Accueil » Le FN, vrai vainqueur des élections régionales?

UMP's general secretary, Xavier Bertrand, listens to a speech during a right-wing party UMP's national council, on January 30, 2010, in Paris. AFP PHOTO / MARTIN BUREAU

Le FN, vrai vainqueur des élections régionales?

Cet article a été lu 4081 fois

Les résultats du second tour des élections régionales tombent, et beaucoup brocardent la défaite du Front National, première force politique au premier tour, mais qui ne remporte aucune région ce dimanche. Une analyse volumétrique des résultats conduit à nuancer très fortement cette perspective, jusqu’à se demander si le Front National n’est pas le grand vainqueur du scrutin.

Une poussée du FN partout au second tour

Une comparaison, région par région, des résultats entre le premier et le second tour, montre que le FN n’a pas souffert d’une augmentation de la participation au vote, bien au contraire. Partout, le nombre de voix remportées par le Front National a augmenté.

Ainsi, dans le Nord, Marine Le Pen a gagné 100.000 voix, soit la moitié des nouveaux votants au second tour. En Lotharingie, Florian Philippot a gagné 150.000 voix, soit 40% des nouveaux votants. Dans le Sud-Est, Marion Maréchal-Le Pen a gagné 70.000 voix, alors que le nombre de votants a globalement stagné. Dans le Midi, Louis Aliot gagne 150.000 voix, soit, là encore, la moitié des nouveaux votants.

Autrement dit, l’augmentation du taux de participation n’est pas due, comme par le passé, à des électeurs « traditionnels » qui se sont déplacés pour faire barrage au Front National. Les résultats montrent que partout le parti d’extrême droite en « a sous la pédale » et dispose d’un réservoir de sympathie qui déborde le score qu’il a réalisé dimanche dernier, et probablement ce dimanche.

Le naufrage des partis de gouvernement

Logiquement, cette incontestable dynamique électorale affaiblit la légitimité des présidents élus, y compris grâce à un front républicain.

Ainsi, dans le Nord, Xavier Bertrand est élu grâce à 32,5% des inscrits. L’appel de la gauche en sa faveur ne lui vaut donc pas plus d’un suffrage sur trois électeurs… En Lotharingie, Philippe Richert fait pire avec 27% des inscrits. Dans le Rhône, Laurent Wauquiez n’en représente pas 23%. En Bourgogne, l’inconnue Marie-Guite Dufay en représente moins de 21%. Dans le Val-de-Loire, le socialiste Bonneau en représente tout juste 20%. Dans le Midi, l’addition des voix de Carole Delga et de Dominique Reynié n’atteint pas les 39%.

Une mention toute particulière revient à Christian Estrosi qui atteint péniblement les 30% des inscrits. Dans une région qui brille par sa faible inclination pour la gauche, et alors même que la gauche s’était désistée en sa faveur, ce proche de Nicolas Sarkozy découvre tout à coup son extrême faiblesse électorale.

L’effet 2002 est bien mort

On se souvient que, le 21 avril 2002, la défaite de Lionel Jospin au premier tour des présidentielles avait produit un électro-choc dans l’opinion grâce auquel Jacques Chirac avait été largement réélu. Le même phénomène ne s’est manifestement pas reproduit en 2015: la stratégie de front républicain n’a guère permis aux candidats de l’union de réaliser des scores importants.

C’est un événement politique majeur. A l’approche de 2017, il est évident que le candidat qui affronterait Marine Le Pen au second tour des présidentielles, si cette configuration devait se présenter, ne bénéficierait pas forcément d’un report massif des voix « républicaines » et devrait mener une campagne beaucoup plus dure que Jacques Chirac en son temps.

Cette donnée est particulièrement vraie pour un candidat de gauche, dont il n’est pas évident qu’il se présenterait en bonne posture face aux électeurs.

Vers une ligue du Nord?

Reste que la France est désormais clairement divisée entre le sud de la Loire, où la gauche est globalement majoritaire, et le Nord et l’Est de la Loire, où la droite et l’extrême droite effectuent d’importantes percées. Cette césure n’est pas indifférente à l’effet « banane bleue » européenne. Les régions qui sont incluses dans le périmètre de prospérité européenne inclinent à droite, alors que les zones les plus étrangères à cet effet balancent à gauche.

FN

Le phénomène risque de s’accentuer dans les années futures. Il témoigne de la virulence des érosions dont souffrent les logiques de solidarité dans un espace de plus en plus concurrentiel.

On observera avec attention l’impact de cette logique centrifuge sur la cohésion française dans les mois à venir.

Vers une victimisation du FN

A cette segmentation géographique s’ajoute un effet à retardement qui pourrait déstabiliser le paysage politique français. Le fait que le FN soit la première force politique en France aujourd’hui et qu’il ne décroche aucune région, notamment du fait des désistements, nourrit forcément le sentiment qu’il existe une collusion entre les partis du gouvernement pour éviter tout renouvellement politique. Pour les partis de gouvernement, cette donnée risque de se révéler très dangereuse. Elle sonne en effet comme un ultime avertissement: si ces partis ne parviennent pas à changer la donne, ils risquent de perdre fortement en crédibilité, en donnant le sentiment de s’unir pour conserver leurs avantages sans se soucier de l’intérêt général.

 

24 commentaires

  1. MJ dit

    « l’effet « banane bleue » européenne. Les régions qui sont incluses dans le périmètre de prospérité européenne inclinent à droite »
    Pouvez vous expliquer un peu cela ? Je vois mal la prospérité dans le Nord Pas de Calais et la Lorraine.
    Mais cela ne modifie pas la pertinencede l’analyse.

  2. Pierre dit

    OK, mais il est aujourd’hui extrêmement facile… de dessiner ce qui va se passer dans un an et demi.

    -Sarkozy ou Hollande seront élus en 2017, à la présidentielle, au 2ème tour face à Marine Lepen
    -mais… les triangulaires vont exploser aux législatives un mois après… le plafond de verre s’est brisé… et le FN aura plusieurs dizaines de députés, de quoi « casser » la majorité

    Bref…. le pire des scénarios. Le désordre, le chaos.

    La course vers le fond s’accélère, rien ne peut l’arrêter. Pauvre France.

    • François dit

      Pas tout à fait d’accord avec vous, dans la mesure où le front dit « républicain » n’a été testé que dans un seul sens (LR – FN). Pourquoi M. Reynié a-t-il été maintenu dans sa région ? Parce que s’il s’était désisté, la région avait de bonnes chances de basculer au FN, car la sociologie de l’électeur de droite (pas du centre) est très différente de celle de l’électeur de gauche : le second vote comme un seul homme contre le FN, et c’est plus compliqué pour le premier : il n’aime pas trop le FN, mais il existe des valeurs communes (patriotisme, immigration, etc.) et il déteste la gauche.
      C’est pourquoi la stratégie du FN dans les mois à venir n’est pas difficile à comprendre : taper comme des brutes sur la droite, pour mettre toutes les chances de leur côté, i.e., la seule chance du FN, c’est d’avoir un candidat de gauche au second tour. Au pire, l’électeur de droite s’abstient ou votre blanc, au mieux c’est le report vers le FN.

  3. Seb dit

    Paradoxalement difficile de dire que le FN est vainqueur même s’il n’est que le seul vainqueur possible. Il reste manifestement au taquet au premier tour et réalise des scores élevés en grande partie du fait de l’abstention. Dès qu’il y a un peu de mobilisation, il est renvoyé dans les cordes. Il a manifestement encore du travail de dédiabolisation sur la planche.

  4. catherine V dit

    Ni les partis de la coalition (fissurée) de droite réunis sous une même étiquette, ni les partis de la coalition (bancale) de la gauche ne sont capables de changer leur divers « logiciels, politiques, économiques et idéologiques ». Il n’y avait qu’à écouter ceux qu’on nous présente comme les Jeunes ceci-cela, le renouveau des partis « mainstreet ».
    Ils vont continuer à faire la seule chose qu’ils savent faire – rien ou trois fois rien et peut-être n’importe quoi, en s’aidant – si l’on peut dire – des grands mots qu’ils ont vidé de leur sens. Ils vont « dédiaboliser » le FN eux-mêmes par la poursuite issue d’un réflexe limbique de leurs habitudes (mise en coupe réglée du pays et clientélisme, dans les deux camps).
    La prochaine étape avant un état de chaos, c’est en effet les législatives. Mais quoiqu’il en sorte comme paysage politique, nous allons dans le mur – du réel, de la mondialisation, de la démographie, etc..
    Les tenants de la Destruction Créatrice ne devraient-ils pas plutôt se réjouir? Même si pour eux, le jeu est terminé….

  5. Gordion dit

    Carte de la Lotharingie étendue à Londres: effectivement, cela est à considérer pour un noyau dur post-Maastricht, cela signifie le dépassement des frontières actuelles – la richesse est là – pour les populations concernées.

    Vaste chantier en perspective!

  6. Tof dit

    Bon papier, mais le grand gagnant de cette élection est le parti indépendantiste corse, le FN Corse a gagné, et sur les chaînes désinfo, les bandeaux annonçaient 7 régions à droite, 5 régions à gauche. Il en a manqué 1 toute la soirée : la Corse !!!!!!!!!

    Sinon, Goldman Sachs se frotte les mains. Une future France ingouvernable, c’est la voie royale pour les banques et la structure technocratique.

    La future majorité se dessinera de la droite de la gauche à la gauche de la droite. Les 66% de Giscard. Un prophète !

    La question : on sait tous ici qu’une méga crise est en cours, bien pire que 2008, avec braquage des comptes bancaires. Le pire des scénarios : extension du domaine de l’Etat d’urgence ad vitam et front républicain au sommet sur fond de retour de bâton des guerres néocoloniales.

  7. foxhound dit

    Merci Eric pour cette brillante analyse, c’est un peu ce que je pensais étant donné que le FN en est arrivé à 6.8 millions de voix, c’est le seul chiffre qui m’interresse.
    Il est quand même interressant de souligner que si le Front National est à ce niveau c’est à cause de decennies d’incompétence politique. Je suis par principe anti FN, néamoins il est difficile de dédouaner le PS, et l’UMP. Cette politique de la « mondialisation heureuse » de leur point de vue, a enrichi toujours plus une poignée d’oligarques plus heureux que jamais-il n’y a aucune raison pour que ça change un jour-, tandis qu’une grande partie de la population se paupérise. Un autre élement important, et ils n’en ont rien dit au 20:00 d’hier -dimanche 13 decembre- sur le fait qu’aujourd’hui la gauche perd 4 emblématiques bastions industriels et ouvriers : Le Nord bien sur, Nord Est-Alsace Lorraine-, la région Rhone Alpes, et la région parisienne. C’est la droite qui les gagne. Pire la gauche ne gagne que les bastions bourgeois, comme Paris et Lyon -les grandes aglomerations-, ce qui était autrefois des chasses gardées de la droite bourgeoise, c’est dire! En fait le FN qui fait un énorme score, gagne tous les endroits populaires. Contrairement à ce qu’ils disent c’est le PS qui est entrain petit à petit de disparaitre du paysage politique national, et l’UMP qui n’est pas dans un meilleur état, ce qui correspond en quelque sorte à votre analyse. Il faut se résigner à reconnaitre que le FN n’a jamais été en aussi grande forme dans la mesure où il est en tête dans de trés nombreux quartiers populaires.
    Pire, loin de moi l’idée de parler de problèmes ethniques, les quartiers populaires où l’UMP et le PS arriveent encore -on se demande pour combien de temps- à se maintenir c’est des quartiers où les populations sont trés marquées ethniquement.
    Ce qui me fait penser qu’on a les prémices tout au moins dans les élections de problèmes ethniques grave. Qu’en sera-t-il si demain la crise financière -ineluctable du reste- qui a touché la Grèce, l’Espagne, le Portugal, frappe la France ?

    Cependant, je ne crois pas à une possible victoire du Front National -c’est même plus, il n’y en aura pas en l’état actuel -, quoiqu’il arrive, et combien même si le Front National arrivait au pouvoir ça serait au prix d’un reniement massif de sa politique, à l’instar de Syriza.
    De toute façon quoiqu’il en soit ceux qui tiennent le sytème en France ne permetront jamais à quelque parti qu’il soit de remettre en question les structures économiques et sociales, à part faire du « cosmétique ». C’est la raison pour laquelle je pense que si le FN devait arriver au pouvoir c’est sera avec un programme pasteurisé, ainsi que l’élimination de tous ceux qui seraient génants. Entre autre indice c’est le fait que Marine Le Pen a évincé son propre père, et l’a viré de son poste de président. Si elle a été jusqu’à « trahir » son père, j’ose même pas imaginer ce qu’il en serait avec les electeurs. Ce qui ouvre une boite de pandhore pour elle aussi, désormais qu’es ce qui generait Fillipot, Collard, de virer Alliot, et meme Marine Le Pen ?

  8. Groumpf dit

    « le sentiment de s’unir pour conserver leurs avantages sans se soucier de l’intérêt général » Les députés votent comme 1 seul homme: Rejet de la fiscalisation de leur indemnité, annulation de la baisse de l’aide publique des partis politiques, prolongation de l’état d’urgence … Si ce n’est qu’un sentiment alors que sera la réalité !

    • foxhound dit

      @Groumf
      S’il est vrai que ce genre de problèmes peut être à juste titre préoccupant, il n’y en d’autres beaucoup plus grave. Chaque année le pays perd entre 80-100 milliards d’euros. Par divers combines légales, où non, ce qui témoigne que le Parti Socialiste qui a appelé les électeurs à faire « barrage » contre « l’extreme droite », l’a jamais autant favorisé par son laxsime à réprimer la déliquence financière qui est bien plus devastatrice que les quelques pécules mis en avant ça et là par les médias concernant quelques haut responsables malhonnetes.
      Par ailleurs comme on a évité de justesse le drame d’hier, il est peut être bon de se pencher sur les vrais problèmes. La destruction de la Syrie, du Liban, de l’Irak, l’Afghanistan, la Somalie, du Yemen, la Libye, et par ricochet le Malie, le Niger, les Nigéria ont jeté sur les routes des millions et des millions de migrants. A mon avis dans la vote d’hier, les images de ses refugiés entrain de sauter les barrières ont été un véritable electrochoc pour des populations en Europe déja trés durement touchées par le chomage et la pauvreté. Le FN est l’extreme droite ont trés habilement instrumentalisé cette peur dans le but de gagner des voix. N’est il pas temps maintenant de répondre à cette problèmatique ? Les sites de l’extreme droite attisent cette colère comme le vent attise le feu, et beaucoup ne se cachent pas de vouloir la mort de la République, et une guerre civile. Un partenariat avec les pays africains et arabes tout le monde y gagnerait. La paix interrieur se joue aussi à l’extérieur. Combien de temps va-t-on attendre ? Que le FN soit à 55% ? Les mots à présent ne suffisent plus.

  9. Votre analyse m’intrigue.

    L’analyse classique :

    Les perdants de la mondialisation votent FN

    Les gagnants de la mondialisation votent UMPS

    Inciterait plutôt à attendre l’inverse.

    Mais peut-être votre découpage géographique est-il trop grossier. Si l’on croit la désormais célèbre analyse de Christophe Guilluy, centre-ville, proche banlieue, lointaine banlieue, le bon niveau d’analyse est beaucoup plus fin.

    Je m’interroge.

  10. Logaro dit

    Colère des éléments climatiques, colère des éléments populaires, pluie torrentielles, pluie de votes, Hollande et Valls ont échappé au désastre: la Cop 21 a enfin pondu un oeuf bâtard qui n’empêchera pas les intempéries catastrophiques ( lire Caltécor 5127 et Tourisme de destruction massive) et les régionales ont donné des listes bâtardes qui ne mèneront à rien. Ils ont eu chaud tous les deux!
    http://sleazy-caricatures.over-blog.com/2015/12/ils-ont-eu-chaud.html

  11. « A l’approche de 2017, il est évident que le candidat qui affronterait Marine Le Pen au second tour des présidentielles, si cette configuration devait se présenter, ne bénéficierait pas forcément d’un report massif des voix « républicaines » et devrait mener une campagne beaucoup plus dure que Jacques Chirac en son temps. »

    Qui dit qu’il y aura 2 tours à l’élection présidentielle?

  12. Serguei dit

    Mitterand (celui qui n’avait pas le monopole du coeur) à par deux fois détruit la France au service de la germanique et du nouvel ordre mondial. Le maire de Nice se balade avec la kipa et les billets pour boubaker et les islamistes dans les poches. La France n’est plus une démocratie ni ce beau pays que chantait Charles traînée mais une décharge nauseabonde(carte de séjour avait repris sa chanson). En France il n’y a plus de français-français mais que de la canaille. Avec ceux qui utilise cette canaille comme bélier pour détruire les États nations.

  13. Tof dit

    Rappel : le FN est une idée de De Gaulle pour neutraliser tous les groupuscules putschistes d’extrême droite des après guerres (WWII, Indo, Algérie, Tixié, Poujade, OAS, ex nazis, …)

    Le Pen a été chargé de les encadrer et de les normaliser. L’histoire aurait pu s’arrêter là si Mitterrand n’avait réactivé la boutique Le Pen & co pour cause de trahison des classes populaires côté Fabius et éviction de la doctrine Marchais côté coco.

    Les Le Pen canalisent les frondeurs ou autres putschistes, et la République leur en sera éternellement reconnaissante.

    Last but not least, cela permet à toutes les mafias politiques de continuer à ruiner les français en les traitant en sus de racistes.

    Et 30 ans après 1986, il y a encore des couillons pour y croire.

  14. Thomas dit

    Il faut être logique il y a diverses catégories d’abstentionnistes, y compris les abstentionnistes involontaires

    Mais n’en est pas moins vrai que les médias devraient logiquement donner AUSSI le pourcentage par rapport aux inscrits

    Vivement que le vote blanc soit comptabilisés comme exprimés. Une pétition circule à ce sujet qui rencontre un gros succès en quelques jours

    Ce sont les irresponsables politiciens de droite comme de gauche et d’extrême gauche qui ont fait le lit de l’extrême droite

    « Nous sommes victimes d’un abus de mots. Notre système (les « démocraties » occidentales) ne peut s’appeler « démocratique » et le qualifier ainsi est grave, car ceci empêche la réalisation de la vraie démocratie tout en lui volant son nom. »  (S-C.K)

    « La démocratie, c’est le nom volé d’une idée violée » (J-P.M).

    « L’erreur ne devient pas  vérité parce qu’elle est approuvée par beaucoup » (M.G)

    « Ce n’est pas parce qu’ils sont nombreux à avoir tort qu’ils ont forcément raison » (M.C)

    «  Ceux qui regardent le vote universel comme une garantie de la bonté des choix se font une illusion complète. » (A.T)

  15. xc dit

    @Thomas

    Quand vous donnez des citations, ayez l’amabilité, pour vos lecteurs, et par respect pour leurs auteurs, de donner les noms complets de ces derniers, ainsi que les références de l’ouvrage, de l’article,… dont elles sont tirées.

    Merci!

  16. Le pédagogue dit

    Le pédagogue :

    – Tout conte fait, le non cul-mul des mandats zéléc-taureaux, con-solide la démo-cratie.
    Dès que j’ai eu la présidence de la région, j’ai laissé tomber les mandats de député et de maire.
    Le manque à gagner ?
    La démo-cratie ne perd pas.
    J’ai fait voter, démon nain stallation, un texte pour toucher, démo-cratique-ment, le manque à gagner.
    – La République a tout prévu.
    – Et lorsqu’elle oublie, les zélés cteurs et les zélées ctrices raie-parent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *