Accueil » Migrants: consensus européen pour continuer

Migrants: consensus européen pour continuer

Cet article a été lu 7945 fois

Derrière les postures des uns et des autres sur la crise des migrants, se dégage un consensus européen pour continuer comme si de rien n’était.

Les migrants oubliés du sommet franco-britannique

A Amiens, les gouvernements français et britannique se sont mis d’accord pour ne toucher à rien. En dehors du déblocage de 22 millions d’euros par la Grande-Bretagne pour sécuriser la zone de Calais, on en reste aux accords du Touquet qui prévoient que la France assume les fonctions de garde-chiourme du Royaume-Uni.

On notera toutefois cette injonction extravagante à l’issue du sommet:

Soutenir une mise en œuvre plus déterminée de la réponse européenne pour contenir les flux et retrouver le contrôle des frontières extérieures, grâce notamment à une aide au déploiement et au fonctionnement efficace des centres d’accueil et d’enregistrement des migrants, en Grèce et en Italie ; à l’entière mise en œuvre du Plan d’action UE/Turquie afin de lutter contre les flux irréguliers ; à l’accélération de l’examen de la proposition de garde-frontières et garde-côtes européens, afin de rendre le nouveau système opérationnel d’ici l’été prochain ;

On reviendra plus loin sur la mise en oeuvre du plan d’action UE-Turquie. Il est en tout cas amusant de constater que la France et l’Angleterre sont tout à fait d’accord pour demander aux Grecs, aux Italiens, aux Turcs, de faire un effort là où nous n’en faisons pas. Bel esprit européen!

Les migrants victimes du sommet franco-britannique

Dans le même temps, le sommet franco-britannique a permis de confirmer la politique étrangère des deux pays dont la crise des migrants est la conséquence directe:

La France et le Royaume-Uni :

Demandent à toutes les parties qui commettent des violations du droit international humanitaire, y compris la Russie et le régime syrien, de mettre fin immédiatement aux attaques contre les groupes de l’opposition modérée ; de cesser toute attaque contre des civils et en particulier contre les installations médicales et leur personnel ; de cesser leur marche vers Alep, qui compromet les perspectives de paix, menace d’aggraver de manière dramatique la crise des réfugiés et de profiter à Daech ; (…)

Réaffirment leur soutien à l’opposition syrienne et se félicitent de son attachement à un règlement politique au moyen d’une véritable négociation, tel qu’indiqué par le Haut-comité de négociation, notamment lors de sa réunion tenue à Riyad du 9 au 11 décembre 2015.

On notera au passage que le même désastre se prépare en Libye. Cette fois, c’est l’Italie qui sera submergée par les centaines de milliers de migrants qui débarqueront à Lampedusa.

Les migrants, ces bombes humaines lancées par Erdogan

Si l’Angleterre et la France se préoccupent beaucoup de l’opposition syrienne, le silence prévaut en revanche sur le sort des populations kurdes bombardées et affamées par Erdogan. Deux poids deux mesures bien étranges.

Il est en effet évident qu’Erdogan utilise les migrants comme autant de bombes humaines destinées à déstabiliser l’Europe. L’affaire des missions militaires de l’OTAN (dont la Turquie est membre) pour juguler les flux qui passent de la Turquie en Grèce en constitue la plus parfaite illustration.

Le mandat définitif de la mission a, en tout cas, été fixé la semaine dernière mais la Turquie a continué à manifester une série de réticences. Parmi les points d’accroche : le rayon d’action envisagé pour la flottille, la réadmission des réfugiés qui seraient récupérés en mer après avoir quitté son territoire ou le rôle de la marine grecque. Si Athènes a autorisé l’OTAN à accéder à l’ensemble de ses eaux territoriales, Ankara refusait le principe d’un accord global.

Autrement dit, la Turquie n’a absolument pas envie que cesse le flux de réfugiés qui est en train de couler sa vieille ennemie la Grèce, et qui provoque une implosion de l’Europe.

Curieusement, les Etats-Unis, qui dirigent l’OTAN et la verrouillent, n’ont pas encore tapé du poing sur la table pour que la Turquie, membre de l’Alliance, se plie aux décisions communes. L’Allemagne négocie avec Erdogan et la France continue sa guerre contre Bachar El-Assad.

Bref, 2016 sera l’année de la crise des migrants et de son internationalisation.

15 commentaires

  1. Oui oui, je me dépêche.
    D’abord je ne comprends pas bien la position qu’affirme ici Eric Verhaeghe: bien sur qu’il ne faut rien faire aux deux bouts de la chaine!
    Il faut au contraire organiser les deux culs de sac: en France et en Grèce, pour bien faire comprendre que ceux qui ont passé les frontières extérieures doivent y être ramené et on pas transférés sur une frontière intérieure pour passer sans élégance le mistigri à un pays ami. En gros: si tu as accepté un migrant, tu te le gardes !
    La France est en train d’appliquer la formule vis à vis de l’Angleterre (celle ci menace de quitter l’Europe sinon) et la Grèce est bien obligée (ses menaces lors de la négocation anglaise n’ont pas fait effet) de prendre acte de la fermeture de la macédoine. La suite logique sera donc la « back pressure » qui devra inéluctablement, et vertueusement s’appliquer vers le bas: fermeture de la frontière avec l’Italie d’une part, avec la Turquie d’autre part.

    L’Italie a du chemin à faire, et se trouve pour l’instant en position de bon éléve (les flux venant de ses iles libyennes étant 100 fois inférieur aux flux grecs), mais elle a tout de même du boulot.

    Pour ce qui concerne la Turquie, qui, Eric Verheaghe le dit avec raison, est pourvoyeur volontaire des chairs humaines, il va falloir lui tordre le bras. Arrêt des ferres des 4 îles vers l’Europe et mise en place de leur abandon à la souveraineté turque qui est aujourd’hui de fait. Il faut bien savoir se couper un bras pour sauver le reste du corps.

    Le voilà mon commentaire.

    • yoananda dit

      On peut toujours rêver à ce qu’il faudrait faire.
      La question est : qu’est-ce que les décideurs vont faire.
      Sûrement pas vous écouter, ni vous, ni le peuple. J’espère que vous avez compris que la démocratie c’est fini depuis un moment.
      La réponse est donc claire il me semble : rien.

      C’était ça le sens de ma question.

      • Vous êtes trop pessimiste. Il y a des réactions hostiles envers la Turquie qui se font jour, et celle d’Eric Verhaeghe en est une, qui n’est pas encore « classique ». Cela aura de l’influence à terme.
        Sachez en tout cas que la naïveté que nous dénonçons n’a plus court du tout dans pas mal de milieux. La France, malgré les tarés qui la dirigent n’est pas en pointe dans la bêtise et cherche à se protéger, élections futures oblige. L’Allemagne est en train de chercher comment virer Merkel qui vit ses dernières heures.
        Tous les balkans verrouillent leurs frontières et la Grèce a été élue cul de sac, du moins ses iles turcoïdes.

        Pour conclure, la photo de la mémère voilée avec son fils illégitime dans les bras n’émeut plus personne: raus !

    • Gordion dit

      Transfert de la souveraineté de la Grèce, donc de l’Europe, de ces 4 îles à la Turquie… Athènes sera sûrement d’accord !
      Il faut avoir vécu et en Grèce et en Turquie longtemps pour bien appréhender la haine entre ces 2 ex-empires, pour en conclure que votre proposition est navrante d’ignorance historique pour faire simple. Désolant !

    • Fastnet dit

      Depuis plus de 1000 ans les musulmans rêvent d’envahir l’Europe !
      Si Erdogan met le pied dans la porte et laisse passer autant de migrants c’est pour faire une tête de pont !
      Ces migrants vont nous faire une telle misère en Europe que nos démocraties vont partir en quenouilles.
      Il pourra alors se prévaloir d’avoir réussi une invasion de l’Europe !
      Je vois l’avenir en très sombre !
      Nous sommes au point où en était la France en 1936 (Accords de Munich : Chamberlain, Daladier, …).
      Nous aurons la guerre de 1939 ! Dans moins de trois ans en Europe !
      La reconquête sera d’autant plus longue et difficile que le nombre d’entrant sera importante !
      Voilà voilà !

  2. Gordion dit

    Une remarque sur l’article :

    La saillie sur la crise humanitaire qui se prépare en Libye n’a rien à voir avec le sommet franco-britannique… Même si cette catastrophe annoncée est vraie.

    D’accord avec l’auteur, et les commentaires de Yoananda et France.

    Effectivement, Erdoğan est terrorisé par l’UE, et cédera tout à Merkel. Mieux, Hollande menacera Erdoğan d’envoyer le PAN Charles de Gaulle rayer İstanbul et le palais d’Erdoğan en Ankara de la carte.
    Tout va bien docteur Panglos. Voter Fillon, et l’Allemagne et Erdoğan trembleront.

    Concernant les américains, je pense qu’ils lâchent un peu la laisse Erdoğan de côté « Europe « , considérant que la Turquie en fera partie. Ainsi, Erdoğan devrait se tenir à l’écart de la Syrie, ôtant ainsi un risque d’escalade OTAN-Russie, dont ni Moscou ni Washington ne veulent. Quant aux gesticulations saoudienne, ils tiennent bien Riyadh en laisse.

    • Fastnet dit

      @Gordion : Ne jamais oublier que les Américains n’ont jamais été les amis des Européens nous sommes concurrents !
      En 1914 l’Amérique a bien profité de la situation ; l’Europe a mis un genou à terre !
      En 1941 rebelote l’Europe a mis le deuxième genou à terre
      Le plan Marshall nous amis en situation de dépendance vis à vis de nos « sauveurs » !
      Et depuis la guerre froide nous sommes sous le bouclier Américain !
      Je pense que nous avons plus « d’intérêts européens » avec la Russie qu’avec les USA !!!!!

  3. Diawara dit

    De plus en plus tes analyses relèvent de la paranoïa. Ton débat à LCI est l’expression même de ce délire paranoïaque. Derrière tes analyses du complot turque pour déstabiliser l’occident se profile simplement une diarrhée verbale contre l’islam. Beaucoup d’intellectuels sont devenus des alliés objectifs de Daech. Tu en fais partie. C’est dommage. Tu pouvais mettre ton talent au service d’autres causes plus gratifantes. On peut en parler quand tu voudras. C’est très très inquiet.
    Daech ne gagnera la guerre. Mais il a déjà atteint son objectif:opposer l’occident au monde musulman d’une part et opposer à l’intérieur des pays occidentaux les communautés musulmanes au reste de la population d’autre part. Bravo l’artiste ! !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *