Accueil » Après le Brexit, le Franxit?

Après le Brexit, le Franxit?

Cet article a été lu 12392 fois

Brexit! Les Anglais ont osé! ils ont eu les attributs masculins qu’il fallait pour dire: « on s’en va » ! Pendant plusieurs semaines, les « intellectuels », les « experts », les gens qui savent mieux que nous se sont pourtant relayés pour leur promettre les sept plaies d’Égypte s’ils allaient jusqu’au bout. Et malgré ces pressions, malgré les menaces, malgré les ultimatums, ils ont dit « We leave ». Pour tous ceux qui sont épouvantés par ce peuple nourri de panse de brebis à la menthe, ce seul acte de courage résonne comme un moment de réconciliation éternelle. Les Anglais ont montré la voie.

Les Anglais quittent le Lebensraum prussien

En posant un magistral « Leave », ce n’est pas l’Europe que les Anglais quittent, mais sa pâle imitation, son fantôme germanisé, cette mascarade où une Commission de pacotille brasse de l’air à Bruxelles quand les vraies décisions sont prises à Berlin.

Et c’est tout le sujet de ce referendum: que voulait dire rester? quel était le sens du « Remain »? Certainement pas marquer un attachement à l’Europe, mais bien plutôt se soumettre, accepter une règle du jeu qui ne profite qu’à l’Allemagne et qui entrave tous les autres. Et accessoirement, accepter une conception du continent berlinocentrée qui nous mène à notre perte et à des guerres en série.

Rappelons-le. Qui a déstabilisé le continent en ouvrant brutalement ses portes à des flots de migrants abusivement présentés comme les réfugiés d’une guerre que nous avons nous-mêmes provoqué ? L’Allemagne. Qui exaspère nos relations avec notre alliée russe traditionnel ? L’Allemagne. Qui pousse à signer coûte-que-coûte un traité transatlantique qui clive ? L’Allemagne. Qui exige des politiques budgétaires qui épuisent l’esprit européen ? L’Allemagne.

C’est bien le Lebensraum allemand que les Anglais quittent.

Après le Brexit, le moment de préparer un Franxit

Depuis une trentaine d’années, le gouvernement profond et ses thuriféraires vante les mérites de l’Europe comme source de prospérité. Tout argument contraire donne lieu à un réflexe pavlovien: si les recettes européennes ne marchent pas, c’est parce qu’il faut encore plus d’Europe.

L’euro est la caricature de ce mystère selon lequel quand il y a trop d’Europe, il en faut toujours plus. L’euro devait apporter la prospérité. Quinze ans après son lancement, tous les pays qui en sont dotés, sauf l’Allemagne (bizarre, comme c’est bizarre!) sous-performent et souffrent d’une croissance atone. Malgré tout, le gouvernement profond nous soutient qu’il faut encore plus d’intégration européenne pour assainir la situation.

Face à cette situation, les Français doivent suivre l’exemple anglais. Ils doivent comprendre que l’Europe est une notion trop grande, trop vaste, pour être réduite à cet instrument de domination prussienne qu’on appelle faussement Union Européenne. Le moment est venu de dénoncer cette imposture.

Que doit dire Hollande à Merkel?

Lorsque François Hollande, qui a absurdement accepté qu’un sommet des Etats fondateurs se tienne à Berlin, ville qui n’appartenait pas à l’Europe en 1956, au moment du traité de Rome, il avait en tête un renforcement de l’intégration européenne. Il faut que les Français lui fassent savoir qu’il doit inverser la courbe de ses erreurs et de son incompétence en expliquant à Merkel que nous exigeons un changement immédiat des règles du jeu, sans quoi, nous passeront au Franxit.

Ce changement, quel est-il?

Premièrement, il faut immédiatement entamer une profonde réforme de la Banque Centrale Européenne, qui doit être dotée d’un mandat incluant la recherche du plein emploi, et plus seulement le maintien d’une inflation à 2%. La BCE doit quitter Francfort et s’installer au Luxembourg.

Deuxièmement, il faut poser un principe de parité de voix entre la France et l’Allemagne au sein du Conseil Européen. La réunification allemande a donné un poids trop important à la Prusse.

Troisièmement, le poids des pays fondateurs doit être renforcé dans les votes au Conseil Européen par la mise en place d’un mécanisme de veto qui leur soit spécifique dans les décisions.

Quatrièmement, la France doit annoncer la mise en place d’une coopération spécifique avec la Belgique et le Luxembourg, qui mette le premier doigt dans l’engrenage d’un rapprochement territorial.

Cinquièmement, la France doit obtenir de ses partenaires une contribution spécifique à son effort de défense.

Sixièmement, la France doit exiger un plan d’investissement public effectif d’au moins 500 milliards d’euros pour contrer les effets dépressifs du Brexit.

Septièmement, la France doit interrompre les sanctions contre la Russie et doit chercher avec celle-ci une issue intelligente au conflit en Syrie. Elle doit préparer avec la Russie une intervention directe en Libye pour rétablir l’ordre.

Huitièmement, la France doit entamer une réflexion sur la transformation de l’euro en monnaie-or et la réintroduction de monnaies locales pour desserrer l’étau de la pression monétaire.

Moyennant ces ajustements qui sont un prémice de l’empire français, nous pouvons envisager de rester dans l’Union.

47 commentaires

  1. karl Schiller dit

    100% d accord avec vous cher Éric. Mais je doute que le Hollande fasse le poids… je préfère le pourrissement jusqu’à 2017 puis le changement qui redonnera a la France ses lettres de noblesse. La preuve que l UK est une vraie démocratie malgré les manipulations médiatiques. Contrairement au pays du millefeuille où le peuple est réduit à un troupeau de chèvres… yeah

    • gérard dit

      Je pense que les urnes ont quand meme été bourrées,mais pas assez cette fois ci,le retard était trop imprtant.Rien a attendre en France c’est bien plus vérouillé.Hollande est considéré comme un caniche par Merkel depuis le début,elle doit en savoir plus que nous.Il n’y aura peut etre meme pas d’élection présidentielle(état d’urgence etc..).Notre seule délivrance viendra de la hausse des taux qui empechera l’état de monnayer son clientélisme…

  2. Pierre dit

    God… saved the Queen !

    Quelle victoire. C’est le réveil des peuples. Comme vous le soulignez, la mafia avait oublié les paroles sages du général de Gaulle (qui les connaissait bien -lui- les Anglais).

    Les Anglais sont différents. Et ils viennent de le prouver une fois de plus.

    A présent, c’est tout le reste de cette pseudo « union », pâle mot-valise pour désigner un camp de concentration soft pour neuneus, qu’il faut dissoudre.

    Votre plan, à ce stade, n’est rien de moins qu’absurde.

    Abattons Bruxelles et tous les psychopathes qui prétendent créer -contre la volonté des nations- les Etats-Unis d’Europe.

    Et seulement ensuite, nous pourrons réfléchir à une nouvelle forme d’union.

    Vive la liberté !

    • @Pierre
      Je suis d’accord avec votre interprétation du brexit: les anglais ne supportent pas qu’on suppose implicitement que leur nation puisse disparaitre, et ils ne sont pas les seuls… Vous en êtes, et moi aussi.
      Simplement, la mafia dont vous parlez n’est que celle que laissent diriger des chefs d’état impuissants et veules d’une part, des cheftaines seules et paumées d’autre part, pourtant je vous fais grâce de vouloir une autre forme d’union que la fédération…
      Il n’en demeure pas moins, qu’une Angleterre dans l’Europe avec ses exigences était selon moi préférable.
      Il va falloir faire donner la Hongrie maintenant, pour expliquer la vie aux crétins…

  3. La France vit actuellement aux crochets de l’Allemagne, c’est à dire de la politique monétaire européenne, qui contrairement à ce que vous dites (comment pouvez vous suggérer une bêtise pareille ?), ne cherche pas à réduire l’inflation à 2%, mais bien à la monter à 2%, en menant une politique tellement laxiste qu’elle permet de fait à tous les pires corrompus, Tsipras, Hollande, de se goinfrer de cash à intérêts nuls ?

    Toute la question est maintenant le montant des taux que le bazooka va devoir/pouvoir supporter.
    C’est l’Allemagne qui va bientôt avoir envie de partir, cher monsieur: vous en serez donc bien débarrassé… Elle aussi.

    • Deres dit

      Le problème en France, c’est la France et pas l’Europe. Au contraire, je pense que actuellement l’Europe est la seule entité qui nous fait avancer et réformer un petit peu. Sans l’Europe, j’ai du mal à imaginer le niveau stratosphérique des plans de relance, des politiques clientélistes bouche-trous et des hausses d’impôts tout azimut. L’Europe actuellement à ses défauts mais ils me semblent bin faible face aux énormités que peuvent commettre nos dirigeants. Les anglais pensent que l’Europe ne leur apporte rien , ils ont peut être raison, mais je en pense pas que ce soit le cas pour nous. N’oublions pas que le système anglais est plusieurs fois centenaire et a déjà prouvé son bien fondé et sa robustesse. Il est donc compréhensible qu’ils ne veuille aps le changer pour un autre système ayant de nombreux défauts et n’ayant jamais fait ses preuves.

      • lavie dit

        Si vous concevez que les Anglais reviennent sur un système qui à fait ses preuves, considérez, Monsieur, que le système Français lui aussi faisait ses preuves depuis des siècles. Accepter donc de laisser le peuple après un vrai débat choisir pour lui même. Tout comme les Anglais. Messieurs les Anglais, Ils ont tiré les premiers. A nôtre tour Français. Cdlt

        • René Fries dit

          « (…) le système Français lui aussi faisait ses preuves depuis des siècles » – oui, 8 (huit) faillites d’Etat avant 1789.

          Par ailleurs, tous les articles et commentaires que j’ai lus sur la question se taisent sur une question pourtant essentielle. Brexit? très bien. Grexit? très bien. Texit (les Texans y réfléchiraient eux aussi), très bien.

          Aurait-on remarqué quelque chose? non, eh bien, voilà: il s’agit là de pays démocratiques.

          Par-contre, tous ceux qui ne font qu’in- et regurgiter les MSM (main stream media) s’en foutent comme de l’an quarante de tous ceux qui font partie CONTRE leur volonté (ce qui n’était pas du tout le cas des Britanniques) d’un ramassis de dictatures. Je réclame donc que l’on réfléchisse à et que l’on parle du TIBexit (exit du Tibet), du KARexit (exit de la Karélie), du SAHexit (exit de l’ex-Sahara espagnol); et pour faire bonne mesure, que l’on cesse d’enquiquiner les Israéliens au sujet de la Cisjordanie qui est bel et bien un territoire A EUX, voir http://ripostelaique.com/lhistoire-et-ses-exigences-limposture-palestinienne.html

  4. Pour finir avec les plaisanteries, je pense que vous vous êtes vraiment mal réveillé.
    L’invasion de la Belgique et du Luxembourg, la BCE à Luxembourg avec comme objectif suprême l’inversion de la courbe du chômage en France (partout ailleurs sauf en Grèce, c’est fait), la révocation du roi de Prusse, le retour à l’ étalon or, et la restauration de l’Empire. Il n’y a que la campagne de Russie pour obliger au blocus avec l’Angleterre que vous ne faites pas, et aussi, bien sur, le Congo.

  5. sergio dit

    Bravo les Anglais.
    Pour moi c’est le 8ème point le qui est le plus important, et vous avez oublié le dégraissage de la bureaucratie européennne qui pour une part importante n’a aucune raison d’être et qui est si grassement payée.

  6. Pierre dit

    Pascal Lamy est une synthèse de cette mafia arrogante qui prétend gouverner nos vies.

    Ce type résume à lui seul la maladie mentale qui les affecte. Il vient de se prendre une branlée historique… Sa première réaction est donc… d’en souhaiter davantage !

    L’UE a échoué. Donc il faut davantage d’UE !

    Maladie mentale, il n’y a pas d’autre expression pour qualifier un tel comportement.

    C’est réellement fascinant.
    ***********
    « C’est un mauvais jour pour le rêve européen », a déclaré sur RTL Pascal Lamy, ancien directeur de l’Organisation mondiale du commerce (OMC). Ce qui va arriver maintenant, c’est un approfondissement de l’union économique et monétaire. C’est la direction que nous devons prendre en 2018,2019″.

  7. lik dit

    Votre diatribe est un peu contradictoire en prétendant qu’il y aurait trop d’Europe et en faisant des propositions correspondant à un plus d’Europe.

    Il n’y a évidemment pas trop d’Europe avec un budget commun de 1% et une gestion intergouvernementale qui n’a ni queue ni tête où Hollande baisse son froc en permanence devant Mutti Merkel qui merkeln à tort et à travers.

    Vous parlez d’un Euro-or, mais l’Euro( Mark ?) est déjà une sorte de monnaie-or avec toutes ses tares déflationnistes. Un Euro-or est le meilleur moyen de produire du chômage. Une monnaie indexée sur une matière est l’exemple type de la mesure archaïque.

    Le Brexit, la grande affaire ! La GB n’a pas signé Schengen ni le TSCG, a sa monnaie et devra signer des traités pour revenir sur les marchés, dont celui financier, de l’UE. La GB sort par la grande porte et reviendra par la petite après d’interminables négociations. Les conséquences du Brexit pourraient se révéler très mauvaises pour la GB et dissuader tout autre pays de faire de même. En attendant, wait and see…

    Le problème de l’UE n’est pas tant l’Allemagne, mais les gouvernements francais, italiens, espagnols, portugais… qui n’ont rien dans le slip et dans la cervelle, car une opposition de ces pays à l’Allemagne la ferait plier.

    • René Fries dit

      « une opposition de ces pays à l’Allemagne la ferait plier » – tout à fait vrai. Les Allemands souffrent toujours du « manque d’amour » que leur a valu un passé bien trop connu. Autant l’exploiter.

      PS je suis né en Allemagne, j’y ai vécu longtemps, ma culture est foncièrement allemande, je crois savoir de quoi je parle

  8. Clem's dit

    Tout a fait d’accord avec ces propositions !! Cependant je ne pense pas que ces projet serons réalisables avec notre gouvernement actuel…! Il va malheuresment falloir attendre, une fois encore, un dirigeant digne de ce nom, capable d’agir enfin pour la France avant tout.

  9. Simon LUEL dit

    Mon opinion personnelle. Brexit sera effectivement très négatif pour la Grande Bretagne,
    Comme le dit un commentateur ici , elle est sortie par la grane porte et reviendra par une mulitude de petites portes, apres des negociations interminables avec la bureaucratie Européenne. Plusieurs années de difficultés pour l’UK., et peut être une dislocation de l’UK lui même, Ecosse, Irlande du Nord…
    Le GRAND RESPONSABLE est Cameron lui même, petit politicien qui avait une position de négo formidable avec ces fantoches de l’UE (Tusk, Junker…), et qui est revenu piteusement avec des concessions en peau de lapin. Pourquoi? Parce qu’il posait la question du départ à contre coeur, contraint et forcé. Il ne croyait pas au Brexit, contre lequel il a d’ailleurs milité. Croyez vous que ses interlocuteurs ne le savaient pas? Menacer d’une arme dont on ne veut en aucun cas se servir… Une négo vérolée d’entrée.
    Cameron avait une chance historique d’exiger et d’obtenir, sous la VRAIE menace, une évolution profonde de l’UE. Il a manqué ce RV de l’Histoire, et est revenu pour essayer de convaincre les plus imbéciles de ses électeurs qu’il avait arraché des concessions. Le triste c’est qu’il laisse ce faisant la Grande Bretagne dans la…difficulté, et l’Europe est hystérique de renforcer le pire. Un rêve: les Pays Bas suivront ils,?

    Le Marché commun de Jean Monnet, au fond. L’Europe de Jean Monnet, à 6 ou à 20. Pas de monnaie commune, les pays recouvrant le droit de ne plus avoir leur monnaie soudée au Reichsmark, pas d’autorité bureaucratique incontrolée et supra nationale qui définit ce que doit être le chocolat, au gré des lobbies à Bruxelles, pas de Vivien Reading qui peut s’immiscer dans notre politique locale, liberté pour les Etats de contrôler leur pays et l’accès à leur territoire …un rêve bien sûr.

    A Pascal Lamy, s’il lit ce blog.

  10. Brice dit

    Bonjour Eric,

    Je suis suris par votre analyse sur deux points :
    1/ vous passez sous silence l’influence pourtant réelle des Etats-Unis dans le projet de construction européenne (voyez par exemple les déclarations d’Obama au sujet du brexit – avant le vote),
    2/ vous formez de vœux pour un changement, c’est bien gentil mais vous oubliez que les traités ne peuvent être modifiés qu’à l’UNANIMITE des 28 (-1) pays membres.

    En fait, vous faites « comme si » nous avions le contrôle et décidions. En cela je pense que vous n’avez rien compris au vote des britanniques. Leur vote a précisément pour objectif de REPRENDRE LE CONTRÔLE.
    C’est aussi simple que ça.

    Donc si vous voulez que nous ayons le contrôle de nos décisions, il faut SORTIR DE L’UE par l’article 50, comme vont le faire des anglais et comme seul l’UPR le propose depuis maintenant 9 ans….

    Bien à vous,

  11. Didier Bous dit

    Hollande se couchera, les groupes, groupuscules ou individus comme Eric Verhaeghe ne pourront rien en raison de leur division et de leur refus d’une alliance tactique avec le FN. Le changement ne viendra que d’une situation catastrophique ou si d’autres pays organisent des référendums de sortie.

    • Pierre dit

      De toute façon que peut faire un pseudo président… en sous-sol de popularité et de légitimité… à moins de 12 mois de l’élection présidentielle ? Rien.

      Hollande ou pas Hollande.

      Monsieur organiser des tas de réunions à l’Elysée, en mode « je ventile du vent », avant un show à Berlin… mais il est totalement impuissant. Et le mot est faible…

      Plus largement, c’est toute l’UE qui est impuissante, c’est ce qui rend toute la comédie encore plus jouissive : s’ils voulaient vraiment proposer un truc révolutionnaire (genre super UE intégrée entre les pays fondateurs)… ils faudraient défaire/modifier les traités actuels, et en faire passer de nouveaux à l’unanimité (ce qui n’arriverait pas).

      Donc ils sont totalement coincés.

      A Berlin, ils vont pleurer, boire du thé, et annonceront 2 ou 3 belles intentions (« protéger nos frontières », « rendre l’Europe plus juste plus humaine », les platitudes qu’on entend régulièrement)… et le bordelo de l’UE reprendra ses droits, puisqu’ à 27… l’UE est totalement paralysée.

      La seule porte de sortie est -hélas- une implosion violente. Mais prétendre que l’UE peut se « réformer » voire se « révolutionner » elle-même est une aberration.

      Ils sont cuits, piégés par leur propre arrogance, et leurs propres règles.

      Souvenez-vous des déclarations avinées du sinistre Juncker : « Il ne peut y avoir de choix démocratique contre les traités européens. « 

  12. Pierre dit

    C’était prévisible : la mafia bruxellois est piquée au vif, devant l’implosion de son monde.

    Les petits marquis sont vexés, atteints dans leur amour propre (s’ils en avaient encore)….

    Au lieu de prendre le temps de réfléchir, de pratiquer l’introspection…. Non ils réagissent comme des sales mômes.

    La première réaction officielle, collective, est ainsi édifiante : « L’UE demande dans une communiqué au Royaume-Uni de lancer la procédure de sortie « dès que possible ». »

    • Durand dit

      « L’UE demande dans une communiqué au Royaume-Uni de lancer la procédure de sortie « dès que possible ». »

      C’est logique. Derrière les postures diplomatiques, qui peut croire que l’UE est chagrinée de voir le RU s’éloigner un peu, et de sa propre initiative ? C’est un coup de bol incroyable.

  13. Durand dit

    Brexit : je me suis donc trompé dans ma prévision, tant mieux !

    « Les Anglais quittent le Lebensraum prussien (…) ce n’est pas l’Europe que les Anglais quittent, mais (…) son fantôme germanisé [où] les vraies décisions sont prises à Berlin. » (E. V.)

    Je ne crois pas du tout que ce soit la bonne interprétation. Je crois au contraire que les Anglais ont rejeté avec mépris l’Europe « du sud », dont l’emblême est la Grêce et dans laquelle ils fourrent aussi allègrement la France.
    J’ai suivi un peu les médias britanniques ces derniers jours : pas mal de commentaires pro-Brexit invitant à sortir de l’UE pour reconstituer une unions différente avec les pays (vus comme) sérieux : Allemagne, Pays-Bas, Scandinavie.

    « Qui exaspère nos relations avec notre alliée russe traditionnel ? L’Allemagne. » (E. V.)

    non, c’est l’Angleterre, bien sûr, faux nez des Américains. Les Russes ne s’y tromprent pas :
    « Konstantin Kosatchev, président du comité des Affaires étrangères au Conseil de la Fédération (Sénat) estime que « le Brexit peut affaiblir la composante anti-russe en Europe dans la mesure où le Royaume-Uni constitue le centre de ces pays hostiles que sont la Pologne et les Pays Baltes », selon notre correspondant à Moscou Pierre Avril. » (source : lefigaro.fr, aujourd’hui)

    Depuis des siècles, la politique étrangère de l’Angleterre vise à diviser l’Europe continentale. La présence incongrue du Royaume-Uni dans une UE qui leur donne des boutons depuis toujours ne peut d’ailleurs s’expliquer que comme cela. Le peuple, n’ayant pas la duplicité de ses dirigeants, a voté logiquement en accord avec son « identité » insulaire profonde. Il a eu raison, tant de son point de vue que du nôtre.

    J’espère que le Brexit sera l’occasion d’un approfondissement de l’UE et/ou du noyau des six fondateurs : France, Belgique, Luxembourg, Allemagne, Pays-Bas, Italie.

    • Pylm dit

      La presse anglaise se vautre dans des articles chocs contre l’Europe, la France, la Grèce, les immigrés. Le populisme est le seul vainqueur de cette situation.
      Je suis pour l’Europe, celle des valeurs humanistes, et aujourd’hui c’est Mme Merkel qui l’incarne, pas Poutine.

      • Pierre dit

        Vous voulez parler de la mégère qui fait venir des terroristes du Moyen-Orient qui tuent ensuite des innocents au Bataclan et qui violent des femmes ? Ah oui en effet, on les sent bien les valeurs « humanistes ».

        Votre mégère, votre U(E)RSS, vos délires de toute puissance enrobée de pseudo « humanisme »… on n’en veut. Les peuples n’en veulent pas. Faites-vous une raison. Vous avez perdu.

        Et si le verdict des urnes ne vous plaît pas (après tout pourquoi pas), alors abattez franchement vos cartes et réclamez l’institution officielle d’une dictature. Faites du Juncker (lui au moins est cash).

        Mais de grâce, arrêtez avec votre hypocrite « humanisme ».

    • Pierre dit

      Ah oui… la même Italie qui vote pour M5S ? Ou La ligue du nord. Et qui a élu le maire de Rome, femme de 37 ans contre la corruption ? Qui a envoyé bouler Renzi ? Qui a un système bancaire totalement sous perfusion ? Un taux de chômage des jeunes de folie ? Et une mafia rigolote ?

      C’est sûr que l' »approfondissement » va forcément bien fonctionner ! Avec le Luxembourg, l’Allemagne… C’est sûr…

      Alors que toutes les données sont publiques, que nous disposons de « séries longues », en clair de suffisamment de recul, il y a encore des gens pour pérorer sur le « davantage d’Europe », « on va se mélanger », « on va fusionner », « on va s’intégrer », « on va converger », « cette fois ça va marcher »…

      C’est ahurissant…

      Réveillez-vous bon sang. Analysez froidement les données. Pas des fantasmes.

      • Durand dit

        « Ah oui… la même Italie qui […] » (Pierre)

        Mais oui, celle-là même. Davantage d’Europe, et avec l’Italie. S’ils le veulent, bien sûr.

  14. Durand dit

    « L’euro devait apporter la prospérité. » (E. V.)

    Par quel miracle serait-ce le cas ? L’euro est une unité, il ne vous apportera pas plus de prospérité que le système métrique ne vous fera gagner des centimètres. Je simplifie légèrement mais à peine.
    Pour la prospérité, on commence par arrêter de voter socialiste, et on en reparle.

  15. Citoyen dit

    Un premier constat …. A voir la tronche constipée du nuisible de Corrèze … Ce matin, la pilule a du mal à passer.
    Ce doit être du fait que ce que les anglais rejettent, c’est une Europe socialo-marxiste, l’UERSS, que les peuples ne supportent plus … Et dont il est un des premiers adeptes.

  16. déception positive dit

    « Elle (la France) doit préparer avec la Russie une intervention directe en Libye pour rétablir l’ordre » dites vous… mais si l’intérêt de la Russie dans son intervention en Syrie est évidente, quel intérêt aurait-elle intervenir en Libye ? Pour aider un crétin qui a démontré son inféodation à l’Allemagne et aux USA avec l’affaire des porte-hélicoptères Mistral ? Pour aider un crétin qui a saboté son agriculture nationale en décrétant l’embargo sur les importations russes pour avoir l’air d’un grand ? Bref pour aider un pays croupion dont l’exacte dimension se mesure justement à la dimension croupion de ses dirigeants

  17. Durand dit

    Au fait, il faudrait penser à supprimer l’anglais des langues officielles de travail de l’UE. Les Irlandais sont très sympathiques mais ils ne sont que 4,6 millions, c’est un peu léger pour imposer leur langue à tout le monde (en plus ce n’est même pas leur vraie langue historiquement).

  18. yoananda dit

    meuh non arrêtez avec le franxit …
    pour l’instant, les pays qui risquent de sortir, ce n’est pas la France qui sera en queue de peloton !

  19. Jelulot dit

    « Rule, Britannia! Britannia, rule the waves: Britons never, never, never shall be slaves. »

    Entièrement d’accord avec vous pour souligner le courage et l’esprit d’indépendance de nos amis anglais. L’audace est une denrée rare de nos jours et l’histoire nous dira si ils ont eu raison et si ils assument les conséquences de leurs décision.

    Par contre, si j’apprécie beaucoup votre finesse et votre indépendance d’analyse, je me suis toujours étonné de votre marotte anti-allemande. Car enfin, conchier l’Allemagne pour idéaliser la France, c’est être aveugle aux leçons de l’histoire, tant il est vrai que la « Grande Nation » a, elle aussi, à plusieurs reprises, déstabilisé le continent par son impérialisme, qui dans son cas semble plutôt de nature idéaliste et velléitaire. Une analyse croisée des apports (réels et non fantasmés) et nuisances respectives de ces deux états vis à vis de l’Europe serait un exercice intéressant qui pourrait apporter quelques surprises.

    Je termine par une petite question ironique: est-ce qu’en définitive ce que vous reprochez réellement à l’Allemagne, n’est pas d’avoir réussi ce que la France semble incapable d’accomplir ?

    • karl Schiller dit

      Il est jaloux de l Allemagne. Une nation de bosseurs et d intelligents qui n a jamais fait la guerre aux pauvres africains… si la France est handicapé par l Europe elle n a qu’ à sortir.

      • pierre dit

        C’est toujours drôle de voir l’inculture en plein travail, en pleine concentration (sans mauvais jeu de mot).

        Renseignez-vous un peu au sujet de l’actuelle Namibie… Les Teutons savaient…. DEJA y faire fin 19ème, début 20ème… dans le genre massacreur avec un zeste d’extermination…

  20. Durand dit

    Comment ? Qu’ouïs-je ? Cameron ne veut pas entamer le retrait de son pays avant plusieurs mois, et il est déjà question que le parlement britannique examine la possibilité d’un second référendum ? Tandis que l’UE, remarquablement respectueuse de la démocratie, demande le départ sans plus attendre du R-U. Vive l’UE !
    Il serait ironique que les partisans du Brexit, dont l’un des chevaux de bataille concerne le soit-disant « déficit démocratique » de l’UE (opposée à la vertueuse Angleterre), voient finalement leur incontestable victoire réduite à néant par les instances de leur propre nation.

  21. Durand dit

    Les choses évoluent vite et à lire la presse de ce matin, le Brexit est déjà pratiquement mort et enterré. Cela devrait horrifier tous les pro-Brexit (comme moi) mais bizarrement ça n’a pas l’air d’être le cas… Et Pierre, le spécialiste anti-UE, refuse de m’expliquer pourquoi.

    Une telle occasion ne se représentera plus, je le crains. Les choses auraient pu être différentes si la France n’était pas si hors-jeu aujourd’hui. Les Français portent une écrasante responsabilité dans leur malheur en ayant élu Hollande en 2012.

    • Loulou dit

      En 2012, au deuxième tour, nous avions le choix entre Sarko le Traître et Hollande le Soumis (que nous ne nous pouvions préjuger totalement). A part voter blanc, il était logique que le Soumis l’emporte sur le Traître. La peste ou le choléra ?
      Tournons-nous vers 2017 et gageons de faire changer la donne au deuxième tour, ou (et ?) tournons-nous vers une Assemblée Constituante Civile.
      Mais, cela sera t-il compatible avec cet Empire constitué « greco-romain », tel que le préconise Eric Verhaeghe ? Je crois comprendre pourquoi Eric n’est pas partisan d’un rapprochement avec le FN, peut-être tout simplement parce que le FN serait taxé par certains de vouloir conquérir l’Europe comme un sombre personnage des années 30-40, comme ces « certains » aiment tant coller cette image au FN quand ils arrivent au bout de leurs arguments et hélas, beaucoup le croiraient de fait car mal renseignés au moins sur l’Histoire, selon moi. En cas d’Assemblée Constituante Civile, je ne suis pas certain que nous ayons ces perspectives affinées d’un Empire constitué regroupant une partie du Benelux, l’Italie, la Catalogne, avec pour représentation la France, sauf si cela découle d’une véritable connaissance historique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *