Accueil » Orange, SNCF, ERDF: ces ex-nationalisées qui tuent les entreprises

Orange, SNCF, ERDF: ces ex-nationalisées qui tuent les entreprises

Cet article a été lu 11475 fois

Au lieu d’aller faire les guignols dans les rues pour protester contre tout et rien, les organisations patronales feraient mieux d’exiger une reprise en main de ces ex-nationalisées (Orange, SNCF, ERDF) qui tuent les entreprises françaises à force de laxisme et d’incompétence.

Chez ERDF, il n’y a pas la lumière à tous les étages

Quand, mon associé Kevin Le Jeune et moi, avons décidé de nous installer à Lyon, nous avions sous-estimé un problème d’ampleur: l’installation électrique! Sur ce point, je porte une lourde culpabilité: je vivais encore dans mon monde du vingtième siècle où il suffisait d’appeler EDF pour avoir, dans les 48 heures au plus, la visite d’un technicien qui venait relever le compteur, actionner un levier, et prodiguer les miracles de la fée électricité partout dans les locaux concernés en moins de temps qu’il ne fallait pour le dire.

Dans la France de 2014, cette légèreté digne d’un pays sous-développé n’est évidemment plus concevable. Désormais – en tout cas c’est comme ça à Lyon – l’ouverture d’un compteur électrique est bien plus compliquée: il faut prendre rendez-vous avec EDF, qui appelle ERDF, seule structure habilitée à ouvrir un compteur, qui doit ensuite se coordonner avec EDF. Résultat: 10 jours d’attente minimum (en tout cas à Villeurbanne…) pour que les ampoules s’éclairent. C’est ça, la modernité, la France 3.0, etc.

J’ai bien essayé d’expliquer au préposé: « nous installons à Lyon une entreprise qui recrute des jeunes doctorants, en CDI, avec des bons salaires ». Non, vraiment, lutter contre le chômage des jeunes, se mobiliser pour l’emploi, n’est pas le sujet des salariés d’ERDF: « Monsieur, les procédures, c’est les procédures! » Il est vrai que les salariés d’EDF sont quasiment sous statut, ils ont un salaire, eux! et des vacances payées par les clients, puisque, chacun s’en souvient, le comité d’entreprise est, depuis 1947, financé dans l’industrie électrique et gazière par 1% du chiffre d’affaires, et non de la masse salariale comme dans toutes les entreprises de France.

Alors, vous comprenez, mon bon Monsieur, on est de gauche, mais on ne va quand même pas se mettre la rate au court bouillon pour aider ces jeunes morveux qu’on sort du chômage!

A la SNCF, on en a marre des clients…

Le calvaire de Tripalio ne faisait que commencer… Kevin a décidé de s’installer à Lyon pour diriger l’entreprise au jour le jour. Je reste à Paris pour maintenir la relation client. Mais je fais un aller-retour hebdomadaire pour travailler avec l’équipe sur place. Ce schéma reposait sur l’efficacité de cette vieille dame que le monde entier nous envie: la SNCF, et sur cette superbe réalisation française qu’est le TGV.

Oui mais voilà… nous installons les salariés le 1er novembre, et dès le 4 novembre un préavis de grève complique l’exercice. Je dois précisément faire ma première réunion sur place le 4… C’est déjà le bordel: mon train est annulé, et je dois jongler pour partir.

Le 20 novembre, re-belote: une grève spécifique au sud-est complique le trafic, des trains sont supprimés, c’est le bazar. Je dois finalement passer par Lyon Saint-Exupéry, puis prendre le tram pour arriver à la Part-Dieu (nos bureaux sont à 15 minutes de la gare).

Le 4 décembre, re-re-belote: les contrôleurs sont en grève, et Lyon est la ville la plus touchée par le mouvement. Six semaines d’ouverture, et déjà trois grèves.

Je passe ici sous silence un des voyages où le train a pris près d’une demie-heure de retard pour un « problème d’acheminement du personnel ». Evidemment, si les cheminots prennent le train pour aller bosser, on n’est pas rendu.

Le pompon de la SNCF, je le décerne quand même à Sandrine, contrôleuse sur la ligne Lyon-Paris, qui me voit arriver dans le 16h34 tout essoufflé: j’ai tassé la journée de boulot autant que je pouvais, et je monte dans le train sans avoir pu imprimer mon billet. Je lui montre les preuves de paiement, et elle m’explique qu’elle me colle un forfait parce que j’aurais dû malgré tout imprimer le billet que j’avais acheté. Je lui explique que je suis désolé, que j’ai couru après une journée de travail bien remplie, que j’ai un rendez-vous à Paris à 19h, etc. « Je plains vos salariés, vous devez les exploiter! ».

Eh bien non Sandrine! un patron n’est pas forcément un exploiteur… et l’amende que tu m’as collée ce jour-là, c’est du disponible en moins pour des salariés dont tu n’as manifestement rien à cirer! En revanche, j’imagine que tu as bien joui de traiter un client comme un administré, un subordonné à tes ordres, à qui tu infliges des sanctions.

Ouvrons vite le rail à la concurrence, qu’on puisse enfin échapper aux fourches caudines de ces petits caporaux qui n’ont pas vu la SNCF évoluer depuis 1944.

Comment Orange rackette les entreprises façon Corleone

Mais tout cela n’est rien comparé à l’hallucinant rackett organisé par Orange.

Assez curieusement en effet, Tripalio étant une start-up… a besoin d’Internet. Je sais, je pousse bobonne dans les orties, là! je me la joue et la demande est vraiment hors norme. Surtout à Lyon! ce n’est quand même pas comme si je tombais dans la deuxième métropole française… Cinquième économie mondiale, etc.

Par chance, la fibre arrive dans l’immeuble, donc on se dit qu’on a une chance objective d’avoir Internet dans des délais rapides.

« Bien sûr, Monsieur, ça ne prendra que trois semaines… »

Bon, on se débrouille… La fibre est enfin branchée fin novembre.

Avant-hier, mardi! panne d’Internet dans le quartier. Orange est manifestement incapable de réparer avant la fin de la journée, et ne peut rien garantir. Faut dire qu’on est à Villeurbanne, banlieue pauvre. Y a pas de raison de se presser.

Mardi 18 heures: bonne nouvelle pour le quartier, Internet est réparé… sauf pour la SAS Tripalio, qui doit toujours utiliser le pigeon voyageur et le tam-tam pour communiquer avec le reste du monde. Au bout de dix interlocuteurs différents, qui ne se passent jamais l’information et changent au gré de la journée, on nous indique qu’un technicien passera le mercredi soir. Pas avant. Après tout, 48 heures sans Internet à Lyon… là encore, c’est pas comme si on était une start-up qui débute et qui veut mettre toutes les chances de son côté…

Mercredi matin: un technicien passe, plus tôt que prévu, donc, mais pour expliquer qu’il n’a pas de solution. En fait, il faut renoncer à la fibre et revenir à l’ADSL…

Jeudi: trois jours sans Internet. Et toujours rien. Finalement, quelqu’un se dévoue chez Orange pour cracher la pastille: votre dossier ne sera pas traité rapidement si vous ne souscrivez pas l’offre de téléphonie fixe en plus de l’Internet. Si vous vous avisez d’aller à la concurrence, vous allez ramer.

RACKETT! RACKETT! RACKETT!

L’ahurissant laxisme d’Orange

Mon sang ne fait qu’un tour: j’essaie d’appeler le directeur régional d’Orange, car je suis sûr qu’il ignore ces petits trafics auxquels ses services se livrent. En tout cas je l’espère, sinon…

Curiosité chez Orange à Lyon, je veux dire dans les services administratifs: personne ne répond jamais. On peut appeler à n’importe quelle heure du jour et de la nuit… ils doivent être en réunion, j’imagine, pour discuter des plaintes des clients. En tout cas, il n’y a pas plus mal chaussé qu’un cordonnier: chez Orange, les employés n’aiment pas le téléphone.

Epuisé, je choisis d’appeler Jean-Marie Girier, chef de cabinet du maire de Lyon, Gérard Collomb, pour lui expliquer mon désespoir. Lyon m’a vendu son dynamisme. J’ai signé un bail le 1er octobre. Nous sommes le 11 décembre, et je n’ai toujours pas Internet. C’est comme si quelque chose ne tournait pas rond dans notre petit monde. Pourtant, il y a vingt-cinq ans, ça marchait! comment en sommes-nous arrivés là?

La société déceptive de mon ami Eric Verrax

Dans la foulée, mon propriétaire et néanmoins ami, l’excellent Eric Verrax, vice-président de la Fédération des Promoteurs Immobiliers, me passe un coup de téléphone et me raconte l’enfer administratif, hydraulique, électrique, qu’il vit avec une boutique qu’il veut ouvrir à la montagne. Il me parle de la société déceptive qu’est devenue la France: on nous promet des merveilles technologiques, des objets connectés qui nous permettent pratiquement de parler aux Martiens ou de voir des Vénusiens danser en direct sous des éruptions solaires, mais ouvrir un compteur électrique, mettre une ligne Internet fiable à disposition est devenu un problème insurmontable pour la technostructure française.

Nous avons décroché le Prix Nobel d’Economie, le Prix Nobel de Littérature, nos nageurs battent les nageurs russes ou américains, mais organiser une coordination simple entre EDF et ERDF, proposer à une start-up une liaison Internet moins de six semaines après son installation est une ambition hors de portée…

Il est décidément temps que ce pays soit repris en main.

 

Un commentaire

  1. Martin dit

    Eh oui, et pour des conneries comme ça des startups font faillite ou quittent le pays…

    Vous écrivez que vous employez des doctorants, j’imagine donc que vous allez demander à bénéficier du CIR. J’attends avec impatience votre retour d’expérience. Vous allez voir, c’est du lourd.

    Bienvenue dans le monde de entrepreneuriat!

  2. palacio juni dit

    Il manquait le gaz à ce récit . J’ai vécu la même chose avec le gaz en plus. Faire travailler des salariés dans des locaux non chauffés n’est pas possible en janvier par moins cinq.
    Pour le gaz , l’affaire est plus complexe.

  3. Emmanuel Florac dit

    Pour le CIR, je ne peux que trop vous conseiller de trouver un cabinet spécialisé pour vous guider. Il est rigoureusement impossible de remplir la montagne de paperasse demandée sans assistance, à moins d’employer une personne rodées à la navigation dans les formulaires administratifs à plein temps sur ce sujet.

  4. pratclif dit

    Je viens de vivre une aventure kafkaïenne avec Orange. Ils m’avaient vendu une ligne vdsl,alors que ma ligne n’était pas éligible. Je suis passé par les « procédures » de cette institution française tueuse d’entreprises comme vous. Résultat 15 jours sans internet et impossibilité de travailler. Pauvre France!

  5. P.Lacroix dit

    Bonjour
    Est- ce que tous ces systèmes ne sont justement pas faits pour faire travailler ces cabinets d’ assistance spécialisés!
    Je travaille tout seul depuis plus de 30 ans, c’ est à dire que je fait tout le travail de compta, secrétariat, achats…………………….. c’ est un poste privilégié d’ observation de la société!
    J’ ai employé du personnel un tout petit peu.
    Il ne faut pas s’ étonner qu’ une grosse majorité de petites entreprises soit unipersonnelle!
    On trouve des salariés manquant énormément de motivation dans le public et dans les entreprises privées, on trouve des personnes motivées dans les 2 structures.
    C’ est affolant de voir l’ évolution trentenaire des sociétés Orange( ex France Télécom ) et EDF que vous pointez du doigt. J’ y ajoute L a Poste, vendant même des bijoux à une époque dans ses guichets ! , que je pratique plus que la SNCF. Je connais des salariés motivés dans ces entreprises. Le problème vient des responsables de ces entreprises qui ne font que détricoter un système au lieu de travailler à l’ améliorer . C’ est bien que des patrons d’ entreprises plus importantes comme la vôtre prennent conscience de ces problèmes ! Avant c’ était les secrétaires qui avaient connaissances des ces petits dysfonctionnements dont la bulle enfle allègrement. L’ électronisation bureautique a supprimé le fusible secrétarial.
    Court- circuit possible!

  6. ikomal dit

    brrr….
    La phrase « Il est décidément temps que ce pays soit repris en main. » m’a étonné et inquiété.
    j’ai l’impression que l’idée de l’homme à poigne providentiel devient de plus en plus répandue. Si elle en vient à vous chatouiller vous aussi (*), c’est que la situation pue de plus en plus.
    Personnellement j’en reste encore (mais pour combien de temps ?) à « tout cela va mal finir ».

    (*) ne voyez pas ça comme un reproche ou une critique, hein ? Tout le monde peut avoir des envie de meurtre, la différence c’est le passage à l’acte 😉

  7. BA dit

    Le sentiment d’appartenance.

    Lundi 1er décembre 2014, l’institut de sondage IPSOS publie un sondage explosif sur le sentiment d’appartenance.

    Question posée par IPSOS :

    « Avez-vous le sentiment d’être avant tout :

    français : 49 % des personnes interrogées
    citoyen du monde : 22 % des personnes interrogées
    habitant de votre région : 15 % des personnes interrogées
    européen : 14 % des personnes interrogées »

    Vous avez bien lu : le sentiment d’être européen arrive en toute dernière position, avec seulement 14 % des personnes interrogées !

    Ce sondage montre que, 57 ans après la signature du traité de Rome, la construction européenne a complètement dégoûté les citoyens français. Il montre que le XXIe siècle verra la mort de l’Union européenne, et le retour aux indépendances nationales dans chacune des 28 nations de l’UE.

    En Europe, le XXIe siècle verra le retour des Etats-nations libres et souverains.

    L’idée européenne est une idée morte.

    http://www.ipsos.fr/decrypter-societe/2014-12-01-vivre-ensemble-entre-unite-et-diversites

  8. Béber dit

    Vu le caractère lyonnais , faire mine d’appeler le Gign pour tout problème avec un simple exécutant , ne peut qu’empirer le problème de départ ( et ce dans des proportions que tu n’imagines même pas ).
    C’est dans la manière de traiter les mécontentements que les entreprises citées évoluent ou pas vers la performance , rien à voir avec le fait d’avoir affaire avec des fonctionnaires ou pas.

    http://www.evenement.sncf.com/sncf.com/mediateur/
    http://assistance.orange.fr/le-traitement-de-vos-reclamations-4212.php
    http://vosdroits.service-public.fr/particuliers/F20820.xhtml

    • Ben oui! le temps que la réclamation soit traitée, ma boîte a dix fois le temps de couler. Mais qu’importe! l’enjeu de la France n’est pas de créer de l’emploi mais de rester l’étiquette de politesse imposée par la noblesse de robe… J’adore cette morale d’insider qui trouve que ceux qui rament pour faire tourner la machine sont d’affreux jojo…

      • Béber dit

        L’emploi n’est pas au centre des préoccupations politiques et économiques actuelles.Tout le prouve .

        Ceci dit, le fait qu’une banale contrôleuse SNCF est tapée là où ça fait mal démontre qu’elle avait une certaine intelligence émotionnelle , ou que ton allergie aux « insiders » devient par trop visible .

        En passant du stress de Paris à l’ambiance un peu plus cool de Lyon , les soucis du quotidien devraient mieux se hiérarchiser.
        Sans compter que les petits bouchons de la vieille ville devraient te réconcilier avec un certain art de vivre. Le retard à l’allumage de certaines entreprises n’enlèvent pas leur qualité à offrir , globalement, un service de qualité , ce qui est l’essentiel , après tout.
        PS :
        Aujourd’hui , Lundi , je suis passé à la banque , c’était fermé. Pourquoi c’est fermé un lundi après-midi, une banque?Parce que çà permet de moins embaucher , car en cas d’urgence , de toute façon , robot et internet sont là pour répondre aux besoins (d’une clientèle qui bosse de plus en plus ) , alors hein , pourquoi embaucher?

        La poste , elle , fermait une heure plus tôt de façon « exceptionnelle  » , et le guichet de la SNCF était lui aussi fermé pour cause de changement d’horaire , probablement .
        Du coup , je suis aller chercher le pain à la boulangerie , celle qui ferme jamais , mais où les employés sont jamais les mêmes …et où personne ne se demande pourquoi.

        Bref,en attendant les prochaines grèves d’un pays qui a perdu ses marques et ses valeurs , je te souhaite le courage et l’optimisme nécessaire à la survie dans ce monde … un peu énervant , il est vrai 😉

  9. GoF dit

    C’est toujours la même histoire… Confondre ou mélanger EDF et ERDF.
    Pour info, erdf est gestionnaire du réseau de distribution. Vous dites que pour ouvrir un compteur il faut contacter edf qui contactera erdf… Non non et non.
    Pour ouvrir un compteur, on fait une demande à son fournisseur d’énergie. C’est pas obligatoire de passer par edf pour ouvrir un compteur…
    C’est justement l’Europe qui a voulu, l’ouverture des marchés… La concurrence etc etc. Forcément il y a séparation et c’est le client qui trinque comme partout.

    Jusqu’à la je trouvais votre article sympa, mais voilà… Les avantages… Le truc qui fâche, le nerf de la guerre. Edf et les vacances gratuite qui n’existent pas au passage, l’électricité gratuite (qui ne l’est pas non plus)
    Je comprend pas ce que ça vient faire dans l’article.

    Moi j’en veux à des amis commerciaux. Ils roulent toute l’année gratuitement, sans payer de carburant, n’y d’entretien, partent en voyage avec. Pas de crédit, pneu hiver au besoin etc etc. Tout ça sur le dos des clients également. Et croyez moi cette économie est LARGEMENT plus avantageuse que le comité d’entreprise edf, le calcul à l’année est rapide.
    On peut aller loin comme ça, en pensant comme vous.
    Chacun son avantage.

    Essayez de vous renseigner sur les avantages des industries en aéronautique et des banques… Mais étrangement c’est plutôt bien gardé secret.

    Bref c’est pas que je vous en veux, mais avant de d’écrire un article comme ça, il serait bon de vous renseigner un peu.

    Ensuite ne prenez pas votre cas pour une généralité. J’ai déménagé il y a 6 mois, et j’ai eu mon gaz et électricité en 3 jours avec un rendez-vous sur une plage de 2h…et en plus le technicien ma prévenu par téléphone de son arrivée à l’heure encore plus précise…
    Sur place il a remarqué que le différentiel du général était défectueux, forcément c’était pas prévu, et il l’a changé en même temps.
    Il est parti quand même à 12h20. J’imagine qu’il pouvait à la place reprogrammer un rendez-vous pour aller manger tranquillement, mais non. Si ça c’est pas du service je sais plus quoi penser.
    Et si à Lyon c’est le cirque en délai d’intervention, il suffit simplement de téléphoner par anticipation.

    Je comprend pas le but de votre article, à par casser / râler gratuitement ? Un peu de défoulement ça fait du bien c’est ça ?

  10. GoF dit

    Je me suis mal expliqué certainement. Imaginez juste un technicien qui fait 7h30 12h à 13h30 17h00. Et que ce technicien fait tout les jours où presque gratuitement pour son entreprise actionnaire 7h30 12h20 /12h30 17h.
    20 à 30 minutes de rabe tout les jours c’est gratuit ? Multiplié à l’année… Combien ça coûte à ce technicien ? Et bien au facteur ou technicien ça rapporte la gloire cher Monsieur.
    Savez-vous juste que les techniciens erdf, ou simplement les facteurs de la poste sont chronométrés ? Un facteur est chronométré par boîte à lettres ou un technicien erdf chronométré également par interventions dans des conditions optimales.
    Bref j’aperçois juste, dans votre réponse que vous ne faites absolument aucune différence entre un distributeur et un fournisseur. Que ce soit d’énergie ou de fruits et légumes c’est la même chose.

    • J’ai toujours été un adversaire de la privatisation de l’électricité. Je pense que distinguer distributeur et fournisseur est encore pire que livrer l’entreprise publique qui fait les deux (distribution et production) au laxisme d’une co-gestion mal comprise.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *