Accueil » La guerre comme extension du bordel français par d’autres moyens

La guerre comme extension du bordel français par d’autres moyens

Cet article a été lu 7035 fois

Que la France entre en guerre n’est pourtant pas un événement anodin! Il est stupéfiant que l’annonce de frappes aériennes contre le Syrie se fasse entre une tartine sur le droit du travail et une rondelle de saucisson sur les impôts. Il n’y a plus de respect et plus de tradition, mon bon Monsieur, dans l’art de déclarer la guerre, et François Hollande est un iconoclaste de premier ordre, avec ses frappes sans déploiement au sol glissées dans une conversation comme s’il s’agissait d’une décision de gestion parmi d’autres.

Une fois de plus, les mauvais esprits qui se souviennent de la phrase de Clausewitz: « La guerre est la continuation de la politique par d’autres moyens » se disent: mais quelle politique François Hollande veut-il continuer par la guerre ? Et là, un grand vide s’ouvre sous leurs pieds…

La guerre pour quelle politique?

Je m’efforce de percer les mystères de la stratégie française dans le monde arabe, et singulièrement en Syrie ou dans ce qu’on appelait à une époque le Machrek. Sauf erreur de ma part je n’y vois guère plus d’épaisseur que dans une note d’énarque à l’épreuve de diplomatie, au classement de sortie de l’école. En dehors des banalités qui s’échangent dans les dîners des beaux quartiers et qui tiennent lieu de pensée unique sous les lambris de la République (le cerveau de la technostructure ayant autant horreur du vide que du plein), on n’y voit guère d’ossature reposant sur une quelconque compréhension de la région ni sur une quelconque vision au-delà des trois mois qui arrivent.

Au fond, tout se passe comme si Bernard Henri-Lévy était devenu le penseur officiel de la République. En dehors du leit-motiv: « Bombardons Daesh et tous nos problèmes seront réglés », on peine à trouver un fil conducteur. Mais c’est peut-être cela l’apothéose de la nouvelle philosophie dont BHL fut l’un des hérauts: le recours à des baguettes magiques pour sublimer le réel. En digne pratiquant de cette pensée mystique, François Hollande ne dit pas autre chose. Survolons le territoire du Daesh, en y envoyant des bombinettes « quand nous serons prêts », et les problèmes se résoudront. Le terrorisme va disparaître, les réfugiés vont arrêter de traverser la Méditerranée et la paix va revenir.

On comprend mieux pourquoi François Hollande est allé inaugurer, l’après-midi, l’exposition consacrée à Osiris (Dieu égyptien qui retrouve son unité après avoir été démantelé) à l’Institut du Monde Arabe, le fromage qu’il avait déposé dans le bec de Jack Lang début 2013. Sa pensée diplomatique n’est plus compréhensible par les profanes: elle puise directement dans les profondeurs de la spiritualité orientale, et seuls quelques égyptologues peuvent désormais prétendre comprendre la politique étrangère de la France dans le monde arabe.

La guerre aérienne comme degré zéro de la diplomatie

Que l’intervention aérienne de la France soit totalement inutile ne fait évidemment de doute pour personne, même pour les plus pacifistes ou les moins connaisseurs du fait militaire. Le largage de bombes au-dessus d’un territoire n’a jamais permis de régler la moindre question politique au sol et il faut une culture historique médiocre pour savoir que tous ceux qui ont prétendu le contraire avaient des buts inavouables à cacher.

L’un des pionniers du règlement politique par la guerre aérienne fut, par exemple, Hermann Göring, selon qui l’Angleterre pourrait être mise à genoux grâce à d’intenses bombardements sur Londres. La suite prouva le caractère très aléatoire de cette affirmation. Inversement, les Alliés soutinrent eux-mêmes, au nom de la théorie des bombardements stratégiques, qu’ils pourraient mettre l’Allemagne à genoux en déversant des bombes sur ses villes, à défaut de pouvoir débarquer sur les côtes normandes. Les résultats de cette politique furent très discutables…

S’agissant d’une insurrection contre l’armée régulière de Bachar el-Assad, on voit mal comment la politique de bombardement pourrait porter plus de fruits que les échecs retentissants engrangés depuis des décennies sur le même sujet. Il est évident que si notre politique au Proche-Orient se limite (si l’on ose dire) à l’ambition de se débarrasser de Daesh sans construire aucun régime durable fondé sur un Etat solide, seule une intervention au sol est susceptible d’atteindre le but que nous nous sommes fixés.

C’est ce qu’on appelle couramment le degré zéro de la diplomatie qui, comme son nom l’indique, ne devrait produire aucun résultat tangible.

La guerre comme continuation du bordel français

Mais, bien entendu, la question de la survie ou non de Daesh, nous l’avons bien compris, n’est qu’un élément accidentel de la politique française, un prétexte, une sorte d’emballage tonitruant qui dissimule la sucette acidulée à laquelle il va falloir se coller. On ne bombarde pas dans l’intérêt des migrants, ni même pour combattre le terrorisme, on bombarde pour mettre l’opinion française sous tension et la pousser à aimer un Président de la République à la ramasse, mais candidat à sa propre réélection.

François Hollande compte évidemment sur deux ficelles pour promouvoir sa cause.

Première ficelle, l’image quasi-puérile du héros de guerre que les Français aiment parce que c’est la guerre, parce qu’il la gagne, et parce que cela nous donnera un beau défilé du 14 Juillet. Les Français l’aimeront comme ils ont aimé Bonaparte vainqueur d’Austerlitz. Bon, d’accord, on ne va quand même pas faire une vraie guerre avec des vrais soldats, mais après tout il ne s’agit de devenir un dictateur qui soumet son trône au plébiscite. Ses ambitions sont plus modestes: une toute petite guerre pour gagner quelques points au premier tour, histoire de ne pas être annihilé par Marine Le Pen dès les premières longueurs. Une mini-guerre, en quelque sorte, pour un mini-héroïsme et un mini-score.

Deuxième ficelle: pas de zizanie en temps de guerre. Pendant que nos pilotes mettent leur vie en jeu, la France doit rester unie. La méthode fonctionne toujours: on ne critique pas un Président qui conduit les armées en mouvement, etc. La technique est bien connue, et elle garantit sa part de succès. A défaut de susciter l’enthousiasme, elle neutralise les critiques de l’opposition qui ne veut pas apparaître comme « traîtresse ».

Au fond, la guerre en Syrie a exactement la même fonction que la guerre au Mali ou en Centrafrique: une fonction immédiate d’intervention militaire, et une fonction durable de remontée dans les sondages.

Il faudrait commencer à comptabiliser le coût exact de la candidature de Hollande en 2017.

Un commentaire

  1. pil dit

    Hollande suit les sondages et l’opinion française qui s’imagine que Daesh est ce qui provoque l’émigration syrienne. 95% des civils syriens tués le sont par le régime Assad et 2,7% par Daesh, sauf que Daesh fait des vidéos et la promo de ses exactions, Assad s’en garde bien. Les syriens fuient d’abord le régime Assad.

    Les francais s’imaginent que Daesh peut être neutralisé par une armée française qui n’a pas les ressources pour cela. Donc Hollande surfe sur l’opinion publique et enverra quelques bombinettes en Syrie aussi coûteuses qu’inutiles :
    http://aboudjaffar.blog.lemonde.fr/2015/09/07/grappin/#xtor=RSS-32280322

  2. J’ai compris, il y a de cela quelques mois, on avait une aviation militaire qui était déjà en action au côté des Etats-Unis. Si je comprends bien cela aurait cessé sans qu’on nous le signifie? Où en est-on?
    Seul, nous irons bombarder! En effet quelle est la stratégie de la France? Pour quel motif irions-nous tout seul? Je souhaiterais connaître la position réelle du haut commandement militaire français? De l’Etat-major?
    Ces décisions sont pour le moins curieuses. D’autant que la France avait reproché de se retrouver seule dans l’intervention au Mali. Où en sommes-nous d’ailleurs dans ce conflit? Comment ce dernier a évolué? Quelles sont les réalités? Car une guerre a un début et une fin. Alors au Malin, dites-nous?
    Pourquoi aller seul par les airs alors que les faits antérieurs démontrent qu’un pays ne peut se libérer que par une action à terre. Que fait l’OTAN? Pourquoi n’entendons-nous pas les Etats-Unis? Pourquoi n’attendons-nous pas les autres dirigeants européens? Que se passe-t-il?
    Que se passe-t-il en France pour qu’une telle décision soit choisie?
    Comme le souligne le post d’ EV si c’est pour redorer le blason du Président, c’est très décevant. Allons, allons, il doit bien y avoir une autre raison. Mais laquelle? Qui a une idée sur le sujet?

    • Bruno Anthoine dit

      J’ai laissé un commentaire assez long, et pourtant très peu développé, plus bas, qui explique pourquoi. Car la guerre sert toujours avant tout des intérêts économiques, bien évidemment.. Sauf qu’ici, il ne s’agit pas des intérêts économiques français, mais bien américains…. !!! Donc en gros pour deux raisons: entraver l’accès de la route du pétrole continentale à la Chine et récupérer un maximum d’or partout dans le monde pour tenter d’éviter une faillite des USA et de leur système financier et monétaire…….

  3. pierre dit

    Comme d’habitude, on oublie le passé. Même récent.

    Hollande suit, bel et bien, une stratégie. Dit comme cela, on pourrait rire. Et pourtant.

    Depuis son élection, et avant lui son prédécesseur, la stratégie de la France est de faire tomber Assad (pour des raisons variées, trop long de développer ici).

    C’est une constante. Hollande l’a encore répété ce matin : pas question de faire quoi que soit qui puisse « aider » le régime d’Assad.

    Rappelons que fin aout 2013, après l’opération médiatique « attaque chimique », il était prêt à bombarder Damas.
    http://tinyurl.com/p7bj93e

    Fabius tenait un discours haineux. Tout était prêt. Obama a annulé au dernier moment l’opération, sous pression russe. Neuneu s’est retrouvé à poil.

    Flash forward 2 ans après. Rien n’a changé. Sous prétexte de « Daech », on va en remettre une couche. Comme les Turcs qui prétendent attaquer Daech, alors qu’ils… bombardent le PKK des Kurdes…

    Comme disait Audiard, c’est un « piège à cons ». Grossier, mais ça marche.

    Madame Michu et Tonton Charlie sont maintenant tout colère contre « Daech » le nouveau croquemitaine.

    Enfin, vous posez une question -toute rhétorique- au sujet du coût de la candidature de Hollande.

    Le vrai prix nous allons le connaître quand, le même Daech, commettra, fort opportunément, des attentats dans les grandes métropoles européennes.

    Mais des trucs sérieux, hein, pas les amateurs de banlieue, mi racaille mi islamistes d’opérette, avec 1 kalach achetée d’occase sur Ebay…

    Non. Le vrai terrorisme. Celui que l’on voit en Irak par exemple, en Syrie, depuis des années… Le camion piégé, et des bilans qui se chiffrent en centaines de victimes…

    Car il faut remettre les choses en perspective :
    -l’Europe est un moulin, sans frontière
    -des centaines de milliers de personnes arrivent ainsi, sans contrôle, depuis la Syrie, la Lybie etc.
    -par ailleurs les mafias font rentrer en Europe des camions entiers de contrebande : on trouve tout comme à la Samaritaine : drogue, tabac, alcool, etc. Mouvements massifs de marchandises, dans tous les sens, y compris donc des trafics d’êtres humains.

    … et malgré tout ce bordello insensé, et malgré un ennemi qui nous « hait » (Daech, souvenez vous)… personne n’est capable d’amener à Paris… un petit pain d’explosif militaire, et de se faire sauter dans une rame bondée du RER A un vendredi en fin d’après-midi ?

    Comment ? La police française est tellement efficace qu’elle arrête tout ? On peut en douter quand on le voit les récents fiasco…

    Cela n’a bien entendu aucun sens.

    Bref… La question n’est pas « si »… mais uniquement « quand ».

    Et comme on a eu Merah en 2012 juste avant les présidentielles, on aura du sang en 2017.

    Et inutile de verser dans les « conspirations »… Avec la politique suivie par Hollande, il suffit d’attendre. A force de bombarder chez eux, et à force de les faire venir, ils finiront bien par vouloir se venger. Sur notre sol.

    Bien entendu, après les premières explosions, notre vaillant chef des armées lancera des représailles massives contre « Daech » en Syrie.

    La France sera ainsi en « guerre », Bush style 2001… Mélanchon se désistera au profit de Hollande, « en ces temps troublés », et neuneu pourra être réélu, et des millions de Français seront « Charlie » et organiseront des « marches blanches » avec des banderoles « plus jamais ça ».

    Le scénario est kitch, voire grossier, je sais, mais pourtant -hélas- assez probable.

      • Philippe B dit

        Mon cher ami, avez vous jamais mis les pieds en Syrie ? Si votre culture de ce pays se limite aux brillants articles du Monde, articles d’une partialité rare et dignes des meilleurs moments de la Pravda, alors il serait mieux de s’abstenir de faire des commentaires.

        • pil dit

          Assez grotesque votre com, franchement… Vous n’avez aucune connaissance historique des rapports des Assad avec la France. Louis Delamare, ca vous dit quelque chose ? Au fait ?

          • Philippe B dit

            Mais bien entendu , tous les assassinats perpétrés au Liban sont le fait de la Syrie, tous les libanais vous le diront… Un peu sommaire le parallèle , le grotesque n’est pas forcément ou l’on pense. Les choses ne sont pas aussi binaires que vous semblez le penser, surtout au moyen orient. Au fait, vous n’avez pas répondu à ma question : avez vous jamais mis les pieds en Syrie ? Franchement j’en doute.

  4. pierre dit

    On a compris PIL, Assad est très vilain, et il tue des tas de gens. Et après ?

    Vos commentaires lapidaires, de 3 lignes et demi, dès qu’on parle de la Syrie, vous rangent de facto dans la catégorie Troll, sous-catégorie « Catburry » (vous savez les biscuits… trop courts).

    Le débat ici est Hollande, la politique qu’il suit en Syrie. Et ce qu’il pourrait faire.

    Développez vos arguments.

  5. Bruno Anthoine dit

    Vous me décevez un peu pour une fois Mr Verhaeghe. Croyez-vous vraiment l’engagement français dans les guerres au Mali, Centrafrique et Syrie soit le fait d’une réflexion purement « politicienne » (et non « politique »)? Sérieusement? La réalité: En Afrique et au Moyen-Orient, les USA essaient de contrer la Chine. Point barre. C’est la base de la géopolitique américaine (c’est le cas partout dans le monde, y compris en Europe – avec le TTIP, et en Asie-Pacifique – avec le TTP, et avec la stratégie de « pivot vers l’Asie » du prix Nobel de la Paix Obama, qui positionne ses plus grandes flottes dans l’océan indien et dans le pacifique). Avec le fait que les USA essaient de récupérer un maximum d’or partout dans le monde (tiens-tiens on parle … du Mali…, de la …. Centrafrique… et de la Syrie – qui est voisine du Liban, le deuxième détenteur d’or/habitant dans le monde, ainsi qu’au carrefour de la zone la plus pétrolifère du monde) pour essayer de masquer et surmonter leur faillite et de consolider leur système financier, ainsi que le dollar (il s’agit là, avec l’or, d’une politique constante des USA depuis au moins la fin du système de Bretton Woods).
    Donc, le rôle de la France dans cette histoire. Oui, il est probable que Neuneu en profite pour gagner des points de popularité. Mais la vérité, c’est surtout que la France est aux ordres des USA (je pèse mes mots!). Je vous recommande de lire la stratégie militaire du colonel Barnett qui est en vigueur depuis 2011: elle est la clé de compréhension. Et une fois qu’on l’a lue, tout s’éclaire directement. En vérité, les USA, se considérant sur « le déclin » (depuis au moins Brzezinski et son livre « Le Grand Echiquier » (1997) ) ne considèrent plus pouvoir « conserver l’ordre » dans le monde seuls. Ils n’ont plus les moyens car la crise financière de 2008 fut terrible, qu’en 2011, la priorité d’Obama allait à la consolidation de l’économie interne du pays (sans laquelle on ne peut, logiquement, mettre en oeuvre une politique étrangère solide), et que par conséquent, la stratégie du Colonel Barnett est de s’appuyer sur des « états pivots » qui agiraient dans les intérêts américains (tout en y récoltant, bien sûr quelques intérêts eux aussi – comme le pétrole lybien, par exemple – sachant que les immenses réserves d’or lybien furent volées directement par les USA dès la chute du régime).
    Car oui, l’exemple de la Lybie illustre point par point cette stratégie. Et la Syrie, le Mali, la Centrafrique, le Soudan, l’Ukraine, au minimum, suivent EXACTEMENT la même logique. La stratégie dans ces pays est bien de récupérer leur or et/ou de contrer la Chine et sa politique de coopération économique (développement structurel des pays sous-développés en échange de matières premières – à commencer par l’or et le pétrole).
    La France y trouve bien sûr quelques intérêts lorsqu’elle va guerroyer à l’étranger, mais c’est bien les USA qui y l’intérêt supérieur. N’oubliez pas que la France est revenu sous Sarkozy dans le commandement intégré de l’OTAN et que ce sont les USA qui ont commandé l’intervention anglo-française en Lybie. Bien que cela doive probablement rendre complètement fous les services de renseignements et l’Etat-major français, la France n’est qu’un exécutant aux ordres de Washington, le nier serait faire preuve d’une naïveté ridicule. François Hollande, tout comme Sarkozy (un des plus grands traitres de la France, qui a réintégré la France dans le commandement intégré de l’OTAN et qui a vendu 600 tonnes d’or en échange de dollars-papiers sans valeurs aux USA), ne sont que des pantins qui, coincés entre les USA, le FMI et l’UE (qui répondent également avant tout aux intérêts US), n’ont aucunes liberté de mouvement (excepté sur des sujets-bateaux de politique intérieur tels que les taxes qu’ils ne cessent d’imposer aux citoyens).
    Bien cordialement.

    • Robert Marchenoir dit

      C’est un colonel qui décide la doctrine militaire des Etats-Unis ? Les Etats-Unis ont une politique monétaire basée sur l’or ? Le Liban est sous contrôle américain ? Si un Etat voulait accroître ses réserves d’or, il ferait la conquête du Liban, parce que le Liban possède beaucoup d’or ?

      Vous devriez arrêter d’apprendre l’histoire et l’économie dans des bandes dessinées. Vous devriez arrêter de vous faire le porte-parole de la désinformation des services secrets russes.

      Vos élucubrations portent un nom : complotisme. Jadis, on appelait cela, tout simplement : superstition.

      Je constate que de plus en plus de gens, qui s’imaginent à l’évidence très intelligents, ne sont pas plus raisonnables que ceux qui croyaient, au Moyen Age, que les sorcières apportaient la peste. Le niveau baisse, de façon générale.

        • Bruno Anthoine dit

          Autant pour moi, j’écris en vitesse sorry pour ça. Donc j’insiste, la politique étrangère américaine est basée sur l’or, dont le cours est manipulé depuis 40 ans à la baisse, pour maintenir le dollar comme monnaie de référence et éviter son effondrement. Je signale à toutes fins utiles que personne n’a le droit d’aller faire un audit des réserves d’or de la Fed aux USA, pas même le gouvernement américain lui-même, qui s’est vu refuser cet audit par Ben Bernanke pour raison de « sécurité nationale ». La raison est simple, les comptes sont truqués, bien sûr, et un audit le révèlerait. Méga complotiste cette info hein! D’autant plus quand on met en lien l’info selon laquelle l’Allemagne a demandé a récupérer son or (ce n’est pas le seul pays à l’avoir fait d’ailleurs) et que les USA leur ont dit que cela prendrait… 7 ans pour le faire!!!!!!! Pourquoi 7 ans et pas 3 mois????? Parce qu’ils n’ont plus l’or de l’Allemagne. Ils leur ont rendu quelques lingos 18 carats au lieu des 24 carats déposés par l’Allemagne durant la guerre froide. Houla, mais quel complotiste ce Bru (dingue). Les USA sont en faillite vous le savez au moins? Et pourquoi est-ce qu’ils sont en faillite nom de Dieu (pardon de jurer, c’est une crise de complotisme sans doute)??
          Les USA veulent récupérer un maximum d’or dans le monde pour soutenir leur monnaie, le dollar, qu’il ne tient qu’à eux d’imprimer, et fait tout ce qu’elle peut pour que les grands détenteurs d’or le revende, depuis des dizaines d’années, à commencer par le Canada et le Mexique, qui sont des grands producteurs d’or (et qui n’ont pourtant presque plus de réserves, paradoxalement: il ne reste que 3 tonnes d’or dans les réserves du Canada, alors qu’elle en extrait environ 100 chaque année!!), mais aussi l’Afrique du sud ( et tout ça, évidemment, pour faire baisser le cours de l’or et renforcer le dollars!). Ils manipulent le cours de l’or et incitent les états (Belgique, France – Sarkozy a quand même bien vendu 600 tonne de l’or français, pourquoi pas le Joconde tant qu’il y était?, Pays-Bas, Suisse, Angleterre, Mexique, Canada…) à vendre leur or pour garder le cours le plus bas possible tout en le manipulant. Et je vais aller plus loin: des documents déclassifiés de la CIA, tout à fait accessible grâce à la grande transparence des archives américaines (reconnaissons leur ça) montrent que depuis au moins 1968 (tiens, quelques mois avant le vote d’une loi déconnectant le dollars l’étalon-or, qui entrainera 3 ans plus tard la fin du système de Bretton Woods….) Non mais ça m’énerve! En plus, ils ont carrément volé l’or de la Libye, l »or du peuple libyen, le peuple le plus développé d’Afrique avant le coup d’Etat de 2011! Et en Ukraine, pareil, ils ont volé l’or ukrainien après le coup d’Etat en 2014. C’est un fait que vous interpréterai comme vous le voudrai.
          De plus la le début de la guerre en Syrie, vous n’allez quand même pas croire que cette jolie rébellion pacifique des premiers mois fut spontanée (pour certain peut-être, d’accord, mais voyons la suite, après les premiers événements de 2011)? Vous avez suivi les événements de Libye? Vous avez regardé France2 et TF1? Il s’est passé quoi là? Le Kadhafi, on l’a quand même bien renversé non? Et comment on a fait? Cette rébellion créée et soutenue par le Qatar, l’Arabie Saoudite et les services de renseignements américains et européens (faisons court) pour faire une transition démocratique a effectivement remarquablement réussi sa mission!! Et c’est la même chose qui se passe en Syrie bien sûr. Tous les opposants à Bachar Al-Assad (ok presque tous) ils sont ou maintenant? Chez Al-Nosra et l’Etat-Islamique ou bien? Et qui a soutenu et financé ces opposants? Evidemment, la France, les USA, l’Angleterre,… (pour changer un peu), via le Qatar et l’Arabie Saoudite, les deux grandes démocraties du Moyen-Orient sur lesquelles le reste des pays arabes devraient prendre exemple, nos plus grands alliés pour la promotion de la démocratie, la paix et les droits de l’homme au Moyen-Orient bien sûr!
          Et j’insiste, la France n’est qu’un exécutant. Bien sûr que si. La politique étrangère de la France est alignée sur celle des USA, est-ce si difficile à imaginer? Mince mais pourquoi la France a-t-elle réintégré l’OTAN? Par peur d’une invasion russe, arabe, allemande?? Quels intérêts la France défend-elle en Syrie? J’attends réponse. A mes yeux, ce sont surtout les intérêts américains qu’elle défend (et aussi les intérêts qataris et saoudiens). En ce sens, de la même manière qu’au Mali (oh tiens, il y a beaucoup d’or là-bas, en Centrafrique aussi, en Libye aussi, en Ukraine aussi – mais que fout la France sérieux? Elle ne fait rien pour elle!!), la France ati toujours dans le sens des intérêts américains. Quels intérêts trouve-t-elle à se fourrer dans des dossiers qui la dépasse? Pour les droits de l’homme? Pour la paix? Vous rigolez ou quoi?
          Certes il y a des intérêts pour qu’elle agisse comme ça, elle n’irait pas guerroyer sans y trouver le moindre intérêt. Mais pour moi, il s’agit surtout d’intérêts purement politiciens, à l’image de Thatcher avec sa guerre des Malouines qui l’a fait réélire. C’est pareil pour la France hein vous êtes naïfs ou juste ignare?
          Alors bon pour finir, la doctrine Barnett, le colonel Barnett n’est bien sûr qu’un exécutant, il a élaboré la stratégie à la demande de l’administration américaine, bien sûr, ce n’est pas lui qui décide de la politique étrangère américaine. De plus, c’est à l’université que nous avons étudié cette politique étrangère américaine et non sur des sites complotistes et de propagande russe.
          Très cordialement

          • jacques dit

            « il s’agit surtout d’intérêts purement politiciens, à l’image de Thatcher avec sa guerre des Malouines qui l’a fait réélire » il est totalement faux et très francais de dire que c’est la guerre des Malouines qui a fait réélire Tatcher.
            En plus, cette guerre était une guerre d’autodéfense contre l’agression de l’Argentine.
             » Et en Ukraine, pareil, ils ont volé l’or ukrainien après le coup d’Etat en 2014. » Quel coup d’état. le président de l’époque a renié une de ses promesses électorales ce qui a déclenché des manifestations qu’il a fait réprimé en tirant sur la foule. Il y a eu des nouvelles élections depuis lors. Si cela avait été un coup d’état fait par les méchants fascistes, c’est le parti de l’ancien président qui les aurait gagné ce qui n’est pas le cas.

            En Lybie, il n’y a pas eu de coup d’état mais une guerre tribales. Une bonne partie des tribus(celles qui n’étaient pas au pouvoir) en ont marre de Kadhafi ce qui a déclenché une guerre. Kadhafi aurait de toute facon fini par tomber même sans intervention de la France et du RU. L’erreur s’est d’avoir laisser tomber la Lybie à son sort après la chute de Kadhafi alors qu’il aurait fallu aider le nouveau pouvoir en place. Kadhafi est une ordure qui a pdt longtemps financé le terrorisme, sa mort est une bonne chose

            En Syrie, il n’y a pour ainsi dire presque pas eu d’intervention des pays occidentaux, il s’agit d’une guerre entre l’axe chiite (Iran ,Hezbollah,…)et l’axe sunnite (monarchies du golfe, turquie,…) même si c’est un peu plus complexe que cela.
            Vous devriez arrêter avec votre complotisme

          • jacques dit

            Le régime d’Assad a participé à la création de l’EI et l’a renforcé. L’EI permet de créer un double front pour les « rebelles » (qui sont des islamistes tout aussi dagnereurx). Le territoire de l’EI en Syrie a été abandonné par le régime syrien à l’EI.
            L’une des pincipales raisons de désertion au sein de l’EI c’est le fait que les déserteurs mettent en doute le fait que l’EI s’oppose réellement au régime syrien (il est marrant de voir que chez les déserteurs de l’EI, aucun ne déserte par remords parce qu’ils se disent que c’est mal).
            Lisez ceci pour comprendre la création de l’EI: http://www.postedeveille.ca/2014/06/naissance-de-letat-islamique-en-irak-et-au-levant.html
            Objectivement, l’EI sert surtout les intérêts du régime d’Assad et de l’Iran (grâce à l’EI, l’Iran est en tran de mettre la main sur l’Irak).
            Assad a tout fait pour transformer la rebellion en insurrection islamiste (cela donnait du crédit au fait qu’il luttait contre le terrorisme et cela permettait de rallier l’Occident (ou une partie) à ses côtés). On peut dire qu’il a réussi. Son but était aussi de confessionnalisé le conflit pour avoir le soutien des minorités religieuses

      • Bruno Anthoine dit

        En ce qui concerne le Liban, si mon analyse suit sa logique, le Liban devrait être un des prochains pays à voir son or « loué », « déposé », « vendu », à qui, ça ça reste encore à voir, mais de toute façon, dans l’intérêt du dollar américain.

      • jacques dit

        n’importe quoi. Les USA n’ont joué qu’un rôle minime en Lybie. Si un pays a poussé la France à intervenir en Lybie c’est pas les USA mais le Qatar.
        Il faut arrêter avec l’antiaméricanisme primaire.
        La France est sorti de l’Otan car elle ne voulait pas avoir d’armes nucléaires américaines sur son sol (en cas de conflit, cela aurait exposé la France à des bombardements de l’URSS). La guerre froide étant finie, la France avait toute les raisons de revenir dans l’Otan.
        Le budget de la défense n’a pas cessé de baissé, la France avait tout intérêt de revenir dans l’Otan. La France des années 2000 n’avait plus grand chose à voir en terme de puissance avec la France de De Gaulle

    • jacques dit

      Le monde est bcp plus complexe que vous avez l’air de croire. Sincèrement, je ne sais pas si il faut vous plaindre de n’avoir aucun esprit critique ou vous envier du fait d’avoir une vision très simpliste du monde car cela doit tellement être plus facile et plus agréable

    • jacques dit

      « . Croyez-vous vraiment l’engagement français dans les guerres au Mali, Centrafrique et Syrie soit le fait d’une réflexion purement « politicienne » (et non « politique »)? » Il y a plusieurs raisons. La guerre au Mali et en Centrafrique ont été faites en partie pour les raisons officielles mais il y a aussi des raisons officieuses comme l’ont montré certains experts au moment du déclenchement des guerres mais il ne s’agit pas de protéger l’intérêt américain mais de protéger l’intérêt francais dans ces deux pays. le sous-sol du nord malien a un grand potentiel. Au sein du Quai d’orsay, il y a une division en plusieurs groupes: certains sont plutôt des idéologues droitsdelhommistes d’autres sont des pragmatiques préconisant une realpolitik. Il est totalement faux de dire que la France est le caniche des USA. Si vous avez suivi l’actualité internationale, vous feriez qu’il y a pas mal de divergences (sur le dossier syrien, l’accord avec l’iran, Egypte,….). En plus, excusez moi mais j’ai du mal à voir en quoi les bombardements francais en Syrie aideront à prendre l’or syrien. Les USA n’ont pas besoin de la France pour bombarder l’EI en Syrie, ils ont les capacités de le faire tout seul. L’auteur a parfaitement raison pour le cas syrie qui a été déclenché pour des raisons politiciennes.
      Peut être que vous ne savez pas mais si l’Europe est si dépendant militairement des USA et de l’Otan c’est à cause de De Gaulle. De Gaulle a fait échoué le projet d’une défense commune européenne qui aurait permis de moins dépendre militairement des USA. L’Europe a deux solutions en matière de défense: soit continuer comme maintenant et dépendre militairement des USA soit unifier les armées pour avoir une défense européenne commune qui nous permettra de bcp moins dépendre des USA. Si l’Europe dépent autant des USA en matière de défense c’est uniquement de sa faute, elle n’a pas arrêté de diminuer le budget de sa défense. Pour être moins dépendant militairement des USA, cela a un coût (financier).

    • jacques dit

      En plus, contrairement à ce que vous avez l’air de croire, la politique étrangère varie d’une adminstration à l’autre. Il faut être de mauvaise foi pour ne pas reconnnaitre que la politique étrangère n’est pas la même sous Obama que Bush. certes, il y a tjs certaines choses communes mais il y a quand même de fortes variations

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *