Accueil » Les secrets de la Nuit Debout se dévoilent peu à peu

Les secrets de la Nuit Debout se dévoilent peu à peu

Cet article a été lu 17441 fois

La Nuit Debout, grand mouvement de foule spontané exprimant la volonté et l’intérêt général? C’est évidemment l’apparence que le mouvement voudrait se donner. Les révélations se multiplient toutefois sur la face cachée de ce qui apparaît de plus en plus comme une opération joliment téléguidée.

Le rôle bien connu de François Ruffin

François Ruffin est le réalisateur désormais bien connu du documentaire Merci Patron! Il est aussi à l’origine du mouvement Nuit Debout, avec le journal Fakir et Frédéric Lordon.

Le 23 février, on a donc organisé une rencontre publique à la Bourse du travail qu’on a baptisée : « Leur faire peur ». L’idée, c’était de faire converger des luttes dispersées, qu’il s’agisse de celle contre l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, de celle des ouvriers de Goodyear, de celle des profs contre la réforme des collèges, etc. On avait convié des syndicalistes, des militants, des intellectuels… Dans la salle, il y avait près de mille personnes. En deuxième partie de soirée, après les interventions publiques, est venu le temps des interventions officieuses. Des tas de gens sont venus s’agglutiner autour de Loïc Canitrot, de la Compagnie Jolie Môme, de Johanna Silva de Fakir et de moi-même, avec une question : « et maintenant, on fait quoi ? »

Contrairement aux idées reçues, le mouvement n’est donc pas apparu spontanément le 31 mars, à l’issue d’une projection du film de Ruffin. L’idée de se servir d’une projection pour créer un mouvement d’émotion à l’occasion de la journée de manifestation du 31 mars contre la loi El-Khomri avait germé bien avant…

Le Front de Gauche aux avant-postes

Si l’intervention de Ruffin, appuyée par Lordon, le Savonarole de la révolution prolétarienne, commence à être bien connue, d’autres éléments plus diffus permettent de comprendre peu à peu que tous ceux qui s’intéressent à Nuit Debout sont loin d’être des loups solitaires. Par exemple, Nuit Debout n’explique pas clairement que la déclaration en préfecture du rassemblement place de la République est quotidiennement faite par une certaine Leila Chaïbi.

Curieusement, personne ne précise que l’intéressée était la porte-parole de Jean-Luc Mélenchon en 2012. La voici sur une vidéo de campagne à l’époque:

Bien joué, non?

Les intermittents du spectacle en embuscade

Dans la foulée de ces interventions sous-jacentes, évaluées à un pôle d’une quinzaine d’organisateurs, on trouve par exemple un certain Iwan Lambert, intermittent du spectacle, qui se définit sur son site Internet comme « en lutte ».

Iwan Lambert a notamment joué au Théâtre du Soleil, la scène d’Ariane Mnouchkine, constituée en SCOP, mais qui apprécie les généreuses subventions de l’Etat ou des collectivités locales. On peut détester le capitalisme et le système tout en profitant de ses bienfaits…

Iwan Lambert s’est illustré par des prises de position radicales sur la ligne à suivre dans Nuit Debout. Il est l’un des principaux adversaires de la tendance « molle » du mouvement.

Les « centristes » de Nuit Debout

Baki Youssoufou et Noémie Toledano sont les figures les mieux identifiées de la tendance « centriste » de Nuit Debout, celle qui privilégie la délibération au détriment de l’action. Ces deux inconnus ont fondé l’agence RAIZ, qui détient les noms de domaine de la Nuit Debout:

Nuit Debout

Baki Youssoufou n’est toutefois pas un total inconnu de la scène sociale. Il fut notamment président de la Confédération Etudiante, syndicat étudiant aujourd’hui disparu, mais qui se définissait comme réformiste. Si, à titre personnel, Youssoufou s’est défini comme « anarcho-syndicaliste« ,  son engagement l’avait conduit à renouveler le partenariat avec la CFDT.

Au passage, Youssoufou a beaucoup lutté contre la circulaire Guéant concernant les étudiants étrangers. Il n’est pas donc un inconnu non plus pour le Ministère de l’Intérieur. La Préfecture de Police a donc dû être relativement rassurée en apprenant que cet élément localisé dans son paysage avait déposé les noms de domaine.

Lutte fratricide au sein du Mouvement

Entre les gauchistes révolutionnaires pilotés par le Front de Gauche et animés par Lordon et Ruffin d’un côté, et les centristes réformistes qui adorent délibérer, la cohabitation risque fort d’être éphémère. Les coups de force auxquels nous assistons en ce moment le montrent. Les gauchistes veulent du sang, de la sueur et des larmes, quand une majorité préfère une logique beaucoup plus pacifique et consensuelle.

Le défilé du 1er mai devrait constituer un bon test sur le rapport de force interne au mouvement – en coulisse, bien sûr, puisque, selon un discours officiel de moins en moins tenable, la Nuit Debout n’est noyautée par personne. Baki Youssoufou

12 commentaires

  1. pierre dit

    Je pense que vous prenez trop au sérieux ce « machin », et que donc mécaniquement vous lui attribuez trop d’importance.

    Laissez-les faire… Ils se fatigueront bien vite (en plus bientôt… les vacances scolaires… nos « nuitards debout » migreront tous au soleil, faut quand même pas pousser mémé dans les orties).

    En outre, l’Euro de fouteballe, achèvera de faire diversion.

    Je me demande même si ce foutoir, en un sens, ne profiterait pas à Hollande et sa clique… Dans le sens où cela occupe les médias, et les conversations de salon… Pendant ce temps… madame Michu ne réfléchit pas aux vrais problèmes.

    La célèbre phrase de Patrick Lelay revient toujours : « temps de cerveau disponible ». Son boulot à lui était de vendre des couches et de la lessive…

    Mais Hollande a besoin de réduire le « temps de cerveau disponible », en mettant les gens dans une machine à laver position essorage. Afin qu’ils ne puissent pas penser justement.

    Les attentats marchent très bien de ce point de vue. Mais en période d’eaux-basses (zut pas d' »attentats » depuis plus 6 mois) faut trouver autre chose, n’importe quoi.

    La Nuit debout remplit au fond très bien cette fonction. Les « casseurs » aussi c’est bien, ça fait de belles images sur Youtube et sur TF1.

    • libresechanges dit

      Vous ne devez pas habiter la place de la République ou ses alentours ni y travailler en qualité de commerçant…
      « laissez-les faire, ils se fatigueront bien vite… »
      C’est si facile quand il s’agit d’autres personnes en d’autres lieux.

  2. billy dit

    Je suis bien persuadé que vous avez raison quand au coté « préparer » de la Nuit Debout. Mais je me pose quand même une question, un tel mouvement sera difficilement récupérable par un parti politique ou un syndicat, ne sert-il pas alors les intérêts du PS au pouvoir en empêchant tout rassemblement à sa gauche (du PS ce qui n’est pas bien loin du centre…) ?

    J’aime bien vos analyses même si je n’en partage pas toujours le contenu, c’est dans la contradiction que la connaissance progresse.

    Un pauvre hère bien loin des soucis parisiens…

  3. pascal dit

    Quelle naïveté ! Heureusement qu’une organisation est en place et qu’elle fédère l’ensemble des courants en lutte…en espérant aussi que d’autres organisations s’agregent.. L’enjeu de nuit debout est de Federer bien au delà du noyau du debut..c’est ce qu’il arrive, il suffit d’aller sur le terrain et pas rester derrière son ordinateur pour astiquer son clavier..pour pouvoir le constater car les gens en ont marre de crever, de se faire lobotomiser au service d’une caste oligarchique..

    • Salles - Mongiscard dit

      tu ne veux pas être au service d’une caste oligarchique? Et bien tu fais comme moi, tu montes ta boite privée, tu passes un bep professionnel de ce que tu veux( elec, plomberie, maçonnerie, couvreur, on en manque) et hop! c’est parti! plus de compte à rendre…enfin si un peu, l’urssaf se rappelle à ton bon souvenir, il faut bien entretenir les rêveurs et les fainéants qui luttent surtout pour repousser l’échéance de l’entrée dans le monde du travail . Je suis sûr qu’un coup de pompe dans un réverbère de la place de la république en fait tomber au moins une dizaine de ce type. Mais pas un seul travailleur.

      Mais regardez vous! J’irais bien sur place pour inspecter la paume de vos mains. Après tout c’était bien le moyen pendant la révolution que vous appelez de vos voeux de détecter les nantis. Arrêtez de les agiter au dessus de vous comme des marionnettes, baissez les et montrez les !

      Le peuple de ce pays se lèvera quand vous irez vous couchez, fatigués de l’arbre à palabres.Et il ne prendra pas la direction que vous souhaitez.

  4. Camille D dit

    J’espère pour vous que vos brillantes études vous permettent en d’autres temps bien mieux que cet article cul-cul qui ne révèle rien*, sauf un peu plus la peur de la finance, des parties politiques, de ses élus et de l’État concernant la proposition de F. Lordon de « renverser la table ». Tout ça ne vole pas beaucoup plus haut que les attaques de troll FN (#OnVautMieuxQueCa : oui, vous valez mieux que ça, vous êtes dans les attaques bas de gamme, reprenez vous !).
    @nuitdebout qui réclame la séparation du MEDEF de l’État, ça ne devrait pas vous gêner, la France : cette baleine échouée, et son capitaine de pédalo à la tête, que vous vous proposez de quitter… Allez monnayer votre diplôme de l’ENA ailleurs pour voir !

    PS : Moi je m’en vais défiler avec la chienlit de Nuit Debout … l’idée de la baleine échouée, j’en ferais bien une pancarte … Une petite pensée pour vous.
    * il y a aurait aussi des complotistes au MEDEF

  5. Bobby dit

    Tiens je note que l’hébergement du site web n’est pas confié à une coopérative française (il y en a plusieurs très compétentes), mais à une multinationale allemande…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *