Accueil » Réfugiés: l’amusante « soumission » des universités au Qatar

Réfugiés: l’amusante « soumission » des universités au Qatar

Cet article a été lu 5179 fois

Chacun a en tête le dernier roman de Michel Houellebecq, Soumission, qui raconte comment des universitaires parisiens de gauche en arrivent à accepter l’islamisation de leur université pour conserver leur confort et améliorer leur salaire. Ceux qui ont lu le communiqué du président de l’université Paris-I qui suit:

réfugiés

ont évidemment fait le rapprochement. Alors que 1.500 étudiants franciliens n’ont pas trouvé la place qu’ils souhaitaient à l’université, le Qatar prend directement en charge l’accueil de 100 étudiants réfugiés à la Sorbonne.

Première question: pourquoi ces étudiants ne sont-ils pas accueillis au Qatar? C’est quand même curieux cette façon de nous payer pour accueillir des gens dont ils ne veulent manifestement pas…

Deuxième question: mais pourquoi un président d’université laïque trempe-t-il dans ce genre d’opération politicienne ?

La nouvelle m’a bien fait marrer en tout cas. Je suis moi-même passé à Paris I et, à l’époque, c’était (de notoriété publique) la fac gaucho où la religion n’avait pas droit de cité. Je me souviens des enseignements anti-cléricaux des Sala-Molins, des Balibar, des Comte-Sponville, et de quelques autres qui portaient haut et fort les couleurs de la liberté de pensée, voire de la libre pensée. Tout ça pour ça!

Qu’on ne nous baratine plus, en tout cas, sur le manque de moyens de l’université française.

6 commentaires

  1. JCG dit

    Les universités ont besoin d’argent et on tourné le dos aux idéologies gauchistes.
    Le communiqué surfe sur les bons sentiments du moment, pas très finement et sans états d’âmes. Mais depuis 2007 au moins la finesse n’est plus en odeur de sainteté en politique.
    Sous Sarkozy, on aurait eu droit à un communiqué de l’Elysée ! Les communicants de l’Elysée actuelle ont moins de peps, ou sont plus normaux. Comme on voudra.

  2. Robert Marchenoir dit

    C’est une stratégie mondiale des islamistes pour noyauter les universités occidentales. Un peu partout, à commencer par les Etats-Unis, éclosent des « chaires Ben Machin » judicieusement financées par des pays musulmans, et consacrées, quelle surprise ! non pas à la sexualité des libellules du Costa-Rica ou aux mathématiques topologiques, mais à tel ou tel passionnant aspect de la « civilisation » et de la culture musulmanes.

    Et il ne s’agit là que d’un volet du djihad « pacifique », mais d’autant plus sournois et encore plus dangereux que l’autre : le noyautage des institutions éducatives, mais aussi politiques, juridiques et financières.

    En Grande-Bretagne, les autorités se sont récemment réveillées pour découvrir qu’un district entier de l’Education nationale locale avait été investi et capturé par les musulmans. Ils avaient pris le pouvoir dans les écoles (publiques !) de la région, installé leurs hommes à leur tête, instauré un enseignement islamique et obligé les professeurs non musulmans à se soumettre ou à se démettre.

    Les autorités centrales ont, cette fois, vigoureusement réagi et lancé un grand coup de balai, mais il n’est pas sûr qu’elles en auront toujours la possibilité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *