Accueil » Islamo-fascisme et complaisance occidentale

Islamo-fascisme et complaisance occidentale

Cet article a été lu 9674 fois

Pourquoi l’Occident se montre-t-il si faible vis-à-vis de l’islamo-fascisme? Cette question taboue mérite quand même d’être posée à l’issue des dernières déclarations du président turc Erdogan à propos de Hitler.

Erdogan et l’islamo-fascisme

Le président islamiste Erdogan ne s’embarrasse plus de fioritures et jette les masques: il vante les vertus du nazisme comme modèle d’inspiration politique durant ses conférences de presse.

« Dans un système unitaire [comme la Turquie], un système présidentiel peut parfaitement exister. Il y a actuellement des exemples dans le monde et aussi des exemples dans l’Histoire. Vous en verrez l’exemple dans l’Allemagne nazie. »

Une phrase de ce type mise dans la bouche de n’importe quel homme politique français, et spécialement d’un responsable du Front National, vaudrait à son auteur des procès en cascade, des amendes colossales et des stigmatisations éternelles de la part des médias. On se souvient ici des propos de Jean-Marie Le Pen sur les chambres à gaz comme « détails » de l’Histoire: des années après, le bonhomme est toujours sommé de s’expliquer sur le sujet.

Paradoxalement, quand un président islamiste adopte un discours directement « nazi », l’Occident se tait.

L’islamo-fascisme et les Etats-Unis

Dans le registre des silences, celui des dirigeants européens tient une place de choix. Ceux-ci viennent d’annoncer une reprise des négociations d’adhésion de la Turquie à l’Union Européenne, et ont prévu de débloquer 7 milliards d’euros d’aide à la Turquie pour créer des camps où les réfugiés seront triés avant de pouvoir rentrer dans l’Union. Cette idée, largement poussée par l’Allemagne qui peut se revendiquer d’un grand savoir-faire traditionnel dans ce domaine, transforme de fait Erdogan en garde-frontières de l’Union et lui donne tous pouvoirs pour déclencher une nouvelle marée humaine vers l’Europe. Il est évidemment difficile d’avouer qu’un tel pacte est noué avec un admirateur d’Hitler.

Mais le silence le plus amusant reste celui de la presse américaine, qui a peu relayé les propos d’Erdogan et a surtout relayé les démentis de la présidence turque après ce dérapage verbal. C’est ainsi que le New York Times a directement titré:

La Turquie dit que le commentaire d’Erdogan sur Hitler a été déformé!

Malheureusement, pour ce quotidien de référence, l’adresse URL de l’article montre bien que le titre d’origine était:

turkeys-erdogan-seeking-a-more-powerful-presidency-cites-hitlers-system.

(La Turquie d’Erdogan à la recherche d’une présidence plus puissante se réfère au système hitlérien)

Le directeur de la publication sera passé par là pour adoucir un titre qui pourrait froisser l’allié turc.

L’islamo-fascisme en Turquie

Cette volonté occidentale de ne pas regarder en face la menace géopolitique qu’Erdogan fait peser sur l’Occident ne manque pas de surprendre. Le Président turc a beau enchaîner les pires méfaits, ses alliés de l’OTAN ne disent rien, et même applaudissent des deux mains.

Depuis plusieurs mois, Erdogan a pourtant joué la carte de la provocation ouverte: arrestations de journalistes, voire emprisonnement ou assassinat d’opposants, attentat suspect durant une manifestation organisée par un parti kurde, répressions sévères de manifestations démocratiques, attaques en règle contre les symboles laïques du pays, rien n’y fait. Nous ne voulons rien voir, et nous refusons d’admettre que le dragon Erdogan est bien plus dangereux pour nos libertés que Bachar El-Assad.

Pire: la Turquie s’est récemment lancée dans une politique de répression farouche contre ses minorités kurdes que les médias subventionnés, en France, passent totalement sous silence. 50 civils en seraient morts pour le seul mois de décembre, mais ce bilan est sans doute plus lourd puisque ces villes sont sous couvre-feu depuis plusieurs semaines.

Pourquoi l’indignation de l’Occident est-elle forte lorsque le laïc Bachar El-Assad est accusé de bombarder des civils syriens, et quasi-nulle lorsque l’islamiste Erdogan pratique la même politique sur son propre peuple?

L’Occident est-il l’allié volontaire d’un bloc islamo-fasciste?

Les dangers présentés par Erdogan sont bien pires encore pour l’Occident. Tout laisse en effet à penser que la Turquie apporte un soutien logistique, voire beaucoup plus, aux terroristes de l’Etat Islamique qui combattent en Syrie.

Ce soutien est apparu à deux reprises.

D’une part, la Turquie abrite probablement les camps d’entraînement de Daesh et favorise ainsi l’efficacité militaire de l’Etat Islamique. Sur ce point, des propos régulièrement rapportés par des journalistes européens en reportage en Turquie laissent peu de doutes.

D’autre part, la Russie n’a jusqu’ici jamais été démentie lorsqu’elle a affirmé de façon répétée que laTurquie favorisait la vente et l’exportation du pétrole de Daesh. Cette protection accordée à l’Etat Islamique constitue un atout important pour la persistance de la menace terroriste.

Sur tous ces points, les dirigeants occidentaux se taisent et font semblant de ne rien voir. Quelques arrestations de terroristes donnent le change et permettent de dissimuler le double jeu d’Erdogan.

La Turquie, épine islamiste dans le pied occidental

On notera que le site Politico a consacré un article aux risques que la Turquie représente pour l’Occident. L’article examine les risques d’un conflit armé entre l’OTAN et la Russie à cause de la Turquie. Il pose notamment cette question:

Why are EU leaders tolerating the Turkish government going to war against the one group that has been successful at fighting ISIL on the ground?

(Pourquoi les leaders européens tolèrent-ils que le gouvernement turc fasse la guerre au seul groupe victorieux au sol dans la lutte contre DAESH?)

Voici une excellente question que nous pouvons, nous aussi, nous poser…

50 commentaires

  1. pil dit

    Le groupe qui s’oppose à Daesh c’est surtout l’ASL et Assad achète aussi son pétrole à… Daesh.

    Assad a fait quand même plus de 200 000 morts syriens, Erdogan est encore très loin de ce chiffre avec les Kurdes.

  2. C*E* dit

    Bonjour cher Eric,
    Si la France avait des dirigeants courageux et fiers de notre passé ……..
    C’est l’occasion revée me semble -t-il de mettre cartes sur table:
    Demander à l’OTAN l’exclusion de la Turquie de l’OTAN et si nous recevons
    un refus :d’en sortir nous meme à ce moment là
    . Meilleures salutations et meilleurs voeux à tous

    • JCG dit

      Effectivement il fait fort Erdogan.
      L’avantage avec les dictateurs, même s’ils sont élu, c’est qu’ils lisent toujours paraitre leur fond.

      L’Europe même une politique de courte vue. Maintenir les réfugiés en Turquie et payer au prix fort pour quelques mois de répit.
      Et dans quelques mois le prix montera … car dans l’histoire le fort abuse toujours du faible. ET là le Fort de ce jeu des réfugiés, c’est la Turquie.

      L’Allemagne se satisfait de la situation.
      La France penses à la Présidentielle ou a intériorisé le vote FN à 30% : pas question d’acceuillir qui que ce soit sinon le F montera encore, donc n s’alligne sur la politique décidée à Bruxelles et Berlin.
      La position française anti Bacghar constitue certainement un alignement sur la position préférée isréalienne : supprimer Bachar, ce qui ne peut que favoriser un conflit ouvert Sunnites/Chiites que les pays arabes voisins devront arbitrer, ce qui les rapprochera d’une guerre qui les affaiblira tous, Iran inclus.
      La Turquie joue sur tous les tableaux. elle compte les points, aide l’EI contre les kurdes : car les kurdes sont l’ennemi pour la Turquie. La position turque très forte vis-à-vis de l’Europe permet de mettre sous le boisseau toute velléité kurde de monnayer leur guerre contre une meilleure reconnaissance internationale : un pas vers la création d’un Etat Kurde …
      La Russie veut éviter un nouvel Etat islamique terroriste riche à ses portes, garder un port en méditerranée, et un allié très redevable.
      Les USA commencent à s’en désintéresser : élections en approche et la nouvelle autosuffisance énergétique des USA pour une centaine d’année annonce peut-être un retrait de la zone.

      Sans oublié le Mali, la Libye, l’Afghanistan …

      Bref avec ces dérapages ps très contrôlés d’Erdogan, ça commence à sentir pas bon.
      Parce que Poutine en face ne rigole pas trop et ne se dégonflera pas au jeu de qui a la plus grosse, OTAN ou pas OTAN.

      Car n’oublions pas qu’étant membres de l’OTAN, nous serons tous solidaires de la Turquie – Russie … .
      Cool non ?

      A moins qu’on disent alors à la Turquie que la solidarité OTAN ne marche plus. Et alors on aura dynamité l’OTAN, et on n’aura en plus 2 ou 3 millions de réfugiés chassés de Turquie vers l’Europe…

      Si j’y pense, nul doute que quelques stratèges russes aussi et cherchent comment pousser la Turquie à attaquer la Russie de telle manière que la riposte russe soit inévitable et légitime, pour pousser l’OTAN à lâcher la Turquie.

      Les USA seraient-ils fachés de perdre l’OTAN ? L’analyse coûts/bénéfices, mériterait le calcul.

  3. J’ai une explication, désespérante : la dhimmitude.

    Nos dirigeants sont déjà soumis à l’islam. Ils ont intériorisé le terrorisme islamique : la moindre parole à propos de l’islam ou de musulmans comportant un micro-soupçon de négativité déclenche des réactions hystériques disproportionnées. Donc nos dirigeants n’émettent plus aucune critique de l’islam ou d’un musulman, pour avoir la paix.

    On en fait des tonnes de postures guerrières mais ce n’est que de la gesticulation pour dissimuler la lâcheté. En réalité, au sommet des Etats occidentaux, les terroristes musulmans ont remporté une victoire nette et sans bavures.

    Quand Donald Trump dit qu’il faut arrêter l’immigration musulmane, il va à l’essentiel, il tape dans le mille. Ce qui menace la paix du monde aujourd’hui, ce n’est ni une race, ni une classe sociale, ni une rivalité économique, c’est une religion qui a pour « beau modèle » un guerrier sanguinaire et cruel. Cela ne devrait pas nous surprendre : le réveil de l’islam a été annoncé jadis par des personnalités aussi diverses que Gustave Le Bon (qui admirait l’islam), GK Chesterton ou le père de Foucauld. On ne peut donc pas dire que c’est une nouveauté stupéfiante.

    Hé bien, Trump a-t-il été soutenu, approuvé, par ceux qui nous gouvernent ? Bien sûr que non, ils lui sont tous tombés dessus comme s’ils étaient déjà convertis à l’islam. C’est la même mentalité que les « compagnons de route » du communisme, d’ailleurs, ce sont souvent les mêmes personnes. On minimise les crimes, on trouve des excuses, on retourne l’accusation, on parle d’autre chose. Bref, on se couche de chiennine façon devant le mâle dominant.

    • JCG dit

      Ridicule.
      On parle de criminels qui se parent d’un semblant de religiosité pour justifier leurs forfait.
      Au pire d’une secte.

      On a eu les notre aussi. Et les laïcards et la république les a maté.
      Les femmes en savent quelques choses (le pluriel est voulu).

      On les matera, pour notre bien et pour celui de nos compatriotes musulmans à qui ses salauds essaient de voler leur religion et leur pratique tranquille de celle-ci.

      • Stephane dit

        Finalement, en France, 130 pauvres types ( au goût musical douteux, reconnaissons le) qui se font hacher à la Kalashnikov plus les 300 autres à l’ hosto, ça nourrit les disputes gauloises et en attendant l’ Etat peut nous fourrer comme des dindes. Bonne année! Les islamistes sont les idiots utiles de notre gouvernement, et vice et versa?

        • Aristarkke dit

          C’est bien vrai cela! Zaveka avoir une oreille plus normale, d’abord.
          Mille sabords!
          Les dhimmis évoqués par F. B. ci dessus, vont bien finir par susurrer que tous comptes faits, ces victimes sont quand même un peu (edulcoration initiale. Apres un temps variable, ce peu s’effacera) responsables de leur malheur… Non???

      • Si vous croyez que la violence est étrangère à l’islam, c’est vraiment que vous n’y connaissez rien. Eventuellement, vous prenez vos désirs pour des réalités.

        Quant à nous renvoyer dos à dos, eux et nous (« on a eu les notres aussi »), permettez moi de vous rappeler une différence : eux c’est eux et nous c’est nous. Nous avons le droit et le devoir de nous défendre.

        • pil dit

          « Si vous croyez que la violence est étrangère à l’islam »

          Il n’y a qu’à lire vos propos pour comprendre que l’islam n’a pas le monopole de la violence. Vous êtes ridicule.

          • Je suis tellement ridicule que je vais me renseigner auprès de vous, grand sachant.

            Citez moi une zone du monde, un pays, une région, où la présence de musulmans n’a pas suscité ces dix dernières des violences, sous quelque forme que ce soit, au cri de « Allah akbar ! » ?

            Je suis curieux d’apprendre. Enseignez moi.

        • pil dit

          La colonisation et ses massacres, les guerres de religion, l’inquisition par les pays occidentaux chrétiens, ca vous dit rien ?

          Evidemment, vous associez les musulmans aux pires de leurs représentants( terroristes et délinquants ), et vous vous identifiez aux chrétiens dont vous seriez la crème de la crème. Une bonne petite dose de brosse à reluire auto-administrée…

        • pil dit

          Si vous pouviez arrêter de raconter n’importe quoi sur l’islam, Trump et le reste, ca serait vachement bien, ca ferait des vacances.

          Vous êtes pas fatigué de débiter des sottises à la tonne ?

          • Attentats-suicide, voitures qui foncent sur des passants, ventes d’esclaves, exécutions filmées, etc.

            C’est marrant. L’actualité a la mauvaise habitude de vous démentir et de me conforter.

            Cela doit être ce que vous appelez « débiter des sottises à la tonne ».

          • franz dit

            Vos commentaires affligeants me font penser à cette fameuse réplique d’Audiard remise aux gouts du jour : » les trolls, ça ose tout et c’est même à ça qu’on les reconnait »… Vous êtes tout juste pathétique avec vos mensonges et contre-vérités sur l’islam : commencez par vous renseigner sérieusement, ensuite vous pourrez en parler…

          • pil dit

            Je vois pas bien le rapport entre votre inventaire à la Prévert fébrile, prêt recruter la rubrique des chiens écrasés si nécessaire, et une analyse équilibrée de la situation globale.

          • pil dit

            « Vous êtes tout juste pathétique avec vos mensonges et contre-vérités sur l’islam »

            Vous y connaissez quoi à l’Islam et à son histoire, vous avez fait des recherches et lectures sérieuses au lieu de vous agiter comme un lou ravi de la crèche ?

    • yoananda dit

      Malheureusement, il n’y a pas que les dirigeants qui aient intégrés la dhimmitude : c’est une vraie épidémie de padamalgam.
      On s’en fou des 1400 ans d’histoire sanglante de l’islam, on s’en fou de ce que plus de la moitié de ce qui est écrit dans le coran, dans la sirah, et dans la sunna soit des textes de guerre contre les mécréants, on s’en fou que proportionnellement ces textes contiennent plus de textes anti-sémites que Mein Kemph. On s’en fou des auteurs du terrorisme planétaire de ces 10 dernières années, tout ce qui compte, c’est que « nous » qui somme le mal absolu incarné : le male blanc. Tout le reste n’est que pipi de chat à coté et est intouchable.
      Ça ne compte pas si la planète entière doit sa prospérité aux inventions et à la médecine de l’occident. Ça ne compte si on a aboli l’esclavage.
      Tout ce qui compte, c’est les quelques livres que les musulmans n’ont pas brûlés et qui auraient déclenché la renaissance (comme par hasard, juste au moment ou ils ont été chassés du continent). Tout ce qui compte c’est qu’on a fait les croisades, le colonialisme et le nazisme. Tout ce qui compte c’est la guerre d’Irak. Tout est notre faute. Tout.
      Tous les autres peuples sont des opprimés, ont doit donc se laisser conquérir pour notre propre bien.
      Si vous n’êtes pas d’accord, c’est que vous êtes un esprit malade, alors que toutes les autres belles âmes ne cherchent qu’a vivrensemble dans la joie et l’harmonie.
      Compris ?

      • AM dit

        Bien résumé Yoananda! L’islam est une religion d’amour et de paix… incarné par la vie exemplaire de Mahomet. Nous sommes des salauds nous qui pensons que le Coran n’est même par réformable car les actes criminels du prophète devraient être également niés.

        • yoananda dit

          Le coran est la parole révélée de Dieu dictée par l’archange Gabriel. Difficile à réformer. Reste la Sunna.
          La réforme existe, elle s’appelle le wahabisme … zut, c’est pas celle que nous on aurait voulu, c’est ballot.
          En attendant on continue de fantasmer comme Valls sur un islam « des lumières » à l’occidentale, alors qu’ils n’ont que mépris pour nos valeurs, mépris justifié car ils nous ont menés à la décadence, à la faiblesse, et l’hypocrisie qui fait que l’Europe se fait contre-coloniser sans même réagir.
          C’est précisément nos valeurs républicaines qui empêchent la réforme « pacifique » de l’Islam. Ça semble paradoxal, mais ce n’est qu’une observation. Le vice des occidentaux est de ne plus savoir penser le monde qu’au travers de leur grille de lecture « des lumières », c’est à dire, l’individualisme, le rationalisme, le positivisme.

          • AM dit

            Avec la vie qu’a menée le prophète, je doute tout de même de la possibilité de réformer le texte. Comment masquer ses crimes? Les transformer symboliquement peut-être…

  4. Dans la mesure ou ce que vous appelez l’occident est représenté par un noir américain qui a évacué toutes ses bases au moyen orient et en afrique en s’y faisant là tuer un ambassadeur, par une brave allemande sentimentale qui se souvient de ses compatriotes réfugiés et par un baiseur casqué complètement taré votre question n’a pas beaucoup de sens… Cela doit il continuer ? Non et pour les raisons que vous dites.

    La Turquie est dangereuse et se montre ouvertement candidate à la reprise en main de son arabie heureuse, les lieux sains ayant été sa propriété cinq cent ans sans printemps arabe aucun. Allliée objectif de l’Etat Islamique qu’elle pourrait envoyer rapiner le temps de se poser en intermédiaire, elle ne veut pas de sa défaite en tout cas, qui ferait un kurdistan qu’elle ne veut pas.
    Pour l’instant, les US laissent faire en aidant vaguement des chiites irakiens qu’ils habillent en militaires pour éviter que ce soit les milices confessionnelles assoiffée de vengeance qui aillent faire la police en pays sunnite.
    La France, vu l’austérité exigées par Bruxelles (4.4 % de déficit, c’est insupportable) n’a plus de munitions et ne fait rien.
    Bon Ramadi est repris (évacué stratégiquement), plus que Falludja et Mossoul, qui sans doute ne se défendront pas non plus, tu parles.

    La Russie, elle s’obstine à ne pas combattre non plus les ennemis de l’occident, sans doute pour se faire désirer. Elle a raison: il faut que l’Europe se décide à choisir son camp et à enfin accepter explicitement que la sainte Russie lui serve de bras armé. Pour cela, il faudra se débarrasser de la trop gironde hôtesse à migrants et du minable psychotique bègue. On ne peut pas tout avoir tout de suite.

    • yoananda dit

      très bon texte. Juste une précision : la France ne fait pas « rien », elle fait « semblant » … pas très différent vous allez me dire, mais je tiens à la nuance ! 😉

  5. Pardon mais dans la mesure ou vous vous permettez une photo d’Hitler, je voudrais faire remarquer que la brave vieille blonde semble avoir fait la bêtise de faire naitre un sentiment connu. Cela dans un pays où ces questions sont toujours un peu délicates.
    L’hymne de Pegida (Patriotische Europäer gegen die Islamisierung des Abendlandes) , pour l’instant sans paroles me parait enthousiasmant, (attendre 1 minute pour faire arriver les tambours) et pour vous ?
    http://www.medias-presse.info/lhymne-de-pegida-devance-la-chanteuse-adele-et-se-classe-premier-au-box-office-des-ventes-damazon-allemagne/46539

    Au passage pour ceux qui se plaignent du rap arabe, voilà du rap allemand:
    https://youtu.be/J_JqKXvenaE

  6. runebeuf dit

    Soyons sérieux, et laissons l’église ou ce qu’il en reste au milieu du village. Erdogan n’a pas encore imposé le régime du parti unique et s’ils le souhaitent les électeurs turcs pourront encore voter contre lui aux prochaines élections.
    S’il voulait vanter les mérites d’un régime présidentiel fort, Erdogan aurait mieux fait de citer la France…
    Il faut rappeler que Erdogan a d’abord été premier ministre et se retrouve maintenant président, un peu à la manière d’un Poutine…
    S’il fallait chercher l’islamo-fascisme, ce serait plutôt du côté de l’Arabie Saoudite, ce précieux allié du camp otanien.
    C’est curieux comme chacun enfourche son dada (dhimmitude, réfugiés, padamalgam, Occident, etc.) sans plus se soucier du sujet initial, qui est le souhait de Erdogan de modifier la constitution turque pour donner davantage de pouvoirs au président.

    • Et bien nous voilà à une croisée de chemins. Si vous pensez que l’Arabie Saoudite est menaçante et si vous en avez peur et bien c’est une position. 20 % de déficit budgétaire, tout le monde fonctionnaire, une armée notoirement incapable, drogue et branlette sur internet à tous les étages, endogamie pathologique détectée par les anomalies génétiques qu’elle produit, incapacité totale à faire, produire ou imaginer quoique ce soit. Maintenant à la rue par manque d’argent, plus que deux ans de cash et boum. La voilà votre arabie. Et bien elle va se faire prendre. Bientôt.
      Quand à votre démocrate quasi gaulliste (un régime présidentiel, c’est presque comme celui de Hollande avec un état d’urgence prolongé constitutionnellement et c’est vous qui le dites), et bien ses conversations téléphoniques avec son pourri de fils ont ému tout l’électorat turc. Il y a parlait de corruption, et de moyens de la cacher. De quoi justifier un président fort.

      • runebeuf dit

        En bon gaulois, je n’ai peur que d’une chose, c’est que le ciel me tombe sur la tête. Les quarante-sept exécutions d’opposants, c’est récent et c’est en Arabie Saoudite, et les protestations de nos dirigeants sont plutôt molles. Sauf le respect que je dois à l’hôte de ce blog, Erdogan est sans doute très criticable, mais il n’est ni islamiste, ni fasciste. Dans l’orient compliqué c’est une partie d’échecs à plusieurs joueurs qui se joue actuellement. Erdogan n’est pas le seul à avoir une position ambigüe. Ainsi par exemple du camp otanien, allié de la Russie contre Daesh, et son adversaire en Ukraine. C’est « je te tiens, tu me tiens par la barbichette ». Si Erdogan soutient Daesh, c’est parce qu’il ne veut pas d’un Kurdistan en territoire turc. Tout comme je suppose que vous ne souhaitez pas une sécession de la région PACA ou de la Seine-Saint-Denis.

        • Erdogan est tout à la fois islamiste (personnellement, c’est toute sa vie) et autoritaire (il le démontre jour après jour).
          Il est aussi terroriste (organisateur d’attentats sur son propre territoire), en guerre (contre une partie de sa population, les kurdes). Il est corrompu (les bandes enregistrées de ses conversations le montre assez). C’est un fasciste et un islamique, allié de ce qu’il y a de pire (l’Etat Islamique) dont il recycle le pétrole, lui et sa famille.
          C’est ainsi un islamo fasciste et il mène une politique dangereuse, sous le parapluie US qui le charge de faire la police au moyen orient. Merci à la Russie de s’y opposer.

  7. Didier Bous dit

    Est-ce que ce n’est pas très simple? La Turquie est un allié des USA et nous sommes soumis à ce dernier pays. Par ailleurs, je ne vois pas d’Islamo-fascisme dans le cas d’Erdogan mais un dirigeant qui a perdu la mesure. Cette affaire confirme le délire de la gauche française, hystérique au moindre soupçon de racisme en France, indifférente quand il s’agit de l’UE ou d’un pays qui va y adhérer.

    • Vous avez tort, l’islamo fascisme c’est les frères musulmans soutenus par la Turquie. Peu de gens l’ont réalisé, mais c’est précisément cela.
      Les cathos bornés, prompt à imaginer une alliance avec le grand turc au nom de la défense de la calotte s’imaginent passer un pacte de xxxité (à la Hollande) avec les démocrates musulmans. Et bien ce sont des islamo fascistes, pas de chance. UOIF, Tariq Ramadan, accueil des réfugiés syriens, lutte contre l’islamophobie tout ça c’est l’islamo fascisme, plus exactement l’islam politique communautariste qui veut établir ses lois sur les zones géographiques européennes habitées par ses affidés.

      Une guerre idéologique est en cours du type de celle que nous avons mené cinquante ans contre les communistes. Je vous rassure, les gentils gagnent à la fin.

  8. Jmpbea dit

    La Turquie bénéficie des « coudées franches » dont profitent les dictatures….Erdogan peut donc tout dire et faire chez lui…de plus, la Turquie est une puissance militaire non négligeable et sa position geo. Est stratégique pour tous les pays d’Europe et du proche orient…d’où la position de faux cul de bien des pays qui l’entourent sauf la Russie , dictature elle même et qui use des mêmes armes …d’où frictions venues et à venir…

  9. Gordion dit

    E.Verhaeghe a écrit une bonne analyse, et pose les bonnes questions. Surtout dans son dernier paragraphe.
    L’article paru dans « Politico » est à lire, édifiant sur la politique néo-ottomane du Frère Tayyip Recep. Et explique pourquoi l’OTAN laisse faire. Il est devenu incontournable dans la région ( Syrie, Irak), la ligne rouge pour lui est l’Iran et la Russie, seules puissances qui s’opposeront à lui.
    Le quotidien laïque « Cumhuriyet (La République), porte-drapeau du sécularisme d’Atatürk et du 2ème parti turc (CHP), publie également d’excellents articles sur la dérive dictatoriale du clan Erdoğan. Je prends le temps de lire ce quotidien en langue turque – j’ignore si ce quotidien publie en anglais, à la différence de Turkish Daily News (groupe de presse Doğan, haï du régime AKP) – qui nous donne un autre son de cloche que ceux de la presse aux ordres.
    Les commentaires des internautes sont intéressants, ceux de F.Boizard et F.Carmignola donnent des éclairages particuliers.

    • yoananda dit

      je me demande dans quelle mesure Erdogan n’est pas laissé tranquille parce qu’il facilite (à son insu je suppose) la création du grand Israël, l’autre ligne rouge que vous avez oublié de mentionner.

      • Gordion dit

        Intéressant! La reprise des relations entre Israël et la Turquie se met en place doucement, le prétexte étant bien sûr les menaces de Poutine sur la fourniture de gaz…Israël devrait exploiter des réserves de gaz off-shore près de Chypre, dont Ankara contrôle un tiers. De là à penser que la Realpolitik reprendra ses droits, et que les relations israélo-turques s’amélioreront au-delà de l’économie, j’en doute. Erdoğan est encore trop marqué par ses positions incendiaires sur Israël, mais il peut faire comme des pays arabes le font discrètement – Qatar – commercer avec « l’ennemi sioniste » qui martyrise le Hamas. On se rappelle que la Turquie utilise des drones israéliens – son programme national développé par TAI n’est pas encore opérationnel – et a besoin du soutien logistique des militaires israéliens et des industriels IAI/Maalat pour ces UAV opérés depuis la base aérienne de Batman (renseignement optique et radar vers l’Irak et la Syrie). Des petits pas du Frère Tayyip pour ses besoins énergétiques et militaires.

      • La question d’Israël est assez intéressante, et illustre très bien la terreur qui doit nous habiter à l’idée (impensable et horrible) que des JUIFS puissent être souverains sur l’immensité du territoire qu’ils revendiquent. Je ne sais pas à quelle aune vous jugez »grand » le grand israël, mais l’empire ottoman c’est autre chose, surtout quand c’est dirigé par un fasciste musulman, et que ça pourrait aller, avec la bénédiction de tous, jusqu’à l’océan Indien.

  10. pratclif dit

    Bonjour; j’ai justement eu des pensées analogues. Ces propos d’Erdogan tombent au moment d’une réédition de « Mein Kampf » d’Adolf Hitler. Voir mon billet http://bit.ly/1PDbwMN
    Bonne année 2016 à tous, autant qu’il sera possible! car il y a des nuages noirs pas très loin!

    • yoananda dit

      vu que le coran+sirah+haddith contiennent plus de textes anti-sémites que Mein Kemph, je crois que ça lui fait une belle jambe à Erdogan. Mais peut-être qu’il se sent « encouragé » d’en parler plus ouvertement en effet.

  11. Gordion dit

    Puis-je recommander quelques ouvrages qui nous rappellentent quelques fondamentaux :
    1. États-Unis et islamisme : une alliance contre l’Europe
    2. La Turquie : un cheval de Troie en Europe ?

    Publiés par Alexandre Del Vall e

    On pense ce que l’on veut de cet auteur qui est devenu pro-atlantiste par la suite, mais la doxa islamique, les enjeux géopolitiques et l’islamisation de la Turquie sont bien vulgarisés pour nous.

    A mon avis ouvrages très utiles pour nous internautes de ce blogue.

    Également les écrits de Jacques Benoist-Mechin sur les discours de Mustafa Kemal Atatür. En particulier sur le prophète Mahomet. Vaut son pesant de cacahuètes…et qui pourrait être l’une des réactions contre le laïcisme ottoman : la fondation de la confrérie des Frères Musulmans par al Banna en 1928, comme l’a rappelé un internaute. Al Banna est l’ancêtre de Tarik Ramadan trop bien connu hélas, sauf erreur.

    • Nous avons les même références. Del Valle explique très bien tout cela, et à rebours des lieux communs partagés par les médias et les « experts » traditionnels. Le problème de cette théorie, je le sais bien est qu’elle va à l’encontre de lieux communs profondéments ancrés mais hélas absolument faux:
      a- la Turquie est une « démocratie-chrétienne » musulmane, un possible futur « démocratique » pour un possible islam politique
      b- le terrorisme vise à vouloir créer la guerre civile en Europe
      c- le terrorisme est une puissance internationale à part entière

      a) est absolument faux: la Turquie veut redevenir puissante grâce à un islam autoritaire imprégné de l’idéologie des frères musulmans qu’elle soutient à fond partout. Très corrompue, et avec une économie fragile dont la croissance est très insuffisante pour un pays avec ces prétentions, elle ne pourra, avec le retrait US, que devenir prédatrice. Un exemple: l’accord arraché récemment à la pauvre Merkel. Ce pays devient ouvertement islamo fasciste.

      b) est un lieu commun absolument faux. Merci à Gilles Kepel de le propager. La technique de base du terrorisme est de terroriser, c’est à dire de faire peur. Quand on a peur, on recule, on cherche à s’arranger. Le contraire de la recherche de la guerre civile.
      Le discours sur l’islamophobie, propagé par les frères musulmans consiste à dire à la fois que l’islam politique ne peut être responsable de toutes ces horreurs ET DONC qu’il faut l’aider SINON il deviendra méchant. C’est précisément le but des actes terroristes que d’induire chez ses ennemis ce type de point de vue. La technique est typique, connue et pratiquée depuis la plus haute antiquité. Son bénéficiaire direct est aujourd’hui l’islam politique communautariste en Europe. Il cherche à mettre la main sur l’immigration, tente d’augmenter son cheptel en alimentant des migrations incontrolées.

      c) Le terrorisme est TOUJOURS le fait d’un état ou dans l’intérêt direct d’un état. Seul un état dispose des moyens et de l’organisation permettant les actes terrorismes. Le 11 septembre fut préparé par l’état taliban, le terrorisme dans l’allemagne des années 70 par l’URSS, le terrorisme palestinien par ses dirigeants. L’état islamique EST un état terroriste, il l’est depuis longtemps, et fut fondé en fait par Al Zarkaoui en Irak du temps des américains avec les restes de l’état irakien, qui lui même subventionnait de longue date tous les terrorismes du moyen orient.
      Charlie Hebdo fut commandité depuis le Yemen, et le 13 Novembre depuis l’absence de frontière entre Syrie et Irak, dont le pétrole est vendu à la Turquie, qui se trouve donc objectivement son allié.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *