Accueil » Les Niçois, nouvelles victimes du « Vivre Ensemble »

Les Niçois, nouvelles victimes du « Vivre Ensemble »

Cet article a été lu 22605 fois

Les Niçois sont les premiers « provinciaux » à subir de plein fouet les attentats de masse que nous avons connus à Paris. Ils ne seront malheureusement pas les derniers. Au-delà de l’indignation suscitée par cette manifestation de haine vis-à-vis de notre pays, d’autant plus symbolique qu’elle se produit lors d’un feu d’artifice du 14 juillet, c’est la question même du « Vivre Ensemble » qui est posée.

Le « Vivre Ensemble », ce mortifère renoncement à soi

Elle est belle et généreuse, cette expression de « Vivre Ensemble », mais elle est si mensongère, si trompeuse.

Elle fait croire que la seule façon de trouver la paix consiste à demander aux uns de renoncer à ce qu’ils sont, pour recevoir les autres et ce qu’ils sont. Quelle sotte idée! Comme si admettre des reculs sur la démocratie, sur le droit des femmes, sur la liberté de pensée ou d’expression, allait adoucir les moeurs des nouveaux arrivants.

Et c’est pourtant bien ce qui se produit depuis plusieurs années. Les femmes se voilent. Certains n’hésitent pas à déclamer en public que le droit de vote ne sert à rien car Allah doit décider de tout. Il n’est plus possible de critiquer l’Islam sans s’exposer à des délits. Que dis-je? il n’est même plus possible de demander le respect élémentaire pour autrui sans être accusé de racisme.

Et tout ça pour quoi? pour quel bénéfice? La France bat tous les records de morts sur son sol misérablement assassinés par les envoyés d’Allah. Et plus nous finançons des campagnes pour « vivre ensemble », plus nous concédons de nouveaux territoires, et plus le nombre de morts augmente.

Le moment vient de tirer le bilan objectif, froid, serein, évident du naufrage dans lequel nous emmène cette compassion pour les bourreaux, ce mépris pour les victimes qui s’appelle le « Vivre Ensemble » et son cortège de « Tous Unis ».

Non, je ne suis pas uni aux terroristes ni à leur religion

Encore une fois, nous allons avoir droit à cet indécent cortège d’appels au mensonge et à la cécité volontaire. Les Français meurent au nom d’Allah, mais nous n’avons pas le droit de le dire, car c’est du racisme, et nous n’avons même pas le droit de le voir.

Lorsque les Français mouraient au nom du Christ, il était et est évidemment encore de bon ton de dénoncer l’intolérance religieuse et le fanatisme des Chrétiens. La nuit de la Saint-Barthélémy continue à être enseignée comme la preuve du fléau religieux, de la nocivité de l’Eglise.

En revanche, que des dizaines de civils désarmés soient massacrés par des admirateurs d’Allah n’autorise pas à dénoncer la nocivité de l’Islam ni à demander une reprise en main de ces intolérants religieux.

Quand Jésus tue, aucun mot n’est assez dur pour condamner. Quand Allah tue, les bonnes âmes se taisent et imposent le silence.

Face à la montée inexorable de la terreur, le moment vient pourtant, pour le peuple français, de dire non et d’exiger des Musulmans de France une prise de position claire sur ce qu’ils veulent et ce qu’ils sont. Pour ma part, en tout cas, je ne vois pas pourquoi ce pays tresse des couronnes de laurier aux bouffeurs de curé et renvoie en correctionnelle les bouffeurs d’imam.

Ne fermez pas les yeux sur la radicalisation des Musulmans de France

Ceux qui fréquentent au jour le jour les communautés musulmanes de France savent pourtant la terrible vérité. Oui, depuis deux ou trois ans, la radicalisation y progresse de façon fulgurante. Oui, les relents de fanatisme deviennent monnaie courante. Oui, le rejet viscéral de l’identité française est devenu la norme. Oui, l’attente d’une société où la Charia a sa place s’est imposée dans beaucoup d’esprits.

Ce triomphe de l’obscurantisme s’explique par les défauts même du « Vivre Ensemble ».

À force d’expliquer que, pour vivre ensemble, il faut sacrifier le respect des règles pour préserver l’harmonie, la vigueur, la légitimité morale de ces règles, c’est-à-dire de nos libertés individuelles, se sont estompées. À force d’expliquer que les valeurs sont comme les civilisations, relatives et non universelles, la tyrannie a droit au même prestige que la démocratie. À force d’expliquer que nous devons tout aimer dans l’autre, l’autre assume chaque jour un peu plus ce qui est détestable en lui.

Et de petit renoncement quotidien en petit renoncement quotidien, c’est la haine qui triomphe, la haine de l’Islam pour ce que nous sommes. Il est temps d’ouvrir les yeux, de le voir, et de fourbir nos armes.

Laïciser d’urgence l’Islam de France

La première arme à mobiliser d’urgence est celle de la laïcisation, du passage de l’Islam à la moulinette de l’esprit critique et de l’objectivité historique. Oui, il faut, dans les écoles, enseigner l’Islam aux musulmans. Mais la vraie histoire de l’Islam: celle qui raconte les massacres à tour de bras commis par le Prophète et ses descendants, sans discontinuer. Il faut enseigner l’histoire si étroitement conjointe de l’Islam et de l’esclavage. Il faut expliquer ce qu’était réellement le statut réservé aux chrétiens dans le monde musulman: ils n’y connaissaient ni l’aide médicale gratuite, ni les écoles publiques financées par l’Islam, ni des lois interdisant l’incitation à la haine raciale. Ils étaient soumis au bon vouloir, à l’arbitraire, à la peur.

Ce travail de laïcisation est urgent et doit concerner autant les garçons que les filles. Il doit expliquer quelles sont nos valeurs et demander clairement à chacun d’y souscrire sans mollir. Il suppose une reprise en main claire et nette de l’Education Nationale.

Bref, la France doit réexpliquer qui elle est, et dire pourquoi elle est ce qu’elle est. Il faut que la honte de notre identité cesse, et il faut que les vecteurs de transmission indispensables à la démocratie fonctionnent sans mollir.

Il n’est pas trop tard

Contrairement à un état d’esprit ambiant, aucune défaite n’est inéluctable. En revanche, la victoire suppose un effort, une discipline, et une fermeté. Nous ne redonnerons pas à ce pays le goût des libertés et la bonne odeur de l’insouciance sans des décisions difficiles et des explications de texte extrêmement claires.

Pour ce faire, il faut que nous cessions d’avoir dans les pattes ces armées de gauchistes et de bisounours qui ont d’ores et déjà admis la soumission et s’y préparent chaque jour. Et c’est probablement notre problème majeur aujourd’hui: les décideurs français, tels qu’ils sont, ne font probablement pas partie de l’équipe capable de gagner.

 

42 commentaires

  1. Pierre dit

    Pardonnez-moi, mais l’expression même « laïciser l’Islam » est totalement absurde.

    L’Islam ne peut pas être « laïcisé »… Il est quand même ahurissant de devoir le répéter.

    La seule chose que vous pouvez faire (et je m’exclus moi-même car je suis bien au chaud en Asie)… c’est de SUPPRIMER l’islam sur le territoire national.

    Mais une simple loi ne permettra pas de supprimer ce culte mortifère.

    Il faut : arrêt immédiat de l’immigration-invasion, rétablissement des frontières, droit du sang, et « retour au pays » façon Algérie 1962 pour les plus enragés parmi les millions qui sont déjà installés chez nous.

    Ensuite, vous déclarez cette pseudo religion hors la loi, et vous menez une répression féroce parmi ceux qui restent, qui veulent rester, à la mode Mustafa Kemal Atatürk.

    Le deal doit être très clair : tu veux rester ? Pas de problème, nous te souhaitons la bienvenue au sein de la communauté nationale française, mais tu manges du cochon comme tout le monde, tu ne ramènes pas ta fraise et tu n’emmerdes pas ton prochain.

    Tu n’es pas d’accord ? Pas de problème. Tu retournes en terre d’Islam vite fait bien fait, tu y seras heureux là-bas, good luck.

    Voilà.

    Mais bien entendu, cela ne se fera pas.

    Donc retour au programme standard : marches blanches, bougies, chansons, tweets et Jesuischarlie.
    😉

    Bon courage.

    • Entièrement d’accord. Il faut arrêter de se raconter de jolies histoires.

      « Laïciser l’islam » ? Ataturk a essayé, nous avons Erdogan. L’islam existe depuis 1300 ans et l’occident y est confronté depuis sa naissance. Nous le connaissons bien, ce n’est pas comme si c’était une découverte récente. Un peu de culture et de perspective historique, que diable !

      Il n’y a qu’une seule chose à faire : arrêter totalement l’immigration musulmane et renvoyer le maximum de musulmans chez eux, car la France n’est pas et ne sera jamais chez eux (le seul moyen pour un musulman d’être vraiment français, c’est de cesser d’être musulman. C’est une grande joie pour moi quand un musulman se convertit chrétien, discrètement, par peur des représailles de ses ex-coreligionnaires).

      Cette politique implique évidemment de sortir de tous les « machins » qui nous paralysent (UE, CEDH, etc.). Mais il faut savoir ce que l’on veut : voulons nous encore vivre en France ou dans un califat plus ou moins déguisé qui ne sera plus la France ? C’est une question de vie ou de mort.

      Nos dirigeants ont choisi depuis longtemps : la mise à mort de la France, trop petite pour leurs ambitions mégalomaniaques. Le peuple français est abandonné, mais il en a vu d’autres.

      On remarquera que le gouvernement se réfugie une fois de plus derrière le très vague « terrorisme », ce qui donne toute la mesure de sa combativité. En fait, sa seule vraie combativité, c’est pour empêcher les Français de se défendre.

    • Citoyen dit

      C’est ça ….
      Et pour faire court, pour certains c’est, « la valise ou le cercueil »… Pour les autres, ici c’est comme ça, si ça ne te convient pas, personne ne te retient.

    • Pour l’instant, et cela demande à être confirmé, il n’y a pas d’islam dans la boucle, juste de l’arabité…
      Donc, avant de généraliser outre mesure, il convient de se calmer.
      Pourriez vous faire votre deuil dans votre coin et éviter de su-réagir, pour l’instant ?

  2. karl Schiller dit

    Hier soir j’ai assisté avec ma fille au feu d artifice à cachan pour célébrer la fête nationale parmi les présents une adolescente nord africaine avec le drapeau algérien sur son dos! La mentalité schizo qui gangrène en France depuis des années. Juste pour précision l adolesente venait d une cité HLM financée par l effort national avec la complicité criminelle de nos …

    Il n y aura aucune démission, aucune responsabilité et on retourne faire la guerre totale en Irak et en Syrie avec nos amis saoudiens qataris et autres complices alors que le mal est chez nous.

  3. Pierre dit

    Ajoutons la note cynique : l’état d’urgence devait être levé. C’est le Coiffé qui l’avait annoncé dans la journée.

    Et pouf, Brice de Nice permet de le prolonger de 3 mois !

    C’est quand même bien fait, non ?

    Avec un peu de chance, l’homme qui valait 10 000 coupes de cheveux et ses complices le Catalan et Macrophage, pourront ainsi le prolonger jusqu’en 2017.

    Ah oui décidément, c’est bien gaulé.

    Rappel : le patron de la DGSI vous a prévenus : prochaine étape attentats massifs, à l’explosif. Fenêtre de tir idéale décembre 2016 et janvier 2017.

    Juste à temps pour l' »unité nationale » derrière le Coiffé, et le… 1er tour de l’élection présidentielle.

    D’ici là : Je Suis Charlie et bougies. Merci.

  4. Beaugrand dit

    Trop tard, comme le dit le youtoubeur Aldo Sterone, qui a vécu l’horreur islamiste et ses 200.000 victimes en Algerie, les Charlies et Bisounours se sont déjà habitués aux attentats. ils voteront en 2017 pour les mêmes vendus, corrompus, traîtres, renégats, incapables et autres pros du mensonge et polytocards qui sont à l’origine du présent et futur chaos. Ce pays est foutu car son peuple est complice des ordures qui le gouvernent.

    • karl Schiller dit

      Pas faux. Sur la BBC on voit la vidéo du camion roulant plus d un kilomètre en pleine nuit en centre ville un jour férié vers un rassemblement énorme sans l action ni la présence des forces de l ordre (état d urgence exige). Le berger laisse le loup s emparer des moutons et se contente de faire les statistiques… Mes condoléances aux familles de victimes. Ç est triste de revoir ça.

        • rodolf dit

          L accès était normalement réservé aux piétons… bref contrairement à l auteur de ce blog qui se précipite à chaque occasion sans vérifications pour insulter l islam et le prophète de cette religion dont il ignore tout. Idem pour ses apôtres de commentateurs. ils vont bientôt declarer une nouvelle salve de croisade… heureusement que la majorité des gens ne font pas ce genre de mélange sinon le christianisme catho sera synonyme de pédophilie aussi. Vive le pape François! Vive les français. Honte à nos responsables politiques et aux voyous criminels issu de la politique de communautarisme. ..

          • rodolf dit

            Les contres vérités sont des insultes pour la mémoire d un homme et pour l histoire. Ayez l intelligence et le courage littéraire de Voltaire au lieu de jeter de l huile usée sur le feu pour donner des arguments aux fous de Dieu.

  5. moirez dit

    Les vrais responsables de ces carnages sont ces hommes politiques senses etre la pour defendre les interets du pays , assurer sa securite et sa prosperite ; mais helas, des traitres sont au pouvoir .Faudra t il en arriver a la guerre civile pour remettre les pendules l heure ?

  6. Alain De Vos dit

    « Quand Jésus tue, aucun mot n’est assez dur pour condamner ». Je vous rappelle que jamais Jésus n’a tué! Je conçois que vous avez voulu faire usage d’une image comparative cependant elle n’est pas juste. Le Christ a prôné la paix, l’amour. Il est le seul à avoir porter le message : « aimez-vous les uns, les autres » ; message d’une très grande exigence quotidienne! Le Christ est mort sur la croix, sa résurrection nous démontre que la vie est fondamentale et plus forte que la mort. Que nul ne doit porter la mort contre l’autre!

    Votre article porte une analyse précise sur comment vivre ensemble pour le bien commun de tous et de chacun. On peut accepter des différences et vivre avec ses valeurs tout en respectant les autres. Je crois que c’est ce que vous souhaitez.

    On trouve des propos haineux sur votre blog qui ne proviennent pas de vous car vous avez une certaine mesure mais les commentateurs doivent aussi avoir de la distance sans se laisser piéger par les mots. Les mots sont des murs ou des fenêtres!

    • yoananda dit

      « Jésus tue » c’est une tournure de phrase. Allah, c’est un nom dans un bouquin, « il » ne tue pas non plus littéralement, mais ses groupies le font.

  7. yoananda dit

    On avance, mais à pas de tortue.
    Après tous ces morts, on ose enfin critiquer l’Islam.
    Laïciser ? il va falloir combien de morts de plus avant de comprendre que ce n’est pas possible ?

    La fachosphère ne fait finalement qu’être en avance de quelques années sur les événements parce qu’ils n’ont pas peur de penser.

  8. Hermodore dit

    Le socialisme et la religion monothéiste ont toujours fait cause commune pour instaurer la tyrannie des esprits et des hommes car elles placent le « bien » au-delà de l’humain, en prétextant d’une transcendance totalement improbable, exigeant la foi.
    Rien d’étonnant à ce que les deux unissent leurs forces pour étouffer la liberté individuelle et la société ouverte (celle dont Karl Popper s’était fait le défenseur éclairé).

  9. Pierre P dit

    Il va falloir bientôt réfléchir à donner un nouveau nom à ce blogspot.
    Suggestions :
    « Jusque là tout ALLAIT bien  »
    « Jusqu’il y a pas si longtemps tout n’allait pas si mal « 

  10. Pierre dit

    Les mots sont aussi le reflet de la Réalité.

    La Réalité vous gêne, vous heurte sans doute, ça vous regarde.

    Mais de grâce, arrêtez avec la « haine ».

    Déclarer que la solution réside dans la « séparation », que la recette c’est le « chacun chez soi », en quoi est-ce de la « haine » ?

    Les musulmans sont très heureux en Arabie Saoudite (du moins on le pense) et au Pakistan par exemple et vivent comme ils le souhaitent.

    Peut-on donc nous aussi vivre comme nous l’entendons, c’est à dire comme on le faisait avant… sans se faire écraser par un camion, égorger ou tirer dessus ?

    Aucune haine, aucune violence ici.

    Une simple séparation de « corps et de biens ». Bref un divorce.

    • Joseph Lefalher dit

      Prolongeons ce raisonnement. Séparation de biens: assurances sociales et retraites séparées (pourquoi me force-t-on à être solidaire de gens qui me ne veulent surtout pas me ressembler?)

      Nous avons donc une population qui appelle ses enfants par des dieux venus de très loin, qui ne veut pas me ressembler, ni manger comme moi, ni s’habiller comme moi, ni parler comme moi, etc…

      En fait, la seule chose qu’ils veulent bien avoir en commun avec moi, c’est MON FRIC. En ce sens je comprend qu’ils s’entendent bien avec les hommes de l’Etat, qui en plus, ont la détestation des catholiques qu’il ont dépouillés en 1905.

      Problème: jamais les hommes de l’Etat n’accepterons la création d’une assurance sociale catholique. Cet Etat est coincé : s’il laisse les communautés gérer, comme auparavant, les solidarités entre leurs membres, alors il perd le contrôle social et un job pour des milliers de fonctionnaires. S’il impose sa solidarité forcée, alors il crée des ressentiments qui nous conduiront à la violence intercommunautaire (les « nôtres » crèvent de faim mais on aide ceux qui nous méprisent).

      • populo dit

        Bien vu,
        Nos politiciens professionnels ont réussi à vendre l’Etat-Providence à l’opinion française et européenne. Des convives non-invités sont venu des sociétés pauvres de la planète pour avoir une part au déjeuner gratuit. Ces populations allogènes et plus souvent assistées sont l’assurance-vie électorale de la social-démocratie redistributive et clientéliste en Europe. Ceux de leur enfants les moins bien éduqués seront au choix : nos futurs djihadistes, ou mieux nos futurs gardes-rouges d’un régime culpabilisateur et spoliateur de l’européen de souche. L’immigrationisme comme l’anti-racisme (dans son acception en expansion illimitée) sont en fait des outils de la colonisation extra-européenne. L’oligarchie mondiale y trouve son compte. (A moins d’un réveil brutal dû au djihadisme). D’ici le populisme est l’antidote disponible au plan électoral contre le clientélisme fiscaliste.

  11. karl Schiller dit

    En tout cas pour vous (vivant apparemment en Asie…) le problème ne se pose plus. Le problème de ces individus qui vivent dans un pays par intérêt tout en pensant à leur pays d origine chaque jour…

    • Pierre dit

      Puisque vous me relancez sur cet aspect perso : oui, en effet, j’ai quitté le Titanic.

      Cela fait 30 ans que n’importe quel honnête homme, doté d’un minimum de culture historique, sait ce qui va se passer.

      Dès lors, ne pas partir c’est :
      -être un demeuré
      -être complice

      Choisissez votre peine.

      Loin de moi l’idée de rouler des mécaniques… mais tout est écrit depuis si longtemps. Raspail en 1973 ne vous a pas suffit ? Alors les premières émeutes aux Minguettes de 1981 auraient dû vous alerter qu’il y avait quelque chose de bizarre avec ces « gens »…. Et ensuite…. chaque pièce du puzzle s’assemblant, parfaitement… jusqu’à la nausée.

      Bref.

      En Asie, les sociétés (même si très violentes) ont conservé cette qualité essentielle pour la survie du groupe : la « common decency ».

      Ici, le nationalisme ça parle. Il y a encore une certaine morale. Les délires occidentaux dégénérés n’ont pas prises…

      Je suis le métèque des locaux, et cela me va très bien. A Rome, fais comme les Romains.

      Je ferme ma gueule, je ne cherche pas à convertir les gens, je ne ramène pas ma « religion », je ne brûle pas des voitures, je ne fais pas la fine bouche devant les coutumes gastronomiques des « asiatiques de souche », même si bien entendu je suis capable de les critiquer, ainsi que leurs systèmes politiques.

      Je suis humble, j’apprends leur histoire et leur culture.

      Voilà. Je suis un immigré, ça se passe très bien, et je ris en sirotant un jus de papaye de la folie, du sida mental collectif qui s’est emparé de la France.

      Vous voulez vous suicider ? Cela m’en cogne une avec l’autre comme disait Jacques. Je serai le scribe rieur de votre disparition.

      Mais ne comptez pas sur moi pour :
      -payer vos retraites, vos fonctionnaires
      -allumer des bougies, organiser des marches blanches
      -haïr mon histoire, mes coutumes, mes origines

      • emma dit

        Assez paradoxal : vous préférez être un étranger dans le pays où vous avez choisi de vivre et « fermer votre gueule » que de défendre le pays (son histoire, sa culture …) qui vous a vu naître ! C’est votre choix après tout ! Mais si vous pouviez ne pas insulter les Français qui vivent en France en les traitant de « demeuré » ou de « complice » (sic) …

      • Roro dit

        Oui vous êtes lucide, moi je suis dans le titanic et je suis condamné…. mais pas mes gosses ils partirons si ils le désirent….

        Triste réalité….

  12. gérard dit

    Il est trop tard pour rééduquer certains.Il faut plus de force pour faire respecter la loi,et plus d’éducation pour apprendre aux gens a vivre ensemble.Il faut arreter avec la croissance basée sur la prolifération démographique.Stop a l’immigration,je préfère que notre système de retraites s’effondre et qu’on reparte sur de meilleures bases.Dégageons l’UMPS en 2017,ils ne feront plus que du négatif pour le pays.

  13. Benoît dit

    ATTENTION, on ne peux pas dire « Jésus tue ». C’est un raccourcis inexacte et qui tend à tout mettre sur le même plan.
    Certains se sont, il est vrai, crus autorisés à tuer au nom de Jésus, souvent pour des raisons de pouvoir (c’est précisément le cas des guerres de religion du XVIème siècle). Mais trouvez-moi un texte dans lequel Jésus prône autre chose que la paix et la tolérance.
    La seule violence qu’on lui trouve dans les textes, c’est contre les marchands du temple, ceux qui précisément détournaient la religion à leur profit. Je doute qu’il ait blessé qui que ce soit à ce moment.
    Le christianisme est fondamentalement une religion de paix, même si tous les chrétiens n’ont malheureusement pas toujours été à la hauteur. Il ne me semble pas pertinent de mettre toutes les religions sur le même plan.
    L’homme est ainsi fait qu’il cherche toujours un alibi pour justifier sa haine de l’autre. La religion a souvent été un prétexte pour tuer, mais la révolution française, le nazisme, le communisme, le nationalisme, le capitalisme, les purges de la Libération et la fin du colonialisme n’ont pas eu besoin de la religion pour faire beaucoup plus de morts.
    La repentance dogmatique est bien plus dangereuse. Elle nourrit les rancœurs et stimule les violences des émigrés de la deuxième génération qui peinent à trouver leur place dans une société qui n’a jamais cherché à les accueillir, même si elle leur ouvrait grand les portes pour financer les retraites des soixante-huitards et fournir une main d’oeuvre bon marché.
    L’apparition d’une élite mondiale qui gouverne la planète, et demain le transhumanisme, sont à mon sens des menaces bien supérieures à celle que Jésus représente.
    Je vous invite à lire ou relire les propos de Jésus. Vous verrez qu’il ne tue pas, mais qu’il sauve.

    • yoananda dit

      Je ne suis pas chrétien, mais s’il y a une chose que j’ai compris du christianisme c’est bien qu’on ne peut pas commettre de violence au nom de Jésus, toute sa vie étant dédiée à la paix et l’amour du prochain, jusqu’au point d’avoir sacrifié sa vie pour cela (rien d’extraordinaire dans le sacrifice en soi en revanche, même un jihadiste sacrifie sa vie pour la cause, et des millions d’autres hommes l’ont fait au cours de l’histoire, par amour des leurs).
      Alors que l’exemple du prophète « le beau modèle » n’est que conquête et massacres dès qu’il en a eu le pouvoir. Tout l’inverse de Jésus.

      Le seul reproche qu’on puisse faire au christianisme, c’est de colporter cette culpabilité originelle à son paroxysme. Culpabilité qui s’est manifestée naturellement à notre époque sous la forme du padamalgame dont on commence à mesurer l’immensité des dégâts.

      Le bouddhisme ayant les avantages du christianisme sans les inconvénients.

  14. Jan Bon dit

    « Et tout ça pour quoi? pour quel bénéfice?  »

    C’est LA question fondamentale à essayer de diffuser dans la population: Quel putain d’intérêt avons nous à avoir 10 Millions (et potentiellement un nombre illimité) de francais de papier en France?
    Quel putain d’intérêt avons nous à continuer sur la même voie, pour finir à 100 millions d’habitant?

    C’est sans doute un bon angle car il est neutre idéologiquement parlant

  15. Octane dit

    « Le seul reproche qu’on puisse faire au christianisme, c’est de colporter cette culpabilité originelle à son paroxysme ».
    Ce n’est pas tout-à-fait juste, toutefois je vois ce que vous voulez dire. Il y a peut-être une part de culpabilité à l’origine, mais ce qui la porte à son paroxysme (ou du moins ce qui la dérègle en l’amplifiant), c’est de ne pas profiter des « anticorps » à cette culpabilité contenus précisément dans ce christianisme. En le rejetant, on ne change pas de culture (ce n’est pas si facile que ça), mais on perd ce qui équilibrait cette culpabilité (« le monde moderne est plein d’anciennes vertus chrétiennes devenues folles », voir Chesterton).

    Comme l’islam s’est élaboré en réfutation du christianisme, la dérive de l’un vers la culpabilité maladive (le Vivre Ensemble, toussa…) et l’état naturel de l’autre étant le rapport de force, il n’est pas difficile de voir comment les deux vont se rejoindre: ils sont mêmes fait l’un pour (phagocyter) l’autre.

    Sinon pour le bouddhisme, il a l’air très zen pour les Occidentaux du 20ieme siècle, mais c’est une apparence trompeuse.

    • rodolf dit

      Le problème se ne sont pas vraiment les religions (puisque le socle est le même ) mais les hommes et la perversion de la religion pour des fins politiques ou personnelles. on parle aujourd’hui de l islam puisque les crimes et atrocités se font en son nom par les ratés de la société gonflés par les pervers qui profitent de la faiblesse des loi. Les « musulmans » puisqu’ils sont le sujet vivent depuis plusieurs siècles dans l ignorance totale. Aucun apport à l humanité. Ce complexe sedimentaire frustrant et culturellement grave puisque au lieu de faire leur auto critique objective afin de rentrer dans le présent continuent de vivre dans le passé. Avec l ouverture internet il y a un peu d espoir mais il faut de l apprentissage et de la philosophie pour vaincre l ignorance.
      Quant aux européens il suffit d appliquer avec rigueur les lois et de voter des lois strictes pour que le problème soit réglé. La faiblesse et le laxisme font le lit du terrorisme. Il faut donc de la vraie bonne volonté mais ça c est une autre histoire. Nos agendas ne sont pas les mêmes.

  16. Camus Christian dit

    Combien faudra t’il encore d’années, pour comprendre que l’islam ne cherche qu’a envahir et a convertir les autres ,
    c’est pourtant simple a comprendre ?
    pour ne parler que de la France , combien étaient t’ils il y a une quarantaine d’années , combien seront t’ils dans quelques dizaines d’années ..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *