Accueil » Hollande et l’intérêt général: les lapsus révélateurs

Hollande et l’intérêt général: les lapsus révélateurs

Cet article a été lu 4914 fois

Comme le révélait Atlantico, François Hollande a livré d’étranges confidences à la journaliste du Monde Françoise Fressoz sur son début de mandat. Outre ses regrets sur l’abandon de la TVA sociale, il a eu cette phrase qui apparaît comme un lapsus révélateur:

« J’ai engagé des réformes qui ne sont pas toutes de gauche mais servent l’intérêt général ».

La différence plus ou moins consciente que le Président établit entre la gauche et l’intérêt général ne manque pas de surprendre, car elle provient du fond de coeur. À son insu probablement, Hollande en dévoile beaucoup sur son substrat idéologique profond, sur son « disque dur » en quelque sorte. Il éclaire brutalement, du même coup, le malentendu qui existe entre les socialistes et lui.

S’il existe encore une unité de pensée au Parti Socialiste, elle repose en effet sur l’idée que la politique doit sublimer les intérêts particuliers pour ne s’occuper que de l’intérêt général. Personne ne peut jurer que cette unité soit encore une réalité, mais la gauche peut en tout cas se revendiquer de cet héritage idéologique où les décisions prétendent se prendre par-dessus les volontés individuelles pour exprimer la volonté générale. Tel est le contenu du pacte rousseauiste qui inspire la gauche depuis 1789 et qui, de loin en loin, inspire ses tribuns au fil des décennies.

Manifestement, François Hollande n’appartient pas à cette filiation idéologique, et il se sent plus à l’aise avec une autre approche, en l’espèce la conception dominante dans la technostructure d’un intérêt général qui serait défini par l’Etat et ses grands commis, en dehors des passions partisanes. Les réformes « qui ne sont pas de gauches » mais qui correspondent à l’intérêt général appartiennent bien à cet univers où les décisions publiques sont prises en fonction d’un intérêt supérieur dont seule la noblesse d’Etat est comptable, et qui ne peut être exprimé par le débat politique (et les élus) en tant que tel.

De là, sans doute, le sentiment que donne le Président de décider seul, ou en tout cas d’être imperméable aux raisonnements tenus par son camp et aux promesses qui étaient contenues dans son programme. Le pacte de responsabilité, le CICE, sont bien dans cette veine, dans cette inspiration qui percute l’intérêt général selon la gauche et cherche plus à répondre à une sorte de grand équilibre dans la société française, au-delà des partis, qu’à une cohérence idéologique dont le candidat de 2012 aurait été l’incarnation ou la synthèse.

Pour François Hollande, il est très probable qu’un Emmanuel Macron cristallise cette idée d’un intérêt supérieur de la nation qui excède (dans tous les sens du terme) les idées de gauche. Les réactions que ses propos sur les 35 heures ont provoquées à La Rochelle en disent long sur la distance qui existe entre la ligne au pouvoir et celle du parti.

En 2017, Hollande n’aura guère le choix: soit il parvient à refonder une synthèse crédible avec les militants du parti, fondée sur une nouvelle promesse conforme à la tradition idéologique du parti et il pourra dissiper les doutes qui se sont accumulés dans son propre camp sur sa personne. Soit il reste dans l’ambiguïté actuelle, et les partisans de son éviction, probablement avant même le scrutin, risquent fort de donner de la voix.

A de nombreux égards, en effet, le mandat de Hollande se sera réduit à une vision technocratique de la France et de l’Europe, sans « âme » et sans le charisme nécessaire à une levée d’enthousiasme. Les militants du PS sont-ils prêts à donner leur investiture à un comptable passionné par les boîtes à outils? Rien n’est moins sûr.

Un commentaire

  1. pierre dit

    A nuancer, car 2017 ne sera absolument pas une élection « normale ».

    Hollande s’appuie sur 2 leviers pour déjouer les règles du jeu politicien.

    -la haine de sarkozy : ici il faut faire preuve d’empathie, se glisser dans la peau d’un bon vieux gauchiste… Au 1er tour, il y a Sarkozy et Hollande…. malgré tout, le gauchiste votera pour Hollande… TOUT SAUF SARKO.
    Ca a déjà marché en 2012, ça marchera encore plus fort en 2017.

    -le fait que 2017 est une élection présidentielle… A UN SEUL TOUR.
    Il s’agit d’arriver 2ème derrière le FN…
    Là encore, Hollande peut passer en force. La propagande depuis 30 ans est tellement ancrée, que le socialo de base, qui se sent objectivement trahi par Hollande… sera OBLIGE de voter pour lui, afin de faire barrage au FN, aux heures les plus sombres de notre histoire, enfin vous connaissez la musique.

    Le plan est risqué, mais gagnable.

    Il y a une seule condition technique qui me semble importante : Hollande doit tuer dans l’oeuf d’autres candidatures de « gauche ».
    Les écolos, c’est quasiment fait. Reste Mélanchon.

    On imagine bien Hollande quelques mois avant, passer subitement un accord de « rassemblement », avec les mélanchonistes, devant l' »aggravation de la situation nationale » (il y aura sans doute des attentats) et la nécessité de faire barrage au FN.

    Le second candidat de gauche se retirerait alors.

    Hollande joue ainsi sur de velours… Plus il descend dans les sondages, plus la situation s’aggrave, plus il gagne en leverage et peut dire à ses troupes : « c’est Sarkozy/FN ou moi, vous n’avez pas le choix ».

  2. ikomal dit

    Il faut être très clair : on en a marre. Marre de Hollande, marre de Sarkozy, marre des tête chenues comme Juppé ( 1995 … il y a 20 ans !). Je déteste le FN, je vomis MLP, mais si le choix c’est entre MLP, Hollande et Sarkozy ou Juppé, et bien je voterai pour MLP. Et au « troisième tour », je voterai pour ma députée qui fait ce qu’elle peut dans son métier de chien pour défendre ce qui me semble essentiel (même si je ne suis pas d’accord avec tout ce qu’elle dit ni satisfait de tout ce qu’elle à pu faire, évidemment). C’est un pari risqué pour une cohabitation qui s’annoncerait sportive et rigolote (surtout si MLP présidente tente le coup du referendum sur les questions européennes comme elle le dit actuellement), mais c’est le « moins pire » que je peux concevoir.

  3. bip20 dit

    « En 2017, Hollande n’aura guère le choix: soit il parvient à refonder une synthèse crédible avec les militants du parti (…) »

    Les militants du parti sont-ils si clairvoyant que cela pour établir un programme crédible ? Par exemple, votre article sur la sécurité sociale est très instructive, mais risque d’hérisser les cheveux de ces militants, preuve que la plupart vivent dans un monde parallèle fait de rêves et de promesses éternelles.
    D’ailleurs, qui oserait s’affronter à un problème tel que celui-ci alors que la philosophie du politique demeure le « pas de vague » ?

  4. On voit bien qu’il y a un problème. On note l’intérêt général. Or ce qui nous intéresse c’est le bien commun; et le bien commun n’est pas l’intérêt général, lequel pourrait supporter le sacrifice du plus faible.
    La différence est forte de conséquence. Ce socialisme(ce socialiste) n’est pas à la hauteur.
    AD

  5. Vous avez raison et, pourtant vous vous trompez.

    Vous avez raison dans votre analyse de notre très médiocre président mais vous vous trompez dans les conclusions que vous en tirez. Je suis prêt à prendre le pari.

    La France technocratique et la France socialiste ont un intérêt commun : ce sont les abrités du Système. C’est un mariage de raison et non d’amour, mais ce sont quelquefois les mariages qui durent le plus.

  6. David dit

    Y a t.il plus fourbe que ce Hollande ? Je ne crois pas. Le coup fait a Valérie en dit long, sur le fond et la manière d’agir du bonhomme. Pareil donc dans ses relations avec son entourage politico… il est capable
    de tout. Sa haine pour Sarko relève d’une pathologieiincomprehensible

  7. David dit

    Pour un président de tous les Français. Ce qui prouve une bêtise prête a tout sacrifier pour parvenir . En jouant des coudes .a mettre en place ce que monsieur veut. C’est bien un esprit de gauche rassurezvous . Rappelez vous comment saints Martine nous a engluée avec ses 35h qui hélas n’ont rien apporte aux Francais

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *