Accueil » Journal de guerre: la défaite des munichois?

ADN-ZB/Archiv 30.9.1938 Unterzeichnung des Münchener Abkommens, UBz: Der französische Ministerpräsident Daladier bei der Unterzeichnung. v. links Gesandter [Paul Otto Gustav] Schmidt (Dolmetscher), der ital. Außenminister Graf Ciano, Major Schmundt (militär. Adjutant Hitlers), SS-Gruppenführer Schaub (SS-Adjutant Hitlers), Außenminister von Ribbentrop. 16045-38

Journal de guerre: la défaite des munichois?

Cet article a été lu 4669 fois

Quatre-vingts ans plus tard, l’esprit munichois ressurgit chez certains, avec son joli lot de prétextes et d’excuses pour ne pas prendre les armes. Un fossé est apparu, au retour du week-end, entre eux et les bellicistes, qui ne cachent plus leur appel à des mesures expéditives. Nul ne sait où cette scission s’arrêtera. Elle constitue peut-être le nouveau grand clivage entre les Français.

Les munichois s’expriment

Il n’a pas fallu attendre longtemps pour que l’appel à la paix fasse entendre sa voix. Dès samedi, on lisait un peu partout cette théorie étrange selon laquelle la France serait la première responsable des attentats qui l’ont frappée. Parce que nous avons attaqué la Syrie, nous avons récolté les fruits de notre action.

Ce matin, F.D., proche de Lutte Ouvrière, m’envoie ses amitiés en me reprochant mes articles « qui y vont trop fort », notamment parce que je propose de rompre avec la bienveillance vis-à-vis des Etats du Golfe. Selon lui, la bourgeoisie occidentale n’acceptera jamais ce « lâchage » des Etats qui financent ou soutiennent Daesh. Ce n’est pas faux. Je lui soutiens que, dans six mois, mes propositions paraîtront à l’eau de rose quand l’opinion sera excédée par les attentats qui viennent. Il ne le conteste pas.

C’est la grande défaite des Munichois: ils savent déjà l’inutilité de leur cause. La majorité des Français ne veut plus de ce laxisme moralisateur, culpabilisant, qui insinue que nous sommes responsables de tout, même de nos propres souffrances.

Les munichois perdus dans la foule

A midi, je suis place de l’Etoile et j’y participe à la minute de silence. Des caméras de télévision parsèment la petite foule qui s’est rassemblée sous la surveillance des compagnies de sécurité. La tombe du Soldat Inconnu est ceinte d’un cordon de badauds sous le grand souffle guerrier qui avait parcouru la France en 1914.

Une fois la minute achevée, un jeune Allemand s’adresse à la foule en anglais pour dire tout le mal qu’il pense de la logique guerrière de la France. Il est chassé par la foule. Le discours de la paix n’a plus sa place en temps de guerre.

Les munichois et Maurras

Près de l’avenue Carnot, je croise par hasard J-L F, éminence grise du monde social. Il est favorable à une ligne guerrière. Pour lui, l’indulgence de la France vis-à-vis des excès commis par la communauté musulmane tient d’abord au discours lénifiant de réécriture historique sur l’Algérie Française. Les Benjamin Stora et autres ont fabriqué a posteriori un récit où la France ne tient pas la part belle. C’était la première préparation au pire.

Il considère que je ne suis pas assez chrétien. Nous parlons de Maurras qui pratiquait sans croire, parce que la religion était affaire de raison et non de révélation.

Les munichois et le Grand Orient

A midi, je déjeune avec des frères du Grand Orient. Ils ne mâchent pas leurs mots sur leurs désirs de revoir l’Etat laïque prendre la main. Les lignes sont radicales, à l’unisson d’un message reçu le matin d’une soeur bien connue qui appelle au combat. Le procès des dirigeants socialistes vient rapidement sur le tapis: ils sont accusés de tergiverser avec la communauté musulmane.

Je sens en eux une profonde détermination, sans état d’âme, à revenir aux fondamentaux de la lutte contre l’obscurantisme. En l’espèce de l’obscurantisme musulman.

Mine de rien, les soutiens à la logique munichoise s’amenuisent. Dans le pays, une majorité belliciste se dessine.

Les munichois face au sursaut national

Le sursaut national a bien eu lieu, et c’est peut-être le principal étonnement que nous ayons aujourd’hui, en particulier au sein de la jeunesse. Nos enfants aiment la France. Ils chantent la Marseillaise pour dire qu’ils sont forts, et qu’ils ne molliront pas.

A mesure que les heures passent, c’est bien ce sentiment d’unité dans la volonté de combattre qui domine. On ne retrouve point le sentiment de janvier 2015, un tantinet bêlant, d’un amour universel qui domine tout. L’idée de la guerre a pénétré les esprits et beaucoup commencent à trouver de bonnes raisons de la gagner.

Les munichois et l’ordre

Une autre bonne surprise arrive: la police a réinvesti les quartiers qu’elle avait abandonné de longue date. Dimanche, une première descente aurait lieu rue de Belleville pour contrôler des gamins qui stagnaient dans les rues. Ce lundi, ils ne sont pas tous partis, mais leur nombre a diminué. L’Etat semble décider à faire respecter l’ordre.

Des dizaines de perquisitions et d’arrestations auraient eu lieu en France.

Les munichois et la fiche S

Face à cette montée de l’ordre, les munichois ont un sujet d’inquiétude: il faut protéger les suspects de terrorisme renseignés par la « fiche S » et surtout ne pas violer leurs libertés. La polémique enfle. Nicolas Sarkozy et Laurent Wauquiez proposent des mesures d’assignation à résidence ou d’internement. Le débat n’est pas mûr. Il durera et rebondira.

Nous avons tous le pressentiment que, tôt ou tard, des mesures radicales seront prises, et seront justes.

Hollande et les munichois

Au Congrès de Versailles, François Hollande n’a pas pris de position sur le sujet. Il a annoncé des renforcements des mesures de police, un changement de la constitution, une prorogation de l’état d’urgence et une déchéance de la nationalité pour les terroristes. Il veut une grande coalition internationale contre les 20.000 soldats de l’Etat islamique.

Mais de mesures intérieures pour faciliter l’intégration des immigrés, point. Une vision durable? non plus. Une position sur les fiches « S »? encore moins.

Hollande et le pacte de sécurité

Hollande est-il le bon cheval pour mener cette politique? Personne n’en est convaincu, mais il est trop tôt pour répondre à la question. En attendant, on fait « comme si » et on enregistre que l’effort de diminution des dépenses publiques est désormais bien compromis par la nécessité de recruter cinq mille policiers supplémentaires.

La guerre emporte avec elle un torrent d’engagements européens que nous ne croyons plus et auxquels nous ne demandions qu’à nous soustraire. Voici bien une raison supplémentaire pour la mener.

13 commentaires

  1. SERGIO dit

    Le problème avec les politiques c’est qu’ils font toujours tout à l’envers, au lieu de commencer par faire le ménage chez eux, ils ne font chez les voisins.
    c’est vrai qu’il est plus facile de bombarder de loin que de foutre les mains dans
    la m…..
    Comment espérer d’une classe politique aussi minable.

  2. Arnaud Duval dit

    (RE)créer 5 000 emplois de policiers sans « laisser filer » les déficits, est-ce possible ?
    Oui, très facile ! Il suffirait de supprimer les emplois fictifs ou de complaisance (sur)abondamment créés depuis plus de trente ans.

    Emplois d’ingénieurs, et notamment « ingénieurs de recherche » (hors échelle B, soit 4 ou 5 000 € par mois, et le double ou le triple en coûts réels). Emplois donnés à des individus qui ne sont pas du tout ingénieurs, et qui n’ont que de vagues diplômes de lettres ou « science politique ». Et qui ne font pas du tout de recherche, si ce n’est au bénéfice du ou des partis au pouvoir.

    Emplois d’Inspecteurs, notamment Inspecteurs d’académie ou Inspecteurs généraux (hors échelle D ou +, avec un tour extérieur institué par Mitterrand pour donner des fromages et des planques à ses copains et coquins, ou à leurs rejetons, comme on a multiplié les emplois fictifs de préfets ou d’ambassadeurs). Emplois souvent donnés à des cloportes politicards et paresseux qui n’ont même pas été capables de passer le plus misérable des concours de niveau Bac + 3.

    Mais pour engager cette petite guerre contre les emplois fictifs, il faudrait un minimum de courage et d’honnêteté… est-ce trop demander au(x) parti(s) au pouvoir ?

    PS Il faudrait aussi renvoyer dans les lycées ou collèges tous les professeurs – déserteurs planqués dans les bureaux des ministères ou divers établissements, associations, fondations et mutuelles (… ou encore dans les syndicats).

    Arnaud Duval Chevalier dans l’Ordre du Mérite Officier des Palmes académiques

  3. Pylm dit

    Il faut se battre contre l’obscurantisme islamiste, mais aussi contre l’obscurantisme et l’incompétence de nos dirigeants. On nous prend vraiment pour des cons en laissant filer les déficits.
    Les citoyens sont prêts à affronter la réalité, mais ils ont besoin de démocratie, de justice et d’efficacité.

  4. pat dit

    Où est la politique étrangère de la France ? Nous fréquentons les musulmans depuis 1500 ans et nous nous connaissons. Pourquoi faire la politique des US et de l’OTAN, contre toute notre histoire ? Le FRIC, la PEUR des « puissants », la décadence, un PS qui est à droite toute. Réveillons nous. L’Europe est le paillasson des US et ils se moquent de nous, certains s’enrichissent avec délectation, après eux le déluge, on est dedans.

  5. Gordion dit

    Hollande n’a pas d’autre choix que de rebondir sur ces événements tragiques, où bien ne pas rentrer dans l’Histoire. Le bon cheval? On peut en douter.

    Qu’a-t-il fait depuis Charlie? Taubira et le politiquement correct sont toujours là.

    L’islam n’est toujours pas mentionné comme menace contre notre civilisation.

    Le pacte laïc? Très bien, mais il devra mobiliser à la fois les laïcards de la gauche, les internationalistes d’extrême-gauche, et les chrétiens avérés ou ignorants.

    Le modèle laïc français peut-il revenir à 1905, et expulser TOUT signe ostentatoire de religion, et en même temps se conofrmer aux directives européennes sur le respect des religions dans la société civile entre autres?

    Nos voisins européens ont une tolérance pour la religion beaucoup plus grande – voir les foulards en R-U, Hollande, etc…

    Le modèle français va-t-il être redéfini, et selon quels critères?

  6. Alexandre A dit

    Remettre les gens au travail en France et ailleurs dans le monde n’est-ce pas encore une fois la priorité ?
    La fin d’un chômage de masse institutionnalisé depuis plus de 40 ans ne nous permettrait-elle pas de mieux vivre ensemble (et peut-être même de mieux faire l’amour) ?

    Et puis toute blague à part (je ne suis même pas sûr de bien tout comprendre de la direction de vos derniers articles), qui est vraiment prêt à engager sa vie en France comme en Syrie ou dans le reste du Proche et Moyen Orient ? Pour qui et pour quoi ?

  7. ikomal dit

    depuis lundi les contrôleurs SNCF faisant office de « chef de train » … contrôlent les billets !
    Du jamais vu depuis 10 ans au moins.
    Une sorte de retour aux fondamentaux comme le retour de la police dans les « quartiers » que vous évoquez.
    MAIS
    les agents de la tour Eiffel ont arrêter le travail sous prétexte de « droit de retrait ». Comme il reste des munichois …

  8. Emma dit

    Le voyage scolaire de mon fils, élève au collège va être annulé. Ce voyage, dans le cadre du programme d’Histoire, devait les emmener jusqu’à Verdun dans les pas et sur les tombes des jeunes sacrifiés. On leur aurait raconté la vie au milieu des rats et du sang, de la souffrance et de la folie. On leur aurait dit à quel point la guerre anéantissait toute notre humanité, on leur aurait raconté le terrible et cruel gâchis, on leur aurait fait répéter en choeur « Plus jamais ça ! »et on serait rentrés chez nous avec l’illusion d’avoir oeuvré pour un avenir meilleur. Les frappes en Syrie ont redoublé, le voyage a été annulé et c’est comme si la Paix n’était déjà plus au programme…Alors, ça veut dire quoi, être Munichois ?

  9. GERARD R. dit

    Les hostilités de la France, comme de la Belgique, d’ailleurs, à l’encontre de la Syrie, ne reposaient sur rien de concret. Si ce n’est les incitations irresponsables de pseudos-philosophes, tous juifs, comme par hasard. C’est un constat !

    Que Al Assad, ne soit pas un chef d’état qui plaise à la culture bisounours et pour tout dire… plutôt sodomite de l’ Occident, cela ne doit pas justifier la moindre ingérence de nos pays mêle-tout, auprès de ces états souverains. Si la France et la Belgique ont des pulsions guerrières, qu’elles les exultent en faisant la chasse à la délinquance euphémiquement qualifiée de « petite » qui gangrène leurs nations respectives. Avant de se transformer, laxisme aidant, en terrorisme pur et simple. Si nos politicards belges et français s’emmerdent, rappelons-leur les milliers de problèmes sociétaux en tout genre, auxquels les pays qu’ils gouvernent sont confrontés. Au lieu de persécuter stupidement, avec « rigueur et détermination »les humoristes et autres chansonniers, qui houspillent les précités philosophes à deux balles, tous juifs -rappelons-le- que nos politicards, à la moralité, pas toujours blanc-bleu, s’occupent de problèmes qui intéressent le plus grand nombre. Et qu’ils envoient chier les communautarismes, vecteurs de problèmes sociétaux inextricables.
    Personne ne pose la question à tous ces experts, à ces spécialistes en tout, y compris en intoxication, de savoir s’ils réalisent que ni Saddam, ni Kadhafi, pour odieux tortionnaires qu’ils furent, n’auraient jamais vécu suffisamment longtemps, pour massacrer une dixième des vies, emportées par la délocraSSie impérialiste et ses commensaux occidentaux.

    Hollande est un crétin ! Tout comme son prédécesseur, d’ailleurs. Quand on est pas foutu, de rétablir un semblant d’ordre dans le pays que l’on dirige, on s’abstient de seulement envisager, d’aller faire la loi… la loi des amerloques, sous d’autres latitudes. A moins que de juteux marchés d’armement ou des enjeux géostratégiques, ne titillent leurs narines.

    La France n’avait rien à foutre en Syrie. D’abord elle a soutenu Daesh et à présent, mine de rien, elle revient vers le « régime » Al Assad, tout en souhaitant dégommer ce dernier. Comme sac de nœuds, c’est difficile de faire mieux . Pour le compte de qui, la France agit-elle. Les initiés, ont un début de réponse.

    Je n’excuse en rien les actes de terrorisme, où qu’ils soient perpétrés. Mais que l’on m’explique, au nom de quelle logique, si un gouvernement décide d’agresser un état souverain, pour des prétextes qu’il ne manquera jamais d’avancer, ce qui empêcherait n’importe quel autre état, d’agir de même envers la France ou un un autre pays ?

    Quand nos je-sais-tout de dirigeants et la horde de leurs conseillers sulfureux, auront compris cela, les cieux de la Terre s’éclairciront sensiblement.

  10. Soulé Diawara dit

    Comment tu peux écrire ceci: « les excès commis par la communauté musulmane »… de l’amalgame encore Comment de l’amalgame. Comment tu peux accuser une communauté musulmane qui ne cherche qu’une chose: vivre en paix dans un pays qui est aussi le leur. Une communauté qui incarne au tant que toi voire plus que toi les valeurs de la république. Cet appel au meurtre du musulman car il s’agit bel et bien de ce là est indigne d’un homme qui prétend défendre les valeurs républicaines. Tu ne parles d’armes, de guerre de Munichois… Je te connais réactionnaire mais pas raciste. Pardons tu avais un discours qui n’était très loin des thèses de Mauras c’est à dire de le vieille extrême droite française. Mais là, le nouveau Éric VERAEGHE est arrivé comme le Beaujolais nouveau mais très très mauvaise qualité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *