Accueil » Quand la police balaie le « vivre ensemble » sans ménagement

Quand la police balaie le « vivre ensemble » sans ménagement

Cet article a été lu 12786 fois

Derrière la grogne qui embrase la police, il n’y a pas qu’une révolte contre le management aristocratique pratiqué par les grands corps de l’Etat. On trouve autre chose qui ne dit son nom que peu à peu: la remise en cause du « Vivre Ensemble » et du deux poids deux mesures vis-à-vis des « quartiers », valeur dominante de l’élite au pouvoir.

La police face aux quartiers

Ce n’est pas un sujet nouveau: la répartition des effectifs de police en France est ubuesque, et l’absurdité non seulement n’a jamais été corrigée, mais elle s’est même aggravée. Dans la pratique, les effectifs policiers sont, de longue date, distribués sur une logique qui est sans lien avec le taux de criminalité des zones concernées.

Les suppressions de postes pratiquées depuis la RGPP ont frappé, en toute opacité, des zones fortement criminogènes. Tout ceci concourt à dégrader les conditions de travail des policiers en zone sensible. Cette dégradation est directement imputable aux politiques publiques et à l’incapacité du management à allouer ses moyens de façon optimale.

Un management au service de ses ambitions

Face à cette politique suicidaire dont la hiérarchie policière (corps préfectoral et administration centrale de l’Intérieur en premier lieu) est directement responsable et coupable, la terrible politisation de la haute fonction publique a fait son oeuvre. Pour être bien vu, il ne faut pas sécuriser la voie publique, mais rendre de bonnes statistiques au ministère. Et surtout ne pas faire de vagues. Donc, il faut demander aux agents de terrain de s’occuper des gens honnêtes et sans problème, et leur ordonner de ne pas prendre de risque inconsidéré dans les « quartiers ». Une bavure est si vite arrivée.

Et voici comment une évaluation purement politique des commissaires, déconnectée du service à rendre au citoyen contribuable, déstabilise toute une société: les racailles sont impunies parce qu’elles font peur, les gens honnêtes sont mis sous surveillance parce qu’ils ne constituent pas une menace.

Les langues commencent à se délier dans la police

Cette logique de répression des gens honnêtes et d’impunité pour les voyous est très bien décrite par un policier sur les antennes de RMC:

« On nous demande d’aller dans les cités avec parcimonie, de ne pas effectuer trop de contrôles et de ne pas bousculer l’économie souterraine des cités, alors que par contre on nous demande d’aller au carrefour pour verbaliser monsieur tout-le-monde qui va au travail pour gonfler les chiffres et faire en sorte que les carrières de nos chers patrons montent en flèche »

Tout est dit, et ce policier met enfin des mots sur une vérité que tous les Français du tiers-état vivent au jour le jour: il est plus facile de verbaliser un passant ordinaire qu’un voyou qui défie la loi. Donc, il existe, en France, une prime à la malhonnêteté, sauf dans les beaux quartiers qui sont quadrillés par des sureffectifs policiers.

Le prix à payer pour le Vivre Ensemble

On ne remerciera jamais assez ce policier d’avoir décrit, en ombre chinoise, ce qu’est la réalité du Vivre Ensemble pour la grande majorité des Français, exposés à ses conséquences quotidiennes. Dans les quartiers difficiles, il existe des zones de non-droit où la police n’agit plus, n’intervient plus, où elle laisse les voyous prendre possession du territoire. Ce sont eux qui y font la loi. La hiérarchie policière y craint les bavures.

Alors ce sont les honnêtes gens qui trinquent. Non seulement ils sont placés sous la coupe de petites bandes mafieuses qui y rendent la vie impossible, mais ils subissent en plus le harcèlement administratif officiel auquel tous les citoyens ordinaires sont soumis. Telle est la réalité du Vivre Ensemble pour la société française: une prime au banditisme, et une sanction constante pour l’honnêteté.

Il existe donc bien des zones de non-droit

Contrairement à ce que disaient les hiérarques des Républicains qui préparent la primaire de leur parti, Frédéric Péchenard en tête, tous les problèmes ne se concentrent donc pas sur la justice. La police française pose problème. Ou plutôt sa hiérarchie, obnubilée par sa carrière et indifférente à sa mission de service public.

Cela va mieux en le disant. Les manifestations spontanées qui se propagent montrent qu’une réforme en profondeur de la police (et probablement du statut des hauts fonctionnaires) est aujourd’hui de salubrité publique.

L’élite administrative bloque la réforme de l’Etat

Il est saisissant de voir, une fois de plus, que ceux qui bloquent la réforme de l’Etat et son adaptation à l’intérêt général, ce ne sont pas les fonctionnaires de terrain, mais les décideurs, les managers, les hauts fonctionnaires. Contrairement à l’idée répandue, ce ne sont pas les petites gens qui refusent les réformes, ce sont les puissants.

Démonstration est faite que la réforme, en France, est possible, à condition de balayer la bureaucratie qui la bloque.

24 commentaires

  1. Ikomal dit

    Vous avez mis le doigt sur le problème : les hauts fonctionnaires, des gens qui actuellement font carrière non pas sur la prévention des problèmes et leur résolution, mais sur la servilité à l’égard de politiciens qui ne pensent pas plus loin que la prochaine élection et qui ne veulent surtout pas de vagues, pas de remous syndicaux ou médiatiques qui perturbent leur grands idéaux de réforme de la société française.
    Les réformer ? Aucune chance. Ils sont sélectionnés et formés à la servilité, à se soumettre à ce qui vient d’en haut et pas à satisfaire ce qui vient de tout en bas (pas leur troupes, les « usagers »). il faut juste les sortir du circuit.

  2. MJ dit

    « Démonstration est faite que la réforme, en France, est possible, à condition de balayer la bureaucratie qui la bloque. »
    Non pas d’accord du tout. il ne faut pas incriminer « la bureaucratie ». C’est uniquement de la faute des hauts fonctionnaires.
    Appelez un chat un chat, d’autant que vous êtes clair là dessus toule reste de votre texte.
    quant aux « petits fonctionnaires » (ça peut aussi inclure les catégories A pour bonne partie), ils font leur boulot, du moins ce qu’on leur demande de faire, du mieux qu’ils le peuvent.
    Mais soyez clairs en permanence, c’est la haute fonction publique, politisée, qui nous met dans le mur.

  3. 13atg dit

    Homicides en 2015 : 932.
    Tués sur la route : 3461.

    Le brave policier qui nous parle de « verbaliser monsieur tout le monde qui va au travail » nous arracherait presque des larmes.

    Cela me fait penser au célèbre discours de Chirac en 1981 faisant le procès de la « chasse aux automobilistes pendant qu’on assassine des vieilles dames. »

    En 1981, on était à 9972 morts sur les routes…

    Quelle démagogie !

    • yoananda dit

      Sauf que rien ne dis que c’est grâce aux verbalisations que ça diminue.
      En tout cas, c’est certain que les radars automatiques n’ont rien à y voir.
      Donc je doute à fortiori que les contrôles inopinés soient plus efficients.

    • Citoyen dit

      @ 13atg. Sauf qu’en 1981 Chirac avait raison (pour une fois !) …
      Plus tard, il a été beaucoup moins inspiré …
      Quand un automobiliste se tue tout seul (sauf quand il en tue d’autres), parce qu’il ne sait pas conduire (cas le plus fréquent, pour ce qui est de l’immense majorité), il ne porte préjudice qu’à lui-même. Et donc ça reste son problème … voir même son droit ! Dans la mesure, où il ne porte pas préjudice à autrui …
      Par contre, quand « on assassine les vielles dames », on porte intentionnellement préjudice à autrui… vous saisissez la nuance ?

  4. Oblabla dit

    Je confirme la conclusion de cet excellent papier. Mon père était préfet il y a quelques décennies et il me disait déjà à l’époque que la haute administration se moquait éperdument des ministres et du pouvoir politique en bloquant tout changement. Leur argument était simple: « nous sommes à notre place là, inamovibles et protégés; tous ces ministres sont là pour 2 ans en moyenne. Donc il suffit de gagner du temps pour tuer tout projet de changement… Le nouveau ministre arrivera avec d’autres idées et le temps qu’il y comprenne quelque chose, il sera parti ».

  5. aralo dit

    C’est pareil dans nombre d’entreprises françaises, des abrutis dans les directions et les autres qui triment, compétents souvent, mal payés et brimés.

    La France est restée toujours aristocratique, centralisatrice, autoritariste avec les moutontribuables.

    La Police m’avait retiré 4 points de permis, plus une grosse amende, pour un non marquage de stop, j’étais à 2 km/heure et j’avais largement le temps de voir qui arrivait sur ma gauche ou ma droite. Le panneau stop est une connerie sans nom, un simple panneau de signalisation de cédez-le-passage suffit amplement.

  6. Le problème est l’inertie constituée par des priorités qui ne sont pas définies clairement pour un service auprès du citoyen.
    L’autre problème est le laisser faire dans des endroits où s’entassent des difficultés. Chômage excessif et école défiée. Un travail de proximité devrait prendre en compte les situations et pouvoir répondre au cas par cas. Et cela coûterait moins cher.

  7. D’abord, et cela a été déminé précisément, il n’y a PAS eu de diminutions de postes de policiers durant l’ère Sarkozy. Et non.
    Il y a 250 K postes de policiers au total, et la diminution dénoncée est de 10 K (5 %). En fait elle fut de 2K (1%). Car on oublie de compter les 8K d’embauches dues au 35 heures que Sarkozy décida en 2005.
    Car oui, comme à l’hôpital les 35heures furent catastrophiques dans la police. Bref, enfumage total, en plus dans l’épaisseur du trait, de quoi animer un argument de démineur stagiaire à libération.

    Que cela puisse concerner les gens au contact est tout simplement faux, car on doit aussi maintenant supprimer des administratifs, il y a en plein( bien sur) au ministère de l’intérieur. POURQUI croyez vous non de dieu que sont fait les lamentables compte rendus de plainte que l’on tape sous vos yeux avec deux doigts (« moins vite, je n’ai que deux doigts ») quand vous osez aller protester du viol de votre fille ? Pour des lecteurs attentionnés, qui bien que fonctionnaires de l’intérieur, n’ont ni bâton blanc, ni vélo, ni pèlerine… La plaie française de l’excès du nombre de fonctionnaires ne concerne pas l’excès de soldats ou de policiers combattants brûlés vifs par les hordes ethniques camées, mais bien par le trop grand nombre de bureaucrates qui recopient au crayon de papier ce qu’il lisent sur leur écrans d’ordinateurs.
    Ubérisés à mort, des centaines de milliers de zombies inutiles attendent la retraite en ne faisant rien. Ils sont 500 K, et seront supprimés par Fillon en cinq ans. Cela nous fera revenir aux années 2000, c’est le nombre d’inoccupés embauchés entre temps. Du sang et des larmes dit on.

    Un mot au sujet de l’expression « vivre ensemble » évoquée avec perversité par le taulier: elle est effectivement synonyme de « abandon aux populations allogènes du soin de régler leur vie comme elles l’entendent sur les portions de territoire qu’on leur a cédé ». Zone de « non droit » ? Non! Il s’agit de zones « d’autres lois ». Celle de la forêt primitive, peuplée exclusivement de léopards, de lémures et de pygmées.
    On a décrit la fuite du petit peuple dans le péri urbain campagnard, loin des odeurs de cannabis, et des enrichissements réciproques: il en reviendra, avec méchanceté. Une fois connue l’ampleur du désastre mesuré par les statistiques d’origines, et les quotas de nouvelles entrées qui pourraient bien être fixée à zéro un certain temps, le temps d’assimiler le trop plein.

    • Pierre dit

      On aime votre position martiale.

      Je reviens sur votre expression, assez jolie, de « trop plein ».

      Vous avez un soucis d’échelle… Une dizaine de millions, ça fait un sacré « trop plein ». Et pour assimiler à la schlague (forcément car ils ne se laisseront pas faire), papy Fillon va en avoir du boulot…

      En outre, vous dites « quotas d’entrée »… Où avez-vous fantasmé que la France membre de l’UE, pouvait contrôler réellement ses frontières, sortir totalement de Schenghen, couler les bateaux des passeurs près des côtes africaines, éliminer physiquement les passeurs qui s’obstineraient (les opérations « homos » de notre cher président), sélectionner ses immigrés légaux, arrêter le regroupement familial, supprimer le « droit d’asile » totalement dévoyé, ne plus tenir compte de la cour européenne des droits de l’homme et dire le mot de Cambronne à pas mal d’agences de l’ONU, j’en passe et des meilleures ?

      Bref, vous êtes totalement à côté de vos pompes de croco.

      L’Afrique c’est 1,2 milliard d’individus. On nous annonce un quasi quadruplement d’ici 2100…. En 2050, un quart de la population mondiale vivra en Afrique, 40 % des enfants de moins de 5 ans vivront en Afrique…

      A 1 milliard c’est déjà un souk assez ludique, vous croyez qu’à 2 ou 4 ça ira mieux ?

      Le « trop plein » comme vous dites, continuera à se déverser en Europe (sauf à appliquer les méthodes décrites plus haut, et encore).

      Car n’oubliez pas la pompe des Shadocks ou les vases communicants : eux font des enfants, nous pas… Donc en attendant un peu, l’Europe se videra naturellement des Germaine, Elizabeth, Günter, Pablo… morts de leur belle mort (avec leur retraite à points et leurs médicaments anti alzheimer), et se remplira du « trop plein ».

      Et ce n’est pas votre Fillon et ses 500 000 fonctionnaires en moins et sa TVA à 21,74 % qui y changeront quoi que ce soit.

      Je boucle sur le papier : il est très drôle de voir les gens continuer à déblatérer en terme « managérial »… On change les hauts fonctionnaires, ah les bougres ils bloquent tout, et hop barbatruc pensée magique Super Loto Papy Coué, cela règlerait le problème.

      Nous sommes ici dans le domaine de l’hallucination collective.

      • Ikomal dit

        Je suis assez d’accord.
        Il n’y a pas grand chose à sauver des institutions de la France actuelle. Tout part en méchante cagade , à commencer par les bases : enseignement foireux et prétentieux (on peut avoir un DEA de géographie et croire que le Japon est dans l’hémisphère sud…), police et justice à la ramasse, politiques avec des priorités délirantes (on a des dettes et des millions de chômeurs, mais faisons vite des diagnostics sociaux et des lois en faveur de ceux ont déjà du boulot…), syndicats — y compris patronaux — déjantés, armée en guenille, dette abyssale (2 000 officielle, + « hors bilan » entre 5 000 et 10 000 milliards de promesses pas financées), économie qui tient par miracle en écrasant les soutiers, et partout, et surtout aux manettes, des gens complétement fous. Féministes fous, pédagogues fous, politiciens fous, ultra-cathos fous, nationalistes fous, européistes fous, anti-européistes fous, médias fous, écolos fous, syndicalistes fous… cherchez des gens raisonnables, ils sont a peu près invisibles et de toute façon on ne tient aucun compte d’eux.

        Et puis la « bottom line » reste « la main qui tient le berceau ». Alors bien sûr papy Adolf délirait grave, mais c’était pas une raison pour jeter le bébé des réalités démographiques avec l’eau du bain.
        De Gaulle a toujours été très clair : l’indépendance de l’Algérie c’était une nécessité sans laquelle la France devenait Maghrébine et musulmane (Algérie actuelle : 40 M d’habitants, 1M de naissance par an ; France 0,8 M naissance, dont au moins 20% en réalité allogène, mais chut, c’est pas permis de le savoir ni de le dire), et ça, ce n’était pas compatible avec son idée de la France éternelle. Ce n’était pas pour que ceux qui ont claqué la porte, arrive par la fenêtre …
        Et non, ne fantasmez pas sur la révolte du peuple. Le peuple n’existe plus, c’est devenu LA peuple, et elle est vieille, peureuse (OGM, nucléaire, gaz de schiste…) et fatiguée, elle veut prendre sa retraite pénarde et pas que ses fils encore un peu vigoureux la dérange en lui expliquant qu’elle se fait arnaqué. Vaut mieux qu’ils partent, les gens qui soit disant (d’après eux) l’arnaque sont tellement plus sympathiques…

      • yoananda dit

        « Nous sommes ici dans le domaine de l’hallucination collective. »
        C’est clair !
        « Pour résoudre les problèmes de viol : distribution de stérilets magiques et tout ira bien ! »
        Voila en substance le niveau des solutions proposées : vous n’aimez pas ce que vous voyez, achetez vous des œillères comme tout le monde, menfin !
        Hallucination collective, c’est bien le terme.

      • D’abord c’est pas une dizaine de millions, c’est plutôt la moitié et puis on le saura précisément grâce aux statistiques d’origine.
        Sinon, ce qu’il faut pour améliorer les choses c’est d’abord récuser la CEDH (la seule qui gêne vraiment, la cour de justice de l’UE respectant le droit des pays membres à exiger un peu d’intégration). C’est prévu. De toutes façons, il faudra le faire pour interdire les syndicats dans les armées et la GPA, alors tant qu’à faire…
        A partir de là, le seul moyen pour endiguer le flot (vous avez raison, ce sont des vrais termites) est d’agir aux frontières extérieures et donc il faut s’imposer en Europe. Pour cela, vous allez voir tout se tient, il faut d’abord ré-acquérir un peu de respectabilité.
        Les réformes brutales qu’on votera cet été nous donnerons juste la crédibilité qu’il nous faut pour aider Merkel à se faire réélire (si tant est que ce soit encore possible). A partir de là main dans la main avec l’Allemagne, on pourra serrer le kiki des grécos-romains en pleine décadence, et les obliger enfin à enfoncer la tête sous l’eau des chtis envahisseurs trop mignons qu’ils ont trop pris l’habitude de nous envoyer après les avoir « sauvés » (transporté à nos frais en Europe).
        Au besoin on le fera nous même, à grand coup de démonte pneus.
        Mais pour cela, il faudra je vous le rappelle se rabibocher avec les chleus et donc se montrer rigoureux. 500 000 de nos chtis fonctionnaires trop mignons en feront donc les frais, et je l’espère la gueule ouverte.
        Bref, je viens de vous vendre l’exact contraire du programme de la grosse blonde chtarbée, qui, il faut bien l’admettre, ne survit que de la ruine et de la honte de son pays, tout comme vous d’ailleurs, votre désespoir pessimiste commençant à me faire chier, j’ai besoin d’air frais moi et j’ai un mois d’espoir à vivre avant sans doute une grande joie: nous voulons tous le débat Juppé Fillon n’est ce pas ?

        • Pierre dit

          Un débat Fillon / Juppé ? Pour savoir de combien on augmente la TVA, à 2 chiffres après la virgule ?

          Non, vraiment, personne à part vous ne désire ce « débat ».

          Pour le reste, le « pessimisme » est simplement du réalisme.

          Tenir, comme vous le faites, un discours totalement béat, si totalement coupé du Réel, me fait -itou- profondément chier.

          Au départ, je trouvais ça ludique, cette obsession pour le fonctionnaire Fillon de 62 ans… Mais là, à mesure que fin 2016 se rapproche, cela devient juste un poil obscène.

          Mais j’ai confiance : votre poulain va se ramasser une tôle de première en novembre, un de moins.

          Et vous aurez sur les bras, a priori, Juppé, le fonctionnaire de… 71 ans. Bravo.

          Si avec ça, vous n’êtes pas « pessimiste », alors révélez publiquement la drogue à laquelle vous carburez, ça pourrait intéresser les foules.

          • Fillon n’a jamais été fonctionnaire ! Il n’a pas fait l’ENA et ne doit rien à l’Etat, que ses traitements de ministre et de son droit absolu, comme premier ministre, à voyager à sa guise dans les avions de la défense nationale dont il était le responsable (article 21 de la constitution).
            Le point de plus de TVA qu’il se propose d’instaurer par rapport à Juppé (2 plutôt que 1) aura pour objet de décharger brutalement l’économie française de 40 GE de charges indues et donc de la remettre sur pied brutalement. Notre seule chance. Pourquoi diable ne voulez pas saisir cette occasion magnifique ?

  8. Joffe dit

    Oui, il est étonnant que les sempiternelles propositions d’aides à l’Afrique ne soient jamais assorties d’un planning familiale contraint.
    La France actuelle est le Liban de 75.
    Dans 10 ans, elle sera le Soweto des années 60/70/80 : un pouvoir économique, judiciaire, politique, policier, médiatique majoritairement blanc et de gigantesques townships sub-sahariens.

    • Pierre dit

      « Occasion magnifique ? »

      La TVA à 21,35 %, la retraite à 67,8 ans, et le déficit du budget de l’état à 3,47 % du PIB ?

      Vous savez ce qu’en pensent les djihadistes, pardon les réfugiés, pardon les immigrés, pardon les 3ème et 4ème génération, pardon les musulmans de France, pardon les fans du vivre-ensemble ?

      Ils en rient.

      Du rire gras et bête de ceux qui fument des gros bédos d’herbe bien chargés.

      Du rire de ceux qui vont croquer vos miches bien blanches mais, hélas… si ridées.

      Car eux sont jeunes. Il en arrive de nouveaux chaque jour, ils se reproduisent alors que vous au mieux vous attendez la mort, au pire vous êtes déjà totalement alzheimer.

      Qui va gagner d’après-vous ? Hum ?

      Eux ou Super Fillon avec ses biscottos et sa cape mitée ?

      Poser la question c’est déjà savourer la prochaine bouffée de spliff.

      Un conseil : faites comme eux. Fumez un bon gros joint, ça vous détendra et vous verrez la vie en rose et en UMP.

      Votre disparition n’en sera que plus douce.

      La grande anesthésie générale.

      Et finale.

      • Ouh ouh l’excès du cannabis que vous reniflez non seulement vous rend défaitiste mais en plus inexact. C’est un déficit de 0,1 % du PIB que vise Fillon (l’exactitude du zéro% serait démagogique).
        Pour le reste vous souffrez d’un symptôme d’exagération: pour mieux faire réaliser l’urgence d’une réaction nécessaire, vous évoquez le pire, au point de le faire inéluctable, imminent et terrible. brr. Mon petit cul de blanc frémit. Pouet.
        A part la nécessaire soumission à la mort que vous me reprochez, et donc que vous désapprouvez, que faudrait il faire selon vous?
        Vos suggestions passées de s’en remettre à une blondasse entourée de mignons partisans du mariage gay, adepte des boites de nuits car vivant à la colle après deux divorces, et surtout en révolte avec son popa, le vieux tortionnaire antisémite qui lui a fait sa vie, ne me convaincront pas, je vous le dis d’avance…

  9. MANAUS 38 dit

    Bonjour,cet article enfonce des portes ouvertes,surtout du point de vue de citoyen de base que je suis.Cette vérité sur le carriérisme ambiant à tout les niveaux de la hiérarchie.Puisque pour avancer on privilégie le comportement et l’aptitude à appliquer les mesures décidées en amont,et non la pertinence du travail effectue!!!
    J’ai été militaire (sous-off),j’ai connu l' »armée gamelle »;actuellement je travaille dans une grosse entreprise impliquée dans la production d’énergie.A l’armée les règles étaient claires ,l’officier commande ,le sous-officier applique et le militaire du rang subit,même si l’ordre était à chier!!Chacun sa place et Dieu pour tous.Dans le monde de l’entreprise,on se dit « tu »,avec le sourire,mais la félonie et les coups bas pleuvent.Bienvenue dans le monde de l’injustice sociale ,ou l’on promeut les pires  » collabos ».Depuis plus de trente ans ,on détruit ce qui faisait notre force,notre cohésion nationale,notre « souveraineté ».Des reformes ,on en bouffe surtout en démontant méthodiquement notre service public (ciment de la nation);La POLICE en fait partie,le tout sur l’autel du libéralisme cher à certain d’entre vous!!Le fait de pouvoir choisir nos futurs maîtres par le biais de « primaire » à l’américaine me révulse,surtout qu’ils appliqueront les  » GOPE  » (grandes orientations politiques économiques) dictées par la cee. Alors continuez à débattre l’empire continuera son travail de sape par le biais de nos collabos médiatiquement mis en avant!!La FRANCE en tant que telle devrait normalement disparaître!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *