Accueil » Sécu: mon débat sur Public Sénat

Sécu: mon débat sur Public Sénat

Cet article a été lu 3761 fois

Voici les images de mon intervention sur la chaîne Sénat à propos de mon dernier livre sur la Sécu. Je suis encore une fois estomaqué par la vacuité des propos des politiques, et par la capacité au mensonge d’Eric Coquerel. Décidément, le Front de Gauche a perdu beaucoup ces dernières années, tout spécialement avec la mort de François Delapierre. Coquerel n’a de Mélenchon que les défauts et aucune des qualités…

La Sécu dans une autre République

Sur le fond, le débat concernant une protection sociale d’avenir ne peut être ouvert avec la classe politique actuelle, dépassée à tous points de vue. Il faudra attendre un autre régime, une autre République, pour pouvoir construire un modèle d’avenir, respectueux des équilibres financiers et capable d’améliorer la protection des Français sans épuiser le travail.

 
On va plus loin : Les renoncements de l’Europe… par publicsenat

6 commentaires

    • Jacques dit

      « un cabinet de conseil en communication » je parie que ce cabinet vit de contrats obtenus par Coquerel grâce à ses relations politiques. je parie que la majorité du fric tirés de ce cabinet est de l’argent public. En France, il suffit d’avoir les bonnes relations politiques et de monter un cabinet de consultation, pour se faire du fric et le plus souvent, c’est largement surfacturé par rapport au travail produit (quand il y a réellement un travail)

  1. Jacques dit

    Mélenchon a des qualités ?? Lesquels ?
    Il est vrai qu’il arrive (très rarement) à Mélenchon de dire quelque chose d’intelligent (je crois que cela a dû arriver en tout deux ou trois fois).
    Mélenchon est quelqu’un de médiocre. Il est tellement médiocre qu’il en devient pathétique. Il me fait (presque) pitié.
    Je crois que plus le temps passe, plus Mélenchon est de pire en pire.
    Ce serait mieux pour tout le monde (y compris pour lui) s’il arrêtait sa carrière politique.
    Le Front de gauche, électoralement, ne pèse rien. Ce parti n’est en rien représentatif de la société francaise. L’importance que donne les médias au FdG est disproportionné par rapport à son poids réel dans la société.
    Moi, perso, je n’arrive pas à débattre avec un membre du FdG. Les membres sont bcp trop sectaires et trop idéologues pour pouvoir débattre. En général, quand vous essayez de débattre avec un membre du FdG, il se contente de lancer des arguments ad hominem et des sophismes, il est incapable de donner des vrais arguments

  2. Hv dit

    Intéressant et révélateur :
    – un point de vue totalement déconnecté des réalités économiques, fondée sur une croyance insensée ( cela ne coûte rien au contribuable puisque c’est l’état qui paye … Tiens … Il y en a un autre qui a déjà dit cela !). Un aveu interessant toutefois toujours de ce premier point de vue : la moitié de la dépense publique se traduit en consommation … L’équation durablement ( peut être ) proportionnelle fait fi de l’autre moitié en valeur absolue …
    – un point de vue politique séduisant dans le vocabulaire mais frappé d’une histoire terriblement stérile : ces mots sont toujours restés scotchés sur les micros, figés sur le papier, … Devenus lettres mortes. Comment des hommes politiques peuvent ils avoir la force et le courage de continuer de poser des diagnostics sans jamais oser la thérapie ?
    – un point de vue original, qui sonne juste et qui prend dans la réflexion tout à la fois la condamnation des archaïsmes et des conservatismes, le constat de l’impuissance ( et/ou de l’incapacité ) du politique mais qui ouvre aussi les champs des possibles avec lucidité ( le système est gangrené ), innovation ( un seul revenu « social » avec responsabilité individuelle et obligation d’assurance), curiosité ( expériences nordiques ) , etc…
    C’est un podium à une seule place …!

  3. Donc nous serions victimes de l' »austérité salariale ».
    Je vous envie d’écouter ça sans vous énerver. De quoi devenir fou furieux. Que l’on puisse parler avec des larmes dans la voix des contraintes budgétaires, alors qu’on les piétine sans vergogne en mentant comme on respire afin de continuer la grande distribution et le grand gaspillage est extraordinairement irritant. Qu’en plus cela se fasse au détriment de tous est désespérant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *