Accueil » Mes petites tables: le Graindorge

Mes petites tables: le Graindorge

Cet article a été lu 2557 fois

J’ai décidé de vous faire partager mes bonnes adresses à Paris.

C’est une table intime et confortable derrière l’Arc de Triomphe, à l’abri des regards et des flots touristiques. On s’y sent comme dans un intérieur flamand, chaleureux et accueillant, mais sans ostentation et sans besoin de paraître. Bernard Broux y sort de la bonne cuisine du Nord et des Flandres avec des produits qui ont du goût.

On y goûtera en entrée ses kippers de Boulogne ou l’une des soupes crémeuses dont la douceur et la richesse de saveurs fait long feu dans le palais. Les amateurs de Flandre continueront par le waterzoi de la mer, mais les gibiers valent également le déplacement. La cuisine y est simple, mais goûteuse et sans l’excès de gras qui gâche trop souvent les plats du Nord. Les saveurs font mouche sans écoeurer ni épuiser l’estomac.

En dessert, Graindorge est l’un des rares restaurateurs à proposer un véritable café liégeois qui vaut en soi un détour par la maison.

La carte des vins est honnête, mais les amateurs pourront piocher dans la carte des bières, qui font un joli sort aux trappistes, comme la légendaire Rochefort 10°. L’épouse de Bernard Broux vous sortira au digestif un superbe genièvre de houle tout droit distillé au pays.

La maison propose un menu autour de 30 euros sans les vins.

Graindorge, 15 rue de l’Arc de Triomphe, 75017 PARIS

2 commentaires

  1. Aspro dit

    État d’urgence qui restreint les libertés fondamentales empêche s’exprimer toute opinion non-conforme, inculture et complaisance des médias qui permettent tous les excès (taisez vous monsieur Finkielkraut), réforme de l’orthographe pour accentuer encore le fossé entre la nomenclatura qui accentuera le fossé et la populace qui sauvegardera, dans sa prose, les tournures anciennes, éclatement des pays en tribus antagonistes permis par une Europe au projet politique fou, un parfum discret d’eugénisme (trisomiques?),
    Cela commence à ressembler furieusement à « 1984 »
    Orwell futurologue….si j’avais su….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *