencer, c’est parce qu’elle dispose d’un accès privilégié aux dispositifs sous-marins. Cette répartition globale n’est pas satisfaisante.

En particulier, il devient urgent que l’Europe se dote d’un réseau alternatif et qu’elle le construise en conformité avec sa tradition de respect des libertés. Plutôt que de discuter régulièrement du sexe des anges, les décideurs européens devraient plutôt se consacrer à cette tache essentielle qu’est le tissage d’un réseau à notre main.

2° il nous faut une diplomatie du Net, qui fixe, comme pour l’armement nucléaire, le libre-échange ou le droit de la guerre, des règles à respecter par chacun, avec une faculté de rétorsion en cas de non-respect des traités par un pays. Cette diplomatie du Net devrait en particulier revisiter le respect des Droits de l’Homme sous le prisme de l’Internet, afin d’éviter des opérations de blocage ou de confiscation, comme le monde en a vues, ou en voit encore en Syrie, en Tunisie, en Chine, et ailleurs.

Ce défi est en soi intéressant. Il replace la question des libertés, que l’on croyait définitivement réglée en Europe, au coeur même du processus politique et du débat collectif.

Bercy milite pour une plus grande intégration européenne

La dernière lettre du Trésor vaut son pesant de cacahuètes: elle milite ouvertement pour un renforcement de l’intégration politique européenne.

La mise en place d’un budget commun pour la zone euro constitue un processus de moyen terme, qui nécessite en parallèle un pas en avant dans l’intégration politique, afin d’assurer la légitimité démocratique des nouvelles prérogatives confiées au niveau européen. La solidarité accrue qui en découle pourrait également justifier un renforcement supplémentaire de la gouvernance économique en zone euro. De plus, une telle évolution aurait dans de nombreux domaines (social et fiscal notamment) des effets structurants. Au total, la mise en place d’un budget central améliorerait significativement le fonctionnement économique et institutionnel de la zone euro, ce qui contribuerait à renforcer son potentiel de croissance.

Mais est-ce bien le rôle des fonctionnaires du ministère des Finances que de donner le tempo sur ces questions?

Chômage: le discours officiel comme à l’épicerie

Le gouvernement est engagé dans « la bataille de l’inversion » de la courbe du chômage. Voici comment les sites gouvernementaux présentent les mauvais chiffres de septembre:

La seule analyse sérieuse pour août et septembre consiste à regarder les évolutions sur 2 mois, entre fin juillet et fin septembre, pour mesurer la tendance réelle : on observe ainsi une hausse de + 10000 pour les deux mois en catégorie A (+0,3 %), soit + 5000 en moyenne par mois.
Ainsi se trouve confirmée, une fois lissé ce « coup d’accordéon », la tendance à l’amélioration observée depuis plusieurs mois :
– Le nombre d’inscrits en catégorie A progressait de l’ordre de 30 000 par mois, soit +1 000 par jour, sur les 3 premiers mois de 2013 ;
– Elle ne progresse désormais que de 5 000 par mois, soit +200 par jour sur les 2 derniers mois.

En outre, l’inversion de la courbe du chômage des jeunes est bel et bien une réalité depuis 5 mois. Depuis mai, il a reculé de 0,5% par mois.

Bientôt des cours d’épicerie et d’apothicariat donné par le gouvernement pour reclasser les chômeurs?

La France, cette baleine échouée

Chaque vendredi, je consacrerai un article à la ressemblance entre la France et une baleine échouée sur une plage polluée. 

Car tel est bien le triste destin de notre beau pays – et ce portrait pathétique me déchire particulièrement le coeur, moi qui suis arrivé il y a presque 30 ans, avec ma petite valise de jeune étudiant, heureux de quitter ma Lotharingie natale, ma principauté de Liège alors foudroyée par la crise, pour rejoindre la capitale des Lumières.

La France d’alors était encore convaincue d’elle-même. Les Français des années 80 pensaient avoir le meilleur système éducatif au monde, le meilleur système de santé, l’administration la mieux organisée, et une industrie performante. 30 ans plus tard, plus aucun de ces piliers ne subsiste. L’école va de naufrages réglementaires en catastrophes éducatives. Le système sanitaire n’en finit pas de creuser des déficits et intuitivement les Français se sentent mal soignés, ou moins bien protégés qu’avant. La réforme de l’Etat est une arlésienne et les collectivités locales ont explosé leurs dépenses tout en se noyant dans des labyrinthes procéduraux et organigrammiques. L’industrie française, je n’en parle même pas.

Pourtant, chacun sent intuitivement que cet abattement est contre nature. La France porte en elle un rayonnement, une puissance, une dynamique, qui sont aujourd’hui entravés par une sorte de malthusianisme politique et culturel, mais qui ne demandent qu’à éclore. Chacun sent aussi que cette éclosion suivra peut-être des voies brutales ou chaotiques, mais elle viendra, c’est sûr. Dès que les Français retrouveront en eux la force et la confiance en l’avenir qui leur permirent de moderniser le pays en profondeur, et avec succès, dans la décennie 1790, par exemple, ou dans la décennie 1880, ou encore dans la décennie 1950, le pessimisme qui nous frappe reculera, et nous renouerons avec les voies de notre grandeur.

En attendant ce moment de recouvrement, les gens de bonne volonté sont condamnés à prendre leur part d’effort, en ne ménageant pas les forces qui s’opposent à l’avénement de l’avenir. Je pense particulièrement à cette réaction nobiliaire qui agite notre élite et la pousse à se crisper sur un monde en voie de disparition. Je pense à tous ces thuriféraires d’un ordre dépassé qui stigmatisent le monde nouveau. Tous ces vestiges du passé doivent être démontés et remisés.

Hasard du calendrier… c’est aujourd’hui qu’est fabriquée dans la dernière Citroën C3 à l’usine d’Aulnay. Quelques ultimes soudures, et l’atelier ferme. Voilà probablement l’un des plus beaux (ou des plus horribles…) symboles du naufrage français. L’usine Citroën d’Aulnay avait été construite en 1970 pour épauler le développement de l’automobile dans la société française. Une grosse quarantaine, et c’est l’unité de soins palliatifs. Un destin peu glorieux, à l’image du pays lui-même.

Pour ceux qui auraient un trou de mémoire:

Le pire n’est jamais sûr!

A l’avenir, les articles de cette rubrique paraîtront le vendredi à 9h.

#Chômage: oups! les mauvais chiffres de la rentrée…

La DARES a publié les chiffres du chômage en septembre. Sans surprise, ils sont moins bons qu’en août. Mais vraiment moins bons…

On mettra de côté les « bugs » qui expliquent les variations inattendues du chômage en août. Et on se concentre sur des chiffres qui font mal à la société française. Alors que l’Allemagne atteint des creux qui ressemblent fort au plein emploi, le chômage français plonge.

Voici quelques chiffres: ceux des entrées et des sorties sur plusieurs années.

Source: DARES
Source: DARES

Ce graphique montre que plus de 500.000 nouveaux demandeurs d’emploi, en données corrigées des variations saisonnières, ont été dénombrés par Pôle Emploi en catégories A, B et C (c’est-à-dire en recherche active d’emploi sans aucune activité ou avec une activité réduite). Depuis la mi-2009, ce pic n’a été atteint que 4 fois, dont 3 en 2013.

Traduction: la situation de l’emploi est très mauvaise.

Les sorties maintenant:

Sorties de Pôle Emploi

Après le creux de l’hiver 2012, qui avait été très mauvais pour le chômage (et un nombre extraordinairement bas de sorties de Pôle Emploi), le mouvement est à nouveau baissier. Par rapport à la dynamique de 2011, la situation n’est pas très rassurante.

Mais il me semble indispensable de souligner ce graphique:

Source: DARES
Source: DARES

Il montre clairement l’effondrement du nombre d’offres d’emplois collectées par Pôle Emploi. Depuis un an, la collecte vit un véritable cataclysme.

L’inversion de la courbe du chômage, comme je le précisais avant-hier dans ces colonnes, est décidément bien éloignée.