Accueil » Et si l’animal Sarkozy assumait vraiment son populisme?

Et si l’animal Sarkozy assumait vraiment son populisme?

Cet article a été lu 2645 fois

Article écrit pour Atlantico.

Sarkozy n’est jamais aussi percutant, déterminé, charismatique que dans les moments difficiles où tout le monde pronostique son effondrement. Il en a donné une nouvelle preuve au journal de 20 heures de France 2, hier, où il a renversé l’ordre du débat en proposant deux referendums dès les élections législatives de juin 2017 sur la rétention administrative des fichés S et sur le regroupement familial. Qu’on aime ou pas, qu’on le veuille ou pas, l’animal Sarkozy a senti la situation et bousculé ses adversaires par une proposition tonitruante dont tout le monde parle, et qui oblige ses adversaires à prendre position.

Pourra-t-il s’arrêter au milieu de cette voie dans laquelle il vient de s’engouffrer ? Ou a-t-il intérêt à faire son coming-out bonapartiste complet ? La question est ouverte.

Sarkozy bousculé par Buisson

Une ombre planait sur le plateau de France 2 hier: celle du Raspoutine alopécique Patrick Buisson, qui a ouvertement accusé Sarkozy de mentir cyniquement à ses électeurs, en formulant des propositions qu’il n’a aucune intention de réaliser. On a bien senti que l’interview était tout entière organisée autour de ce tabou qu’on ne pouvait violer mais qu’on avait tous en tête.

D’où la proposition de Sarkozy d’organiser un referendum le jour même des législatives, histoire de laisser les Français le sanctionner s’il ne tenait pas parole.

L’influence orbanienne?

Le présentateur a, au passage, glissé une allusion à Viktor Orban, dont nous révélions hier que Nicolas Sarkozy avait recruté un conseiller, Arpad Habony. De fait, face à Juppé dopé par ses tisanes qui lui permettent de conserver le maillot jaune dans les étapes de montagne, Sarkozy pratique la fuite non pas en avant mais vers la droite, en multipliant les propositions qui pourraient convaincre les électeurs du FN de venir le soutenir.

On parlera désormais de la tentation orbanienne de Sarkozy.

Un pari gagnant face au confusionnisme de Juppé?

Chacun appréciera l’orientation. Certains l’appelleront même une dérive. Elle cache en réalité une course à l’élargissement du socle électoral qui plombe la primaire des Républicains. Juppé a d’ailleurs ouvert le premier la boîte de Pandore en proposant aux électeurs de gauche de venir voter. Un candidat de droite désigné avec des voix de gauche? Ce confusionnisme-là appelait la réaction de Sarkozy vers le vote FN.

Reste à savoir si les Républicains survivront à la tension imposée par cette épreuve de tir à la corde écossaise. La distance entre les électeurs centristes et le camp d’en face risque en tout cas de bien s’agrandir à l’issue de la confrontation.

Sarkozy à mi-chemin de son populisme

Sarkozy apparaît toutefois encore à mi-chemin de son populisme, comme s’il voulait bien s’en servir sans l’assumer vraiment. Car, au point où il en est dans sa désignation des élites face au parler vrai du peuple français, il manque une brique essentielle. Comment peut-on critiquer un régime dominé les élites sans proposer de changer le régime lui-même?

L’organisation d’un referendum sur l’internement des fichés S lui en donnera pourtant l’occasion. L’article 11 de la Constitution compliquera en effet l’organisation de ce referendum… disons même que Sarkozy aura besoin de réformer la Constitution pour le permettre, ce qui exclut le respect de la date du 18 juin pour tenir le scrutin.

Au lieu d’être le candidat orbaniste du referendum, Sarkozy ne gagnerait-il pas à devenir le candidat de la rupture en proposant de changer le régime tout entier? Le peuple l’attend, et le populisme a (souvent) du bon lorsqu’il est parfaitement assumé.

Splendeur et misère de la primaire des Républicains

Au fond, l’absence de base électorale claire pour cette primaire a du bon. Elle crée une virulente mais saine concurrence entre deux lutteurs qui sont capables du pire comme du meilleur. On se félicite donc que les Républicains n’aient pas posé comme principe simple d’interdire aux électeurs de la primaire de participer aux primaires de la gauche. Cette idée simple et facile à mettre en oeuvre nous aurait évidemment ces débordements.

Vive le manque d’imagination des crânes d’oeuf qui ont préparé ce scrutin! Et chapeau à l’animal électoral Sarkozy, qui pourrait bien bousculer le système sans s’en rendre compte, comme un chien aveuglé par la piste qu’il suit.

 

3 commentaires

  1. Pierre dit

    Pourquoi l’assumer ?

    Buisson le dit très bien dans son bouquin. Sarko est un petit garçon -hyper doué- qui a un problème avec maman / papa… Il veut qu’on l’aime.

    Cela le condamne à être perpétuellement contraint, biaisé, contradictoire, en clair : cela l’oblige à trahir.

    Balladur déjà. Et ensuite 2012 (souvenez-vous bon sang : on passe du karcher, brillante idée, à ensuite… Frédéric Mitterrand ministre !)

    Et cela se répètera en 2017.

    Mais Sarkozy a un vrai talent. Il sent le vent politique. Et d’autant plus que l’élection de 2017 est totalement atypique. Une primaire, et ensuite la simple formalité du second tour face à Marine.

    Quand Juppé, le noeud gaga, radote au sujet de l' »identité heureuse »…. Sarko sent (pas besoin de Buisson sur ce coup-là) que les militants UMP, et les droitistes en général veulent du dur, du SUPER KARCHER (AKA le « populisme »).

    Les plus affranchis intellectuellement voteront FN bien entendu… Les autres (une grosse minorité) votera Sarkozy.

    Marie-Chantal, Jean-Pierre, retraités, bourgeois…

    Et cela suffira, à remporter la primaire, et donc 2017.

    Voilà pourquoi tous les autres « candidats » à la primaire apparaissent comme de véritables glands : Fillon avec ses calculs budgétaires grotesques et son air constipé, le vieillard Juppé avec son air suffisant et niais, suivi par tous ceux dont on oublie le nom (Le Maire qui ? NKM quoi ?).

    Et non la poigné de bobos gauchistes parisiens haineux qui travaillent à Libé… ne suffiront pas à modifier le résultat de la primaire. Aucun électeur de gauche « normal » ne se déplacera pour voter à la primaire UMP. C’est un rêve humide, une pollution nocturne du PS et de Terra Nova.

    Sarkozy est haïssable. Mais son sixième sens politique, littéralement olfactif, le rend génial.

    Vous allez donc en reprendre pour cinq ans… Bien fait pour vous.

    Vous vous obstinez à ne pas voir depuis 30 ans, à ne pas comprendre depuis 30 ans, à « faire barrage » au Front National depuis 30 ans… Vous crèverez donc avec ce pays. C’est parfaitement logique.

    Cinq ans de Sarkozy 2, après Mitterrand 1 et 2, Chirac 1 et 2, Sarkozy 1, Hollande 1…

    « Mission accomplie ! » (sans le porte-avion toutefois, on va le vendre).

    Le fil d’Ariane historique est évident. En clair : vous allez payer la cuenta.

    Et je l’écris sans cynisme : tant mieux.

    Une maison vermoulue ça ne se répare pas (la fameuse « réforme » chez les veaux)…. On la rase, et ensuite on reconstruit. Autre chose.

    Mieux ou moins bien. On verra…

    Il faut bien ménager un peu de suspens au milieu de tout cet affreux déterminisme historique.

  2. Lors du débat qui mettra Fillon physiquement en face de Sarkozy (cela ne s’est pas produit depuis plusieurs années), celui ci (Sarkozy) se fera dire son fait. Il se roulera alors par terre en hurlant et on pourra enfin passer à autre chose.
    Admirer ce qui parait du culot et qui n’est que la panique qui le saisit: cette semaine sera annoncée sa traduction devant les tribunaux. La date du procès pourrait être fixée. Une bonne occasion pour lui de se retirer de la compétition, ou de se le faire dire en face.

  3. Pierre dit

    Ah oui ?

    Moi pour l’instant je regarde le Réel des militants UMP. Et que vois-je ?

    « Mais c’est avec ses formules sur le déclassement identitaire que Sarkozy soulève la salle. «Chez nous, l’homme serre la main de la femme», la foule se déchaîne.« Je parle de l’islam parce que je refuse de passer sous silence les ravages d’un islam radicalisé dans les quartiers, quand on nous dit qu’un jeune musulman sur deux pense que les lois de la République sont moins importantes que celles de la charia.» «Sarkozy, président !» acclame le public. […] »

    http://www.lepoint.fr/politique/sarkozy-lance-un-appel-a-la-france-declassee-09-10-2016-2074709_20.php

    Voilà. Juppé ? Inexistant. Fillon ? Dans les oubliettes.

    Tous les deux totalement à la ramasse sur le sujet identitaire (qui est celui de 2017, ne vous en déplaise).

    Ce sont les gens qui ont assisté au meeting de Sarkozy (au Zenith) qui voteront aux primaires….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *