Accueil » Journal de guerre: l’absurde tentation de la dictature

Journal de guerre: l’absurde tentation de la dictature

Cet article a été lu 3665 fois

La guerre! Depuis plusieurs années, beaucoup s’attendaient à une implosion de la société française. Ce lent déclin, ce blocage systématique face à l’histoire, ne pouvait pas durer. Qui pouvait imaginer que le basculement viendrait à la fois de l’intérieur et de l’extérieur, de l’Etat Islamique au Moyen-Orient et d’actions terroristes sur notre sol?

La Révolution qu’il nous faut n’avait probablement pas ce visage hideux dans l’esprit de ceux qui la souhaitaient ou la craignaient.

La guerre après l’angoisse du Grand Soir

Le Grand Soir n’est pas venu.

Il y avait ceux qui le voulaient. Le Front de Gauche, à coup sur, même si on ne sait plus trop si le Parti Communiste partageait encore cette espérance. Les mouvements révolutionnaires d’extrême gauche.

Il y avait ceux qui le craignaient. Le gouvernement par exemple, obsédé par la transformation de la pétaudière française en champ de foire incontrôlable.

Finalement, les prolétaires français n’ont pas bougé. Ce sont les prolétaires issus de l’immigration, fixés dans les banlieues, qui passent à l’action. Le drapeau vert a vaincu le drapeau rouge.

La guerre et ses grandes peurs

Paris est à cran. Le moindre coup de pétard est comme une ombre projetée sur un mur lointain: il se transforme en canonnade immense, et la foule s’enfuit. On l’a vu place de la République aujourd’hui. La ville bruissait de fantasmes qu’on croyait impossibles de nos jours. La RATP elle-même a fait courir la rumeur de tirs dans le métro.

L’émotion est partout. L’émotion a pris le pouvoir. Tout est désormais possible, même le pire.

La guerre face à une France hébétée

La guerre est dans nos rues, mais personne n’a d’idée claire sur la façon de la gagner. François Hollande décrète l’état d’urgence mais pour quoi faire? Il laisse les policiers agir. Et après?

La France reste sur son absurde politique arabe, qui consiste, depuis plusieurs années, à remplacer les régimes laïques par des régimes musulmans sunnites. Nous avons commis cette folie en Tunisie, en Egypte, en Libye, en Syrie. Nous en payons le prix fort aujourd’hui. Non seulement aucun bilan critique n’est dressé, mais l’inversion complète de logique qu’il faudrait désormais n’est pas prête d’arriver.

La guerre et la dictature

Demain, François Hollande devrait annoncer devant le Congrès son intention de proroger pendant trois mois l’état d’urgence. Il aurait l’intention de changer la loi de 1955 qui lui donne pourtant beaucoup de pouvoir. La tentation autoritaire triomphe, sans aucune idée claire sur la politique à mener.

Il ne vient à l’esprit que de peu de personnes de constater le naufrage de la politique menée depuis les attentats de janvier: la surveillance généralisée des communications n’a servi à rien. Et comme le soulignait le commissaire Marion sur une radio publique, l’enquête avance vite grâce aux méthodes policières traditionnelles. Comme disait les Shadoks: plus on rate, plus on a de chance de réussir.

La guerre contre la majorité

Une fois de plus, la réaction de François Hollande touche la majorité: l’état d’urgence remet en cause les libertés de tous les Français. En revanche, il ne semble pas vouloir s’intéresser aux groupes spécifiques qui servent de terreau au terrorisme. Rien sur la montée de l’islamisme. Rien sur le rappel aux règles dans les quartiers où la haine du pays se transforme en doctrine officielle. Rien sur cette France des faubourgs qui remue aujourd’hui.

Le souci de François Hollande est-il de contrôler le pays, gens honnêtes compris, ou de gagner la guerre qui s’engage?

La guerre aux fiches « S »

La question du sort à réserver aux radicaux musulmans marqués du « S » de la surveillance tarde à être discuté. Que faire de ces 3.000 ennemis de l’intérieur qu’il faut surveiller comme le lait sur le feu dans la crainte d’un nouvel attentat?

Nicolas Sarkozy propose de leur passer un bracelet électronique et de les assigner chez eux. C’est un début. Tôt ou tard, l’internement, ou la déportation comme pour les communards en 1871, viendra sur le tapis. L’urgence est de nous forger une doctrine du respect des libertés en temps de guerre.

La guerre en Syrie, mais pour quoi?

Faute d’idée, faute de vision, la France entre dans la guerre en Syrie à reculons et avec un esprit de défaite. Il nous faudrait une idée du Moyen-Orient de demain, une cible à atteindre. En dehors de chasser le dictateur Bachar El-Assad et de mener des frappes aériennes, François Hollande n’en a aucune, semble-t-il.

L’intervention au sol est pourtant inévitable. Rien ne serait pire que de la déclencher avec aussi peu de certitudes sur la conduite à tenir. Il y a quarante ans, la main de la France tremblait moins: nous savions les bienfaits (et les inconvénients) du Baas et des mouvements laïcs en Syrie, en Irak, ou en Egypte. L’excès d’atlantisme nous a égaré sur une mauvaise pente.

La guerre et ses petits secrets

Les attentats de Paris ont eu une vertu: ils ont accéléré l’alliance russo-américaine pour intervenir en Syrie. Tout n’est pas encore réglé, en particulier le sort immédiat de Bachar El-Assad. Mais le reste devrait suivre: il y a aura bien cause commune pour écraser l’Etat Islamique.

La guerre et la Belgique

Plusieurs terroristes vivaient à Molenbeek, ou avaient des liens avec cette commune de la banlieue bruxelloise. La communauté musulman y est importante, et relativement coupée du monde. Les services de renseignement belge ne la contrôlent. Le grand désordre belge y est à l’oeuvre. Jusqu’à quand la France pourra-t-elle abandonner cet espace sécuritaire naturel à un Etat incompétent et lymphatique?

Les mois à venir montreront l’imbrication grandissante entre les Musulmans de Belgique et la sécurité de la France. Il faudra bien réagir tôt ou tard.

Revenir à la vie normale

Dans ce déluge de mauvaises nouvelles, qui rappellent que nous avons mangé notre pain blanc, qui laissent augurer des années noires après soixante-dix ans d’insouciance, il faut essayer de reprendre une vie normale et vaincre la peur de laisser derrière soi les siens qu’on ne reverra peut-être pas le soir venu.

15 commentaires

  1. Pierre dit

    Je me trouve à 10 000 km de tout ce bordelo (en Asie du sud est). Et j’ai l’impression que vous perdez pied. Totalement pied.

    Il n’a pas de « guerre ».

    Du moins, il y en a une : c’est celle de nos élites contre… nous tous.

    Tous ces gouvernements, ces médias, ces petits marquis, ces clients… qui détruisent avec une constance frappante l’âme de la France, depuis 30 ans. Et qui aujourd’hui crient à nos oreilles : « c’est la guerre ! »

    SVP, arrêtez de reprendre les délires de Hollande, de Valls et de leurs complices.

    La « guerre » que l’on vous vend (car en plus, vous payez !) c’est bien entendu celle dans le 1984 d’Orwell… la guerre éternelle entre Océania, Eurasia, Eastasia…

    La « guerre » conçue pour occuper l’esprit des veaux, et mieux les contrôler par la peur… comme du bétail.

    Je l’ai déjà dit : le grand vainqueur c’est Hollande.

    Les élections sont oubliées. Le chômage, l’incurie,l’Euro, la Grèce, l’immigration, les mensonges.. tout est envolé pour quelques mois. Reste l’union nationale, le Congrès, le vote de nouvelles lois liberticides (extension de l’état d’urgence), et un tsunami d' »émotions » abject.

    La crapule reprend son activité favorite : compter les morts, prendre la mine grave, faire le deuil, et bombarder des pays souverains, en violation de toutes les règles.

    Prime spéciale « Je suis Bataclan » : il va envoyer des troupes au sol !

    C’est aujourd’hui une évidence.

    Vous pouvez compter sur les bobos de « la génération Bataclan », comme le proclame, halluciné, Libé ce jour. pour supporter l’envoi de troupes.
    C’est ce que font toujours les collabos : ils disent oui à l’appareil d’état.

    Et vous, vous plongez… la « guerre » ? La guerre monsieur, c’est la Syrie, l’Afghanistan, l’Irak : des centaines de milliers de morts. Ca c’est la « guerre ». La vraie.

    120 morts et une douzaine Charlie…. ce n’est rien. Ca ne pèse rien. Ca ne compte pour rien.

    C’est juste bon pour enfumer le populo, faire peur à Germaine, contrôler Jean, et faire plaisir à Mohammed.

    Voilà la réalité.

    De grâce, reprenez-vous !

    • Nikko dit

      C’est très juste, Hollande et co. vont en profiter pour s’accrocher, si besoin avec une « guerre éternelle ». Nos libertés vont encore en souffrir, c’est certain, et pas moyen de manifester contre: état d’urgence oblige.
      Cependant nous sommes pris entre deux feux:
      En face, les islamistes nous font vraiment la guerre et comptent bien la gagner. Lorsque la police ne peut se rendre dans certains quartiers, desquels justement proviennent les terroristes et les armes, on a un gros problème que l’on paye très cher en ce moment.
      Il faudra donc résister de deux côtés: protéger nos libertés et exiger de ceux dont les valeurs sont incompatible avec les nôtres qu’ils changent ou s’en aillent.

      Et le « 120 morts (…) Ça ne compte pour rien. » était peut-être de trop?

  2. Parenty dit

    Eric, une chose me frappe depuis quelque temps et j’aimerais beaucoup avoir votre avis. Sur toutes les attaques terroristes menées en France depuis l’affaire Merah, une immense majorité des auteurs sont d’origines Algériennes. Pas marocains, tunisiens, lybiens, mais bien algériens. Merah, les frères Kouachi, Sid Ahmed Ghlam, Mehdi Nemmouche, Yassin Salhi et maintenant Omar Ismaïl Mostefaï, sûrement d’autres.. Est ce que finalement la France n’a pas de problèmes avec les arabes de façon général, mais avec les algériens ? Ne payons nous pas ici notre histoire avec ce pays ? Qu’en pensez vous ?

  3. Soulé Diawara dit

    Eric tu parles de révolution. Il n’y a pas de révolution. La révolution c’est un acte de violence par lequel une classe en renverse une autre pour prendre sa place. Ce n’est pas le cas. Nous avons affaire à des délinquants désoeuvrés instrumentalisés des fanatiques religieux nostalgiques d’un passé certes conquérant mais ne sera jamais retrouvé. Je suis d’accord avec la réponse de pierre. L’expression guerre me semble un galvaudée. Et au delà de l’horreur. Il s’agit vraiment d’horreur. Nous devons réfléchir à nos responsabilités dans la naissance de tous mouvements dits islamistes. Avant de détruire la Syrie d’Assad. Nous ferions mieux de réfléchir à dix fois. La démocratie est un processus long à mettre en place. Elle ne peut pas s’imposer par la force encore moins l’importer comme un vulgaire produit de marketing. Et d’ailleurs comment l’occident peut être crédible en voulant imposer aux uns la « démocratie » tout en pactisant avec les systèmes politiques les plus féodaux et les plus archaïques d’un autre temps?

  4. Pylm dit

    J’incite tous les lecteurs à écouter l’interview du juge Trevidic sur France 2. Tout est dit.
    La question de base, c’est d’avoir des dirigeants clairement informés et compétents. Ce n’est pas en écoutant Saoudiens et Qataris qu’on aura une vue claire de la situation.

  5. RASSAT dit

    Même si on peut avoir des divergences d’opinion, ou d’interprétation, je vous conseille d’aller sur le site http://www.lescrises.fr. Une autre approche des évènements.

    Juste en quelque mots sur l’EI. Il a été créé et armé par les USA + Arabie Saoudite + Qatar + Turquie + France pour isolé l’Iran et détruire son soutien l’Irak. A ce jour 250 000 morts et on s’étonne du retour de bâton? Frankestein se libère de ses chaînes. Sarkozy a foutu la merde en Lybie (pour cacher quoi? les 50 millions d’euros qu’il a perçu de Khadafi pour sa campagne?) et Hollande qui est à le petit chienchien des américains est le seul à vouloir renverser Assad aujourdh’ui mais pour faire quoi? Ouvrons les yeux nos politiques sont RESPONSABLES de ce qui vient se produire….De jour en jour la liberté d’expression disparaît en France. Une seule voix, la presse mainstream appartient aux mêmes financiers. Dès aujourd’hui nos libertés publiques vont se réduire.
    Bossuet disait: « Dieu se rit des hommes qui déplorent les effets dont ils chérissent les cause ». Je pleure aussi mais de rage

    • xc dit

      Si Kadhafi avait eu le moindre secret pour gêner Sarkozy, ne pensez-vous pas qu’il aurait largement eu le temps de le dévoiler ? Pour le pire des cas pour lui, il l’aurait confié à un tiers de confiance pour le faire à sa place.

  6. GERARD R. dit

    Au risque de paraître extrémiste, à la question: « Que faire des trois ou quatre mille ennemis à l’intérieur de la France ? » puis-je rappeler que nul n’a le monopole de la violence ni de la radicalité ? Et qu’il serait plutôt salutaire, que de temps à autre, la peur… change de camp.

    Ou alors que l’on subisse ! Et de préférence, en silence…

  7. déception positive dit

    Je voudrais essayer de dire » halte au feu » tout en sachant ce que l’on peu risquer lorsqu’on le fait dans un pays qui se lance comme un seul homme dans la course à la guerre comme en 1914: je partage l’avis global de Pierre mais je ne suis pas, malheureusement pour moi, à 10000 km d’ici.  » …C’est un acte de guerre qui a été préparé, organisé, planifié de l’extérieur….  » nous dit Hollande tétanisé dans les habits trop grand pour lui de chef de guerre. Pourquoi pas??? Mais, question: qu’elle est le degré de maturité des grands stratèges qui pilotent tout cela quand 3 clampins viennent pour se faire exploser dans un stade plein à craqué, pendant un match avec des caméras capables de retransmettre immédiatement en mondiovision , devant Hollande himself…. mais qu’on a juste oublié que pour entrer dans l’enceinte du stade il fallait avoir un billet et qui, expulsés par les vigiles, finissent par se faire exploser dehors loin de tout le monde ??? Certes c’est une barbarie impardonnable, mais rien que dans ce ratage est-ce que cela ne ressemble pas plus à de la barbarie de cours de récréation poussée à un paroxysme débile plutôt qu’à une action de guerre piloté par de grands stratèges ??? Une action débile, violente et incontrôlée à l’image de ces massacres qui se donnent en spectacle régulièrement sur les campus américains??? La guerre mais contre qui ??? Contre quoi ??? Menée comme cela, à la godille, je ne sais pas si la guerre que Busch a commencée en 2001 et que Hollande veut poursuivre peut être gagnée, mais je vois bien déjà se faufiler, derrière les effets de menton, la défaite de la pensée ….

  8. Pierre dit

    Une lecture « technique » est également intéressante.

    Ainsi même le Figaro titre sur « le mystère du stade de France »… En effet… 2 kamikazes ont eu l’obligeance de se faire sauter… au milieu de rien… ne tuant qu’eux-même. Sympa.

    Pour une opération terroriste majeure, on repassera.

    Plus fort encore : un des types de l’équipée « restaurants »… se fait déposer place de la Nation… et ensuite se fait sauter boulevard voltaire là encore… à l’écart.

    Pour des tueurs déterminés qui ont la haine…. ça fait plutôt clampins, bozos, clowns, amateurs.

    Autre information : l’explosif. On dit que c’est du TATP. Un truc artisanal et instable.

    La question est toute simple : le Moyen-Orient dégueule littéralement d’explosifs militaires. Des centaines de milliers de types passent d’un continent à l’autre, des terroristes se glissent parmi eux, l’Europe est une passoire, des trafics de biens absolument inouïs en quantités et en diversité ont lieu… et nos guerriers sont obligés d’acheter leur kalach sur Internet et de fabriquer eux-même leurs explosifs ?

    Ce n’est pas sérieux. Et ce n’est pas la « guerre ».

    Charlie = 1 manif.
    Vendredi 13 = 3 jours de deuil national

    Que feront Hollande et ses complices lorsque la prochaine vague arrivera ? Car sans le vouloir ils s’emprisonnent eux-mêmes dans un crescendo ridicule.

    La prochaine vague est simple à envisager : des explosifs militaires dans… le réseau sous-terrain de métro/trains à Paris.

    Pour qui connaît la Gare du nord aux heures de pointe… les rames de RER B remplies de valoches en provenances de l’aéroport CDG… l’évocation du Bataclan, des abords du stade de France, ou du restaurant Le Petit Cambodge… fait doucement rigoler.

    Bref résumons : on nous dit que c’est la « guerre », et pourtant le profil des guerriers est toujours le même :
    -des petites frappes de banlieues, bien de chez nous
    -des armements hétéroclites, d’occasion
    -des explosifs artisanaux
    -un choix de cibles qui laisse perplexe

    Bref… ça casse pas 3 pates à un canard. Et ce n’est absolument pas la guerre.
    C’est du banlieue-gangsta-djihadisme à la petite semaine.

    La guerre, la vraie, répétons-le ce sont des villes rasées, réduites en tas de poussières, des centaines de milliers de morts et des MILLIONS de réfugiés.

    Pour finir, un point essentiel . Hier, Hollande « n’a pas remis en cause l’accueil de 30 000 réfugiés qu’il avait annoncé début septembre. Bien au contraire, il a même rappelé que ces derniers étaient du même côté que la France : des victimes de l’Etat islamique (EI). »

    Ouf. L’essentiel est sauf.

    Voilà. La machine, fanatique, à substituer de nouveaux Français aux anciens Français ne bouge pas d’un iota.

    Et pendant ce temps, on occupe vos cerveaux avec la « guerre », le Bataclan, Charlie, des bougies, et « Je suis à une terrasse ».

    On peut même s’interroger… des cerveaux… encore ? Toujours en état de marche ?

  9. D’abord il s’agit bien d’une guerre: tout acte de terrorisme suicidaire est dans tous les cas en provenance d’un Etat. Ici nous avons un état, qui bat monnaie et envoie ses zombies. Pour l’instant, les milliers de morts sont sur le champ de bataille et ils cherchent à l’étendre.

    Quand à Hollande, et bien il n’est pas celui qu’il faut pour faire cette guerre, ça c’est clair. Ce qu’il propose est ridicule, le plus stupide étant bien sur le bracelet électronique, proposé, tenez vous bien, par son ennemi politique Sarkozy lui même.
    Bracelet qu’on se propose de mettre à la cheville de personnes encore ignorante de leur fichage…

    Nous sommes donc en guerre, et comme il est dit ceux qui sont chargés de la faire sont nuls. Configuration en vigueur en 1940: messieurs, vous tous ici votre radicalisation vous conduit au pacte de déculottée !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *