Accueil » Archives pour mai 2014

Mois : mai 2014

#Européennes: la crise de la décision publique s’aggrave

Il est manifeste que, depuis plusieurs années, et singulièrement depuis mai 2012, la France est frappée par une délicate crise de la décision publique. Celle-ci se manifeste par une incapacité des dirigeants, et singulièrement des élus politiques, à mener à bien les réformes dont le pays a besoin pour renouer avec la prospérité.
Lire la suite

L’Europe, Charybde, Scylla et le point EuroGodwin

Rien de plus amusant que le rapport inversement proportionnel entre l’intérêt manifesté par les Français pour les élections européennes et le nombre de listes qui se présentent. Dimanche prochain devrait donner lieu à un nouveau record dans le Guinness Book secret de la démocratie: 60% d’abstention pour 30 listes en compétition. Ce seul triste spectacle suffit à condamner la construction européenne telle qu’elle existe aujourd’hui. Le scrutin proportionnel constitue en effet une façon commode, pour les petits partis, d’aller à la recherche de subventions officielles, en ayant évidemment rien à cirer du projet européen lui-même. Il serait d’ailleurs cocasse de faire un sondage auprès des innombrables candidats présents sur les listes: on découvrirait que l’écrasante majorité d’entre eux ne connaît rien aux principes de la construction européenne. Lire la suite

Depuis l’arrivée de Hollande, la démocratie sociale a reculé

La démocratie sociale a constitué un thème de prédilection de la nouvelle majorité. Sans forcément définir en quoi elle consistait, cette majorité a largement annoncé la promotion de cette fameuse « démocratie sociale », en se situant volontiers en porte-à-faux vis-à-vis des pratiques adoptées par l’équipe précédente, accusée de mépriser les « corps intermédiaires ». Deux ans après le changement de majorité, la démocratie sociale se situe probablement à un tournant de sa très courte histoire en France. La mise en place d’un pacte de responsabilité dont le contenu essentiel consiste à « troquer » 50 milliards € de dépenses publiques (soit 2,5% de PIB) contre l’équivalent en réduction de pression fiscale, notamment et même surtout en faveur des entreprises, avec l’approbation des partenaires sociaux, lui donne un sens nouveau. Jamais jusqu’ici elle n’avait pris une telle importance dans le pilotage économique du pays. Et peut-être jamais jusqu’ici n’avait-elle fait l’objet d’une telle instrumentalisation dans la conduite des politiques publiques. Au-delà des modes et des discours, le moment est donc sans doute venu de dresser un bilan à moyen terme non pas des projets ponctuels qui se sont appuyés sur la démocratie sociale, mais des modifications substantielles qui lui ont été apporté, au-delà des clivages partisans et des effets d’affichage. Lire la suite