Accueil » Pourquoi un Guantanamo français serait la solution la plus démocratique

Pourquoi un Guantanamo français serait la solution la plus démocratique

Cet article a été lu 10786 fois

Ils sont bien amusants ces gens « de gauche » qui voient dans un Guantanamo français un glissement vers la dictature. Une fois de plus, le déni et la complaisance sont les deux oeillères d’une pensée débile où le fait majoritaire est contesté au nom de la démocratie.

Combattre Guantanamo ou défendre l’indéfendable

Quelle est la raison pour laquelle la création d’un camp de rétention administrative pour les fichés « S » au titre de l’islamisme est combattue aujourd’hui? Parce qu’elle constituerait une concession aux idées de droite. Cet argument, nous en trouvons un exemple dans le délétère Slate qui écrit:

Là tout de suite, j’ai envie d’être peinarde au quotidien. Et si nous nous étions complètement plantés? C’est un texte compliqué à écrire parce que j’aimerais tellement être droite(!) dans les bottes de mes convictions si vous saviez… J’aimerais dire que je ne me pose pas de questions, j’aimerais affirmer que je ne m’interroge pas sur le fameux angélisme de gauche. Mais la réalité c’est que je me surprends à penser l’espace de quelques secondes que tous ces types qu’on avait plus ou moins repéré, il faudrait les coller dans un camp pour les empêcher de nuire.

La pauvre imbécile qui écrit ce texte, pseudonymée Catnatt (je suis de gauche, je donne des leçons de liberté, mais je n’ai quand même pas le courage de dévoiler mon nom), nous explique en substance, qu’être de gauche, c’est ne pas penser court, ni expéditif, ni radical (bref être compliqué, alors que l’homme de droite ne se pose pas de questions, c’est bien connu), et qu’au titre de la complication il faut défendre l’indéfendable, même si ses convictions lui commandent le contraire.

Et, second argument (tenu par les gens qui se posent des questions, les autres ne s’en posant pas), on ne peut pas priver les islamistes de liberté, parce que ce serait renier nos valeurs. Mais on le concède:

Combien de gens vont mourir? Il serait illusoire de penser qu’il n’y aura pas d’autres morts, pas d’autres attentats. Est-ce que je vais perdre des gens que j’aime au détour d’une boîte, d’un café? Tout ça tourne en boucle dans ma tête et j’envisage des solutions radicales, anti-démocratiques quelques secondes.

On notera une fois de plus l’égoïsme profond des grands défenseurs de la « solidarité », valeur de gauche bien connue. J’ai une priorité: c’est ma bonne conscience. Une priorité seconde: des amis pourraient mourir. Une priorité tierce: des « gens » vont mourir. Au nom de la solidarité, je m’intéresse d’abord à moi, puis aux gens que j’aime, puis aux autres.

La dictature, c’est maintenant

Il faut peut-être expliquer à cette sombre idiote de Catnatt un facteur qu’elle a oublié: pour préserver la « démocratie » face aux fichés S, c’est l’ensemble de la population française qui a sombré dans la dictature. Mais il est tellement plus simple de l’ignorer!

Tellement plus simple de ne pas voir que la loi sur le renseignement a balayé le respect de la vie privée, le respect du contradictoire dans le domaine judiciaire, et replonger la France dans un état de non-droit qu’elle devrait combattre, et cela pour tous les Français… aux seules fins de ménager la susceptibilité de quelques milliers de terroristes potentiels.

Tellement plus simple de ne pas voir que, pour protéger la liberté de tueurs fascistes en série, l’état d’urgence a donné d’énormes coups de couteaux dans le pacte démocratique de tous les Français, et d’abord dans celui dont les honnêtes gens peuvent se revendiquer.

Tellement plus simple de ne pas voir que ce qu’on appelle démocratie est en réalité un triomphe de la pensée unique où les institutions officielles expriment quotidiennement leur préférence pour le mensonge et le passage en force contre la majorité des Français.

Alors le sujet, Mme Catnatt, qui se pose à nous, n’est pas de choisir entre la démocratie et la sécurité, mais bien de choisir entre la violation des droits de tous les Français pour sauver ceux de quelques terroristes, ou la violation des droits de quelques terroristes pour sauver ceux de tous les Français.

Pour ma part, j’ai choisi mon camp!

25 commentaires

  1. Deres dit

    Je pense que le gouvernement a aussi clairement une stratégie communicationnelle de graduation dans ses mesures. En résumé, il s’en « garde sous le pied » pour pouvoir montrer qu’il agit lors des attentats suivants. Au passage, on a bien noté la gêne du gouvernement face à ce double meurtre et le couac ayant eu lieu entre Valls et Hollande. Leur futur réaction a un nouvel attentat majeur est très probablement écrite mais celle à un attentat mineur ne l’était pas … De toute évidence, il y a débat entre eux pour savoir si ils doivent utiliser maintenant les munitions préparées ou les garder encore en réserve pour le futur « big one » qu’ils attendent impatiemment.

    L’histoire de l’armement des policiers en civil est pathétique au passage … Au mieux, cela reportera les meurtres sur d’autres cibles plus facile dont les familles des policiers en leur absence. On va finir par autoriser tous les fonctionnaires à être armé mais pas le citoyen lambda, je le sens venir !

  2. pil dit

    Euh… vous croyez vraiment qu’un Guantanamo francais est la soluce ?

    Les fichés S le sont pour toutes sortes de raisons qui ne peuvent justifier une mise au bagne. Ce n’est pas un problème d’être de droite ou de gauche, mais un problème de droit.

  3. Alfredi dit

    Hier, j’expliquais cela à un collègue bobo se prétendant et votant pour le parti du bien (le PS).

    Il m’a accusé de vouloir remettre en cause l’Etat de Droit et tutti quanti.

    Je lui ai répondu aussi sec que le jour où les islamistes viendront l’égorger à son domicile, il sera trop tard.

    Paradoxalement, un autre collègue, coco celui-là (je bosse dans l’administration, imaginez donc…) était plutôt de mon avis.

    Comme quoi…

      • Guillin paul dit

        Pourquoi , tu habites ou , et tes poubelles , tu préfères les voir chez ton voisin , quand on a une opinion , il faut assumer ,et Mayotte a assez de problèmes pour en rajouter d’autres .La France , c’est ici , chez toi

  4. Citoyen dit

    Il n’est pas certain que « amusants » soit le terme le mieux adapté pour qualifier les gens de gôche.
    La dictature, elle est déjà là … et c’est eux qui l’ont mise en place. Alors, un Guantanamo ne s’apercevrait même pas, noyé dans le tableau.
    De fait, un Guantanamo serait très insuffisant pour faire face à la situation.
    Ce dont la France a besoin, c’est d’un nouveau Charles Martel.

  5. pierre dit

    Moi aussi j’éprouve des envies d’ultra-violence… mais avouons que vous tombez dans le piège.

    Car loin d’affaiblir l' »état profond » chaque attentat… le renforce. C’est factuel.

    Bien sûr on a envie de vomir en voyant les trognes de Hollande, Valls et leurs moulinets pathétiques… Mais, in fine, ils sont gagnants, hélas.

    Un Guantanamo ne résoudrait rien, même si nous pourrions en éprouver un vif plaisir. La meilleure preuve : le Guantanamo original, l’américain à Cuba…n’a rien empéché. Au contraire : ce fut une belle fabrique à djihadistes.

    Avouons que Cayenne en mouroir tropical serait vraiment jouissif. Mais vain.

    Prochaine étape : nous les exécuterons. A l’israélienne. Mais là encore, cela ne résoudra pas le problème de fond.

    La terrible logique de la guerre civile ne peut être empêchée, à ce stade. Elle est inévitable.

    Le problème de base, celui sur lequel justement personne ne veut agir (les uns par lâcheté, les autres par idéologie) c’est la SEPARATION DES POPULATIONS.

    Sans population « immigrée » massive, massivement musulmane, sur le territoire français, il n’y aurait pas d’attentat. CQFD.

    La seule solution pratique serait un apartheid institutionnel pour utiliser un gros mot, disons le retour à la logique des nations et des frontières : les Français en France, les Marocains au Maroc, les Algériens en Algérie, les Afghans en Afghanistan, les Qataris au Qatar etc.

    Mais bien entendu, personne ne le souhaite.

    Donc vous continuerez à vous prendre la tête, à subir des attaques, à demander toujours plus de « sécurité », de lois liberticides de la part de l' »état », à vous battre au sujet du « droit », tiraillés entre droitisme et gauchisme… Nous finirons par générer nos propres fanatiques qui réclameront l’extermination des djihadistes et autres joyeusetés.

    Le piège se referme inexorablement….

    Nous avons DEJA perdu la guerre, de ce point de vue.

    Et le seul gagnant est l’étatisme, et avec lui ses cohortes de complices et de clients.

    Je reformule ma thèse : au Japon il n’y a QUE des Japonais (même nationalité et même culture) eh bien AUCUN DES PROBLEMES qui agitent l’Occident vis à vis de l' »islamisme » n’ont cours au Japon. Point barre.

    Les seuls moment où les Japonais souffrent c’est quand ils sortent du Japon et se déplacent dans des pays musulmans, en guerre, et se font enlever (otages décapités en Syrie par exemple).

    Alors on fait quoi ?

    On continue à gloser pour l’éternité, dans un intellectualisme sec et vain ? Où on accepte de poser les vraies questions ?

  6. mingus dit

    Il serait fou de mettre de manière arbitraire des « fichés S » en prison, alors même qu’on importe des futurs « fichés » en France et en Europe par million.
    Restaurons l’état de droit à nos frontières avant de nous attaquer aux nationaux !

  7. Didier Bous dit

    Et puis on les torture pour qu’ils dénoncent leurs petits camarades et les projets en cours?
    Les fichés S ne sont pas des terroristes mais des radicalisés. L’idée est-elle de mettre en prison tous les extrémistes de chaque famille idéologique à partir du moment où elle tue? Les indépendantistes, l’extrême-droite, l’extrême-gauche qui est proche d’assassiner des policiers, les écologistes parce que certains sont très violents.
    Je n’ai aucune certitude, nous y arriverons peut-être, mais votre proposition me paraît d’autant plus inquiétante que nous ne pouvons pas faire confiance à notre classe politique.

  8. Deres dit

    Cette solution n’a aucune chance d’être adoptée car elle est réclamée explicitement depuis plus de 6 mois par la droite. Je sais que le gouvernement n’a plus aucune crédibilité, mais ce serait donc la mise à mort pour eux d’approuver cette mesure.

  9. ikomal dit

    plusieurs remarques :
    1) si déjà on mettait en tôle — une prison qui fonctionne, hein, pas l’usine à islamiser qu’elle est aujourd’hui — les petits truands ordinaires qui ont fait, font, et feront le gros des terroristes, fichés S ou pas … on aurait pas besoin de se demander si on peut se permettre de recourir à des méthodes de sale guerre à grande échelle et en plein jour. La petite fraction qui reste, y compris les islamistes bien propre sur eux qui ont antenne ouverte sur le « service public », les services spéciaux peuvent s’en charger et l’angélique Catnatt pourra même les dénoncer tout en profitant de leur (sale) travail : le beurre et l’argent du beurre, c’est-y pas beau ?
    2) hypocrisie … les centre de rétention, les zones d’aéroport où on parque des gamins de 10 ans, c’est quoi, sinon déjà Guantánamo tous les jours, et pour bien plus de gens que les fichés S ?
    3) toute guerre est d’abord une opération de soumission psychologique, et de ce point de vue, l’État et la bienpensance de gauche joue contre le peuple en proclamant encore aujourd’hui que les agresseurs sont en réalité nos pauvres victimes parce que colonialisme, racisme, oppression exploitation économique etc. Et dans ce contexte votre Guantánamo …
    4) … avec ses inévitables bavures (et il y en a toujours) sera une nouvelle « preuve » de ce racisme, de cette oppression, donc un ferment pour la levée de nouveaux terroristes
    Ce qui nous ramène au 1) : commençons par une justice et un système d’incarcération qui fonctionne

  10. Michel dit

    C’est un billet d’humeur qui n’échappe pas aux travers du genre. Imaginez un zozo qui, après avoir écouté un imam radical-modéré (biffer la mention inutile), commence à tenir des propos religieux et victimaires (Il n’y a qu’un Allah -le mien-, tous les autres Allah sont des imposteurs, les gens sans Allah sont encore pires que les gens avec un autre Allah, les pédés -sauf moi mais il ne faut pas le dire- sont des monstres, on en a toujours contre les adorateurs d’Allah -le vrai, le mien-, surtout s’ils sont arabes, c’est pas juste, tout le monde m’en veut, etc… etc…). Bref, chronique de la beaufitude religieuse islamique ordinaire! C’est un radicalisé, pas de doute. On lui colle une fiche S et on l’envoie à Drancy-bis? Prévoyez le camp assez grand…

  11. Les gauchistes préfèrent que les autres (et éventuellement eux-mêmes) meurent plutôt que de se salir un tant soit peu la conscience et cela au nom d’une vision du bien pervertie. Ils ont les mains propres mais ils n’ont pas de mains, comme disait Péguy.

    S’il n’y avait qu’une seule mesure à prendre contre le terrorisme islamique dans les pays occidentaux, ce serait celle préconisée par Trump : zéro immigration musulmane. Un vrai zéro, pas de regroupement familial, pas de droit d’asile, pas d’étudiants.

    Cette mesure, en plus d’être efficace, est un signal on ne peut plus fort : « Nous avons changé de vision du monde : les hommes ne sont plus interchangeables, nous voulons vraiment défendre notre pays, nous cessons d’être soumis aux faiseurs d’opinion islamophiles, l’immigration n’est plus forcément une chance … ».

    Bien sûr, il y a bien d’autres décisions à prendre, ne serait-ce que parce qu’elle ne règle pas le problème des terroristes déjà présents, mais celle-ci est la plus importante, celle qui fait basculer toute la politique.

    C’est pourquoi l’élection de Trump (à laquelle je ne crois pas plus qu’au Brexit -quel que soit le vote des Britanniques, mais je ne demande qu’à être démenti) serait très intéressante.

  12. @Pil d’habitude hors des clous a bien sur ici raison.
    Les fichés S sont suspectés, c’est le sur ensemble. Si on les condamne direct, il faudra préparer l’entrée dans la catégorie avec le nouveau concept de PS (Pré S). Qu’il faudra naturellement interner aussi, et ainsi de suite à l’infini. Je propose donc de vous foutre direct en taule, cela sera le garant de la sécurité absolue pour tout le monde. Vous pourrez alors sodomiser sous la douche les petits vieux aveugles de la catégorie PPPPPS. Yallah !

      • Allez allez reprenez vous. Avant d’organiser la société autour de camps de concentrations d’arabes, commençons par appliquer les lois en vigueur, cela sera déjà un progrès immense, recommandé par un candidat à l’élection présidentielle, François Fillon, le seul qui ne perd pas ses nerfs à toute occasion.

        Au sujet du système carcéral en général, on rappellera à l’occasion qu’arrêté brutalement en 2012 par Taubira, le programme de construction de prisons serait en cours de relance. Le garde des sceaux actuel, président socialiste de la commission des lois pendant la période, avait chiffré le nombre de places de prison à construire à 12 000 en mars, peu après son arrivée (c’est la surpopulation actuelle, en gros). Beaucoup s’accordent pour considérer qu’il faudrait là encore rejoindre les standards européens et aller jusqu’à 30 000 de plus. Qui aime bien châtie bien.

    • pil dit

      Le problème dont vous ne vous rendez pas compte, c’est que c’est vous qui êtes complètement à côté de vos pompes, à l’ouest complet.

      Tout transpire la haine dans vos commentaires, vous êtes malade.

  13. Gilles dit

    En discutant avec les officiers supérieurs de retour d’OPEX, on apprend qu’ils pratiquent le renseignement avec une efficacité éprouvée (et je parle pas de la méthode Guantanamo). La solution ? La dé judiciarisation du renseignement. Ça ne permet pas de juger les cibles du renseignement, mais de prévenir les risques. Alors prévenir ne fait pas monter dans les sondages, pleurer sur les cadavres en supprimant les rares libertés civiles restantes est plus efficace pour ça.

    Si c’est la guerre, il faut utiliser les spécialistes de la guerre, avec leur organisation (pas à perdre leur temps devant un supermarché).

  14. Tof dit

    Vous prenez le problème par le mauvais bout. 100% des « terroristes » sont issu de l’immigration. OK.

    Le problème se situe dans l’accession à la nationalité dans le pays d’origine. En Algérie, et en Afrique du Nord, c’est la Loi du sang de l’oncle Adolf qui s’applique. Pour avoir des fafiots algériens, il faut avoir ses 4 grands-parents algériens.

    Résultat : un enfant né en France de parents 100% algériens est algérien ad-vitam.

    Soit.

    La France c’est le droit su sol.

    OK.

    Proposition : on fait du cas par cas en fonction des pays. Un algérien ne pourra devenir français que s’il renonce à sa nationalité algérienne. Fin des doubles nationalités. (ça va faire tousser en Israël !?? Benbassa pourquoi tu tousses ?). En cas de refus, il restera algérien, sans plus aucun accès à la tirette de la Sécu et autres aides. Les 2 tableaux c’est terminé. Les nostalgiques d’un bled idéalisé en seront pour leurs frais.

    Un français qui voudrait aujourd’hui se faire tunisien doit se convertir à l’Islam. Sage politique.

    De fait, nul besoin de Guantanamo. On expulse, point barre, retour à l’envoyeur. Aucune Loi supplémentaire nécessaire, on a tout l’arsenal.

    Mosquées : moratoire sur la construction des mosquées en France, tant que les Eglises resteront fermées en Arabie Saoudite, en Algérie, etc…

    La solution est très simple : réciprocité partout.

    Evidemment pour ça, il faudrait que nos dirigeants bossent pour la France en lieu et place de l’Etat Profond et d’intérêts transnationaux dont le Djihad Syrien fait partie. La France installe en violation de tous les traités internationaux une base militaire en Syrie à Kobané. Déjà 150 militaires sur place.

    Quand les militaires français se rendront-ils comptent qu’ils sont complices de crimes de guerre depuis l’opération libyenne ?

    Qui chapote aujourd’hui le renseignement français ? Hollande ? Vraiment ?

    Ou l’Etat profond français dans les mains du lobby militaro-industriel et des barbouzes transnationales ?

    Un coup d’Etat est en cours en France depuis le 13 novembre 2015.

    Le Djihad sera utilisé jusqu’à la nausée pour gérer de façon croisée l’écroulement économique.

    • xc dit

      Tous les Etats ne retirent pas leur nationalité à ceux de leurs ressortissants qui ont aussi celle d’un autre Etat, même à la demande des intéressés. Et un Etat ne peut pas retirer à un de ses ressortissants double-national sa nationalité étrangère.

  15. meximas dit

    Guointanamo à la Française veut dire:
    – de denudé tout les détenus 24/24.
    – de les coller un contre l autre …
    – de mettre de l excrément sur leur peau et la tete.
    – de les faire boire de l urine.
    -de suspendre du poids à leurs testicules.
    – de passer le courant electrique dans leur corps.
    – de l insomnie
    -de les asphexier avec sac de plastique.
    – de coller leurs levres avec du glue
    C est ça que vous voulez ?
    A mon avis personnes de se pose la bonne question /
    Pourquoi en est arrivé là ?
    Je met la France devant sa conscience !.

  16. Deres dit

    Et puis pas besoin d’interner les 10 000 fiches S de France ! On voit bien que à peu près tous les terroristes des 3 derniers attentats étaient des agents actifs. Le dernier avait même fait de la prison pour terrorisme il y a trois ans, mais seulement 6 mois … Mais même avec l’état d’urgence, avoir été récemment un islamiste actif n’est pas suffisant pour être arrêté.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *