Accueil » Erdogan, bientôt meilleur allié d’Assad?

Erdogan, bientôt meilleur allié d’Assad?

Cet article a été lu 3589 fois

Erdogan a plus d’un tour dans son sac. Après avoir rendu visite au tsar Poutine en août, à qui il était prêt à déclarer la guerre au printemps mais avec qui il relance le projet de gazoduc Southstream qui doit achever la ruine de l’Ukraine, le voici embringué dans un rabibochage de premier ordre avec la Syrie. Officiellement, les services secrets turcs ont rendu visite à leurs homologues syriens pour obtenir quelques tuyaux.

Erdogan demandent-ils des conseils pour tuer les rébellions?

On se demande bien ce que ces espions ont pu se tenir. Les sujets n’ont pas dû manquer, y compris la meilleure façon de traiter les prisonniers politiques, sujet sur lequel les Syriens ne manquent jamais d’idées. Blague mise à part, tout concorde pour laisser penser que les deux pays devraient entamer une collaboration assez poussée, sous les auspices de la Russie.

Les canons se tournent contre les Kurdes

Les deux dictateurs commencent par ailleurs à avoir une vraie communauté d’intérêts.

Le plus évident est la lutte contre les autonomistes kurdes, qui déplaît encore plus aux Turcs qu’aux Damascènes. Après avoir laminé le Kurdistan turc, Erdogan entend étouffer toute velléité d’indépendantisme en Syrie. Il a même lancé de premiers bombardements sur le territoire syrien pour affaiblir les troupes kurdes.

Parallèlement, Erdogan vient de rappeler son ambassadeur en Autriche, où avait lieu un meeting de soutien au PKK.

La Turquie combattra-t-elle Daesh?

Reste une inconnue: Erdogan va-t-il aider Assad dans la lutte contre Daesh? La question est posée, et la réponse risque d’être très nuancée. On le sait, le gouvernement turc a largement aidé l’Etat Islamique et lui a apporté des soutiens logistiques. Une série d’attentats laisse à penser que l’Etat islamique a cherché à déstabiliser Erdogan.

Assistons-nous à un retournement massif des alliances? Cette hypothèse est fort probable et demandera à être confirmée dans les prochaines semaines.

4 commentaires

  1. michel dit

    Poutine aussi a plus d’un tour dans son sac. Affaiblir l’Ukraine via le nouveau gazoduc, c’est sûr, vous l’avez dit. Et surtout décrédibiliser les USA et l’OTAN. Trois infos récentes:
    – Erdogan se tâte sur le point de savoir s’il va autoriser les avions russes à utiliser la partie turque de la base OTAN d’Incirlik pour aller bombarder Daesh (ou les Kurdes, ou les rebelles modérés…biffer les mentions inutiles) . Un camouflet terrible pour les USA et l’OTAN s’il se concrétisait. Et un avertissement aux Kurdes syriens qui se sont alliés au diable US.
    – Poutine invite à Moscou l’Egyptien Sissi, le Palestinien Mahmoud Abbas et l’Israélien Netanyahou pour discuter d’une paix des braves en Palestine. Un camouflet encore plus horrible dans la chasse gardée des USA. Jusqu’aux élections américaines et jusqu’un peu au-delà, Poutine peut se permettre de narguer les USA: une fenêtre d’opportunité est ouverte.
    -Des pays du Proche-Orient -dont la Turquie- et du Maghreb envisagent de recourir à l’industrie d’armement russe, plus efficace et bien moins chère que l’américaine.

    Les USA risquent fort de se faire éjecter du Proche-Orient ou d’y perdre leur priorité. Horreur … 🙂

  2. Citoyen dit

    Erdogan donne surtout l’impression de se chercher frénétiquement des amis, et ne sait plus comment s’y prendre.
    Résultat, ça part en vrille dans tous les sens.

  3. Vous allez un peu vite en besogne. La Turquie ne veut qu’une seule chose pour l’instant: empêcher la jointure géographique des kurdistans syriens et donc controler l’ouest de l’Euphrate. C’est l’objet de ses excuses à la Russie. Poutine en profite pour tresser une laisse: il oblige la Turquie à gêner un peu l’état islamique tout en interdisant bien sur à la Turquie de faire beaucoup plus. Du grand art.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *