Accueil » L’attentat de Nice en passe de devenir une affaire d’Etat

L’attentat de Nice en passe de devenir une affaire d’Etat

Cet article a été lu 23825 fois

Après l’attentat de Nice, ça craint méchamment du boudin pour Bernard Cazeneuve, lampiste officiel de François Hollande et de Manuel Valls. Même les petits cire-pompes du régime comme Slate, le site de Jacques Attali, sont en train de le lâcher en plein vol et sans parachute. L’atterrissage risque d’être douloureux!

Mais que s’est-il passé après l’attentat de Nice?

Petit à petit, c’est un imbroglio officiel qui se dessine – un de plus diront les mauvaises langues! pour une majorité parlementaire dont la cacophonie est une marque de fabrique. Il devient d’ailleurs de plus en plus difficile de comprendre ce qui s’est passé dans les heures qui ont suivi l’attentat.

Ce qui est acquis, à ce stade, est que les caméras de vidéosurveillance ont bien fonctionné à Nice, et qu’elles regorgent d’images de l’attentat. Le spectacle est si convainquant que François Hollande s’en est fait personnellement envoyer une copie du best-of le samedi qui a suivi la tragédie. Dès le week-end suivant le drame, l’Elysée pouvait donc constater l’épaisse différence entre les propos soutenus par son ministre de l’Intérieur (qui a toute sa confiance) et la réalité.

Dans la foulée, la Sous-Direction de l’Anti-Terrorisme (SDAT) a envoyé deux policiers auprès de Sandra Bertin, chef du centre de supervision urbain de la ville de Nice, pour regarder les images. La SDAT, sous le contrôle du Parquet (donc de François Molins), a demandé à Sandra Bertin de rédiger un rapport sur le dispositif présent ce soir-là, puis a demandé la destruction des images.

Les accusations de Sandra Bertin

Selon Sandra Bertin, cette opération a essentiellement visé à dissimuler la vérité sur les carences de la police nationale au moment de l’attentat, et à empêcher de les démontrer. Elle soutient que le cabinet du ministre lui-même a fait pression pour maquiller les faits. Voici ses propos:

« Le lendemain des attentats, le cabinet du ministre de l’Intérieur a envoyé un commissaire au CSU (centre de supervision urbain) qui m’a mise en ligne avec la Place Beauvau », raconte Sandra Bertin (…).

La chef du CSU dit avoir « eu affaire à une personne pressée qui m’a demandé un compte-rendu signalant des points de présence de la police municipale, les barrières, et de bien préciser que l’on voyait aussi la police nationale sur deux points dans le dispositif de sécurité ». (…)

« Je lui ai répondu que je n’écrirais que ce que j’avais vu. Or la police nationale était peut-être là, mais elle ne m’est pas apparue sur les vidéos. Cette personne m’a alors demandé d’envoyer par e-mail une version modifiable du rapport, pour +ne pas tout retaper+. J’ai été harcelée pendant une heure, on m’a ordonné de taper des positions spécifiques de la police nationale que je n’ai pas vues à l’écran. A tel point que j’ai dû physiquement renvoyer du CSU l’émissaire du ministère! », poursuit Mme Bertin.

« J’ai finalement envoyé par e-mail une version PDF non modifiable et une autre modifiable. Puis, quelques jours plus tard, la sous-direction antiterroriste m’a demandé d’effacer les bandes des six caméras que j’ai mentionnées dans mon rapport, celles qui ont filmé la tuerie. On nous a demandé, pour les besoins de l’enquête, d’extraire huit jours de bande sur 180 caméras. Et maintenant il faudrait en effacer certaines pour empêcher leur diffusion au public », ajoute-t-elle.

Voilà qui commence à faire sérieusement tache. Entre les demandes de trucage des positions et l’ordre de détruire les images en possession de la ville de Nice, on dirait que le Parquet n’est pas très loin de l’affaire d’Etat.

À ce stade, on notera que François Molins prend sur lui la responsabilité de ces demandes. Son insistance montre bien dans quel pétrin se trouve l’Elysée, et comment François Hollande multiplie les pare-feux pour éviter la contagion de l’incendie jusqu’au Château.

Cazeneuve patauge dans la salade niçoise

Pour Bernard Cazeneuve, à qui la clique socialiste a redit sa confiance et son amitié, comme un avant-goût de discours mortuaire, la situation va vite devenir intenable. Toujours psychorigide, notre brillant ministre de l’Intérieur a organisé son propre piège: il a déposé plainte pour diffamation contre la fameuse Sandra Bertin. Voilà ce qui s’appelle se tirer une balle dans le pied.

En effet… c’est donc un magistrat du siège qui va devoir jugé si oui ou non les accusations de la policière municipale contre le Parquet sont justifiées. Et le plaignant n’est autre que le ministre de l’Intérieur lui-même. Dans le remake de David contre Goliath, du gentil pot de terre face au méchant pot de fer, cette affaire devrait trouver une place digne d’Hollywood.

On s’amuse par avance des polémiques que la mairie de Nice pourra lancer à foison contre l’alliance des puissants qui veut étouffer une vérité qui la dérange. Personne ne sait quel peut-être l’abruti qui a proposé à Cazeneuve d’apporter une réponse judiciaire à l’attaque, mais il mérite en tout cas une médaille de premier ordre.

Ajoutons que dans le bourbier niçois où Cazeneuve saute à pieds joints, Sandra Bertin est aussi déléguée syndicale. Tous les ingrédients sont donc réunis pour un enlisement du ministre dans les sables mouvants. Même un bleu n’aurait pas agi de la sorte.

L’imposture Cazeneuve démasquée

Si Cazeneuve fait propre sur lui et se montre docile aux intérêts du gouvernement profond, son imposture apparaît de façon grandissante.

On se souvient ici de ses dénis sur l’affaire de Sivens, de sa façon de manquer d’empathie pour les victimes, de cette froide hostilité pour tous ces gêneurs qui demandent une police au service du citoyen. Mais, à l’époque, Cazeneuve faisait peur aux medias qui se sentaient obligés de lui cirer les pompes. L’exercice est de plus en plus difficile à mener.

Tant que les attentats du 13 novembre n’étaient pas survenus, on pouvait encore ranger dans la catégorie paranoïaque de « complotistes » tous ceux qui pointaient les circonstances troublantes de l’attentat contre Charlie Hebdo ou contre l’Hyper Casher. Depuis le 13 novembre, à mesure que les mois passent, cette disqualification des esprits critiques est de plus en plus difficile à justifier.

Cazeneuve ne l’a pas compris, et a continué à sortir ses salades comme si de rien n’était après l’attentat de Nice.

Le 16 juillet, Cazeneuve annonçait ainsi à la presse que l’auteur de l’attentat de Nice s’était radicalisé rapidement. Le Parquet (indépendant du pouvoir, bien entendu) était en charge de l’affaire, mais c’est le ministre de l’Intérieur qui commente le dossier. Pour dire une bêtise puisque, dès les premières heures, les enquêteurs comprenaient que le terroriste préméditait son acte depuis plusieurs mois.

Le 21 juillet, Cazeneuve accusait Libération de « complotisme », après des révélations sur les failles de la police. Le voilà, l’argument! tous ceux qui demandent des comptes à la police sont des complotistes.

Cette fois-ci, Cazeneuve devrait avoir droit au repas qu’il mérite: il mangera son chapeau. Et, souhaitons-le pour tous ceux qui en ont assez de cette caste au pouvoir pleine de morgue, il démissionnera.

19 commentaires

  1. Karl Schiller dit

    La vérité sortira toujours. C est une evidence, il suffit que le chemin de ces individus croise celui d une personne courageuse comme Sandra Bertin. Bravo Madame!
    J aime le serment américain : La vérité toute la vérité rien que la vérité.

  2. pierre dit

    Il est mort.

    Sandra Bertin a répété ses accusations sur France 2.

    Les éléments de preuve vont être faciles à compiler : les nombreux coups de fil reçus…

    Comme vous le soulignez, la plainte en diffamation est une erreur de débutant. Ou plutôt non : c’est l’erreur d’une petite frappe qui se prend pour le maître du monde, et qui se sent invulnérable, intouchable, indispensable.

    Ces profils -si typiques- finissent toujours par tomber.

    Bye bye Cazeneuve.

    Ce soir la France retrouve un peu de son honneur.

    Espérons que la purge se poursuivra, et décimera les rangs de cette pseudo élite qui a perdu tout contact avec le Réel.

  3. Citoyen dit

    il est vrai que le clown et son équipe de bras cassés, ont l’aisance d’un éléphant en tutu, qui s’entraine pour l’opéra dans un magasin de porcelaines …. Les pointes sont, pour le moins hésitantes … pour ne pas dire plus ….
    C’est avec grande détermination, qu’ils se prennent magistralement les pointes dans les tapis, et se répandent lamentablement en essayant de se raccrocher aux rideaux, dont les tringles sont mal assurées…. Le résultat est à la hauteur des attentes !!!…..
    Ils devraient en faire un film.

  4. jean-marc dit

    Merci a cette femme courageuse, j’espere qu’elle fera tres attention, de toute facon on la soutient. Si il lui arrive quoi que ce soit, on sait deja les coupables. Bravo et courage. Vivement les elections que tous degagent!!!

  5. simple citoyen dit

    « Et, souhaitons-le pour tous ceux qui en ont assez de cette caste au pouvoir pleine de morgue, il démissionnera. »

    Hmm… vous êtes sûr? Regardez Julien Dray. C’est un exemple comme un autre. Mais il est toujours là, et d’ailleurs il le fait savoir! Lisez ce qu’il a sorti sur BFM, c’est proprement hallucinant.
    Un compte rendu cz VA: http://www.valeursactuelles.com/politique/attentat-de-nice-pour-julien-dray-la-faille-securitaire-cest-la-pression-populaire-63798

  6. pierre dit

    Le petit Cazeneuve est demandé à l’accueil du festival à Anbach.

    On signale un nouveau cas de musulman dépressif qui a voulu exprimer sa détresse et sa colère.

    Une pensée aux victimes.

    Et aussi à Madame Merkel.

    Là, mamie est bien coincée.

    Elle et ses complices ne peuvent plus nous faire le coup du loup solitaire dépressif lié (un peu quand même) à l’extrême-droite qui digère mal son McDo.

    Madame Merkel, c’est donc officiel ce matin, a du sang allemand sur les mains.

    Au-delà des bougies et des tweets, on attend désormais avec impatience le vote des Autrichiens le 2 octobre.

    Sans oublier le référendum en Hongrie…

  7. pierre dit

    Encore meilleur : le syrien avait demandé l’asile en allemagne… il y a 2 ans. Demande rejetée… Mais il avait été autorisé à rester !
    Parfaite illustration de la folie du système.

    Autre détail : le syrien qui a hâché menu une femme (enceinte) et 2 autres personnes hier, était… demandeur d’asile.

    Malgré tout la police, sur les ordres du gang Merkel, a commencé à dire qu’il s’agissait… d’une « dispute ».

    C’est bien connu les Syriens demandeurs d’asile en Allemagne portent tous sur eux un hâchoir, et s’en servent si vous leur marchez sur les pieds dans la rue, ou que vous les bousculez.

    C’est « culturel ».

    Bref, cette bombe est, pour paraphraser Erdogan, un « don du ciel ».

    Elle fait littéralement exploser Merkel, ses mensonges d’état et sa politique migratoire démente.

  8. Pierre dit

    A chaque fois, on se mord les lèvres, et on se dit in petto : « on a touché le fond ».

    Eh bien non. Il faut admettre qu’à chaque fois, ils parviennent à reculer un peu plus les frontières du surréalisme, voire de la maladie mentale.

    La palme ce matin (ça va très vite, le podium pourrait changer dans la journée), revient au ministre de l’intérieur de la Bavière (de la CSU, soit disant de droite, copains de Merkel).

    ************
    «Il n’est pas clair si l’homme a voulu se suicider, ou s’il voulait tuer des gens», a ajouté Joachim Hermann, après avoir indiqué que l’homme avait déjà tenté de se suicider à deux reprises par le passé, et avait fait un séjour en clinique psychiatrique.
    ************

  9. Pierre dit

    Comme prévu… le podium évolue vite.

    La palme revient à présent au journal (?) Le Monde. Qui ose titrer : « Un réfugié syrien meurt en provoquant une explosion devant un restaurant en Bavière ».

    Alors qu’il s’agit d’une news majeure, le premier attentat suicide à l’explosif en Allemagne et perpétré par un « demandeur d’asile ».

    Voilà. On a envie de se cogner la tête contre les murs… C’est un cauchemar.

    • VQE dit

      factuellement, c’est vrai.
      Il est mort.
      Et il a provoqué une explosion.

      J’ai bon? Je peux être embauché comme journaliste au Monde?

      Alain Soral n’est pas ma tasse de thé, mais quand il dit « de nos jours en France, un journaliste est soit pute soit chômeur » que peut-on lui rétorquer?

  10. zelectron dit

    Indépendamment des caméras de la ville de Nice, le nombre incroyable de smartphones qui atteste de la NON-PRÉSENCE de la police nationale devrait calmer les ardeurs de cette bande de tricheurs-menteurs du gouvernement et de leurs haut-parleurs pisse-copies mal embouchés . . .
    . . . espérons qu’il y a suffisamment de copies pour rendre leur destruction impossible !

  11. Angst dit

    Hollande s’y met et soutient Valls et Cazeneuve, du moins selon Paris-Match.
    Pourquoi sort-il de sa cachette ?
    Quant à la policière, au train où vont les choses, et surtout l’art de gouverner, elle risque de se retrouver bientôt hospitalisée d’office pour déséquilibre mental.

  12. Faut rester calme: la France reste un état policier dont les flics se font attendre: ils ne sont jamais là quand il faut. Rien de nouveau.
    Sinon je suis déçu: Sandrine Bertin devait donner des noms aujourd’hui. Ya des nouvelles ?
    Sinon, factuellement il y a bien deux rapports contradictoires au sujet de la présence de la police nationale à l’entrée de la promenade des anglais. Le sien et celui de la police. La police signale pour une fois une foule (de policiers) supérieure en nombre à celle observée. On cherche un lampiste.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *