Accueil » Marisol Touraine, la Bécassine du gouvernement profond

Marisol Touraine, la Bécassine du gouvernement profond

Cet article a été lu 17975 fois

C’est vrai qu’il est un peu facile de se moquer de Marisol Touraine, qui ne ménage ni son temps ni sa peine au service du petit capitaine de pédalo François Hollande, et de sa grande oeuvre planificatrice que les nostalgiques de l’Union Soviétique nous envient. Mais enfin… sa soumission aveugle aux technocrates de la direction de la sécurité sociale, éléments majeurs du gouvernement profond, est si risible.

Impossible de résister à la tentation de narrer ses derniers exploits.

Ce que Marisol Touraine devrait savoir sur la santé des seniors

Beaucoup ont oublié que, l’an dernier, François Hollande avait annoncé la généralisation de la complémentaire santé aux petits vieux. Ce petit cadeau à destination de la FNMF (Fédération Nationale de la Mutualité Française) constituait un véritable casse-tête. Les seniors sont en effet les plus gros consommateurs de soins.

Ce graphique tiré d’une note de 2010 du Haut Conseil pour l’Avenir de l’Assurance Maladie le montre aisément:

Marisol Touraine

On voit facilement sur ces chiffres qu’à partir de 60 ans, les dépenses annuelles de santé s’envolent, jusqu’à dépasser les 7.000 euros.

Si l’on admet que les complémentaires santé remboursent en moyenne 25% de ces dépenses, cela signifie donc que le tarif d’équilibre pour une personne de 75 ans (qui consomme environ 6.000 euros par an), se situe entre 100 et 120 euros par mois. Si l’on y ajoute des frais de gestion d’au moins 10%, on sait qu’une complémentaire santé à 75 ans ne peut être facturée à moins de 130 euros par mois sans mettre l’assureur en difficulté financière.

Marisol Touraine version Lada de la santé

Malgré ces évidences mathématiquement incontestables, la direction de la sécurité sociale a demandé à Marisol Touraine de prêter son nom à un décret mis en consultation avant sa parution. Celui-ci devrait encadrer les tarifs autorisés pour les complémentaires santé. Voici ce qu’il prévoit:

Comme le texte l’indique en page 2, le tarif applicable pour les personnes de 75 à 79 ans ne pourra dépasser les 103 euros. Le prix de la formule d’appel est fixé à 67 euros, soit moitié moins que le tarif technique.
Précisons que ce tarif inclut une prise en charge du forfait journalier hospitalier sans limitation de durée.
Bref, les tarifs sont fixés beaucoup trop bas pour des prestations insoutenables. C’est le principe de la Lada: vous concurrencerez les voitures occidentales en ne dépassant pas un prix de vente ridiculement bas…
On connaît la suite.

Marisol Touraine veut tuer les complémentaires santé

Ce genre d’approche totalement soviétique devrait avoir un effet rapide. D’une part les bons assureurs, ceux qui sont sérieux, ne candidateront pas ou plus pour assurer les séniors. D’autre part, les candidats à ce système de label connaîtront dans les dix-huit mois des difficultés financières majeures sur les contrats qu’ils auront placés.

Bref, Marisol Touraine organise le marasme du marché par une logique d’économie dirigée. Sa réforme, voulue par le brillant François Hollande, raréfiera l’offre d’assurance santé pour les plus anciens. Et ceux qui parviendront à s’assurer auront droit à un service dégradé.

Marisol Touraine continue la blague avec les dentistes

Parallèlement, la direction de la sécurité sociale a demandé à Marisol de signer une instruction au directeur général de la caisse d’assurance maladie, Nicolas Revel, tout aussi finaude. La ministre s’est exécutée sans manifestement comprendre de quoi il retournait.

Dans la pratique, Marisol Touraine demande au directeur général de l’assurance maladie de négocier une baisse des dépassements d’honoraires des dentistes en 2017. Pour ce faire, elle revalorisera les tarifs des actes habituels, histoire de dissuader les dentistes de dépasser les plafonds de la sécurité sociale. Elle veut aussi mieux répartir les dentistes sur le territoire.

Bref, pour éviter les dépassements d’honoraires, on augmente les prix de tout le monde, donc les remboursements globaux. Et on commence à administrer la carte des médecins.

La santé dirigée version soviétique

Progressivement, la France glisse vers un système de santé totalement administré et dirigé depuis Paris. Les tarifs, les installations, les garanties des contrats complémentaires, sont totalement imposés par la direction de la sécurité sociale.

L’organisation des soins en France se transforme en une immense administration.

L’étatisation de la santé, une mort lente programmée

Doit-on rappeler ici le courrier récemment rédigé par un jeune médecin breton. Celui-ci avait épinglé les charges administratives trop lourdes qui pesaient sur les médecins libéraux. Loin d’en tirer des conséquences intelligentes, la direction de la sécurité sociale continue à empiler les dispositifs bureaucratiques.

Peu à peu, c’est la médecine de ville qui meurt sous les paperasses. Et les déserts médicaux qu’on organise. Probablement à l’insu de la ministre elle-même.

17 commentaires

  1. michel dit

    Désolé mais je ne partage que partiellement cet avis. Vous préférez une médecine libérale à l’américaine? Heureusement que l’Etat essaye de réguler un peu ce poulailler livré aux renards. Les Français ne sont pas assez conscients qu’ils ont le cul dans le beurre en matière de sécurité sociale. Hélas, comme leurs voisins belges -surtout wallons, romanité oblige!-, ils ont hérité à la naissance du gène râleur … 🙂

    • ikomal dit

      oui, heureusement qu’il y a l’état, une mare dans laquelle on peut se jeter pour éviter de se faire mouiller par la pluie. Parce que c’est sûr, l’Etat qui a contaminé le sang, couvert l’amiante, rien fait pour gérer les prothèse PIP, lui qui s’est mis en cheville avec des escrocs affairistes pour fixer le prix des médicaments et les autorisations de mise sur le marché (au grand bénéfice de gens comme Cahuzac dont les premiers exploits sont d’organiser un financement électoral à partir de son poste de Conseiller technique pour le médicament), l’Etat et sa DSS, c’est le sauveur, le loup qui nous protégera des renards …
      Les français et les belges ont surtout hérité du gène catholique, ils ont chassé l’Église par la porte pour la replacer par une variante, revenue par la cheminée, du grand être Omniscient, Omnipotent et Bienveillant. L’État.
      A tout prendre je préférait l’originale, au moins elle n’avait pas l’hypocrisie de se faire passer pour « laïque »

    • Skandal dit

      Entre le système américain et le système Français, il y a très largement de la marge…

      « Heureusement que l’Etat essaye de réguler »
      Bah justement, non. L’Etat ne régule rien du tout, il prend le contrôle. C’est très différent.

      Et comme l’Etat est totalement et parfaitement incompétent à gérer quoi que ce soit (surtout quand c’est l’argent des autres), il détruit lentement mais surement.

      S’il ne faisait que réguler, ce serait bien, mais malheureusement il tente de faire ce qu’il n’est pas capable de faire : gérer.

    • Held dit

      Ce n est pas ce que l auteur dit.
      Medecine liberale…..ne l est pas car finalement nous sommes des fonctionnaires de la securite sociale.
      Les professions médicales et apparentees cherchent simplement à vivre correctement, j entends par là, non financièrement, mais dans la fonction. Trouvez normal qu un medecin généraliste passe 2 h par jour à faire de l administratif ?
      Vous parlez des renards ……vous généralisez en regardant simplement ce qui se passe en medecine liberale spécialisée sur Paris. Exactement comme nos chères têtes pensantes qui tirent des conclusions et solutions rapides sur des études parisiennes comme pour les notaires ou huissiers de justice, sans savoir qu en province, ces acteurs « libéraux » économiques sont D utilités publiques par leurs soins et conseils et par les salariés qu ils ont auprès d’eux.
      Quoiqu il en soit, le débat n était pas là, il est sur des décisions économiques sur la santé et sa prise en charge. Prise en charge de moins en moins grande par la sécurité sociale ( les caisses sont vides ) de plus en plus importante par les mutuelles avec un modèle mathématique démontré parfaitement par l auteur, qui tiendra la route 18/24 mois et s effondrera. Que ferons nous alors ?
      Savez vous que nous recevons 3 fois plus de CMU, AME et autres bénéficiaires de soins gratuit qu il y a 5 ans ? Que la majorité vient des pays de l est et du Maghreb et n a jamais cotisé un euros de charges sociales en France.
      Qu en pensez vous ?

  2. Sémaphore dit

    Pensez-vous sérieusement que MST en a qq à f…re de l’ équilibre des mutuelles seniors à deux ou trois ans???
    L’ essentiel est de faire paraître en septembre ou octobre une mesure démagogique et clientéliste vers les Vieux pour qu’ ils ne se trompent pas de bulletin de vote. Taxer les prix des autres est toujours un moyen de paraître à son avantage à peu de frais pour soi…

  3. Sergio dit

    Une médecine libérale aurait (aura un jour) l’avantage de responsabiliser chacun d’entre nous, et de faire jouer la concurrence des services de santé.
    Dans un système ou vous avez: un demandeur, un prescripteur, un payeur… il y a toujours un « baisé » devinez lequel ?
    Ce système est déficitaire depuis des lustres et coûte une fortune aux salariés, vous croyez que ça va durer éternellement !!!

  4. michel dit

    Hum, il ne fait pas bon défendre l’Etat dans ces colonnes… :). Pourtant, je suis très loin d’en être un défenseur inconditionnel.
    Lorsque l’autorité publique limite certains remboursements à ce qu’elle considère comme correspondant raisonnablement à la valeur de base de l’acte et/ou aux moyens qu’elle juge légitime et possible d’y consacrer -en tenant compte des revenus des bénéficiaires -, elle joue son rôle de gestionnaire et de « bon père de famille ». Qu’elle le fasse bien ou mal, chacun en jugera en fonction de ses critères propres et des circonstances.
    Les prometteurs de “Bon Dju” –comme on dit à Liège- tout comme les partisans du renard libre dans le poulailler libre sont comme les bonimenteurs qui convainquent Pinocchio d’aller se faire délester à la foire! Au final, cette politique n’a jamais fait que des renards heureux … et beaucoup de poules malheureuses 🙂

    • ikomal dit

      mais vous ne défendez pas l’Etat, au contraire, vous le détruisez. Depuis Weber la définition canonique de l’État c’est « le détenteur du monopole de la violence légale ». A chaque fois que vous exiger de l’État qu’il fasse autre chose que frapper qui le mérite, c’est à dire le délinquant, vous le détruisez en l’éloignant de son rôle et de son domaine.
      Et le délinquant, ce n’est pas une notion que « chacun en jugera en fonction de ses critères propres et des circonstances. « , c’est le cœur de ce qui doit être commun, partagé par tous.
      Les étatistes sont justement des prometteurs de “Bon Dju”, l’État providence omniscient, omnipotent et bienveillant. Et de fait cette politique n’a jamais fait que des Cahuzac heureux … et beaucoup de poules malheureuses .

      Ah, et votre mention l’autorité publique qui joue son rôle de gestionnaire et de « bon père de famille », c’est juste à pleurer de rire, ou rire de pleurer. Qu’il se trouve encore des gens pour accepter et même réclamer des leçon de gestion et des injonction de « bon père de famille » de la part d’une entité qui équilibre son budget annuel avec 1/3 d’emprunt nouveau alors qu’elle doit déjà 10 ans de revenu, sans compter ce qu’elle cache hors bilan comme Enron ou Madoff, c’est au-delà de la folie

  5. déception positive dit

    « ….à partir de 60 ans, les dépenses annuelles de santé s’envolent, jusqu’à dépasser les 7.000 euros…. »peut être mais au bénéfice de qui ? des petits vieux ? Et bien justement pas car la France et l’un des pays d’Europe où l’espérance de vie en bonne santé baisse et se révèle aujourd’hui largement inférieur a celui de nombreux pays proches n’ayant pas toujours la réputation d’un système de santé plus performant que le notre. Donc, j’affirme, notamment avec l’expérience de ma mère qui est morte il y a 2 ans (et donc ce que j’écris là est grave), que toutes ces dépenses sont d’abord au bénéfice des laboratoires et du système de santé et de prise en charge de ces personnes âgées pour qui les petits vieux sont une sorte de clientèle captive bien gentille et donc bien pratique pour fonctionner et faire son beurre sans trop de problèmes ni de question d’autant que personne ne discute puisque c’est la dépense publique qui paie… et en plus ils se protègent d’un vernis de bonne conscience puisqu’ils font dans le « social ».

  6. ikomal dit

    Tout cela pue l’embrouille légale. Ce qui met la puce à l’oreille, c’est le terme « labelisation ».
    La législation européenne, donc française, n’autorise pas un état membre à créer un marché spécifique son territoire et réservé à des agents économiques « bien de chez lui » quand il existe un marché unique européen, qui doit donc être ouvert à tous les agents économiques européen. Et c’est bien le cas pour l’assurance maladie complémentaire (par opposition à l’assurance « de base » définissant un « régime légal »).
    Il s’agit donc, clairement, de truander, de créer un marché spécifique à la France et réservé à des agents économiques français, par le bais d’un « label » inutile et bien ch*ant a justifié, que les étrangers ne pourront pas obtenir. Comme ce n’est qu’un « label », qui n’a pas de valeur obligatoire, on peut faire semblant et prétendre qu’il ne s’agit pas de ça. Mais comme ça reste un label défini par l’Etat et fixé dans un code (comme si c’était le rôle de l’Etat …), il est juridiquement possible de s’en passer, mais d’un point de vue marketing c’est une gageure.
    Bref, encore de la connivence économique visant à exclure toute offre d’assurance maladie étrangère. Dans quelque années il y aura peut-être une condamnation de plus de la France, et en attendant ils en auront bien profiter, au détriment du cochon de payant.
    Moralité : exigez de l’assurance complémentaire NON labellisée par l’État

  7. Sergio dit

    On nous parle de renard dans le poulailler, qui sont les poules et qui est le renard dans le système actuel… qui profite le plus du
    système, vous avez la naïveté de croire que vous êtes le gagnant ! Non le gagnant c’est le lobby médical qui pleurniche avec hypocrisie.
    Un exemple au hasard, vous savez j’espère que lorsque votre médecin (généraliste ou spécialiste) vous envoie chez un confrère, celui-ci lui ristourne une commission. vous êtes, nous sommes les pigeons.

    • michel dit

      Conclusion: il faut bien un interlocuteur ferme qui tranche face au lobby médical et aux industriels de la santé . Cela ne veut pas dire pour autant que l’Etat ou les mutuelles sont sans reproche, loin de là! Je suis un peu las de ce langage binaire qui nous somme de prendre parti exclusivement pour une faction. Des cons et des voleurs, il y en a dans tout l’arc-en-ciel politique; des personnes intégres aussi -même des fonctionnaires, si, si 🙂

    • Fefemartinique dit

      Quand on pense que près de 4,8 milliards d euros sont versé au syndics pour seulement 7% des actifs . Une rente à vie pour ces incapables en mèche avec l état. Quand on constate que cette sécurité sociale ne sécurise que les élus nationaux. Sachant qu ils ne cotisent à peine 0,5% . Qu’ils toucheront leur retraite sous forme de capital. Que les travailleurs indépendants (artisans, commerçants, agriculteurs etc..) ne la toucheront que par répartition. Ou est la justice. Surtout que plus d un tiers du budget est fourni par ces travailleurs. Ah elle est belle la France! !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *