Accueil » Nous, les cons qui aimons le Brexit: une anthologie

Nous, les cons qui aimons le Brexit: une anthologie

Cet article a été lu 25911 fois

Le Brexit n’a pas l’air de plaire au gouvernement profond. Celui-ci donne ses meilleurs chiens de garde pour expliquer que le referendum britannique n’est rien d’autre qu’un triomphe de la bêtise contre l’intelligence, une victoire épouvantable des cons sur les gens éclairés et capables de décider. Une tripotée d’amis qui se tiennent par la barbichette depuis des années pour capter les médias à leur profit et s’y auto-congratuler en infligeant au pays leurs idées toxiques (et lucratives) enrage de voir que les Anglais n’ont pas fait comme on leur avait dit de faire. Et les noms d’oiseaux fleurissent.

En hommage à tous ces cons auxquels je suis fier d’appartenir, je voulais aujourd’hui présenter une anthologie des meilleures marques de mépris reçus de la part de la caste des petits animaux rampant devant le gouvernement profond, et adresser une rapide réponse forcément très conne à leurs arguments forcément très intelligents.

Médaille d’or à BHL

Pour redonner du sens à une situation où la nomenklatura française a perdu le nord, le troisième quotidien le plus subventionné de France: Le Monde, a appelé à la rescousse le plus brillant (et le plus désintéressé) philosophe de notre époque, Bernard-Henri Lévy, qui a écrit:

Ce Brexit, c’est la victoire, non du peuple, mais du populisme. (…)

C’est la victoire, autrement dit, du souverainisme le plus rance et du nationalisme le plus bête.

C’est la victoire de l’Angleterre moisie sur l’Angleterre ouverte sur le monde et à l’écoute de son glorieux passé.

C’est la défaite de l’autre devant la boursouflure du moi, et du complexe devant la dictature du simple. (…)

C’est la victoire des casseurs et des gauchistes débiles, des fachos et hooligans avinés et embiérés, des rebelles analphabètes et des néonationalistes à sueurs froides et font de bœuf. (…)

Ce sera, toujours, la victoire de l’ignorance sur le savoir.

Ce sera, chaque fois, la victoire du petit sur le grand, et de la crétinerie sur l’esprit. (…)

J’en passe et des meilleures, ce texte étant la longue répétition de la même phrase sous toutes ses formes: les cons ont battu les génies.

Je suis heureux d’avoir lu ce très grand texte de BHL (et je me félicite que le contribuable file 13 millions d’euros au Monde pour publier ce texte plein de reconnaissance pour les « cons »), grâce auquel j’ai compris pourquoi je n’aurais jamais eu l’agrégation de philosophie si je l’avais tentée, et grâce auquel je sais enfin pourquoi certains passent en boucle à la télévision pour y exposer leurs idées. Ils sont intelligents, et moi je suis con. Je suis un rebelle analphabète, voire un hooligan embiéré, en plein boursouflure du moi. Ceux qui, comme BHL, sont contre le Brexit et pour le « Remain » appartiennent en revanche à « l’esprit », au « complexe ». Moi qui suis soumis à la « dictature du simple », je ne peux pas comprendre leurs raisonnements.

C’est d’ailleurs parce que je suis très con que je ne suis convaincu par aucun des brillants arguments de BHL.

Médaille d’argent à Quatremer

Sous la plume d’un Jean Quatremer qui nous a habitué à mieux sur Libération (sixième quotidien le plus aidé de France), on lira des considérations d’une ironie facile sur le choix des Britanniques.

Amis Anglais et Gallois, merci, du fond du cœur. Vous avez su résister à tous les arguments, des plus rationnels aux plus apocalyptiques, de ceux qui militaient pour le remain. (…) Vous avez pris le risque de diviser pour longtemps votre société entre, d’une part, jeunes, diplômés et urbains, massivement «remain», et, d’autre part, vieux, peu diplômés et ruraux, massivement «leave», une fracture sociale pour longtemps béante.

Vouloir le Brexit, ce n’est évidemment pas poser la question du fonctionnement de l’Union Européenne et de sa rationalité économique. C’est seulement appartenir à la catégorie peu ragoûtante des « vieux, peu diplômés et ruraux ». On continue:

Votre sursaut churchillien restera dans l’histoire ! Car vous savez ce qui vous attend : après la Seconde Guerre mondiale, vous vous êtes enfoncé dans la dépression économique au point que le FMI a dû voler à votre secours, comme une vulgaire Grèce. Votre PIB, lors de votre adhésion en 1973, était l’un des plus bas de la CEE, et c’est pour cela que vous avez rejoint un projet qui vous répugnait.

Bien entendu, l’appauvrissement de la Grande-Bretagne en 1973 n’a rien à voir avec son excès de réglementation et tient uniquement à son absence de la Communauté Européenne à l’époque. Et le retour de la Grande-Bretagne à la prospérité ne doit rien aux réformes lancées par Margaret Thatcher, mais doit tout à sa simple adhésion à l’Union.

Là encore, nous les cons, nous n’avons rien compris et nous devrions nous élever vers la lumière en acceptant sous coup férir une argumentation émise avec beaucoup de finesse par des gens beaucoup plus intelligents que nous.

Médaille de bronze à Jacques Attali

Comme toujours en phase de stress, les bobos du Monde convoquent tous leurs meilleurs amis des salons parisiens pour expliquer ce qu’il faut penser. Plus subtile que BHL, Attali s’est senti obligé d’ouvrir le débat de façon drolatique, et avec un total manque de clairvoyance (puisqu’il prédisait la victoire du « Remain » au matin du referendum):

J’ai toujours pensé que les Britanniques rejetteraient le « Brexit ». La sortie de l’Union européenne serait un suicide pour le Royaume-Uni. Il existe, dans l’histoire, des cas où des nations se sont suicidées, mais je ne crois pas que ce soit la tentation des Britanniques.

On mesure là encore les dégâts que l’influence exercée par Attali peut provoquer sur les politiques français. Les partisans du « Leave » justifient en effet leur position par leur volonté de préserver leur Etat-nation face au système communautaire. Réponse d’Attali: vouloir survivre, c’est être suicidaire. La mécanique de renversement des évidences à l’oeuvre chez BHL est ici aussi en marche. Simplement, elle se fait plus discrète, moins directement insultante.

Au passage, on notera que dans cet entretien du 23 juin au matin où Attali prédisait la victoire du « Remain », il se livrait à une autre prédiction tout aussi fiable:

Depuis longtemps, je prédis que la troisième guerre mondiale, si rien ne change, est pour 2025-2030. Tout semble se mettre en place.

Irma Attali.

Prix spécial du jury à Slate

Puisque je parle d’Attali, je ne voulais pas manquer une occasion de parler de l’un des médias dont il est actionnaire (comme beaucoup d’autres adeptes ou acteurs du gouvernement profond): Slate. Ce pure player a mené une campagne hostile au Brexit dont l’argumentation essentielle a reposé sur la logique exposée ci-dessus: d’un côté la lumière, de l’autre l’obscurité.

Je prends au hasard quelques articles:

Brexit

Bravo, Slate, pour cette brillante contribution à l’intelligence contre la toxicité des populistes idiots que nous sommes.

En tant que con fini pleinement assumé, je voulais ajouter un seul point sur ce constat. Manifestement, les partisans de la construction communautaire qui prétend être l’Europe s’obstinent à ne pas voir que le referendum britannique a d’abord consacré un rejet de l’arrogance, et une hostilité profonde à cette confiscation de la démocratie par une élite avaricieuse qui prétend la faire fonctionner seule, et qui attend qu’on lui dise « merci » avec le sourire.

46 commentaires

  1. Jules Moch dit

    Je ne partage pas le choix Britannique, mais la GB est une grande nation qui peut être fière de son histoire. L’Europe a été faite par les vaincus et honteux de 1940 et 1945, un détail pour l’élite!

  2. Percidia dit

    Toute cette clique de pseudo-intellectuels m’épuisent terriblement.

    Ces gens là se prennent pour l’incarnation de Dieu sur terre, alors qur toutes leurs prévisions ne se sont jamais réalisées, quant ils ne sont pas carrément mauvais conseillers ou voyous.

    BHL devait rendre la Lybie déomocratique face à un très méchant Khadafi. Il y règne aujourd’hui le chaos le plus absolu, avec les transferts de l’EI de la Syrie et de l’Irak vers ce pays qui n’en est plus un. Je peux remercier ce cher Monsieur d’avoir fait bombarder la Lybie pour ce résultat avec mon argent de con—-tribuable (client contraint et forcé surtout).

    Mais revenons à notre médaille de bronze. Je crois que celle là est le cas le plus intéressant. Concernant les prédictions de Dame Irma (oups, Jacques Attali, que dis-je…) , ces dernières ne se sont jamais réalisées.

    Lui qui nous promettait en 1992 monts et merveilles avec le « Oui » pour le traité de Maastricht s’est pour le moins planté royalement.

    D’une part, l’Euro est une catastrophe monétaire qui risque de se solder par son éclatement comme se fut le cas pour l’union latine ou la zone Rouble lors de l’effondrement de l’ex Pacte de Varsovie, mais en plus, l’UE n’a jamais semblé aussi lointaine des populations qu’elle est sensée diriger, alors qu’elle devait rendre ce qui n’était qu’un simple marché commun en une union de pays démocratique…

    Sans compter que ce coquin fut surpris par nos meilleurs ennemis de tous les temps avec la main dans le pot de confiture quand il était directeur d’une certaine banque…

    Bref, ces cerveaux là n’en sont pas, et leurs propos dénués d’arguments suite au brexit nous le démontrent une fois de plus.

    Le fait qu’ils se taisent serait pour la France salvateur !

  3. karl Schiller dit

    Très bon article ! Toujours les mêmes qui veulent dicter aux hommes libres la marche à suivre. Toujours les mêmes qui font la propagande et les guerres. Les suisses sont enclavés géographiquement et s en sortent très bien, pourquoi pas l île britanique. Les british n ont pas perdu leur ADN ils vont donc relever le défi… il suffit de confier leurs affaires à une personne de la trompe de Boris Johnson un homme dans complexe à leur place je me tourne vers le Commonwealth la Scandinavie et je diffuse l anglais en Afrique et en chine. 15 ans après le monde entier sera anglo-saxonne.

  4. Jelulot dit

    Vous remarquerez que le bal des revotants à débuté.
    « Ceux qui savent », tentent de mettre en place la même stratégie que lors du référendum français en 2005 ou de l’initiative populaire contre l’immigration de masse suisse en 2015. Quand un vote ne convient pas, on fait (ou on pousse à) revoter jusqu’à obtention du résultat désiré.
    Eh oui mon cher, quand le peuple en plus d’être populiste, pousse l’outrecuidance à être rance, moisi et à passer ses soirées chez la Montalant, il faudrait pouvoir le changer.

  5. pil dit

    Je trouve amusant que les anglais aient voté contre l’UE alors que tous leurs problèmes proviennent de leurs gouvernements depuis Thatcher, alors qu’ils n’étaient soumis ni à Schengen, ni au TSCG, ni à l’Euro.

    C’est un peu comme certaines tribus aborigènes qui déclarent la guerre à la tribu voisine soupçonnée d’avoir jeté un sort à l’un des leurs tombé bêtement d’un arbre.

    Concernant Tina Thatcher, je vous recommande cet article qui démystifie largement la dame de fer rouillé :
    http://insight.jbs.cam.ac.uk/assets/2015_cbr-report_macroeconomic-impact-of-liberal-policies-in-the-uk.pdf

      • gallier2 dit

        Regarder aussi la production du pétrole en mer du nord pendant cette période. Ça permettra peut-être pour les moins bêtes de découvrir d’où a bien pu venir ce regain de richesse de la GB après 73.

      • ikomal dit

        Pil est un gamin qui n’a aucune idée de l’état de la GB en 1978, le premier et le seul grand pays d’occident a avoir appeler à son secours le FMI et que les économiste qualifiait de « pays en voie de sous-développement ». L’éducation nationale française ne tolère dans ses manuels et ses cours que les ratages socialistes les plus visibles, et jusqu’en 1989 elle faisait encore le panégyrique de l’URSS (concédant tout au plus quelques fautes de Staline tout seul et vu qu’il était mort, tout baignait)
        On lui a enseigné que Maggie était une méchante, et c’est un gentil garçon bon élève qui fait confiance à ce qu’on lui a enseigné, et rien ne le fera changer d’avis, surtout pas la réalité qui est une méchante maîtresse.

      • pro Maggie dit

        Elle a aussi eu le mérite de ne pas être à la botte des syndicats, chose que notre gouvernement fantoche n’arrive pas à faire avec tous les bourrins de la CGT qui préfèrent ruiner quantité de petites entreprises sous prétexte de défier le grand patronat qui, lui, se relèvera toujours… avec nos subventions.

    • pravochka dit

      la « connocratie » est peut-être de penser que tout le monde s’instruit sur google ? que des gens qui aient une expérience concrète et irremplaçable de ce qu’ils vivent eux-même mais veulent vérifier après-coup ce que pense m. toutlemonde (pil par exemple) de leur choix : impsensable ?

  6. Citoyen dit

    « BHL, Quatremer, Attali … » …
    Ben oui … vous avez fait là un tri sélectif de premier choix !
    Juste un conseil, à titre de précaution … Quand vous curez dans la poubelle pour y chercher des raretés, prenez soin de vous laver les mains après avoir manipulé ce genre de produit. Quand il s’agit de produits de mauvaise qualité de fabrication, ou de fabrication douteuse, ça peut déteindre, et même certains sont toxiques…
    Mais ça se rapproche assez des débilités qui tournent en boucle sur BFM, qui pour en remettre une couche, nous saoule avec une pseudo-pétition qui circule, où des partisans du Brexit regrettent déjà. L’intoxication merdiatique bât son plein !
    Les journaleux, et merdias inféodés et subventionnés, doivent culpabiliser de ne pas avoir assez bien vendu la bouse qui les nourrit. Ils se sentent péteux.
    Le plus grotesque vient des interview d’étudiants qui profitent pleinement d’érasmus et qui vilipendent ces pauvres anglais qui n’ont rien compris (mais qui en attendant leurs paient leurs cours d’étudiants avec leurs impôts)…. La cerise sur le gâteau, est que ces mêmes étudiant quand ils seront en age de travailler et de payer des impôts, s’ils ne sont pas dans le giron des ponctionnaires, seront les premiers à s’élever contre cette Europe de technocrates qui veut les bouffer. ça fait du bien de prendre un peu de recul pour se délecter …

    • Salles - Mongiscard dit

      rien de nouveau: « si jeunesse savait, si vieillesse pouvait »…ah me*** ! la vieillesse peut !… tuons les dixit Attali

      • Zélia Winstein dit

        C’est vraiment con de chez con, elle est parfois aujourd’hui plus révolutionnaire que la jeunesse. Je viens de m’en faire un sur le sujet 25 ans, j’en ai 58 K.O. debout !

  7. yoananda dit

    Je profite de cet article pour vous poser une question / remarque qui me taraude depuis un moment : j’ai un peu du mal à comprendre votre notion de « gouvernement profond » dans la mesure ou … il n’est pas profond du tout, puisqu’il est sur le devant de la scène, qu’il est plus que manifeste. Il ne tire pas les ficelles caché dans l’obscurité comme on s’y attendrait pour une « gouvernement profond », il est la marionnette qui s’agite …

    Je ne comprends pas pourquoi vous l’appelé « profond » ? Terme, popularisé à ma connaissance par Aymeric Chauprade et qui fait référence au pouvoir des lobbys (qui eux sont loin des lumières) et notamment le lobby militaro-industriel, et la CIA, qui tirent leur pouvoir du fait qu’on ignore l’essentiel de leurs activités.

    Mais quand vous vous parlez de gouvernement profond, je n’ai pas la sensation que vous parlez de la même chose.

    Pourriez vous définir de quoi vous parlez ?

  8. Stephane dit

    Je vois assez mal les anglais remettrent en cause un essai transformé et de toute façon, ils vont revenir nous les casser par de petites portes très très vite, nos gouvernants sont beaucoup trop glands pour les foutre définitivement dehors.

  9. sergio dit

    Ah ces Anglais, rappelez vous juin 40 ils ont refusés de toutes leurs forces le national-socialisme alors que  » l’élite Française  » s’y vautrait.
    Aujourd’hui ils refusent l’euro-technocratie, ils restent les Champions de la liberté.
    Au regard de cela, si nos élites avaient simplement un peu de modestie et le sens de l’histoire, ils fermeraient leurs gueules.

  10. je veux pas faire mon rabat-joie mais bon:
    ce matin à 11h21 sur i-télé on a eu la vrai raison pour laquelle il y a eu ce referendum du brexit.
    ce n’est pas du tout parce que le peuple le voulait.
    c’est parce que bcp de députés conservateurs menaçaient de passer a ukip!! et donc référendum
    pour décider la suite des alliances/répartition des clans politiques.
    donc la volonté populaire tout le monde s’en fout comme depuis tjrs!
    et les belles leçons de démocratie dont on nous rebat les oreilles du côté de ceux qui sont
    contents …. une arnaque de com de plus.

    et donc évidemment pour les élites UE c’est une preuve de plus que le problème
    c’est le vote et donc aussi les peuples

    • Cat dit

      La classe des politocards s’est fracassée à force de manœuvres et de politicaillerie. Eh bien, tant pis pour eux. Au lieu d’expédier les affaires courantes en touchant leur solde confortable, il va falloir qu’ils réfléchissent et se sortent les doigts du…nez!

      Un docte universitaire anglais déclarait en substance et sans complexe, à l’aube du référendum, que les gens simples n’étaient pas assez éduqués pour pouvoir se prononcer valablement sur les questions compliquées. Ben voyons!
      C’est bien possible. Mais alors que devront-ils faire, les sans-dents et autres mal-pensants (aussi appelés « cons ») pour exprimer leur sentiment?

      Je pense que des référendums – sur autre chose que des aéroports en rase campagne – parce qu’ils laissent les peuples exprimer leur avis et/ou même leur colère, on n’est pas près d’en revoir… (Puisqu’on ne reconnait pas au peuple la capacité d’avoir des idées – enfin surtout « les bonnes idées ».)

  11. Jmpbea dit

    J’ai écouté récemment une députée européenne britannique qui a voté le Brexit …elle stigmatisait cette organisation de goinfres qui se gavent de gros salaires et d’avantages énormes , tout cela en essayant de faire grossir le mammouth l ce qui est l’objectif numéro 1 , bien avant tout essai d’améliorer la structure et l’organisation de l’Europe…c’était édifiant…

  12. emma dit

    Ceux là même qui prônent une Europe unie, solidaire, généreuse, tolérante ont été prompts à cracher leur mépris, leurs insultes à la tête des ces pauvres Anglais. Une belle leçon de non fraternité !

  13. Olivier REBEL dit

    Tous ces gens, BHL et consors, me font penser aux médecins du XVIIeme s qui préconisaient la saignée systématiquement face à la maladie, et qui, constatant que ça ne marchait pas, préconisaient que c’était parce qu’on avait pas assez saigné le malade !
    De la même façon, ils méprisaient les chirurgiens qui eux, se formaient notamment sur les champs de bataille et grâce aux autopsies.
    Donc, avaient les mains sales et étaient des manuels, des actifs, un peu comme les cons d’aujourd’hui !

    KENAVO et Sayonara

  14. déception positive dit

    Il y a quelque chose de rassurant dans les pauvres réactions des plus beaux représentants patentés de notre pauvre nomenklatura c’est qu’elles sont semblables à celle d’une vieille femme voyant dans le miroir sa fin est proche parce soudain elle est délaissée par son jeune gigolo et qu’elle n’a rien vu venir et qu’elle sait qu’elle voit qu’elle ne pourra plus s’en lever un nouveau . « Gouverner c’est prévoir » or, ils n’avaient manifestement pas prévu donc ils savent qu’on va aussi leur faire procès d’avoir encore un peu plus perdu légitimité à se positionner pour gouverner notre avenir nos âmes et nos consciences et au fond d’eux mêmes ils s’en rendent compte d’où leur rage. Jusqu’au bout ils ont voulu se persuader que, avec les derniers sondages grossièrement bidouillés quelques jours avant l’échéance et cette pauvre Jo Cox donnée en holocauste, ils avaient fait suffisamment pour conjurer le sort; n’avaient ils pas, en quelque sorte, ainsi planté un cactus et arrosé le seuil d’eau bénite. Ils sont ce pauvre gros Louis XVI un soir de juillet 1789 : « c’est une émeute ??? » ….  » non sire, c’est une révolution » … mais le soir ils noteront quand même dans leur journal  » Rien » . Mes pauvres élites de papier mâché n’est pas La Rochefoucauld-Liancourt qui veut.

  15. Sergio dit

    Ok Durant, le fossé anti-chars de 40 Kms., plus W. Churchill, plus une détermination du peuple inébranlable…
    Nous Français, nous avions le Rhin, la Meuse, la Somme, la Seine, la Loire, cinq fossés anti-chars, Gammelin, et je ne parle pas des politiques…et un peuple désabusé, un peu comme aujourd’hui quoi !!!

    • Durand dit

      Je vois. Autres domaines de prédilection des Anglais : le marketing, les Public Relations…
      Ce n’est pas pour rien si nous Français avons repris ces mots anglais.

  16. ann dit

    Excellent tour d’horizon de la bonne foi de la caste dominante…..

    Tout ceci me rappelle sur la forme une vieille chanson de Michel Fugain qu’on devrait repasser même si à l’époque son ironie visait les conservateurs opposés aux bouleversements sociétaux consécutifs à mai 68 et qui s’intitulait « les gentils, les méchants » dont l’esprit – à base d’oxymores- visait à ridiculiser non pas l’argumentaire mais la façon dont il était présenté aux naïfs.

    Quelques extraits.
    « qui fait des économies les gentils, qui dépense son argent les méchants ; « c’est travail famille patrie les gentils, c’est la retraite à vingt ans les méchants » ; « ils font l’amour le samedi les gentils, ils font ça n’importe quand les méchants »…. etc, etc….

    Il suffirait de changer les paroles, genre « ils vivent dans des quartiers fermés les gentils, ils veulent des frontières aux pays les méchants, ils emploient des clandestins sous payés les gentils, ils sont xénophobes et racistes les méchants », (mauvaises rimes mais cela devrait pouvoir se résoudre pour trouver des synonymes…..

  17. Nanker dit

    « Ah ces Anglais, rappelez vous juin 40 ils ont refusé de toutes leurs forces le national-socialisme alors que « l’élite Française » s’y vautrait »

    Cela mérite discussion : lisez les mémoires de l’ambassadeur d’URSS Ivan Maïsky en poste à Londres en 32 et 43; ses mémoires racontent le difficile combat qu’il dut mener pour convaincre ses interlocuteurs du danger hitlérien. Dans la « haute » société britannique on pensait plutôt qu’Hitler était le remède qui allait débarrasser le monde du problème bolchévique et qu’il n’oserait jamais tourner ses armées vers l’Ouest (France GB).

    Alors bien sûr quand les troupes anglaises ont fui Dunkerque (mai-juin 40) et que les bombes allemandes ont commencé à pleuvoir sur Londres (juillet 40) les vestes se sont retournées… Churchill était l’un des rares à avoir vu clair dans le jeu du dirigeant allemand. Les autres tel Neville Chamberlain auraient pu être aisément qualifiés de collabos en puissance…

  18. Domi dit

    Merci pour cet article.
    En effet nous avons des chiens de garde hautement  » impartiaux  » et dont l’influence médiatique malheureusement est honteusement grande.
    Heureusement qu’il y a internet ! Il nous faut nous informer en dehors des médias classiques, c’est une nécessité.
    Je vous donne le lien ici du site d’un monsieur qui s’emploie à re-informer les français, peut-être le connaissez-vous ?
    En tous cas il n’est jamais invité dans les médias, ostracisé, car ses analyses sortent complètement du politiquement correct.
    Je vous laisse juge de ses conférences nombreuses, ses articles et ses communiqués de presse, jamais repris par aucun grand journal, et pour cause, il prône la sortie de l’UE, de l’euro et de l’OTAN, quelle horreur !
    Ce monsieur, c’est François Asselineau, président fondateur de l’UPR.
    Son site : http://www.upr.fr
    Merci pour votre article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *