Accueil » Duflot victime d’une élection truquée par le PS?

Duflot victime d’une élection truquée par le PS?

Cet article a été lu 7833 fois

La cinglante défaite de Cécile Duflot à la primaire des écologistes pose quelques sévères questions sur la façon dont le scrutin s’est déroulé. Rien n’est prouvé, mais l’amateurisme avec lequel le vote était organisé a ouvert de sérieuses brèches dans sa fiabilité. Jusqu’à nourrir un soupçon de trucage par un PS désireux de lui faire manger la poussière? Les Verts gagneraient à examiner la situation avec attention, même si l’arrogance avec laquelle Cécile Duflot a abordé le scrutin n’a pas joué en sa faveur.

Une participation plus forte que prévu

Forcément, quelque chose étonne de prime abord dans cette primaire écologiste: le parti compte un maximum de 7.000 adhérents et a peiné à leur envoyer le matériel électoral. Les sondages créditent le candidat écologiste de 2% d’intentions de vote aux présidentielles, soit une popularité quasi-confidentielle. Et hop! 17.000 personnes se sont inscrites et 12.000 ont voté.

Les amateurs de mathématique électorale ont noté qu’il a manqué 6 points à Cécile Duflot pour atteindre le second tour (puisqu’elle a recueilli 24% des voix, alors que Michèle Rivasi, deuxième du scrutin, en a recueilli 30%). Sa défaite s’est donc jouée à moins d’un millier de voix, mais avec des électeurs non connus du parti.

Une organisation bancale

De l‘aveu même de David Cormand, secrétaire général du parti, 10% environ des 17.000 inscrits présentaient un risque de fraude. Sur ce point, la machine écolo a semblé extrêmement dilettante, revendiquant de ne pas vérifier les identités des électeurs. Pour Cécile Duflot, cette légèreté se révèle brutalement douloureuse.

Si l’on ajoute à ces manquements les faiblesses globales de l’organisation, raillées par l’histoire de Gaston Lecat, qui aurait pu voter semble-t-il, alors qu’il est un chat, on s’interrogera donc sur les 750 voix environ qui ont manqué à Cécile Duflot pour être deuxième, et sur les 1.000 voix qui lui ont manquées pour être en tête.

Quand Hollande parlait du suicide politique de Duflot

Difficile ici de ne pas se souvenir des paroles prophétiques tenues par François Hollande à propos de Cécile Duflot en 2015:

« Cécile Duflot est intelligente, elle comprendra », même si elle « fait une fixation sur Valls ». « On peut empêcher quelqu’un de se suicider trois fois, quatre fois, mais la cinquième peut-on encore le retenir ? »

Entre le combat que Duflot a mené contre Valls et celui qu’elle a mené contre Hollande (en sortant un livre pour dire tout le mal qu’elle pensait de sa politique), le pouvoir en place ne manquait de raison de profiter discrètement des failles dans l’organisation du scrutin pour mettre l’ex-ministre à terre.

Une confiance étonnante de la candidate

Le plus étonnant (et qui démontre que Duflot n’est absolument pas prête pour un scrutin présidentiel) tient à la naïveté avec laquelle elle a abordé la primaire.

Quelques jours avant le vote, les proches de la passionaria des Verts espéraient qu’elle allait l’emporter dès le premier tour.

On peut se demander dans quelle mesure cette confiance ne constituait pas une forme d’arrogance vis-à-vis des enjeux du scrutin.

Duflot et les lieux communs de la boboïtude

Dans le même ordre d’idées, on se délectera des certitudes péremptoires de la non moins péremptoire Caroline de Haas, sa directrice de campagne, convaincue de détenir la vérité universelle en toutes choses. Ses annonces d’avant scrutin sur sa campagne 2.0 ultra-moderne rappellent combien il est maladroit de vendre trop tôt la peau de l’ours:

Caroline de Haas explique avoir utilisé la technique de « la chaîne de SMS » pour la campagne de Cécile Duflot. « Ces SMS ont été envoyés par une centaine de militants et de militantes à une centaine de contacts. » Les deux femmes ont également envoyé plusieurs centaines de mails pendant toute la campagne, jusqu’à la clôture des inscriptions.

La conviction des deux femmes était alors que Duflot serait élue dès le premier tour. Ou comment, à force de vivre en vase clos, on se persuade de l’existence de ses propres croyances.

Le rejet du bling-bling par les électeurs?

Reste que, influence extérieure sur le vote ou pas, Cécile Duflot a probablement cru que sa posture d’ancienne ministre chouchoute des médias suffirait à la qualifier face à ses petits camarades. Et c’est probablement la leçon à retirer de cette gamelle magistrale: l’époque n’est plus aux victoires électorales sur la notoriété ou sur la légitimité du pouvoir. Elle est aux victoires sur la compétence technique.

9 commentaires

  1. jacques dit

    Franchement, je ne crois pas à l’élection truqué. Quel intérêt pour le PS de truquer les élections des écolos ? Le parti des écolos ne représentent strictement rien électoralement parlant et est en pleine déliquescence. Duflot n’est pas du tout une menace pour Hollande. Politiquement et électoralement, elle représente rien. Celui qui représente la menace au PS c’est Montebourg et à la gauche du PS, Mélenchon. Duflot n’est pas une menace pour le PS. Mais surtout, Hollande et le PS aurait tout à perdre si on apprenait qu’ils avaient truqués les élections d’un autre parti. Le coût bénéfice est vite calculé: grand risque pour faible bénéfice. Je ne vois pas en quoi le nombre de participants pour des primaires est si élevé que cela. 17000 sympathisants pour ce parti me semble pas un chiffre énorme. Il y a plus de 17 000 bobs écolos en France.
    Les écolos sont des amateurs. Cependant, en cas d’élection truquée, il y aurait eu des doutes, je pense. Quelqu’un aurait soupconné quelque chose. Pourtant, personne n’a rien dit. Duflot et ses partisans n’ont jamais dénoncés des éventuelles tricheries. Je pense que les sympathisants écolo ont bien compris que Duflot était une politicienne et par conséquent, ils l’ont rejeté. De plus, ils voulaient un renouveau du parti

    • Grogro dit

      Si vous en connaissez, discutez avec des militants EELV de base. Ils se coucheront devant le candidat socialiste quel qu’il soit et ne présenteront pas de candidat au premier tour, et cela prendra probablement la forme d’une révolte de la base contre le haut d’une pyramide parisiano-centrée. Je pense que Duflot aurait été trop arrogante pour se coucher. Il n’est pas inenvisageable, dans ces circonstances, que des socialistes aient cherché à la torpiller dans les règles de l’art.

      Je pense que le front de gauche forcera lui aussi Mélenchon à se coucher, par craintre de Marine le Pen. J’en suis quasiment certain pour le PCF, bien moins pour le parti de gauche. Un éclatement du FdG, de toute façon trop tiraillé entre une ligne ultra-bobo et une ligne populiste façon Marchais, me parait le plus probable.

  2. Emmanuel dit

    « Et c’est probablement la leçon à retirer de cette gamelle magistrale: l’époque n’est plus aux victoires électorales sur la notoriété ou sur la légitimité du pouvoir. Elle est au victoire sur la compétence technique. »

    Moui, attention à l’excès d’optimisme. Le slogan a la mode ressemble plus à « Sortez les sortants » qu’à « La compétence technique ». Je pense que beaucoup d’électeurs ont envie de couper des têtes (et l’on fait en 2012) plutôt que de « choisir un administrateur pragmatique ».

  3. Pierre dit

    Rasoir d’Ockham.

    Duflot a été sèchement éliminée.. parce que même un bobo gogo parisien « écolo » commence à comprendre que les gens comme Duflot… sont des manipulateurs, et que les Placé, les Denis Baupin son encore bien pire.

    Donc ils l’ont virée.

    D’autant plus facilement que la sotte a fait son Jospin 2002… sûre d’elle-même, de son bon droit, certaine d’être soutenue par ses gueux, ses esclaves (les « électeurs »).

    Elle s’est ramassée une pelle, comme une gourde.

    C’est excessivement plaisant !

    Enfin, la mise à la poubelle de Duflot, ne garantit pas que les écolos ne parviennent pas à aligner un candidat au 1er tour de la présidentielle. Bien au contraire.

    Une Duflot, on peut la pressurer, elle est mouillée, elle est consanguine au système… on peut donc la contrôler, faire un deal avec elle…. Alors qu’un doux rêveur, vrai écolo, anonyme… serait pour le PS en fait beaucoup plus dangereux.

    De ce point de vue l’échec de Duflot pourrait apparaître comme un énième échec pour… Hollande.

  4. Ikomal dit

    Je ne crois pas non plus à la manipulation du PS ou de n’importe qui.
    EELV est notoirement un parti de gens qui n’aiment pas les têtes et qui les coupent toutes dès qu’elles ont quelques notoriété. Cohen-Bandit, Mamère, Hulot etc. en ont fait les frais. D’un point de vue politicien c’est stupide et inefficace, mais d’un point de vue politique c’est plutôt à leur honneur : ils pratiquent violemment le non-cumul et le dirigeant à usage unique, je leur reproche bien des choses, mais pas ça. Il n’y a pas besoin d’invoquer un complot pour expliquer l’élimination directe de la candidate la plus médiatique, c’est dans leurs gènes.
    Le trop fort nombre de votant par rapport aux militants ? non, il n’est pas trop fort, il est plutôt bas. Certes le parti ne compte plus que 7 000 militants aujourd’hui, mais il a culminé > 5 x plus haut, et avec les sympathisants je n’aurai pas été surpris de voir 50 000 votants. L’information intéressante ce n’est pas l’élimination de Duflot, c’est qu’ils ne sont que 17 000 à s’incrire, 12 000 à voter. Un fondateur comme Cohen-Bendit a publiquement annoncé qu’ils ne votait pas. EELV n’est plus rien.
    Et puis il aurait fallu faire passé des consignes, avec le risque que ça se sache et un résultat inverse de celui escompté.
    Et puis il aurait fallu calibrer l’intervention à un niveau adéquat, alors que le PS est comme tout le monde : il comprend très mal le parti écolo, il n’a pas d’historique.
    Et si moi j’avais voulu faire battre Duflot (en supposant en avoir les moyens), qu’aurai-je fais ? J’aurais envoyé quelques milliers d’électeurs au second tour pour l’autre candidat, et pour que ça se voit pas trop j’aurai envoyé les mêmes voter ce qui leur plait au premier tour (pas de consigne, pas de bruit). Pas de quoi a priori éliminer Duflot au premier tour, en tout cas.

    Mais il est intéressant que vous imaginiez ça. On ne prête « qu’aux riches », et effectivement l’histoire du PS est tellement pleine de magouilles de ce genre …

  5. Citoyen dit

    Duflot a fait un flop !!
    Il faut savoir apprécier le coté savoureux de l’instant …
    Dans la secte des pastèques, comme dans celle de Solférino, le vieil adage se vérifie : nul n’est prophète en son marigot.
    Ou alors les pastèques auront compris, avec pas mal de retard à l’allumage, le message du pépère : « le changement, c’est maintenant »…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *