Accueil » CETA: ce Wallon défie le monde entier

Paul Magnette, ministre-président wallon

CETA: ce Wallon défie le monde entier

Cet article a été lu 12477 fois

Paul Magnette, le ministre-président wallon (si, si, ça existe!), est en train de donner une drôle de leçon de démocratie aux Européens. Son parlement vient en effet de refuser, malgré les pressions internationales (et notamment européennes) qui s’exercent sur cette minuscule région (dont le PIB est équivalent à celui de l’ancienne région Aquitaine), son consentement à un texte négocié dans des conditions opaques. Et, contrairement à ce qui se passe en France (et ailleurs), chez les Wallons, le ministre-président obéit au Parlement.

L’affaire mérite d’être décryptée par le menu, car elle souligne une fois de plus l’absurdité de l’eurolatrie en vigueur en France, notamment à gauche, et plus précisément encore à l’Elysée. Elle nous rappelle aussi que la France retrouverait la voix de sa grandeur en s’élevant à un standard supérieur de démocratie.

Pourquoi un front wallon du refus?

On regardera utilement la vidéo où Paul Magnette, ministre-président wallon, explique pourquoi la Wallonie n’autorise pas le gouvernement fédéral belge à ratifier le CETA:

L’analyse, sur le fond, est simple: l’opacité dans lesquelles ce traité est négocié, jointe à des manoeuvres d’intimidation pour obtenir une ratification avec des débats au mieux purement formels, n’est pas compatible avec les valeurs qui inspirent prétendument ce texte. Paul Magnette s’est livré, au passage, à une tirade tout à fait intéressante sur l’échec du multilatéralisme et sur le retour du bilatéralisme qui vaut la peine d’être écoutée.

Les Wallons proposent aujourd’hui une négociation bilatérale sur une déclaration interprétative qui dissiperait leurs doutes.

Une vraie délibération démocratique

Au passage, le Parlement wallon a utilisé une méthode, pour préparer son avis sur ce traité, qui constitue une véritable délibération démocratique dont le parlement français ferait bien de s’inspirer. De nombreuses séances de discussions, de réflexions, d’auditions, ont eu lieu pendant deux ans avant de passer au vote. Au final, les débats ont opposé les partisans de la signature à ceux qui ont refusé le principe d’équivalence des normes.

Majoritairement, les députés wallons souhaitent que le libre-échange intègre des valeurs environnementales et sociétales fortes (notamment l’exception culturelle). On s’étonnera de ne pas voir les gauches européennes à l’unisson de ces revendications.

Nos ancêtres les Wallons

Les Wallons forment-ils aujourd’hui le dernier village gaulois en Europe? En les écoutant, on peut le croire, et soudain, les Wallons nous rappellent leur véritable identité. Autant dire que la Wallonie est une invention des anglo-prussiens de 1815 qui ne s’appuie sur aucune rationalité historique autre qu’un goût prononcé pour le communalisme dont les racines sont profondes.

Tous les petits Wallons apprenaient en effet à une époque cette phrase célèbre de la Guerre des Gaules de César:

« Toute la Gaule est divisée en trois parties, dont l’une est habitée par les Belges, l’autre par les Aquitains, la troisième par ceux qui, dans leur langue, se nomment Celtes, et dans la nôtre, Gaulois. Ces nations diffèrent entre elles par le langage, les institutions et les lois. Les Gaulois sont séparés des Aquitains par la Garonne, des Belges par la Marne et la Seine. Les Belges sont les plus braves de tous ces peuples, parce qu’ils restent tout à fait étrangers à la politesse et à la civilisation de la province romaine, et que les marchands, allant rarement chez eux, ne leur portent point ce qui contribue à énerver le courage : d’ailleurs, voisins des Germains qui habitent au-delà du Rhin, ils sont continuellement en guerre avec eux. »

Durant l’Antiquité, l’indépendantisme wallon constituait donc déjà une légende.

Les Wallons et leur projet impérial

Les Français oublient trop souvent, d’ailleurs, qu’à ce peuplement gaulois mais non celte selon César (ce qui se discute scientifiquement) s’est mélangé, à la fin de l’empire romain, un peuplement franc dont le plus illustre fut Charlemagne. Une petite carte pour se rafraîchir la mémoire de l’état de la France à la fin de l’époque gallo-romaine n’est pas inutile:

Wallon

Comme on le voit, les Francs, qui ont donné leur nom à la France, ont créé leur premier royaume occidental (très décentralisé) sur le territoire actuel de la Belgique et de l’Allemagne de l’Ouest. L’unification de la France s’est faite sous les auspices de ce peuple initialement originaire d’Allemagne de l’Ouest dont les descendants directs ont eu, au tournant de l’an 800, l’ambition de reconstruire un empire européen avec un empereur appelé Charlemagne.

Charlemagne était né à Herstal, commune de la banlieue de Liège, et son trône se trouvait à Aix-la-Chapelle, dont Martin Schulz, président du parlement européen, est aussi originaire. On ne peut rien comprendre à la construction européenne et à ses antagonismes internes, si ces petits accidents de l’histoire ne sont pas présents à l’esprit. Ils éclairent en profondeur la capacité de résistance aux pressions internationales que les « Wallons » sont capables d’endurer.

L’absurdité hollandienne démontrée

On entend régulièrement François Hollande et ses amis politiques vanter les bienfaits de l’Europe, de l’intégration européenne, du fédéralisme européen. En quelques jours, les Wallons ont démontré l’impasse politique de ce projet.

Si le parlement wallon (2,5 millions d’électeurs inscrits), institution improbable et burlesque au demeurant, détient le pouvoir de bloquer un traité qui concerne plus de 500 millions de personnes, il faut y voir l’une des conséquences des choix tant vantés par les eurolatres aujourd’hui. Le parlement wallon tient en effet son pouvoir de la constitution fédérale belge.

On se délectera donc de ce savoureux paradoxe dominant dans les milieux de gauche, où il n’est pas un jour sans l’éloge d’une Europe fédérale, d’une vision girondine et anti-jacobine de la société, où un maximum d’autonomie devrait être donné aux régions. Tous ces beaux discours ont une conséquence immédiate: la fin du multilatéralisme dont ils se prétendent les meilleurs amis, et le retour en force du bilatéralisme diplomatique tant méprisé depuis cinquante ans.

Vers un tour de force wallon?

Avec un peu de persévérance, le ministre-président Paul Magnette devrait parvenir à faire une superbe clé de bras à ses partenaires européens et rappeler le bon temps où le siège de l’empire se trouvait en Wallonie. Les Wallons imposeront probablement, en échange de leur ralliement au traité, une déclaration interprétative qui remettra en cause les principes mêmes du traité.

Cet arrangement bâtard, dont les Belges sont spécialistes, constituera la meilleure démonstration du naufrage européen. Même dans les pays membres historiques de l’Union, les particularismes locaux imposent leur loi. Et c’est sur le faux peuple wallon, imposture de 1815, que butera cet avatar débile et toxique de l’Europe de Vienne appelé Union Européenne.

Preuve est faite, une fois de plus, que si l’Europe veut se construire, ce n’est pas l’héritage de 1945 dont elle doit tourner la page, mais bien celui de 1815.

23 commentaires

  1. Pierre dit

    Hum… Vous voyez un membre d’un parti « socialiste », wallon de sucroît… faire échec aux Bruxellois ?

    Ce petit monsieur est dans la posture. Ca se voit. Ca se sent. Il s’écoute parler, et y prend manifestement un très vif plaisir.

    Il a fait son show avec son petit parlement. Ils ont beaucoup discuté (ils n’ont que cela à faire), un « véritable exercice de démocracie »… bla bla bla bla.

    Vous qui connaissez bien le problème, rappelons quand même qu’avec les Wallons, c’est la double peine : gauchistes et francophones.

    Le truc qui colle aux semelles.

    Donc attendons de voir… mais personnellement je parie sur un retournement de veste, grand style, dans la pure tradition socialo (et belge)… et le CETA sera bel et bien adopté (foi de Junker !)

    Procès d’intention ? Absolument.

    Les miracles n’existent pas, hélas.

    Le jour où l’on verra un homme politique wallon honnête, intelligent…. et pas de gauche… les poules feront des oeufs cubiques (prévus dans le CETA). 😉

    • nervien dit

      Magnette ministre-président de la wallonie,socialiste bobo caviar,maire de Charleroi.
      Une ville ou les pourris socialistes ne sont jamais
      condamnés.
      Il va baisser son froc plus vite
      que le TGV Paris Bruxelles

  2. @Eric: votre point de vue, complexe et retourné deux fois, est un modèle à savourer en plusieurs gorgées (de Duvel bien sur).
    D’abord, votre définition du gaulois et donc du belge à partir de César est évidemment la seule référence qui tienne, nous sommes d’accord, et donc le Wallon n’est pas gaulois, nous sommes bien d’accord. Il l’est pourtant un peu, dominant les terres natales de Charlemagne et donc des Francs, et aussi de l’Europe dans sa totalité. Rester wallon au coeur de cette puissance et pendant tout ce temps est effectivement glorieux.

    D’autre part, nous savons que vous voulez la réunion de la Wallonie et de la France c’est l’arrière plan et la saveur de tout…

    Continuons: l’Europe folle construite sur le compromis boiteux d’une capitale en Flandres, au sein de la burlesque et improbable corruption wallonne est donc le revers de toute cette belle (vous ne trouvez pas ? ) histoire. Confirmée et c’est là l’apogée de votre texte par la révolte microscopique du ministre président, qui refuse l’alliance avec je vous le donne en mille, le Canada qui lui aussi a un problème avec des francophones…
    Et bien tout cela est for beau. Vive les francs !

      • Ikomal dit

        La Belgique a été créée pour une bonne raison : disposer d’une garnison à deux étapes de Paris, et réciproquement donner à la France un os a ronger avant de s’attaquer à ce qui est derrière de histoire de calmer les ardeurs expansionnistes venue de France, que votre carte matérialise malgré vous. Ce qui n’était pas prévu en 1815 c’est que la menace grave ne viendrait plus de Paris mais de Berlin. L’unification italienne n’a jamais été un problème (si tant est qu’elle soit réelle dans les faits …), l’unification allemande, si.
        Aucun européen sain d’esprit n’acceptera de reconstituer une France unifiée dans son format de 1792 (votre carte suggère même un format de plus étendu encore !), comme aucun européen sain d’esprit n’aurait du accepter la réunification allemande sans au moins deux conditions : le démantèlement de la bundeswehr au profit des ländwehr (le désarmement complet aurait été préférable, mais pas réaliste), le maintien de la capitale fédérale à Bonn. Tout cela est beaucoup trop dangereux.
        Et puis, même en passant vite fait sur ces conditions diplomatiques, une réunion, comment, et pour quoi faire ?
        Si la France acceptait de se fédéraliser, à l’ancienne, ça serait possible et peut-être déjà fait. Le modèle fédéral était celui des … girondins ! Et le 14 juillet, on commémore la fête de la « fédération » du 14 juillet 1790.
        Mais vous êtes jacobin (et fier de l’être), et vous n’êtes pas le seul, ce ne sera donc pas possible.

        • Demeester dit

          Oui, mais ni les Néerlandais, ni les Flamands ne le veulent … Les Flamands sont plus proches des Allemands & les Néerlandais – enfin, les 2/3 occidentaux- sont une variante continentale des Anglais ….

  3. Demeester dit

    2016 10 17 Magnette-La Wallonie fait face à des menaces à peine voilées sur le Ceta
    selon Le Soir
    On a déjà eu droit à
    – forget it de de Gucht qui enjoint Reynders d’ignorer le veto wallon & de signer demain. Oui mais, Reynders doit se faire réélire en RW ….. s’il signe, il agit de façon « illégale » ….. on le lui re-sortira au MR qui risque de perdre des plumes …. iznogood …. technique de l’indifférence = « tu n’existe pas’
    – on vous aime, les Wallons dixit le 1er ministre canadien ….. ça va s’arranger, ayez confiance…. mon cul, faux jeton!!! technique de la carotte
    – tu signes ou tu crèves …. c’est apparemment ce qu’il se passe ……….. technique de la menace froide & méchante
    oui mais, tenir bon permet à Magnette d’acquérir la stature d’un HOMME d’ETAT comme on dit …. ça va booster le PS & éliminer di Rupo & Onckelinkx – ce que la majorité des socialos wallons & bruxellois veulent en fait …. selon mes infos under the cover
    d’après ce qui est publié, Magnette agit / manoeuvre bien en rendant semi public certaines infos…..
    Son intérêt est de jouer les Wikileaks & de révéler les menaces – il dit « presque des menaces » = ça veut dire des menaces bien réelles si on décrypte …. mais ça laisse la possibilité pour les menaceurs de prendre le couvert car le message est clair = s’ils persistent … danger = la publication de ces menaces orbi et urbi
    je répète = je ne comprends pas pourquoi des journaux indépendants ( Mediapart), ou critiques ( La Tribune & der Spiegel ) ne soufflent mot, alors qu’ils publient les proclamations de diverses associations non officielles contre CETA & TTIP , proclamations qui sont SANS EFFETS …. Sont-ils
    chauvins Français ou Allemands ??? La Belgique ou la Grèce ou le Portugal … ne comptent pas ? Ou
    alors, il faut passer au niveau supérieur à la Orban en Hongrie pour être écouté ….
    Ils devraient sauter à pied joint & amplifier car cette occasion ne se reproduira pas avant des mois
    ….
    Quant à la réunion de la Flandre & de la France comme au temps des Capétiens, cours toujours ….

    • simple citoyen dit

      @Demeester: « under cover » je connais mais « under the cover » pour glaner des infos ça veut dire quoi? Sous la couverture? 😉
      Bon OK je sors

  4. Demeester dit

    Ai reçun une réponse « privée »
    Chauvins sans doute. Ils ne croient pas que la vraie contestation peut
    émerger de la petite Wallonie.
    A priori tout va être fait pour la faire plier sinon elle sera punie…

    Ma réponse =
    Ou une OPPORTUNITE ENOOORME pour la Wallonie/ Belgique / Europe
    Quelle est « l’image » de notre glorieux pays ?

    Incapable de prévenir les attentats en B & F services de sécurité en-dessous de tout selon les Français…..
    Dissentions Flamands / Francophones
    Economie avec déficit budgétaire que la glorieuse Commission risque de sanctionner
    Bruxelles au top des embouteillages en Europe …
    Des coups durs = Caterpillar, ING

    Bref = un pays de loosers – perdants …. Shitt , merde

    Eh puis !
    Zorro est arrivé !
    Cf Kroll le Soir dessin du

    Il faut exploiter cette opportunité, ce choc …. Et le tourner à notre profit – Wallons & Européens – !!!
    Ce qui importe, ce ne sont pas les arguments des anti-CETA, mais le fait qu’un gouvernement agit selon la volonté du parlement et des électeurs & non selon la volonté de « l’ééééélîîîte auto proclamée » ou plutôt des politiciens obéissant aux ordres des « marchands du temple » version 21ème s
    Et qu’un gouvernement agissent selon la volonté du parlement est quelque chose tombé en désuétude en Occident

  5. Demeester dit

    Réinstaller les fondements d’une démocratie- Veto CETA
    « Point n’est besoin d’espérer pour entreprendre ni de réussir pour persévérer » disait en son temps un certain Guillaume le Taciturne il y a plus de 500 ans
    L’action du parlement & du gouvernement wallons ne peut passer à la trappe comme les referendums hollandais & français en leur temps ou le vote des Irlandais . Mais il faut se battre.
    Le Parlement wallon & P.Magnette ont marqué deux points=
    – l’un en signifiant que les gens, leur vie valent plus que la réussite matérielle & le pouvoir de quelques uns,
    – l’autre en affirmant que le devoir d’un gouvernement est aussi d’entendre l’avis des gens & d’agir en conséquence.
    Il est curieux que l’Allemagne de Merkel, sans discuter, passe outre aux demandes de nombreux Allemands de mettre à plat CETA & TTIP. De quoi ou de qui a-t-elle peur, car je ne puis croire que les menaces dont parle P Magnette n’aient pas également été brandies autre part. Quant à Valls, son cerveau est descendu dans sa mâchoire inférieure qu’il manie avec énergie.
    Il y a pour nous, démocrates, une opportunité qu’il est impératif de saisir = rappeler que la démocratie n’est pas une façade, un concept auquel on rend hommage par habitude pour immédiatement s’en détourner & veiller à ce qui est utile, financièrement rentable pour certains & pour leur « pouvoir ». Il faut réagir à la boutade de Coluche : « La dictature, c’est ferme ta gueule. La démocratie c’est cause toujours ».
    P Magnette nous rendrait un fier service – à nous les gens de l’ Europe – en ravivant la flamme de la démocratie inconnue de la plupart des gouvernants européens, la Commission en premier…
    Il est impératif pour notre survie d’avoir en tête les objectifs définis par David Rockefeller & ses semblables qui nient la démocratie= « La souveraineté supranationale d’une élite intellectuelle et de banquiers mondiaux est assurément préférable à l’autodétermination nationale pratiquée dans les siècles passés. »…..
    Là est le danger mortel
    C’est dans ce contexte que je situe le veto contre CETA

    • jacques dit

      Les wallons devraient d’abord vivre avec leur propre argent et non pas avec ceux des autres. Parce que la Wallonie vit en bonne partie des transferts d’argent de la Flandre vers la Wallonie. Les wallons auront leur mot à dire quand ils vivront avec leur fric. Pour rappel, la Wallonie n’est pas un pays mais une entité fédérée. Le gouvernement fédéral (élu démocratiquement) veut la CETA. Dans tous les états fédérés au monde, c’est l’entité fédéral qui décide au niveau international. Il n’y a qu’en Belgique, où ce n’est pas le cas. Et on voit les problèmes que cela pose. Voilà pourquoi il est absurde de donner un pouvoir dans le domaine international à une entitée fédérée. Vous semblez oublié que la Wallonie en bloquant l’accord empêche à la Flandre (les flamands sont majoritaires en Belgique c’est 60 % de la population belge et plus riches) d’avoir l’accord. Donc, c’est un déni de démocratie envers la Flandre. La Flandre finance déjà la Wallonie et maintenant, elle se fait dictée sa politique par la Wallonie. Après, il faut pas s’étonner que les flamands votent pour des nationalistes flamands. Magnette joue à jeu très dangereux, il attise les tensions communautaires en Belgique. C’est ce genre de chose qui fait que les flamands sont exaspérés par les wallons. De quel droit une minorité peut bloquer une immense majorité. Donc, la Wallonie menace la CETA alors que les autres gouvernements sont d’accord. Les autres gouvernements ont été légitiment élus. Le gouvernement flamand a été élu sans pratiquer de clientélisme (pratique du PS depuis des décennies en Wallonie). La Wallonie n’est qu’une vulgaire république bananière. En Wallonie, un simple fonctionnaire peut détourner des millions d’euros pendant des années sans personne pour s’en apercevoir. Une fois, répéré par pur hasard, ce fonctionnaire peut tranquillement partir à la plage pendant près d’une semaine. En Wallonie, quand vous dénoncez des détournements de fonds au sein de la fonction publique wallonne, c’est vous qui avez des problèmes et non pas celui qui a volé l’argent (j’ai connu un cas personnel). Si les wallons n’aiment pas le libre échange et l’union européenne, qu’ils sortent de l’europe et prennent leur indépendance. Ce serait tellement marrant. La Wallonie indépendante serait totalement ruinée. Vous êtes pitoyable et vous avez une drôle de logique: pour vous, seul le gouvernement wallon a une légitimée démocratique c’est du grand n’importe quoi. Les autres gouvernements sont tout aussi légitimes.

      • Fred dit

        C’est oublier un peu vite que pendant un siècle la Wallonie était la région la plus riche d’Europe et que les transferts se faisaient vers la Flandre. Qui a ensuite pillé la Wallonie dans les grandes largeurs. Bref je suis d’accord que les transferts doivent cesser, mais si la Flandre n’avait pas dépossédé allègrement la Wallonie a une certaine époque, on n’en serait pas là…

    • jacques dit

      Enfin, vous voyez quels universitaires ont signé cette lettre. Ils viennent tous de la gauche radicale. Ils font parti parti de ces gens qui il y a quelques années expliquaient que le Venezuela chaviste était le paradis terrestre (on voit le résultat aujourd’hui). Pour rappel, le Canada est dirigé par les libéraux. Libéraux dans le sens anglais du terme à savoir sociaux démocrates, gauchistes. Donc, pour vous, les gauchistes dirigeant le Canada actuellement sont vendus aux multinationales ?
      L’infiltration de l’extrême gauche au sein des universités en Occident est un problème non négligable. Beaucoup de dirigeants marxistes, communistes de pays non européens proviennent de prestigieuses universités. Ils ont mis en application les idées qu’ils avaient apprises au sein de ces universités. Les dirigeants des khmers rouges (ainsi que pas mal de dirigeants communistes d’Asie du Sud est) provenaient des unversités francaises. Les universitaires francais ont une lourde part de responsabilité dans le génocide des khmers rouges ainsi que d’autres atrocités commises par les communistes asiatiques. Les universitaires occidentaux de gauche radicale sont responsables indirectement de dizaines de millions de morts, et de la ruine d’un tasde pays,…Alors, excusez moi si je pense qu’il ne faut pas les écouter

  6. simple citoyen dit

    Ce qui est remarquable, c’est le niveau de panique dont sont pris les responsables européens dans cette affaire. Au point de sortir des arguments aussi lamentables de faiblesse que « Nos amis canadiens ont besoin de savoir s’ils doivent réserver leurs billets » ou nos équipes travaillent dur… Pourquoi?
    Je pense que la clef, c’est le timing. Il est impératif que le timing soit respecté. Pourquoi?
    Et pourquoi en est-il de même pour le TTIP? Est-ce lié au tempo électoral des deux côtés de l’Atlantique?
    Enfin, comment ne pas rire (jaune) de tous ceux qui découvrent que l’Allemagne impose aux autres ce qu’elle dont elle se garde? Ou comment la cour constitutionnelle allemande a toujours maintenu une voie de refus… et de chantage implicite.

  7. jacques dit

    Franchement, c’est ridicule. Le PS dirige la Wallonie depuis des décennies avec les résultats que l’on connait (pauvreté, chomage, désintrualisation,…). Je parle même pas de la gestion PS à Bruxelles (islamisme,…) Le PS en Belgique (francophone) est le premier parti grâce à un vaste réseau de clientélisme. Le PS contrôle même le plus grand groupe médiatique francophone belge (via Tecteo, intercommunale dirigé par un bourgmestre socialiste et composé de communes socialistes dans la région de Liège. Tecteo s’est le bras armé du PS).
    Le PS est totalement corrompu et est composé de barons passant leur temps à magouiller. Aller voir un peu le niveau de vie des dirigeants socialistes. Et puis, cela dit défendre le petit peuple. Népotisme, clientélisme, magouilles,…voilà le PS.
    Aujourd’hui, on assiste à une montée du PTB (extrême gauche) en Wallonie. L’opposition au CETA s’explique uniquement à cause de cette montée du PTB. C’est de la pure démagogie de la part de politiciens corrompus avides de pouvoir et qui ont détruit la Wallonie. Les Wallons ne doivent pas oublié qu’ils vivent en grande partie grâce à l’argent des flamands (raison pour laquelle la NVA (parti nationaliste flamand de centre droit) est le principal parti en Flandre). Les flamands en ont marré de payer pour ces wallons. Il faut pas s’étonner que les flamands soient plus riches. Les Wallons font grève pour un oui ou pour un non. Là où les syndicats flamands se montrent pragmatiques et utilisent la grève uniquement quand c’est nécessaire. Par exemple, à Charleroi, le fief de Magnette, les chauffeurs TEC (transports en communs wallons: bus) ont fait grève car un de leur camarade a été viré…..parce qu’il avait volé de l’argent à la TEC. J’explique cette épisode pour que tout le monde puisse comprendre la mentalité des wallons. Le PS n’a donné aucun argument contre la CETA. J’ai vu un discours ahurissant d’une députée socialiste qui expliquait ce refus de la ceta uniquement parce que les négociations avaient pris des années. Pour dire, leur argumentation. La Wallonie se ridicule au niveau international avec cette décision. Pire, cette décision entache l’image de la Belgique au niveau international. Les wallons ont l’air d’oublier qu’ils recoivent pleins de subsides de l’union européenne. Et comme par hasard, les endroits en Wallonie qui bénéficient de ces fonds (Hainaut, Charleroi, La Louvière,…) sont les fiefs socialistes. L’UE devrait coupé les fonds européens à la Wallonie. Et ils feront moins les malins. Quand on vit avec l’argent des autres (argent des flamands, de l’europe,….) on évite de prendre ce genre de décisions

  8. Francis dit

    La gauche, la droite, les Wallons, les Flamands, les Gaulois : bla bla.

    Mais nulle question sur le pourquoi !!! Il y a beaucoup de pages dans ce projet d’accord ; l’avez-vous lu ?

    J’aimerais savoir combien de nos députés (i.e. français) ont lu ce projet.

    Plutôt que de remarques stériles, j’aimerais que l’on parle du fond : aucun journaliste ne le fait … et vous ne le faites pas plus dans ce que j’ai lu ci-dessus. Ce que je demande à M. Verhaeghe, c’est une liste des principaux obstacles qu’il voit dans ce projet d’accord ; ensuite, vous (et moi) pourrons discuter de la pertinence (ou de l’impertinence !!!) de ces obstacles. Pour ma part, je ne vois pas par quel miracle cet accord serait « gagnant-gagnant » : pourquoi achèterons-nous (les Canadiens plus les Européens) plus de produits canadiens ou européens, au total ? Et pourquoi, dans ce cas, les entreprises industrielles et agro-alimentaires (et les agriculteurs non entreprises agro-alimentaires) canadiennes et européennes vendront-elles plus sur les marchés canadien et européen ? Merci d’avance à tous de vos explications.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *