Accueil » L’Afrique est-elle vraiment le berceau de l’humanité?

L’Afrique est-elle vraiment le berceau de l’humanité?

Cet article a été lu 36611 fois

L’Afrique est-elle le berceau de l’humanité, comme le répètent inlassablement les grands discours officiels sur l’universalité de l’Homme? Des découvertes récentes bouleversent cette théorie habituelle selon laquelle l’espèce humaine serait née en Afrique et se serait ensuite répandue à la suite d’un événement climatique qui aurait asséché la savane il y a deux millions d’années. C’est à ce moment que les premiers humains auraient cherché refuge en Asie et en Europe.

L’Afrique berceau de l’humanité: théorie ou idéologie?

On mesure évidemment la sensibilité extrême du sujet qui affleure dans cette théorie. L’idée que l’humanité soit apparue en Afrique, quelque part dans les gorges d’Oldupaï, dans l’actuelle Tanzanie, fonde une anthropologie post-moderne tout à fait saisissante: l’Africain constitue en quelque sorte l’homme universel et les Européens en sont un simple dérivé.

Après leur sortie d’Afrique de l’Est, les hommes de la première vague auraient emprunté les plaines du couloir levantin, l’actuel Proche-Orient. Ainsi, ils seraient parvenus en Italie, en Espagne et en France, il y a environ un million d’années. Cette première vague migratoire, dont les archéologues ont retrouvé de nombreux sites, est caractérisée par un outillage essentiellement constitué de galets taillés et d’éclats peu retouchés.

Selon cette même théorie, une deuxième vague aurait eu lieu vers 500.000 avant Jésus-Christ, passant peut-être par le détroit de Gibraltar. Puis, vers l’an 100.000 avant Jésus-Christ, l’homo sapiens serait venu d’Afrique vers l’Europe.

Le problème de ces théories est qu’elle sont assez peu étayées par les apports des études génomiques dont les Africains sont les grands absents. Il a fallu attendre ces derniers mois pour qu’une étude ambitieuse commence à cerner ou discerner les origines des populations africaines.

L’Afrique et sa très grande diversité de peuplement

Une étude menée par l’institut Sanger (Grande-Bretagne) a montré l’an dernier que la diversité génomique en Afrique était très large.

Pour commencer, les chercheurs retrouvent dans leurs données la trace de l’expansion bantoue. Cette expansion d’une population paysanne originaire du Cameroun et du Nigéria actuels vers l’Afrique forestière puis orientale et australe se serait produite il y a 3 000 à 5 000 ans. Elle est à l’origine des quelque 450 langues nigéro-congolaises apparentées en Afrique.

Plus surprenant, les chercheurs ont aussi mis en évidence un flux de gènes entre l’Eurasie et l’Afrique de l’Est, survenu entre 7 500 ans et 10 500 ans. Particulièrement évident chez les Éthiopiens, ce métissage entre Eurasiens et Africains traduit ainsi un « retour » dans le berceau de l’humanité des gènes dispersés hors d’Afrique des dizaines de milliers d’années plus tôt lors des vagues successives de sortie d’Homo sapiens hors d’Afrique successives. En masquant dans les données les gènes d’origines eurasiatiques, les chercheurs ont constaté que la diversité génétique africaine décroît fortement, ce qui prouve que les gènes eurasiatiques y ont contribué de façon considérable. Deux interprétations sont possibles : soit la genèse des ethnies découle du mélange à grande échelle de composantes génétiques différentes, dont la composante eurasiatique ; soit plusieurs petits groupes eurasiatiques se sont dispersés en Afrique, où ils ont ensuite été chacun soumis à une forte sélection, qui a accru la diversité de l’apport eurasiatique global. Ainsi, la fondation du groupe Niger-Congo (bantou), qui représente aujourd’hui la majorité de la population africaine, semble résulter de la contribution d’un très grand nombre d’individus, dont des Eurasiatiques, à l’époque de l’expansion bantoue.

Autrement dit, si l’on admet l’hypothèse que l’Afrique est à l’origine du peuplement humain, deux remarques au minimum doivent être faites.

Premièrement, l’Afrique fut le théâtre de nombreux brassages entre tribus ou populations et l’idée d’un peuplement unique qui aurait « rayonné » à partir d’un centre commun mérite donc d’être fortement nuancée. Incontestablement, les diversités génomiques sont intenses.

Deuxièmement, 10.000 ans avant Jésus-Christ, les Européens et les Asiatiques n’avaient aucun problème pour revenir en Afrique avec des pratiques « coloniales ». S’il est vrai que l’Afrique est à l’origine de l’humanité, elle avait connu bien des métissages avec les Européens (à qui elle aurait donné naissance…) dans les millénaires qui ont suivi cette expansion d’origine.

L’Afrique et les génomes européens

Une découverte encore plus récente confirme l’idée que le mouvement traditionnellement décrit comme « ascendant » de l’Afrique vers l’Europe est probablement un peu plus compliqué qu’on ne le croyait. L’étude d’un génome d’un Africain vieux de 4.500 ans a en effet montré que jusqu’à 7% de son génome est d’origine moyen-orientale.

Son analyse a d’abord montré que Mota, ainsi qu’il a été surnommé, avait été très proche des Aris, un groupe ethnique qui vit toujours aujourd’hui sur les hauts plateaux d’Ethiopie. Elle a révélé qu’il avait la peau sombre et les yeux marrons, qu’il était dépourvu d’une mutation qui permet la bonne digestion du lait chez l’adulte – ce qui était attendu pour un chasseur-cueilleur –, mais qu’il en possédait trois qui favorisent encore aujourd’hui l’adaptation à la vie en altitude chez les habitants de ces hauts plateaux éthiopiens.

La comparaison de ce génome avec ceux d’Africains actuels et de fossiles d’Europe s’est montrée aussi très éclairante sur l’histoire des migrations. On soupçonnait en effet que l’Afrique avait reçu il y a environ 3 000 ans un flux de populations en provenance du Croissant fertile, au Moyen-Orient. Comme attendu, Mota, plus ancien, ne portait aucune trace de cet apport génétique. Mais cela faisait de lui un point de référence unique pour déterminer ce qui, dans l’hérédité des populations africaines actuelles, pouvait provenir d’Eurasie.

Le résultat est impressionnant : il suggère que 4 % à 7 % de leur génome a une source eurasiatique, et pas seulement dans la Corne de l’Afrique. C’est aussi le cas pour les Yoruba (7 %) à l’ouest du fleuve Niger et pour les pygmées Mbuti (6 %), souvent considérés comme des populations africaines de référence, c’est-à-dire peu métissées. Cité par Science, le généticien des populations David Reich (Harvard) se dit frappé par l’ampleur de ces mélanges. « On soupçonne depuis longtemps une vaste migration depuis la Mésopotamie vers l’Afrique du Nord, dit-il. Mais une telle migration, visible dans chaque population qu’ils ont étudiée en Afrique y compris les pygmées et les Khoisan [Afrique australe] ? C’est surprenant et nouveau. »

Conclusion: il est très probable que les invasions européennes ou asiatiques se soient multipliées au cours du temps, dans des proportions importantes. Ceci n’infirme pas forcément l’idée d’un peuplement initial de l’Europe par les Africains, mais il est de plus en plus évident que cette théorie ne peut être présentée comme un dogme indépassable.

Dans tous les cas, les peuples installés en Europe n’ont jamais hésité à revenir en Afrique et à se métisser avec les indigènes.

Les études génomiques permettront d’éclaircir tous ces points, mais rien n’exclut que plusieurs foyers de peuplement n’aient existé sur la planète. La théorie de l’Afrique comme origine de l’Homme mérite en tout cas d’être prise avec des pincettes.

42 commentaires

  1. Bip20 dit

    La théorie fantaisiste selon laquelle l’homme n’aurait qu’une seule origine (donc une seule race, cas unique dans l’histoire du vivant, ce qui revient à croire au mythe d’Adam & Eve) se déconstruit petit à petit. Il est temps que la démarche scientifique reprenne ses droits devants les idéologies.

    • Eneec dit

      Est-ce une honte d’apprendre qu’on a des origines africaines? Pourquoi remettre en cause la première théorie qui dit que le premier homme est apparu en Afrique?
      Aujourd’hui, nous pouvons, d’une manière remarquablement, observer comment les occidentaux, l’homme blanc en général cherchent sans cesse des théories venant contredire ou convaincre à nouveau que l’homme vient de l’Europe.
      Cela ne plaît ni aux blancs qu’ils viennent d’Afrique, ni aux noirs de l’Europe. Aucune importance, ce qui importe c’est que nous soyons tous des être humains.
      Il ne faudrait pas toutefois que certains continuent à croire qu’ils sont supérieurs aux autres à cause de leurs différenciations raciales. Il faut que l’esprit d’Eurocentrisme et d’Afro-centrisme cessent, ce temps est révolu, le temps d’esclavage est abolis. C’est quoi ce racisme qui continue et prend de l’ampleur?

      Que nous dit la théorie scientifique? D’abord elle nous apprend que l’homme est le produit de l’évolution, il proviens des primates ( Des singe )… Pourquoi le singe ne continue pas alors sont évolution? Pourquoi l’homme a des couleurs de peaux différentes?
      La science des hommes est une totale contradiction, je dirais l’homme charnel avec sa sagesse et son intelligence… Les scientifiques rejettent la théorie biblique sur l’origine de l’homme mais sont d’avis avec la théorie biblique sur la diversité des langues et l’enseignent dans les universités.

      Je dis et j’atteste ce que dit la Bible. C’est le premier seul livre au monde à avoir fait ses preuves. Elle explique mieux et avec exactitude l’origine de l’homme, le commencement et la fin de l’homme, les faits passés, présents et même futurs.
      Est-ce que les scientifiques savent réellement pourquoi ils précisent la composition des médicaments pharmaceutique inscrites sur les notices?
      Il y a tellement a dire…

  2. Hommage vous soit rendu.

    Dans un billet précédent, que j’ai trouvé idiot (c’est ainsi, vous me pardonnerez ma franchise), vous niez l’existence des races.

    Aujourd’hui, vous publiez un billet qui pourrait (notez le conditionnel) aboutir à renforcer l’idée de races blanche, jaune, noire.

    Vous avez le mérite de l’honnêteté.

    • Je ne pense vraiment pas qu’il y a des races. En revanche, on peut suivre le cheminement géographique du patrimoine génétique. Une analyse approfondie de ce cheminement donnerait d’ailleurs pas mal de surprises.

      • yoananda dit

        Il n’y a pas de « race » au sens scientifique, parce que les « races » sont des créations humaines pour les animaux domestiqués.
        La « race » n’existe pas dans la classification cladistique.

        Cependant.

        Les scientifiques étudient des « populations ». De même qu’il y a des différences entre les individus, il y a des différences, en moyenne, entre les populations. Ce qu’on observes, et je parle de publications à référé, c’est que les différentes « population », ethnies si vous voulez, ont des caractéristiques différentes, comme dans toute espèce biologique, il y a adaptation au milieu local.

        S’il n’y a pas métissage, alors la « race », l’ethnie devient le précurseur de l’espèce (sur le très long terme). Ce processus de « divergence » est absolument universel. La vie explore toutes les niches possibles.

        Bref.

        Les ethnies humains sont classées par les scientifiques dans la génétique des populations en 3 grandes catégories, qu’on peut observer sur les diagrammes PCA. Les français étant majoritairement de l’haplogroupe R1b M269.
        Ces 3 catégories sont les africains, les européens, et les asiatiques.
        C’est l’équivalent des 3 « races » même si ça ne s’appelle pas ainsi officiellement.

        Bien que la variété génétique puisse être grande au sein d’une « race », plus grande même qu’entre 2 races, ça n’empêche que EN MOYENNE, il y a des différences. Les africains ont le QI le plus faible, les asiatique le plus fort. Il y a aussi des différences physiques, des différences comportementales.
        Elles s’expliquent par l’évolution, par l’adaptation à un milieu.

        Par exemple, les européens, comparé aux africain doivent passer l’hiver. Cela fait 2 différences :
        1/ ils sont moins soumis aux virus et autres maladies contagieuses (je n’ai pas dit « PAS » soumis, mais MOINS). Ce qui change la structure sociale (l’étranger est plus dangereux car porteur potentiel de germes dans les zones tropicales, la société doit se structurer différemment). La tendance des africains est donc une reproduction de type r (stratégie évolutive r = beaucoup d’enfants pour maximiser les chances de survies face aux virus, promiscuité, et peu d’investissement parental), et les européens, une reproduction de type K (K = l’inverse, peu d’enfants, plus d’investissement, au sein du spectre humain qui est de type K comparé à d’autres animaux).
        2/ ils doivent survivre à l’hiver, donc, faire des réserves, construire des abris, etc… l’évolution à sélectionné des individus plus intelligents qu’en Afrique, mais aussi plus anxieux (les cigales ne passent pas l’hiver). Ce qui nous amené avec le temps à développer une société de haute technologie. Les africains n’en ont simplement pas besoin pour survivre.

        Il y aurait beaucoup plus à dire, j’ai essayé d’esquisser un tableau d’ensemble.
        Tout ceci est bien mieux documenté dans la littérature scientifique anglo-saxonne. En France, les scientifiques se bornent à incanter « il n’y a pas de races humaines », ce qui est rigoureusement vrai, mais, dans leur classification, il n’y a plus non plus de poissons ni de reptiles … ce n’est pas pour autant qu’ils vont à la TV pour dire à tout le monde « cesser de parler de poissons » …
        Donc les « races », bien qu’étant un concept approximatifs, ont une réalité biologique bien établie, d’autant plus maintenant qu’on les suit à la trace avec la génétique des populations.

        • bbc dit

          Je suis d accord avec toi les plus intelligents sont les chinois et les blancs. Les noirs sont bêtes, et après, tu dors mieux? On fait quoi? on les envois sur mars? Non dans les arbres c est plus facile plus économique et c est marrant lol! Les blancs et les chinois sont tellement intelligent qu ils sont en train de tuer la terre! Lol.
          Si tu préfères c’est comme si tu violais tous les jours ta mère. Tu sais puisque tu es si intelligent utilise cette grande capacité pour les ignorer et les laisser tranquille…dans leurs bêtises.
          Ces petits noirs ne te dérange pas bien au contraire, eux veulent bien te donner la couronne de l intelligence. Cependant laisse les tranquille bon sang!!! A moins que tu envies leurs bêtises!!! Car tu sais entre l homme et l animal les plus doués seraient plutôt les animaux, eux ne détruisent pas leurs habitats. (Pas bête la guêpe lol). Etant pas très intelligent car tu te doutes de ma couleur, je peux, je pense modestement m’ interroger sur la pertinence de ta façon de concevoir l intelligence. En tout cas moi, je me range fièrement du côté des singes que je suis. Lol ouououh ouououh lol! Moi mangé banane mais pas pollué la terre.
          Ps: les animaux ne connaissent pas les jours et les années. Ils n ont pas de date de naissance et je pourrais dire qu’ ils se respectent eux ! Tu peux avoir tes opinions seulement ne salis pas les gens svp. Tu donnes l air de pas vouloir nous inclure dans l humanité. vivons tranquille, l inéluctable nous concerne tous.
          Bbc

  3. déception positive dit

    En tous cas cela démontre que l’Homme a toujours été un grand voyageur ou, pour utiliser les termes d’aujourd’hui, un éternel « migrant »…

  4. Seb dit

    L’africaniste « controversé » Bernard Lugan a depuis longtemps affirmé qu’il y avait une grande diversité génomique en Afrique mais il suffisait de regarder un Kabyle et un Kenyan pour savoir qu’il n’avait que le K en commun.

  5. DominiqueD dit

    Si l’on tient compte du fait qu’il y a eu des périodes de glaciation, il n’est pas étonnant que certains groupes aient migré et se soient rapprochés de l’équateur, et donc, de l’Afrique. CQFD ?

  6. Meri Urtha Kama dit

    Désolé, cet article est on ne peut plus médiocre. Le contenu est assez pauvre au regard du titre accrocheur. En quoi la diversité génétique des populations africaines infirme-t-elle l’idée qu’elles seraient l’origine de l’humanité ? En quoi le métissage supposée de cette populatio n serait-il en contradiction avec le fait que toute l’humanité serait originaire d’Afrique ? L’article ne répond pas à ces questions comme le ferait supposer son titre …

    • Surcouf dit

      Tout à fait d’accord. Le titre et l’article parlent de deux choses différentes. Quand à la conclusion, c’est un vomissement d’idéologie qui n’a rien à voir avec l’article. Elle n’a manifestement pas été écrite par le même auteur. Imposture.

  7. serge63 dit

    Vous retardez. En 2011, Yves Coppens a remis les pendules à l’heure à ce sujet. Lire ci-dessous.

    « L’Afrique n’est plus le (seul) berceau de l’Homme moderne
    Déclarant à la revue Science et Avenir (n° 772, juin 2011) que « L’Afrique n’est pas le seul berceau de l’Homme moderne », Yves Coppens fait voler en éclats le postulat de l’exclusivité des origines africaines de l’humanité. Il évacue également d’une phrase plusieurs dizaines d’années d’un hallucinant « bourrage de crâne » scientifique construit autour du paradigme du « Out of Africa ». Pour mémoire, selon ce dernier, les Homo sapiens seraient sortis d’Afrique sous leur forme moderne entre moins 100 000 ans et moins 60 000 ans, et ils auraient partout remplacé les populations antérieures, ce qui fait que nous sommes tous des Africains…
    C’est en prenant en compte les découvertes récentes qu’Yves Coppens a radicalement révisé ses anciennes certitudes. »
    lire la suite sur:
    http://bernardlugan.blogspot.fr/2011/06/lafrique-nest-plus-le-seul-berceau-de.html

    • Surcouf dit

      Désolé, c’est fondamentalement faux. J’espère que vous êtes victime de désinformation plutôt que désinformateur vous-mêmes. En ce qui concerne Yves Coppens, il est quand même plus intéressant d’avoir son avis directement plutôt qu’à travers un article écrit par un idéologue qui ose falsifier la science dans des buts sans doute très peu avouables.

      • On est toujours l’idéologue de quelqu’un.

        Ce qui me chiffonne dans cette histoire est le manque d’honnêteté, y compris vis-à-vis de soi-même. Il suffit de descendre dans la rue pour voir qu’il y a des noirs, des jaunes, des blancs et qu’ils partagent plus que la couleur de peau.

        Une fois qu’on a dit cela, il n’y a pas de quoi en faire ni un drame ni un triomphe.

        Et les gens ont le droit de vouloir se regrouper avec qui leur ressemble, que cette ressemblance soit ethnique, sociale ou culturelle. C’est un scandale de forcer des gens à vivre avec des voisins dont ils n’ont pas envie, même en déguisant cette horreur sous le nom technocratique de mixité sociale.

        • Surcouf dit

          Ok, je suis d’accord avec vous. Mais il y a des idéologies qui mentent surtout quand elles se réclament d’une science qu’elles falsifient. Aucune idéologie ne peut être acceptée si elle se base sur un mensonge ou l’ignorance, sauf à reconnaître cette dernière.

  8. cros dit

    Les primates anthropoïdes (le gigantopithécus par exemple) étaient aussi présents en Asie avant les premiers australopithéques.Une hominisation à partir de ce foyer est envisagée par certains anthropologues chinois.

  9. Bobforrester dit

    Bjr
    La négation de l existence des races est un déni de réalité à vues électoralistes fondé sur l idéologie de l égalité.
    Demandez à un pygmée ce qu il en pense .
    C est juste une typologie dont l impérialisme s est servi ds un but de justification en se basant sur l inégalité de développement de peuples races relativement moins développés à un certain stade de l histoire universelle.
    On voit bien que ds la nature l inégalité est la règle et l égalité l exception.
    Qu elle qu en soit l origine la seule question intéressante c est de savoir si on privilégie la solidarité ou si on exploite une éventuelle supériorité relative vis à vis de populations moins avancées .
    Ds l histoire humaine c est la technologie qui fait qu une nation est supérieure à
    une autre.
    Une etude scientifique a montré une différence de volume entre les cerveaux asiatiques européens et africains. Différence naturelle ou acquise ?
    Voici ce que Marx cet immense penseur de l histoire qui connaissait parfaitement Darwin dit : » dans le principe il y a moins de difference entre un portefaix et un philosophe qu entre un lévrier et un mâtin »
    A méditer !
    Coppens a reconnu en effet honnètement s ètre trompé en soutenant cette l idéologie d une origine géographique unique de l espèce humaine.
    Enfin l idéologie de l égalité contribue à perpétrer les inégalités ça va de soi !

  10. René DASSIE dit

    C’est parfaitement idiot de dire qu’il y a des races parce que dans la rue, on trouve des couleurs de peau différentes. Grattez un peu en dessous. La peau n’étant qu’un vêtement, on pourrait, pendant qu’on y est, faire aussi les races en fonction de la couleur des costumes. Quelqu’un qui a vécu sous les tropiques et au nord sait qu’il suffit de quelques semaines pour un Blanc qui débarque dans le sahel pour voir sa peau brunir. Et qu’un noir clair de peau voit sa peau s’éclaircir davantage lorsqu’il s’installe par exemple à Paris. Étendez cela sur des milliers d’années et vous comprendrez l’extraordinaire capacité d’adaptation de l’humain qui génère toutes les différences d’aujourd’hui. Les spécialistes des couleurs Vous diront d’ailleurs que nous avons tous la même teinte.

  11. alex1786 dit

    le propos n’est pas qu’il y est ou non de race humaine…. c’est une histoire de mots . On emploie le mot ethnie pour designer la même chose. Dans le fond rien ne change.
    L’origine des hommes : Dans ce grand bazar idéologique personne n’est actuellement capable de dire où ce trouve le berceau de l’humanité. Tous les chercheurs et scientifiques ne font que supposer. La seule vérité est qu’ils n’en savent rien.
    Pour mon compte en ce qui concerne l’homo sapiens auto qualifié de moderne c’est à dire nous, au départ il ya dû avoir beaucoup de consanguinité et de perturbations génétiques pour obtenir un résultat affligeant. Nous sommes la seule espèce qui se croit capable de rivaliser avec la nature et qui s’en éloigne peu à peu , la liste de nos imbécillités est longue. Comme : Nous sommes 1ers en barbarie , 1ers en utilisateurs de matériaux pourris que nous ne maîtrisons que partiellement (nucléaire). 1ers en avidité , 1ers attirés par ce qui brille, 1ers en inégalités…..
    Notre société est toute neuve , 2070 ans pour compter à partir de la conquête des gaules par les romains déjà dégénérés.
    Notre société est malade,quoique qu’avant Néandertal à vécu une centaine de milliers d’années tranquille et s’est éteint à notre contact. Mais tout n’est pas à jeter des petits écueils sortent de la boue.

  12. Conconcon dit

    L’article est d’une nullité totale. Totalement dénué de rigueur. Il n’est qu’une projection idéologique.
    Par exemple ces 3 phrases de la conclusion : « il est très probable que les invasions européennes ou asiatiques se soient multipliées au cours du temps, dans des proportions importantes. Ceci n’infirme pas forcément l’idée d’un peuplement initial de l’Europe par les Africains, mais il est de plus en plus évident que cette théorie ne peut être présentée comme un dogme indépassable. »
    A aucun moment l’article n’apporte rien qui contredit la thèse du peuplement initial du monde à partir de l’Afrique. En quoi des invasions ultérieures de l’Afrique par des eurasiens infirment-t-elle la théorie du peuplement initiale par l’Afrique? Rien!
    Certains citent Coppens 2011 qui opte pour la théorie multirégionale d’émergence de l’homo sapiens après avoir été pendant longtemps le défenseur de la théorie monorégionale. Or, les travaux des généticiens montrent que la théorie multirégionale est à ranger définitivement dans les placards : les études d’ADN ont montré jusqu’à présent que le peuplement du monde s’est fait à partir du foyer africain subsaharien; bien entendu en plusieurs vagues migratoires successives (ce qui n’exclut nullement des migrations retours!)
    En conclusion, l’article en question n’a rien de sérieux et ne mérite pas la moindre petite attention : c’est plus un fatras idéologique qu’une réflexion scientifique

  13. Ahimsa dit

    A mon humble avis, le bon sens ne pourrait-il pas donner la réponse à la question de l’origine géographique de l’espèce humaine? Tout d’abord, posons-nous la question dans quelle région du monde la vie a-t-elle eu le plus de chance d’être apparue? Que Remarque-t-on? Que la biodiversité est la plus grande au niveau de l’équateur et qu’elle diminue à mesure que l’on s’en éloigne pour se raréfier au niveau des pôles même en prenant en considération les zones désertiques. Or dans quelle région du monde l’être humain peut-il vivre tout nu sans connaître le feu, les armes de jet et bénéficier de la plus grande diversité alimentaire? La réponse à mon avis est sans appel! C’est au niveau de l’équateur. L’espèce humaine est biologiquement parlant l’ Inuit y compris un primate équatorio-tropical. Le tout maintenant est de savoir sur quelle terre équatoriale est-il apparu bien qu’un faisceau d’indices basé sur la génétique penche vers l’Afrique?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *