Accueil » Budget de l’Etat: comment la France donne raison à Merkel

Budget de l’Etat: comment la France donne raison à Merkel

Cet article a été lu 5227 fois

C’est la saison du budget de l’Etat et, une fois de plus, la façon dont se passe l’exercice prétendument démocratique de l’adoption des textes laisse pantois. On voudrait prouver aux Allemands qu’ils ont raison de torpiller les efforts de la BCE pour relancer l’économie qu’on ne s’y prendrait pas autrement.

Les Allemands nous accusent de ne pas vouloir réformer le budget de l’Etat…

Un argument répété en boucle en Allemagne pour dénoncer les revendications budgétaires et monétaires de la France et des pays su sud de l’Europe est de soutenir que nous cherchons tous les prétextes et toutes les solutions de fortune pour ne pas réformer. Pour les Allemands, en opinant du bonnet chaque fois que la BCE maintient des taux de refinancement à des niveaux historiquement bas, les pays qui ne maîtrisent pas leur endettement public reprennent à bon compte une bouffée d’air pur: ils se garantissent un accès à de l’argent frais pour pas cher, alors que la situation réelle de leur économie devrait les obliger à payer très chèrement le recours incessant à la dette pour boucler leurs fins de mois. Ces facilités les poussent à continuer à mener grand train et retardent d’autant les ajustements douloureux.

Les Allemands savent que cette politique de taux bas n’est crédible que grâce à la garantie allemande. Du jour où les marchés anticiperont des difficultés économiques en Allemagne, les taux remonteront mécaniquement, car la BCE devra mieux rémunérer l’épargne pour continuer à l’attirer.

Aussi agaçant que cela puisse être, les Allemands considèrent donc que ces doses de morphine appelées taux bas et « quantitative easing » de la BCE permettent de mourir en douceur, mais sont inefficaces pour soigner le cancer du laxisme budgétaire dont les pays du Sud, et singulièrement la France, souffrent depuis de nombreuses années.

…ils ont raison

Le drame français est d’être juste en position de pouvoir répondre: les Allemands ont raison. Les deux textes budgétaires soumis à l’approbation du Parlement en ce moment en sont la preuve.

Revenons rapidement sur le projet de budget 2015.

Je cite juste quelques phrases d’anthologie tirées du texte présenté aux députés et aux sénateurs:

Pour l’année 2015, le solde s’améliorerait de 0,1 point de PIB, pour s’établir à – 4,3 % du PIB. L’évolution de l’activité serait de nouveau inférieure à la croissance potentielle, si bien que le solde conjoncturel se dégraderait de 0,1 point. (…)

En 2015, la dépense publique hors crédits d’impôts ralentirait encore avec une croissance s’inscrivant à 1,1 % en valeur, contre plus de 3 % en moyenne entre 2002 et 2012. Ce rythme serait permis par la mise en œuvre des premières mesures du plan d’économies de 50 Md€. En particulier, la cible de progression de l’ONDAM sera de 2,1 % et les dépenses du budget général hors charge de la dette et pensions seront abaissées de 4,2 Md€ par rapport à la loi de finances initiale pour 2014. Au-delà des dépenses placées sous norme, les dépenses seront ralenties par l’accord des partenaires sociaux sur les régimes complémentaires et celui sur l’assurance-chômage, la stabilisation jusqu’en octobre 2015 de certaines prestations sociales, des économies sur le champ de la famille et celles sur les frais de gestion des caisses de sécurité sociale. Sur le champ des administrations publiques locales, les dépenses, notamment de fonctionnement, ralentiraient de nouveau en 2015 à la faveur du cycle électoral, qui entraînerait un nouveau repli de l’investissement local, et de la baisse de 3,7 Md€ des concours financiers prise en compte dans la norme de dépense de l’État.

 

J’ai souligné ce qui me semblait important, à savoir que le budget en France est établi en fonction d’une « croissance potentielle » et non de la croissance réelle. La croissance potentielle est évidemment très supérieure à la réalité. Grâce à cet optimisme légendaire, on continue en France à bâtir des projets de budget qui évitent des arbitrages douloureux et permettent au pays de vivre la crise selon une sorte de méthode Assimil: apprendre la croissance sans peine.

Résultat: le déficit s’améliorera officiellement de 0,1 point de PIB, c’est-à-dire de 2 milliards€, avec un « ralentissement de la croissance des dépenses publiques ». Celle-ci ne sera que de 1,1%, soit 0,1 point supérieur à la croissance globale du pays. Officiellement, on fait donc des économies, mais en réalité, on présente un budget où la dépense publique continue à augmenter plus vite que l’activité réelle du pays.

L’Etat n’économisera que 400 millions€ en 2015

Dans le grand baratin que la loi de finances pour 2015 nous sert, on lit que les « dépenses du budget général hors charge de la dette et pensions » seront abaissées de 4,2 milliards€. Là encore, la formulation mérite question, puisqu’on voit mal pourquoi l’Etat continue à ne pas comptabiliser la retraite des fonctionnaires dans son budget général.

Mais supposons, voici néanmoins la réalité des chiffres:

Source: PLF 2015
Source: PLF 2015

Ce tableau récapitule les postes de dépense du « budget général » pour 2015. Il montre clairement que, sur 4 milliards d’économies annoncées aux citoyens, l’essentiel est supporté par les collectivités locales. L’Etat (ligne 1) ne réalisera que 700 millions d’économies, minorés par l’augmentation (à hauteur de 300 millions€) des dépenses de pensions.

En réalité, l’Etat ne modifie pas son train de vie, et les milliards d’économies annoncées dans un charabia auquel plus personne ne comprend rien ne le concernent pas.

La même blague se produit en 2014

Le même exercice drolatique, consistant à écrire des choses qui ne sont pas, et à faire des choses qu’on n’écrit pas, se produit avec la loi de finances rectificative pour 2014.

Celle-ci ne manque d’ailleurs pas d’inquiéter, puisqu’elle s’ouvre par le tableau ci-dessous, qui récapitule les crédits ouverts en urgence:

Source: PLFR 2015
Source: PLFR 2015

Les petites guerres menées partout dans le monde par François Hollande coûtent 600 millions€ de plus que prévu, et la France doit 350 millions de plus que prévu à la politique agricole commune. Surtout, il manque 540 millions€ pour payer les salaires des fonctionnaires, et là, curieusement, Bercy ne tonitrue plus sur les grandes réformes qui permettent de baisser les dépenses de l’Etat.

Aujourd’hui, les fonctionnaires sont payés à crédit, et plus personne ne parvient à juguler leur masse salariale. C’est un peu fâcheux, puisque les recettes fiscales ont donné 8,5 milliards€ de moins que prévu.

Le budget de l’Etat 2014 donne raison à l’Allemagne

Pour 2014, si les recettes diminuent de plus de 8 milliards, et les besoins augmentent de 2, Bercy a trouvé une cagnotte pour financer les fins de mois difficiles: la dette à prix cassé permise par les taux écrasés de la BCE!

Voici en effet les « lignes » où Bercy a trouvé de l’argent pour éviter un naufrage absolu et trop voyant au terme de l’excellente gestion 2014:

Source: PLFR 2014
Source: PLFR 2014

On compte ici trois ministères contributeurs majeurs: la Défense avec 572 millions€ (c’est vrai que l’armée ne sert à rien! et qu’elle n’a supprimé que 25.000 emplois ces dernières années), le Travail avec 216 millions€ (mais c’est pas comme si le gouvernement avait décrété que l’emploi était une priorité), et l’Education Nationale avec 202 millions€ (vu l’utilité relative de l’école…).

Surtout, la cagnotte de Bercy, c’est le 1,6 milliard de charge de la dette, qui diminue grâce aux exploits de M. Draghi.

Autrement dit, sur 3,5 milliards d’efforts supplémentaires pour 2014, la moitié est uniquement portée par la politique accommodante de la BCE, grâce à laquelle on peut éponger le dérapage de la masse salariale de l’Etat.

Et après, on voudrait que Merkel relance l’économie…

 

 

7 commentaires

  1. MC dit

    Bercy devrait déposer des brevets sur les astuces discursives et comptables utilisables pour masquer la gabagie des comptes publics, ça permettrait peut-être de renflouer un peu le budget.

    L’Allemagne a toutefois beau jeu de dénoncer la France. S’il est clair que c’est la présence allemande dans la zone euro qui nous permet d’emprunter à peu de frais, il ne faut pas non plus oublier les effets dévastateurs de la monnaie unique sur l’appareil productif français. Mais voilà, ça s’agace outre-Rhin, maintenant que leurs perspectives économiques sont moins glorieuses… Jusqu’à quand cette zone monétaire va-t-elle survivre ? Sapir évoque l’hypothèse d’une sortie de l’Italie pour 2015… Si seulement.

  2. sil dit

    Un peu facile, mais réformer pour réduire les dépenses ça coûte au début. D’autre part, l’Allemagne a des infrastructures mal entretenues, donc pas vraiment exemplaire le jour où un pont ou une digue s’écroulera. Sans expansion budgétaire d’investissements publics en Europe, il n’y aura aucune transmission monétaire dans l’économie réelle, seulement des rachats d’actions par les sociétés. Même Draghi l’a compris, votre analyse ne tient pas la route sur le plan macroéconomique, même des gens comme Yellen, Krugman ou Wyplosz réfutent votre point de vue qui ne correspond qu’à la bornitude économique allemande. Si l’Allemagne n’est pas contente, qu’elle quitte l’Euro, sinon l’Italie le fera bientôt et les autres suivront, tels des dominos.

    • Il me semble que vous confondez deux sujets. Mon article ne porte pas sur l’obsession allemande d’une politique monétaire restrictive, ni sur son goût pour l’austérité – goût abondamment critiqué sur ce blog. En revanche, mon article porte sur le gaspillage des fonds publics en France. La France doit activer ses dépenses publiques pour être crédible dans une politique de relance.

  3. sil dit

    Un billet sur le sujet :

    Dans un monde idéal, on s’appuierait sur l’évaluation des politiques publiques et des choix politiques assumés en matière de budget de l’Etat. On cherche à agir sur les incitations des acteurs publics pour faire en sorte qu’ils améliorent leur gestion. Dans la pratique, la contrainte extérieure en matière de dépenses publiques incite à la dissimulation, à la tricherie et à l’inefficacité. Il est possible d’améliorer la gestion publique : la contrainte sur la dépense est l’une des plus mauvaises façons de procéder.

    http://blog.francetvinfo.fr/classe-eco/2014/02/13/reduire-les-depenses-publiques-de-50-milliards-les-conseils-des-experts.html?utm_content=bufferfe608&utm_medium=social&utm_source=twitter.com&utm_campaign=buffer

  4. l’Allemagne engrange d’année en année des excédents comerciaux et de sa balance de paiements; ces excédents sont forcément utilisés quelque part; il y a eu l’Espagne et sa bulle immobilière et les golfs! il y a eu la Grèce! et il y a les bons d’états notamment ceux de la France.

  5. ikomal dit

    Petite correction à propos de votre affirmation « on voit mal pourquoi l’Etat continue à ne pas comptabiliser la retraite des fonctionnaires dans son budget général »
    En fait, il le fait, via une mécanique compliquée comme il en a le secret :
    les pensions des fonctionnaires retraités sont payées à partir d’un « Compte d’Affectation Spéciale » ad hoc, le CAS « pensions » (il y a d’autres CAS …), celui qui est indiqué en avant-dernière ligne du tableau (45 milliards) .
    Ce CAS est lui même alimenté par un prélèvement sur les traitements des fonctionnaires (au taux de 75 % au titre de la part patronale !!!), qui est inscrit dans le budget de personnel de chaque ministère concerné.
    Au final on a donc un déversement
    budget général -> budget de personnel -> CAS pensions -> pensions des retraités

    les 350 millions de plus au titre de la PAC sont une pénalité (« refus d’apurement »), parce que l’UE estime que l’Etat a distribué de l’argent indument, en conséquence de quoi c’est à lui de payer et pas à l’UE. Je suis surpris de ne pas voir de trace d’une autre tuile du même métal au titre du FSE, le ministère du travail a sans doute mieux camoufler ses embrouilles que celui de l’agriculture …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *