Accueil » La vraie crise des migrants est-elle pour 2016?

La vraie crise des migrants est-elle pour 2016?

Cet article a été lu 6442 fois

Faut-il craindre une crise ouverte par les migrants, en 2016, bien pire que celle de 2015? De nombreux indices laissent à penser que l’Europe (et singulièrement la France) est exposée à une série de risques extrêmement importants dans ce domaine.

Quand le flux de migrants reprendra…

Premier point: malgré l’accord donné à la Turquie sur une reprise des négociations d’adhésion, les migrants qui continuent à braver le froid pour passer en Grèce restent encore très nombreux. On parle de 2.000 à 3.000 arrivées hebdomadaires en Grèce, soit une tendance annuelle minimale de 150.000 arrivées. Si l’on admet que le climat y est pour beaucoup, on peut craindre que les flux reprennent de plus belle avec le printemps, et que l’Europe doive accueillir au moins autant de migrants que l’an dernier.

La maîtrise des frontières par les Turcs est donc un échec, ou une promesse non tenue.

Sur ce point, rappelons que la Turquie accueille plus de 2 millions de réfugiés syriens et que rien n’exclut une reprise de l’exode dans ce pays du fait d’une intensification des combats.

Mais que faire des migrants qui arrivent?

On voit mal comment l’Europe pourrait accueillir dans de bonnes conditions une nouvelle vague massive de migrants, quand on contemple le spectacle de ceux qui vagabondent déjà dans nos rues à la recherche d’un travail ou de leur pitance. Les affrontements qui ont régulièrement lieu à Calais en donnent la preuve. Hier encore, près de 300 migrants ont affronté la police.

La tension sur les frontières n’est que l’un des aspects de la violence qui entoure la condition des migrants en Europe. Les événements du Nouvel An à Cologne en ont constitué un autre aspect.

Progressivement, l’Europe est confrontée à des situations conflictuelles intérieures auxquelles elle n’était pas préparée. Comment gérer cette situation? Personne ne le sait.

Les migrants implosent l’Union

L’Union est soumise à rude épreuve sous l’effet de cette immigration massive et non contrôlée. La solidarité entre les Etats membres s’effiloche et les grands acquis de l’Union sont désormais menacés. C’est en particulier le cas des accords de Schengen, dont on voit mal comment ils pourraient survivre alors que la porosité des frontières constitue une arme dont les terroristes usent et abusent pour perpétrer leurs crimes. Le fait que les Belges aient pratiqué plus de dix incarcérations à cause des attentats à Paris l’illustre parfaitement.

C’est l’ensemble de la logique communautaire qui se trouve désormais soumise à l’épreuve, avec de vraies fractures dans la solidarité européenne, notamment entre « l’Est » et « l’Ouest ».

Les migrants suscitent des réactions brutales

La vague d’immigration de 2015 a d’ores et déjà modifié en profondeur l’apparence politique de l’Europe. Le cas du Danemark est frappant: la réforme du droit d’asile que le gouvernement y entreprend permettra une confiscation des biens de valeur détenus par les migrants et durcira fortement le droit au regroupement familial. Ce projet a suscité les critiques de l’ONU et devrait percuter les dispositions prévues par la Cour Européenne des Droits de l’Homme.

Il est assez curieux de voir qu’un Etat membre aussi proche des pays fondateurs du traité de Rome fasse l’objet de critiques sur ce sujet…

D’autres pays, comme la Suède, ne sont pas en reste.

Jusqu’où ira la métamorphose des forces politiques européennes en réaction à ces arrivées massives?

La Pologne absorbe l’autre crise des migrants

Les médias français accordent par ailleurs peu d’intérêt à « l’autre crise » des migrants, qui a conduit un million d’Ukrainiens en Pologne. Alors que l’Union n’a pas de mots assez durs pour condamner l’attitude de la Pologne à l’égard de la démocratie, il est impressionnant de voir l’abandon total qui la frappe sur la question délicate des réfugiés ukrainiens. On n’ose pas imaginer le scandale que susciterait une telle arrivée en France.

Là encore, on mesure que l’arrivée des migrants par la Turquie n’est que l’un des aspects d’une crise bien plus large qui bouleverse toute l’Europe.

Les migrants et le Brexit

Mais l’effet de souffle le plus puissant pour l’Europe, causé par les migrants, tient au Brexit. Une majorité de Britanniques risque bien de s’exprimer en faveur d’une sortie hors de l’Union, pour échapper à ses règles en matière d’accueil, et pour se prémunir autant que possible contre les risques terroristes nourris par l’ouverture des frontières.

Dans l’hypothèse où ce risque se réaliserait, l’Union entamerait alors une nouvelle phase de la crise qui la mine. Pour la première fois depuis le début du projet communautaire, l’Europe se rétrécirait au lieu de s’élargir. Nul ne sait de quoi cet événement serait le début.

En attendant, l’Europe est sans réponse face à la nouvelle vague migratoire qui arrive.

14 commentaires

  1. yoananda dit

    mais enfin … vous avez déjà vu les courbes de projection de croissance démographique de l’Afrique ou les « recommandations » de l’ONU en la matière ou les pyramides d’age d’Afrique/Moyen orient (et son surplus de testostérone) ? (ou UBS qui recommande de doubler l’immigration)

    la crise des migrants n’est pour 2016 mais le reste du siècle au moins …
    ce n’est même pas le début la …

    la démographie que diable !!!

    je crois que je suis plus inquiet de la réaction de mes compatriotes que de l’immigration elle même.

  2. Bien sur qu’il y a des réponses ! Elles sont dictées par le bon sens et la logique.
    Elles sont de deux ordres. D’abord l’expression publique du refus de l’illégalité. Quelque soient les circonstances, la non présentation de titre de séjour doit être considérée comme illégale et DOIT se traduire par une action coercitive de la part des états.
    Toute mesure contraire, qui va jusqu’au délire absolu de l’attribution de titres de transport gratuits (abolie cette semaine même) de ce simple fait, est un non sens. Il convient d’exclure « symboliquement » ceux qui proposent ce genre de choses. Le rejet de l’humanitarisme de principe est donc la première réponse. Cela doit aller jusqu’à des violences, la bêtise ne méritant que le fouet. Je ne parle pas de ceux qui attaquent les camions, les camps devant être fermés, construits en Grèce, et les migrants en défaut y être conduits menottés si nécessaire.

    Le message d’accueil et d’encouragement aux migrations doit donc absolument abandonné, et l’inverse doit être publiquement affiché: NOWAY.

    Car il s’agit d’abord d’arrêter le flux. Or tous les sentiments, toutes les logiques, visent à l’augmenter et à le considérer normal. C’est de la folie. NOWAY.

  3. pierre dit

    Je dirai même plus : la crise des « migrants » a commencé… il y a 30 ans !

    Bref, 2015 a donné dans le « spectaculaire » (l’enfant noyé, 1 million de types en Allemagne, Rapefest à Cologne, Jungle Fever à Calais etc.)…. Mais soyons sérieux une minute…. Un million ? Combien d’Africains (Afrique nord et noire), Turcs et autres hères venant des Balkans sont arrivés au total depuis 30 ans ?

    A la fin des années 60, il y avait quelques dizaines de milliers de musulmans en France… Depuis plus de 10 ans (vous remarquerez le chiffre magique qui n’évolue pas) on nous dit qu’ils sont… « 5,5 millions »…

    Bref. Non seulement demain sera pire qu’aujourd’hui, mais c’est bien le socle accumulé depuis 30 ans qui a constitué la mèche lente, et le poison qui a rongé nos défenses naturelles (gauchisme, boboisme, relativisme, mondialisme).

    Bref le programme pour 2016 ? Facile à deviner… « Kif-kif ».

    Et comme le souligne Yoananda… nous n’avons encore rien vu.

    Mais que les choses soient claires : on ne parle pas de 2050 ou même 2100 (4 milliards d’Africains dixit l’ONU)… Regardez la Tunisie, et surtout l’Algérie… Au bord du gouffre : population totale 40 millions, 1 million de naissances par an… Quand la guerre civile reprendra chez eux (eh oui on oublie le début des années 90, les Algériens sont toujours à la pointe quand il s’agit de foutre la merde), que leur économie s’effondrera… ils iront où ?

    Naturellement ?

    Ici. Chez vous. Et alors Cologne apparaîtra comme un gentil parc Disney un dimanche après-midi d’été.

    Enfin, il faut cesser d’en appeler à l' »Europe » pour résoudre le problème. Car l’Europe bruxelloise EST le problème, en tout cas le principal.

  4. pierre dit

    Un clin d’oeil jubilatoire. Le Monde nous apprend que : « Le Japon a accepté 27 réfugiés en 2015 » !

    Sur un total de « 7 586 demandes d’obtention du statut de réfugié ».

    On note toutefois, la progression très importante : « Onze réfugiés en 2014, six en 2013 » !

    Ce pays est fascinant.

    Et à chaque fois, met en lumière notre profonde stupidité.

    http://www.lemonde.fr/asie-pacifique/article/2016/01/23/le-japon-a-accepte-27-refugies-en-2015_4852438_3216.html

  5. foxhound dit

    « La maîtrise des frontières par les Turcs est donc un échec, ou une promesse non tenue. »
    Etes vous naif à ce point là ? On peut parler d’echec lorsque le nombre de migrants passant par le frontière serait de l’ordre de quelques centaines, voir tout au plus quelques milliers. Tout au plus. Et là, combien ? Des centaines de milliers au moins, pour pas dire demain plusieur millions. C’est une évidence que la Turquie est derrière ce mouvement de grande ampleur, en tout cas le gouvernement de cette ordure d’Erdogan. A la question qui est le Big Boss de la Turquie ? On trouve tout de suite la réponse, surtout que l’armée de l’air turque, grace à la complicité tacite de l’OTAN a abattu un bombardier russe, et l’un des pilotes a été achevé, à terre. La question à se poser étant de savoir si les Etats Unis veulent encore cette forme d’Union Européenne, où veulent ils la transformer pour une meilleure compatibilité avec le future Traité Transatlantique arrivant. Où alors une guerre est elle en préparation ?

    Pour ce qui est des réactions de l’Europe centrale, ça n’a que peu d’impact . La raison étant toute simple, c’est l’Europe centrale qui a besoin de l’Ouest et pas l’inverse. Alors les réactions histériques des républiques tcheques, slovaques, Hongrie, Pologne etc.. Et aprés ? C’est des pays qui viennent tous les jours toquer à la porte des aides, et qui ont besoin de tout. Ces pays n’ont eu de cesse depuis leur adhésion à l’UE de défendre mordicus l’agenda US, sans en comprendre les veritables desseins. Ils ne méritent que le mépris.

    Le Brexit. Là encore c’est surtout le Royaume Uni qui a besoin de l’Europe, et non l’inverse.

    La crise -completelement artificielle- des migrants venant de pays de l’OTAN, et donc des Etats Unis, la question à se poser étant pourquoi maintenant ? A quel dessein ? Que veulent les Etats Unis ? Quel est leur agenda ? Que préparent ils ?

    • yoananda dit

      C’est le plan Kalergi.

      Quand a l’islamiste Erdogan, ce n’est pas un « échec », mais un gros succès : des bataillons entiers de musulmans ont pu venir en Europe… comme il le souhaite, comme l’état islamique le souhaitait … ils doivent bien rigoler de tant de naïveté en face.

      • foxhound dit

        « …des bataillons entiers de musulmans ont pu venir en Europe… »
        Ne vous faites pas une fixation sur le sous proléteriat, il ne représente rien, il ne décide de rien. Seul les ecervélés fachistes et autres Nazillons en font une obsession. Rassurez vous si des migrants musulmans ne viennent pas, d’autres viendront, l’objectif étant bien de changer les structures ethniques de pays, tout en vidant des autres. Ce probleme de migrants peut etre réglé en une aprés midi, comme l’a fait l’Australie, -avec le feu vert US-. La question étant pourquoi pas l’Europe ?
        L’objectif de ce flux sans équivalent depuis des décennies, c’est surtout outre de faire baisser votre niveau de vie, vise des objectifs trés précis, parce qu’il s’agit à terme de déplacer des pays, où partie de pays, de l’Afrique-Asie vers l’Europe. Ceux qui sont coupables c’est ceux qui organisent sciement leur venu. Et contrairement à ce que je lis, j’entends l’Allemagne ne décide de rien, c’est un pays occupé par l’armée US depuis 1944, avec à la clef des dizaines de tetes nucléaires, qui ne sont pas dirigés uniquement sur la Russie.
        D’autre part comme par hasard tous ces pays emmeteurs d’immigration sont en passe d’être tous détruit, voir au minimum complétement déstabilisés. La Turquie est en état de guerre civile également, ce qui l’a rend encore plus soumise aux désirs des Etats Unis. Il faut en outre mentionner tout particulièrement la Grece, et l’Italie qui appellent, et laissent passer les migrants, or ces deux pays appartiennent aussi à l’OTAN. Si mes souvenirs sont bons, j’ai lu quelque part que Sutherland un ancien de Goldman Sachs avait parlé rien que pour l’Allemagne d’un accueil de plusieur dizaines millions de migrants. Qui dit Goldman Sachs dit l’agréement du gouvernement américain. La question à se poser étant que preparent les US au Moyen Orient, et en Europe ?

        Personne ne mentionne que le seul gagnant c’est Israèl.

        • Gordion dit

          Il y avait longtemps qu’on n’avait lu le complot sioniste mondial soutenu par les US.

          Contrairement à ce que vous écrivez l’Allemagne a décidé de cette politique d’immigration parce qu’elle croît – à tort – que cela résoudra son déficit démographique. Sans consultation des autres membres de l’union européenne. L’Allemagne revient sur la scène internationale en ravivant la puissance de l’empire allemand avant la première guerre mondiale. Avec la Turquie allié historique.

          Point final.

  6. déception positive dit

    Il n’y a aucune raison de proximité géographique ou culturelle pour que les pays de l’Europe de l’ouest se retrouvent donnés comme destination exclusive de tous ces…j’allais écrire « pauvres gens » mais, justement, pour pouvoir se payer les passeurs et tout le reste, pas si pauvres que cela….donc, par delà les bons sentiments et la réalité de la guerre , quand même un peu ses réfugiés économiques. Si on veut qu’ils soient vraiment considérés comme des réfugiés politiques, alors, ils devrait être entendu qu’ils doivent garder leur nationalité dans l’optique de pouvoir retourner chez eux et, dans ce cas, la grande faillite de l’Europe est la résultante directe de l’ambiguïté d’Angéla Merkel qui a compris pouvoir trouver là la possibilité de redorer son blason après le mouvement antiallemand assez dur qui se développait à partir du problème de la crise grecque tout en se disant qu’ainsi elle aurait aussi les moyens, à court terme, de gérer le déficit démographique allemand et donc le financement de sa retraite. Ambiguïté encore quand elle peut ainsi reprendre la veille politique du Reich (tant le 1° que le 3°) d’influence dans les différents territoires de la Turquie d’avant 1914. Or, il est impensable qu’elle puisse agir ainsi sans l’assentiment des Américains. Je me souviens avoir lu quelque part dans les écrits d’un acteur majeur de la politique étrangère américaine (dont je ne me souviens malheureusement pas du nom) que, pour eux, l’union européenne n’a pas d’importance.il n’y a pour eux que 2 pays dignes de considération sur le continent européen , l’Allemagne et la Russie. Ils savent que les Britanniques ne seront jamais vraiment européens et que, le sursaut gaulliste terminé, la France redevient telle que Roosevelt et ses collaborateurs la considéraient en 1942; un pays qui fut grand mais devenu de 2° zone au même titre que l’Autriche ou l’Espagne. D’ailleurs, en 1942, il était prévu que la France soit, après la guerre, occupée et redécoupée comme l »Allemagne. Curieusement,c’est d’ailleurs un peu ce schéma de redécoupage de la France historique que Hollande semble avoir repris avec le redécoupage des grandes Régions !!! Vu d’Atlanta, de Dallas ou de San Francisco, Espagne, France, Scandinavie, Turquie, Syrie sont des entités d’un même ensemble, un bazar de petits peuples belliqueux toujours prêts à se faire la guerre auxquels ils n’ont jamais rien compris. C’était déjà la position de Wilson après la 1° guerre mondiale. Et les migrants dans tout cela ? Il suffit de reprendre le message de la pub Orangina pour comprendre leur rôle  » , « il faut secouer la bouteille d’Orangina pour bien mélanger la pulpe d’orange »…. avant de se désaltérer en suçant bien consciencieusement cette bonne vieille bouteille qui a d’ailleurs plus une forme de Poire que d’Orange… un peu comme Hollande qui, jusque dans sa morphologie, personnifie ainsi à travers cette image la faillite d’une Europe où il n’y a plus que l’Allemagne qui sache où elle va.

    • Gordion dit

      Vous avez raison sur votre analyse « pro americano domo ».

      Mais, ce n’est pas parce que les US considèrent les « nations européennes » comme faisant partie d’un ensemble euro-asiatique, qu’ils ont raison! Les US n’ont jamais rien compris au M-O, cf. le résultat de la politique néo-conservatrice, qui a semé le chaos (que les US croit toujours pouvoir surmonter avec leurs alliés locaux – à tort), est désormais le problème des Européens.
      Les Allemands croient – comme Napoléon – pouvoir faire renaître leur Reich, sous l’égide de l’UE. Les Britanniques vont profitablement sortir de cette UE dont ils ont compris l’ectoplasme fondateur, pour mieux préserver leurs intérêts, et ils ont raison!

      La France malheureusement a disparu des écrans radars.

  7. Oui, ce n’était que l’avant-garde. On annonce l’intrusion de huit millions de nouveaux hors-la-loi cette année, mais déjà on s’apprête à régulariser les deux millions introduits par voie de fait en 2015 pour mettre en place le pont aérien et aller chercher leurs douze millions d’ayants-droit au regroupement familial (la France a réservé 20 % du total). Pour éviter l’irréparable il faut impérativement empêcher cette immminente régularisation massive, tant qu’elle est illégale. Les chiffres, enjeux, organisateurs, desseins occultes et pièges sont exposés dans la Huitième Plaie, parue la semaine dernière sur Lulu (http://www.lulu.com/content/livre-à-couverture-souple/la-huitième-plaie/18190832).

    • yoananda dit

      d’autant plus que ce n’est pas du tout des « réfugiés » qui viennent se réfugier le temps que leur pays retrouve la stabilité, ils viennent pour rester, pour rameter les cousins du bled, pour profiter.
      Tout le monde le sait … sauf les médias.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *