Accueil » Le Conseil d’Etat vide l’état d’urgence de son contenu

Le Conseil d’Etat vide l’état d’urgence de son contenu

Cet article a été lu 4297 fois

L’état d’urgence doit-il devenir le mode normal de gouvernement? L’argumentation, au Conseil d’Etat, du rapporteur public Xavier Domino dans l’affaire Domenjoud a un mérite: elle annonce la réduction massive de ses effets en cas de prorogation et rend donc celle-ci parfaitement vaine.

L’état d’urgence à géométrie variable

Rappelons rapidement les faits:  Cédric Domenjoud est un militant écologiste qui, comme six autres de ses amis, a fait l’objet d’une mesure d’assignation à résidence dans le cadre de l’état d’urgence. Il se présentait devant le Conseil d’Etat en appel contre une décision en première instance du tribunal administratif de Melun qui avait rejeté son reféré liberté, en considérant que la décision du ministre ne constituait pas une atteinte manifestement illégale à une liberté fondamentale. Dans son appel contre cette décision qui protégeait le ministère de l’Intérieur, Cédric Domenjoud a par ailleurs soulevé une question prioritaire de constitutionnalité sur la loi instaurant l’état d’urgence.

Dans les six autres dossiers, les tribunaux administratifs respectifs ont eu l’audace de ne pas rejeter les recours des militants écologistes également assignés à résidence non sur des raisons de fond, mais de forme. Comme Cédric Domenjoud, ils avaient lancé un référé-liberté, c’est-à-dire une procédure d’urgence pour atteinte à la liberté. Les juges ont considéré que l’urgence ne se justifiait pas!

Ainsi, lorsque l’état d’urgence est instauré, et que, à ce titre, des citoyens libres sont assignés à résidence, il existe en France des juges qui considèrent qu’il ne s’agit pas d’une situation d’urgence! S’il fallait trouver un nouveau motif pour dénoncer le manque d’indépendance de la justice administrative à l’égard du pouvoir exécutif, celui-là seul mérite d’être conservé dans les annales.

L’état d’urgence et la restriction de liberté

Je ne reviendrai pas ici en détail sur les 23 pages intéressantes rédigées par le rapporteur public, qui préconise le renvoi de la QPC devant le Conseil Constitutionnel. Je me contenterai de la résumer en disant qu’il s’agit d’un coup de semonce envoyé par le Conseil d’Etat, comme celui-ci en a le secret. Pour ne pas déjuger Bernard Cazeneuve, le Conseil d’Etat n’a pas annulé l’assignation en résidence, mais il a rédigé un petit manuel de sa bonne utilisation qui intime à la police l’ordre de revenir au bon sens avant de futures annulations en bonne et due forme.

De ce point de vue, Xavier Domino insiste sur le fait que l’assignation à résidence n’est pas une mesure de privation de liberté, mais de restriction de liberté. Si, à ce titre, elle exclut le référé liberté (qui est réservé aux mesures de privation), elle est néanmoins placée sous le coup d’une « présomption d’urgence » qui légitime ce référé.

L’état d’urgence et la proportionnalité

Xavier Domino pose de façon claire les limites dans lesquelles une mesure restrictive de liberté telle qu’une assignation à résidence doit être prise dans le cadre de l’état d’urgence: il lui faut être nécessaire, adaptée et proportionnée à la menace sérieuse (et non seulement plausible) que la personne représente pour l’ordre public, mais aussi limitée dans le temps.

Domino a considéré que l’assignation à résidence décidée à l’occasion de la COP 21 se justifiait car, selon les notes blanches des services de renseignement, l’intéressé aurait pu troubler l’ordre public et donc faciliter une menace terroriste contre laquelle l’état d’urgence a été instauré. Le gouvernement n’a donc pas, selon le Conseil d’Etat, profité d’un effet d’aubaine pour restreindre toutes les libertés du fait de la terreur. Néanmoins, on sent poindre ici la mise en garde contre le gouvernement.

Domino a en outre eu l’intelligence de préciser que, saisi en première instance dans le cadre d’un référé-liberté, le juge administratif a la faculté de valider l’assignation à résidence, mais en supprimant certaines modalités qui ne paraissent ni proportionnées ni nécessaires à l’objectif poursuivi…

L’état d’urgence bientôt inutile?

Dans la foulée de cette décision, le ministre de l’Intérieur a donc annulé son arrêté d’assignation à résidence de l’imam de Montpellier, qui avait également intenté un recours devant le Conseil d’Etat. Heureusement que le Conseil d’Etat est là pour protéger le gouvernement! en faisant le choix de prévenir le ministère de l’Intérieur par une décision portant sur des écologistes avant d’examiner le recours d’un imam, il a évité un désastre à Bernard Cazeneuve. On voit en effet mal comment le ministre pourrait se relever d’une annulation systématique, par la justice administrative, des décisions « chocs » prises par la police pour faire croire aux Français que le gouvernement agit contre le terrorisme.

On peut donc prendre les paris: sauf événement majeur, l’état d’urgence ne sera pas renouvelé.

 

7 commentaires

  1. pierre dit

    Plusieurs choses : « aurait pu »… même si il y a encore un peu de bon sens dans la décision du conseil d’état… on demeure ancré dans le délire « pré crime »…

    « Selon les services de renseignement… untel aurait pu… » A ce petit jeu, il faudrait assigner à résidence tous… les barbus, ceux qui vont prier le vendredi ? Après tout, ils « pourraient »…

    Et vous trouvez cela positif ? ! Je vous rappelle la décision scandaleuse, et hyper rapide, du même Conseil d’Etat contre Dieudonné, sur ordre du maniaque Valls poursuivant sa vendetta personnelle. C’était il y a 2 ans… et tout le monde s’en contrefiche. Tout le monde a oublié.

    Là encore « aurait pu ». Il ne pouvait pas jouer son spectacle, car « il aurait pu »…

    On le voit : parfaite continuité… Justice aux ordres, pré crime, « thoughtcrime » orwélien, « attentats », et in fine, état d’urgence. La boucle est bouclé.

    Cette justice administrative est devenue tout bonnement gaguesque. Fallait pas faire pleurer le pauvre Cazeneuve et la clique, alors on rend une décision mi chèvre mi chou, qui dans le délire collectif, apparaît comme une lumière d’espoir et un éclair d’intelligence !

    Mécanique absurde.

    Enfin, vous écrivez « sauf événement majeur »… C’est la clé.

    Des « événements majeurs » sont bien entendu prévus, encouragés… Après tout, la clique doit tenir jusqu’en 2017. Et douze mois c’est long.

    On notera, une fois de plus le timing grotesque, de nos prétendus « terroristes » : COP 21, élections… c’est marrant mais là il ne se passe rien.

    Si le vendredi 13/11 avait eu lieu le vendredi 11/12… vous imaginez l’effet ? La caisse de résonnance médiatique MONDIALE ? Fabius et Hollande auraient pleuré devant le sabotage de leur FLOP 21, tous les officiels auraient fui Paris dans leur jet privé… L’effet sur le 2ème tour des régionales aurait été massif.

    Bref, on a les « terroristes » qu’on peut : totalement demeurés et totalement… manipulés… reflet parfait de notre collectivité.

  2. H. dit

    Bonjour,

    « On peut donc prendre les paris: sauf événement majeur, l’état d’urgence ne sera pas renouvelé. » J’aimerai avoir votre optimisme.

    Bonne journée

  3. Petaouchnok dit

    Conclusions abusives: l’état d’urgence ce n’est pas seulement l’assignation à résidence… en déduire que l’état d’urgence ne sera donc pas renouvelé sur la foi de cet arrêt est totalement fallacieux…

  4. Charles Maurice dit

    Je vous gage qu’ils vont revenir sur tous ces derniers emprunts aux « populistes », déja pointe l’abandon de la déchéance de nationalité, vont venir les frontières au ban des accusés, puis les migrants |insérer photo c’est trop porribl], puis du pognon pour « désislamiser » les « quartiers » etc… On en reviendra à ce bon vieux pugilat « progressiste » contre le « f-haine » et tout ce cirque… Je n’ai plus de télé depuis 10 ans mais j’imagine que ça doit ronronner sur les plateaux aujourd’hui comme ça le faisait il y a 10 ans, entre journalistes du même coin et vieilles peaux gauchistes ordre moral nouveau qui verrouille toute sortie hormis par un bureau des vérifications de conformité… De quoi vous faire aimer un documentaire sur la pêche à la sardine au large de la Norvège en Janvier… J’exècre les saint just qui vous coupent la parole au nom de la Liberté… Et avec un air de supériorité… J’en prenais des vertiges de cette rhétorique absurde, de la hauteur d’où elle prétendait être dispensée, de cette autorité féodale aux relents aristocratiques…

    Le Conseil d’Etat, c’est du Napoléon. Un organisme de controle qui masquait, qui habillait son emprise sur le pouvoir d’une touche républicaine. Je serais curieux de voir le pedigré de ses honorables conseillers…

    Pas trop Napoléon moi, plutôt Louis XI si vous cherchez parmi les despotes…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *