Accueil » Police nationale: le naufrage d’un commandement politisé

Police nationale: le naufrage d’un commandement politisé

Cet article a été lu 13816 fois

Enfin, ça éclate! la crise du commandement à la police nationale, évoquée dans ces colonnes de longue date, devient une affaire publique. En dehors de leurs organisations syndicales, les policiers manifestent spontanément le soir pour dénoncer l’abandon dans lequel ils se trouvent de la part de leur hiérarchie pour effectuer leurs missions de maintien de l’ordre. Et, une fois de plus, cette même hiérarchie policière manifeste toute son incompétence et son incapacité à gérer la situation…

Le ras-le-bol de Pinot simple flic

Pour tous les grands défenseurs de l’Etat comme solution universelle aux problèmes du pays, l’expression de ras-le-bol à laquelle nous assistons rappelle qu’il n’est pas pire employeur que ce fameux Etat prétendu défenseur de l’égalité et des droits sociaux. Aucune entreprise ne pourrait en effet survivre avec un management aussi éloigné des réalités et autant coupé de sa base.

La hiérarchie policière peut d’ailleurs se targuer de disposer de collaborateurs aussi patients. Ce ras-le-bol aurait pu, et même aurait dû, éclater de longue date.

L’évident abandon des policiers de terrain

Que la hiérarchie policière se désintéresse de sa fonction managériale, qu’elle soit beaucoup plus occupée à faire carrière qu’à garantir la sécurité des citoyens est une évidence qui déchire les yeux. Tous ceux qui vivent dans les quartiers difficiles savent que la police nationale y souffre de graves disparités dans l’affectation des effectifs, dont la hiérarchie policière porte directement la responsabilité, et d’une paralysie quotidienne due au manque d’engagement du management dans la prise de responsabilité.

C’est ainsi que, au jour le jour, l’ordre de la société se délite et qu’un sentiment d’impunité se développe parmi les racailles.

La faillite de la cogestion syndicale

Pour garder le contrôle de la situation sans se remettre au travail, la hiérarchie policière a pratiqué la cogestion syndicale. Le jeu était simple: il consistait à neutraliser le combat syndical en nourrissant une bureaucratie aux ordres. Ce système a retardé l’émergence de la contestation, pour un prix finalement limité.

Il a par exemple conduit à désigner au Conseil Economique, Social et Environnemental (CESE) Jean-Claude Delage, secrétaire national du syndicat Alliance Police, syndicat essentiel au fonctionnement de la CGC. Ces petits arrangements expliquent pourquoi la grogne actuelle s’exprime en dehors des organisations syndicales. Les combinazioni ont leurs limites!

Le sidérant mépris du directeur général de la police national

Personne n’a échappé à cette image sidérante du directeur général de la police nationale, Jean-Marc Falcone, à l’abri des vitres fumées de sa voiture de fonction, refusant d’entrer en contact avec ses salariés en colère et filant à toute vitesse pour leur échapper. Imagine-t-on un patron de grande entreprise contesté par ses employés donner ce spectacle désolant? On trouverait facilement une troupe de parlementaires pour demander des sanctions immédiates.

Pourquoi l’accepte-t-on d’un haut fonctionnaire? Pouvait-on donner meilleure illustration du mépris aristocratique de la hiérarchie policière pour le flic de base? Pouvait-on mieux démontrer le désintérêt de la hiérarchie pour le management?

Jean-Marc Falcone, symbole de la politisation de la haute fonction publique

Et qui est Jean-Marc Falcone, le directeur général de la police nationale?

Cet homme devenu commissaire de police en 1979 a bénéficié à plein de la politisation de la haute fonction publique. Ancien collaborateur de Jean-Jack Queyranne et de Christian Paul (dont il fut directeur adjoint de cabinet au secrétariat d’Etat de l’Outre-Mer), il est devenu préfet sous la droite. Mais son retour à Matignon en 2012 lui a permis de faire la « culbute » vers la direction générale de la police nationale en 2014, à l’occasion de l’arrivée de Bernard Cazeneuve.

Dans la pratique, Falcone n’est plus « flic » depuis 1990. Est-ce bien raisonnable?

Psycho-rigidité et indifférence comme valeurs managériales

Jean-Marc Falcone porte et déploie manifestement les mêmes valeurs managériales que son ministre Bernard Cazeneuve: psycho-rigidité et indifférence pour ses collaborateurs et pour ses clients finaux que sont les citoyens. On voit bien la technique du « nous sommes infaillibles » et du « circulez, y a rien à voir ». Comme Cazeneuve, Falcone réagit à la contestation spontanée par la menace.

Son choix de ne pas recevoir les manifestants et d’ordonner une enquête administrative pour intimider ceux qui expriment leur ras-le-bol et font usage d’un droit d’expression courant dans le secteur privé donne une démonstration parfaite de ces traits de caractère. « Oignez malins, poignez vilains! ».

La technostructure policière à la manoeuvre

On pourrait se consoler en pensant que le phénomène est lié à une majorité parlementaire. Les débats qui ont suivi les événements de Viry-Châtillon ont malheureusement montré que le problème ne tient pas à une majorité politique de circonstance, mais aux manoeuvres d’une technostructure en bonne et due forme. De droite comme de gauche, la technostructure policière a pris le contrôle de l’appareil d’Etat et en a fait sa chose.

Le contrôle citoyen n’y a manifestement plus sa place. Dans une période marquée par la menace terroriste, cette situation pose un vrai problème…

34 commentaires

  1. Grogro dit

    « Aucune entreprise ne pourrait en effet survivre avec un management aussi éloigné des réalités et autant coupé de sa base. »

    Si, des centaines de grands groupes générant des milliards de CA chaque année. Des structures verticales hiérarchisées à l’extrême, engoncées jusqu’au cou dans la culture du chef et le caporalisme (comme l’EN ou l’hôpital public donc), aussi bureaucratisées que la pire des administrations publiques, obsédées par une culture des process et des reportings ultra-rigides sans aucune agilité (allez faire comprendre les méthodes agiles à un grand compte qui n’a connu que le bon vieux cycle en V à la papa), et procédant souvent à un management par la terreur. Vous qui parlez souvent de management liquide, vous savez très bien de quoi je parle : http://www.usinenouvelle.com/article/la-mort-des-drh-est-programmee-predit-eric-verhaeghe.N193386

    Évidemment ce sont des environnements de travail particulièrement toxiques, sous efficients, et la catastrophe industrielle finit par se produire tôt ou tard. Comme chez Samsung en ce moment : http://www.developpez.net/forums/d1601216-3/club-professionnels-informatique/actualites/samsung-arrete-temporairement-production-galaxy-note-7-a/#post8769075

    Depuis que Paul O’ Neill a redressé ALCOA (30 ans donc), on sait comment ce type de structure peut être réformée. C’est valable pour le public, c’est valable pour le privé : http://www.huffingtonpost.com/charles-duhigg/the-power-of-habit_b_1304550.html

    • Balthazar dit

      La technostructure est la haute noblesse soutenue par le petit clergé des fonctionnaires type cadre A
      Le gouvernement profond est là
      Les petits fonctionnaires, cadres b et c, votent FN depuis bien 10 ans

  2. Pierre dit

    Allons plus loin.

    Il faut le dire et le répéter : une manif de flics sur une grande avenue d’une grande capitale… c’est du JAMAIS VU DANS UN PAYS CIVILISE ET ORDONNE !

    Un pays dans lequel des criminels, tous appartenant à certaines ethnies, jettent des cocktail molotov sur une voiture de flics, pour les tuer, à 30 km de la capitale, c’est du jamais vu.

    On peut multiplier les exemples.

    Ce que nous vivons en « France » (les guillemets pourraient rapidement devenir de rigueur)… est tout bonnement ahurissant.

    Je parle des pays occidentaux… mais dans les pays asiatiques ou même américains (nord et sud)… cette idée relève de la science-fiction. La police aurait réagi depuis longtemps, avec le support de sa hiérarchie, en abattant tout simplement les racailles : déjà vu au Brésil, dans la plupart des pays d’Amérique latine, et bien entendu… dans tous les pays asiatiques.

    Quant aux USA, les policiers en général tirent les premier, en tout cas jusqu’à récemment…

    Bref, nous sommes dans la twilight zone… Les « Français » ne mesurent pas la gravité de ce qui se passe…. depuis des années chez eux.

    Car ce sont des veaux dénués de toute culture, de tous points de comparaison, décérébrés, prêts à tout accepter, même l’inacceptable.

    Ce pays a simplement oublié le bon sens, la « common decency » dont parlait Orwell.

    Mais heureusement ça va changer les gars… On va élire… Fillon ! Ouh la la, oui ça va dépoter.
    😉

    Difficile de ne pas titiller le père François. Désolé pour la private joke.

    • D’accord sur le constat. Il est celui qui vise la gauche, c’est à dire l’ensemble des sentiments humains qui considèrent la criminalité comme une déviance exceptionnelle à ne pas sanctionner sous peine d’aggravation. Tout candidat porteur du sentiment contraire, et François Fillon en est un, ne peut que faire mieux.
      Le symptôme ultime c’est l’appellation de « sauvageon » que Cazeneuve utilisa pour qualifier les bandes ethniques assassines qui lui tuèrent ses policiers: une folie douce habite la moitié des habitants de ce pays de cons et de veaux. Il y a cinq minutes à la télévision, il rappela qu’il fallait être « très ferme » tout en permettant la « réparation » des crimes commis par les mineurs (de 17 ans, assassins et sans contrôle que lui et Taubira ont laissé quatre ans en liberté).
      Il y a dans ce pays une fracture … qui différencie en gros la gauche et la droite.
      La gauche, totalement perdue et détruite n’a plus vocation à exercer les moindres responsabilités. Les lamentables lémures qui le prétendent encore pour quelques mois achèvent de se chier dessus en public. La fiction que nous acceptons de maintenir encore quelque mois et qui s’appelle la démocratie finit de consumer la honte que nous éprouvons à ce spectacle. Après si ça ne change pas, on verra leur sang.

      • Pierre dit

        Vous continuez à faire des circonvolutions : d’un côté en appelant au « sang », de l’autre en parlant de fracture… « gauche / droite ».

        Vous ne saisissez toujours pas l’ontologie : la fracture est ethnique/culturelle, absolument pas politique, puisque UMPS font exactement la même chose depuis 30 ans.

        Vous nous dites : en 2017 la « gauche va être balayée », la « droite » va gagner et donc tout va changer.

        Vous persistez dans le fantasme.

        Juppé, Sarkozy ou Fillon… vont « tout changer » ?

        D’autres commentateurs parlent -eux-… de problèmes « managériaux », avec des bonnes recettes pour réformer de grosses structures… C’est ahurissant.

        Question : demain, on change le patron de la police…. Cela changera quoi, concrètement ? En quoi cela changera la composition ethnique des banlieues parisiennes et des autres villes ?

        En quoi cela transmutera les racailles en citoyens ayant lu Montaigne et Voltaire et respectueux de l’ordre ? Hum ?

        Il y aura davantage d’arrestations, admettons… mais tous relâchés par les juges.

        Ah zut, alors donc en plus de la police, il faut changer également la justice. Hum… compliqué.

        Ok alors vous changez la justice, en gros on schématise toutes les racailles sont déportées à Cayenne, ah mais là paf, vous vous prenez la cour européenne des droits de l’homme de pleine face. Ah zut. Alors faut changer aussi l’UE.

        Ah rezut, on ne peut pas… Alors faut sortir de l’UE ? Ah rerezut on ne peut pas. Ouh la la, mal à la tête.

        etc. etc.

        On peut dérouler le problème à l’infini.

        Il faut arrêter le fantasme de la « réformette ».

        C’est la pensée magique factorisée par Emile Coué.

        Ce n’est pas un curseur ou une manette qu’il faut changer…. c’est la machine entière.

        Et même après l’avoir changée totalement, vous aurez toujours sur les bras votre problème ethnique/culturel.

        • @Pierre Je maintiens et mieux, je théorise. L’arrivée de l’extrême droite, subventionnée par la gauche pour mieux rester au pouvoir dans les années 80, fut délibérée et organisée par un collaborateur vichyste ami d’un génocidaire.
          Tout l’antiracisme, toutes les arrivées massives furent encouragés pour doper le repoussoir et le faire grimper au rideaux. Il s’agissait d’abord à coup de triangulaires, de pallier le désastre économique qui pourtant se voyait et ainsi de rester tout de même au pouvoir. De la manip électorale, qui marcha magnifiquement. On se permis même de donner (presque en remerciement) un second tour au loup.

          Mais il y avait plus, et vous en êtes la victime: comme « droite et gauche » se valent donc, il n’y aurait plus de clivage droite/gauche et donc il n’y a plus de réforme possible. Le stade ultime de l’anomie, qui par faiblesse permettra de garder encore les fonctionnaires. Car là est l’enjeu, la survie contre toute nécessité, non pas du gouvernement profond ou de la technostructure, mais d’une masse de mendiants payés à ne rien faire. On les gardera jusqu’au bout. Si Fillon n’arrive pas à en virer gentiment 500 000 dans les cinq ans, on devra en licencier deux millions d’un coup dans les trois ans, dès que les taux remonteront. Et là il y aura du sang.

          Pour finir Fillon ne parle pas de « réformettes » ou même de « réformes ». On est à la « transformation », et elle sera déjà forte, c’est ce qu’il propose. Si on l’ignore, il faudra passer assez vite, dès que la BCE devra « ralentir le rachat d’actifs », « au prix d’un mouvement violent sur les taux longs européens » (les échos d’aujourd’hui), à bien plus méchant, et commandé par l’extérieur.
          Vous pourrez alors faire preuve de virilité, en refusant de payer vos dettes…

          • Pierre dit

            Il ne sert à rien de remonter à l’OAS, au borgne et à toute la galerie haute en couleur de l' »extrême-droite » française il y a 40 ans, pour mieux la déconsidérer aujourd’hui.

            Le FN de 2016 est un gentil RPR de 1979. Point barre.

            Oui le FN a été instrumentalisé par l’UMPS, depuis 30 ans… Et alors ?

            Est-ce une raison pour donc… continuer à voter UMPS (ou dans votre cas, Fillon, le parfait apparatchik) ?

            Ce bloquage mental est réellement stupéfiant et mériterait des études approfondies de psychologie.

            Vous demeurez totalement ancré sur vos ergots, et continuer de nous parler des Vichyssois, de Jean-Marie, etc… Et de la suppression de 500 000 postes de fonctionnaires comme une solution…

            Mais le train est passé bon sang !

            Cette extrême-droite d’opérette était de la simple politique à l’époque.

            En 2016 nous sommes dans le dur : vous, vos voisins, Germaine et André, vos villages, vos coutumes… sont littéralement remplacés, au sens premier, par des ethnies venues d’ailleurs qui ne sont pas bienveillantes, et ne vous veulent pas du bien.

            Alors ? Vous allez continuer à ressasser vos antiennes historiques, vos obsessions ? Le taux de TVA a t il un sens de ce point de vue ? Et la retraite à 65 ou 69 ans, hein ?

            L’UMPS, quel que soit le vainqueur, prolongera l’agonie.

            Seule une victoire du FN peut accélérer l’entropie, et précipiter la destruction du système, car contrairement à ce que vous pensez je me fiche personnellement du « programme » du FN, de savoir s’il trop à « droite » ou trop à « gauche »… seul son potentiel DISTRUPTIF a une valeur.

            Le FN est un accélérateur d’entropie.

            Rien de plus.

          • @Pierre Je nie absolument que le FN d’aujourd’hui soit l’équivalent du RPR de 80. Le FN n’a jamais cessé d’être ce que je dis, l’héritier de la France de Vichy, crée sous nos yeux par un vichyssois passé de la révolution nationale socialiste à la révolution socialiste, maintenant dominé par le même libertinage crypto gauchiste, ces gens sont incapables de distinguer nation et social et le montrent tous les jours en voulant quitter l’euro, être homosexuel, avoir pour frère un directeur d’institut de sondage, être grosse, blonde et nous gonfler en ne sachant faire aucun calcul de tête. Bref, la honte. Et ne me parlez pas de gaullisme, la gerbe de Philippot à Colombey était une insulte appréciée des connaisseurs, je vais bien chier tous les ans sur la tombe de Pétain…

            Vous faites une équivalence entre Juppé Sarkozy et Fillon à la primaire et vous avez tort, c’est bien pour cela que je vous engage à voter Fillon, lui seul changera tout.

            Quand à votre grand remplacement, il convient d’abord d’en arrêter le rythme. Pour ceux qui passèrent entre les mailles du filet, je vous charge de nous en débarrasser par assassinat, nous serons indulgent, nous vous traiterons de « sauvageon ».

          • Grogro dit

            Je comprends la grille de lecture de Pierre et j’y ai souvent pensé moi-même. Le FN accélèrera considérablement la chûte. OUI MAIS… qu’est-ce qui vient après la chute ? Après un effondrement comparable à 1870 ou 1940 ? Que se passe-t-il réellement si le FN parvient au pouvoir ? Surtout dans le cas le plus probable si l’improbable se produit : MLP élue en 2017 parce qu’Hollande ou Valls auront été assez machiavélique pour se hisser au second tour en profitant de l’extrême division de la droite. C’est leur jeu : médiatiser Sarko à mort pour favoriser sa victoire aux primaires, lui savonner la planche en saupoudrant 2-3 révélation avant la primaire, et une fois désigné on lâche l’artillerie lourde des affaires judiciaires (ils se sont emparés des services de renseignement de la même manière dont Sarko s’en était emparé au détriment, à l’époque, des chiraquiens, donc ils savent énormément de choses, assez pour le torpiller pour un siècle). Candidature Bayrou + Macron au centre (Macron, faux rebelle, est une marionnette des rocardiens, il est là pour faire réélire le candidat de gauche et finir PM) , contre une candidature unie à gauche (discutez avec des militants de gôche non socialope, les gens à la base, vous verrez). Donc dans ces circonstances on a MLP élue en mai dans un paysage politique complètement éclaté, et en juin elle n’aura jamais de majorité, pas de coalition possible. Donc un pays à 100% ingouvernable. Vous me suivez ? Ou quand vous parlez d’accélérer la disruption c’est précisemment à ça que vous pensez ?

            Quant à Fillon, pour parler comme Audiard, c’est rien qu’un demi-sel. Pour qu’il soit un homme d’état, encore faudrait-il qu’il y ait un état, encore faudrait-il qu’il soit un homme. On a vu ce qu’il a dans le caleçon quand il s’est fait voler l’élection de l’UMP par Copé, et pendant les 5 années passées à se faire mettre par Sarkoléon. Il n’a rien fait, il n’a jamais eu d’idées encore moins de principes, lui l’ancien séguiniste qui a trahi au profit de l’atlantisme, il ne fera strictement rien. Juppé non plus remarque. Valls encore moins.

  3. Ikomal dit

    Le cancer est généralisé, il est vrai dans tous les ministères et jusqu’au cœur : conseil d’État, cour des comptes, etc. Le petit fonctionnaire de base plutôt apprécié au moins sur le principe pour un service qu’il rend effectivement (pas toujours très bien, mais quand même) — prof, infirmière, etc. — sert de « bouclier humain » pour protester à la moindre attaque contre le « service public » et de prétexte pour réclamer toujours plus de moyens … qui ne descendent jamais jusqu’à lui.

  4. La video de Falcone hué qui reste enfermé dans sa voiture sans broncher est très frappante : mélange de lâcheté et de mépris de la plèbe, très aristocratique au mauvais sens du terme. Pour ces gens, la plèbe est dangereuse mais idiote.

    Evidemment, s’il avait eu les couilles de monter sur le toit de sa voiture et de haranguer la foule en colère, même s’il n’avait pas réussi à se faire entendre, cela aurait eu une autre gueule. Mais il est vain attendre quelque chose de bon, un geste d’homme, d’un technocrate politisé.

    Les petits marquis et les grands seigneurs du Versailles décadent ne mouraient plus à la guerre, seuls les cadets de Gascogne …

    • xc dit

      J’ai trouvé ses menaces de sanctions à l’encontre des Policiers absolument indignes, hors de propos, et justifiant qu’il démissionne (ou soit démis) dans les plus brefs délais. Mais le JT de la 2 de la mi-journée ce jour a diffusé un reportage sur les précédentes manifestations de Policiers où on apprend que son prédécesseur de 1983 a été démis pour ne pas avoir condamné les manifestations de cette année. Conclusion: le Directeur Général de la Police est un apparatchik inutile, autant vaut que la Police soit gérée directement par le ministre.

  5. Ilmryn dit

    C’est amusant, il y a plus « d’élus » en France que tout le régalien.

    246’000 – Police et Gendarmerie, 77’951 – Justice, 263’350 – Armée = 587’301 contre 618’000 élus.
    Si on enlève l’armée, plutôt dédiée à l’extérieur il y a DEUX FOIS plus d’élus que de régalien.

    ———–
    Pour la prochaine fois qu’on vous embête avec « la fin des enseignants, infirmières, policiers » quand vous dites qu’on est envahi par les fonctionnaires, je vous met la totale:

    Il y a 7 millions de salariés de l’état, dont 5 millions de fonctionnaires.
    http://www.observatoiredesgaspillages.com/2010/01/combien-de-fonctionnaires-en-france/

    Faisons les comptes:

    246’000 – Police et Gendarmerie
    77’951 – Justice
    263’350 – Armée
    1’052’700 – Enseignement
    1’183’000 – fonction hospitalière

    Total: 2’823’001

    À quoi diable sont occupés les AUTRES 4 MILLIONS ???

    Ce pays est foutu…

    • MJ dit

      seraient-ce les fonctionnaires territoriaux ?
      @Ikomal, « plutôt apprécié au moins sur le principe pour un service qu’il rend « , exactement, globalement ils sont plutôt utiles. qui n’a pas été content d’être accueilli par un flic (qui tape à la machine avec 2 doigts) une aide soignante, un instit, etc ?
      donc utiles mais hélas victimes de l’UMPS qui menace pour toute réforme de tailler dans leur vif alors que c’est l’échelon haute fonction publique qu’il faut dynamiter. et victimes de tous les autres à tendance poujadiste qui restent sur une image « à la Coluche » du fonctionnaire.
      Rien d’étonnant à ce qu’ils fassent corps pour résister à tout ça.
      @ Bathazar, oui les catégorie C votent Le Pen, les B c’est nettement plus mitigé et ça commence à arriver chez les A. Mais il faut vraiment bien les connaître pour qu’ils lâchent cette info.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *