Accueil » Hollande et l’exorcisme démocratique

Hollande et l’exorcisme démocratique

Cet article a été lu 11226 fois

Hollande exorcise la démocratie et montre le vrai visage de la République: celui d’un régime politique cynique, fondamentalement aristocratique et manipulateur. Telle est la leçon à retenir du livre de confidences de Davet et Lhomme intitulé « Un Président ne devrait pas dire ça », et dont le titre donne d’emblée la dimension du malaise qu’il suscite.

Hollande et ses courtisans, ou le bal des faux-culs

On s’amusera d’abord des réactions de vierges effarouchées prêtées à Bartolone (qui n’a pas « l’envergure » d’un Premier Ministre, selon Hollande) ou à Ayrault. Il paraît que ces vieux routards de la politique sont froissés, vexés par les propos que le Président a tenus à leur endroit auprès des journalistes qu’il recevait. Comme si Bartolone et Ayrault ne pratiquaient pas eux-mêmes le cynisme instrumentalisant de Hollande. Comme s’ils s’attendaient à autre chose de sa part.

Il suffisait pourtant, au lendemain de la victoire de Hollande à la primaire socialiste, d’entendre les commentaires dans les couloirs de la rue de Solferino pour savoir que tout ce petit monde connaissait tous les vices de Hollande (notamment l’incapacité à passer à l’acte) depuis longtemps.

En vérité, Barto et Ayrault sont fâchés de découvrir que Hollande était plus proche des journalistes que d’eux. Et ça, ça fait vraiment mal! nous, les hiérarques de la République, découvrir que le monarque parlait de nous à des manants! voilà qui est inadmissible.

Hollande, ou le cynisme à visage découvert

Le vrai choc du livre n’est ni pour Bartolone, ni pour Ayrault, ni pour Valls, ni pour les autres éléphants socialistes. Il est pour les Français qui découvrent sans aucune vaseline que leur Président leur dit: « je suis nu! ». Beaucoup, en France, imaginent encore que les élites croient à ce qu’elles font, portent la France en elle, travaillent à l’intérêt général. En lisant Davet et Lhomme, ils comprennent que cette question n’effleure jamais leur président, ni même aucun des élus qui gravitent autour de lui.

La vie de François Hollande est complètement absorbée par des calculs courtisans et par la préparation de sa réélection. Nulle mise en cause de son bilan, de son aptitude à diriger, nul examen de sa performance. C’est du « J’y suis, j’y reste » du début à la fin, même lorsqu’il explique qu’il n’officialisera jamais sa liaison avec Julie Gayet: « même pas durant le second quinquennat ».

Les Français rêvaient d’un Président à leur service. En lisant le pavé de Davet et Lhomme, ils comprennent qu’ils sont au service du Président.

Hollande dégonfle la baudruche démocratique

C’est donc ça, la démocratie! Elire un goinfre qui berne tout le monde durant le temps d’une campagne, et qui passe ensuite son temps à organiser son maintien au pouvoir, sans la moindre appétence pour le bon peuple!

Beaucoup le pressentaient, et même le craignaient. Mais, tant que cette vérité crue ne leur avait pas été dite clairement, mot à mot, par le principal intéressé, ils ne pouvaient se résigner à ce terrible constat. Une lueur d’espoir brûlait encore: peut-être que, à un moment ou à un autre, le personnage qu’on élit pour occuper l’Elysée se pose la question du bien commun!

Eh bien non, en lisant le livre, la faible lueur qu’on maintenait allumée contre vents et marée perd à chaque page un peu plus de souffle, jusqu’à s’éteindre lamentablement, dans une grande sensation de nausée. Au fond, Davet et Lhomme, c’est la traversée vers Bastia par gros temps: quand on arrive au bout de la course, on a laissé en fond de cale quinze jours de digestion. Et l’on comprend que la « République », leur République, est une machine à duper le peuple.

Hollande, le meilleur animateur du populisme

Je veux bien qu’on critique les populistes à tour de bras, et que, sur les antennes du service public, on vomisse tous ceux qui rejettent les élites. Mais il suffit de lire cinquante ou soixante pages de ce livre, de ce poison quintessentiel, pour comprendre que le populisme n’est pas né d’une invasion extraterrestre. Il est la réaction naturelle, saine, salutaire, à la débauche de bassesses et de médiocrité dont un président de la République donne la démonstration durant son quinquennat.

Sur ce point, je recommande tout particulièrement le récit de l’éviction (au demeurant justifiée) de Delphine Batho. Les calculs politiques que Hollande dévoile à cette occasion devraient guérir pour longtemps les lecteurs de tout angélisme démocratique. Ils éclairent en tout cas les raisons pour lesquelles les Français sont si nombreux à « rejeter » le système.

Comment un Président tue son régime

Au final, la lecture du livre nous rappelle que la République n’a nul besoin de populistes, de démagogues, de fachosphère, pour trembler sur ses bases. Elle n’est victime de nul complot d’extrême droite qui la menace. Ce qui la tue, c’est le comportement de ces dirigeants médiocres, obsédés par leur carrière, sous-dimensionnés pour le pays qu’ils dirigent, parvenus à force d’intrigues et de combinazioni: lorsque les Français les voient, ils ont envie de vomir, et ils ont raison.

11 commentaires

  1. gérard dit

    Je pense au contraire que nous ne sommes pas dans l’exercice démocratique.Il n’y a aucun contre-pouvoir.L’exercice Hollandais,c’est uniquement la satisfaction d’un peu n’importe quel lobby qui frappe a la porte de la république,et le refus de défendre l’application de nos lois.Sinon bravo Eric pour vos articles sur le financement des syndicats(patronaux compris)et sur le petit clientélisme quotidien qui a rongé ce qui restait de notre pays,c’est courageux dans la société d’aujourd’hui!

  2. Il faut faire attention aux réactions à chaud. Ce que vous expliquez est toujours associé aux découvertes des arrières boutiques, nécessairement un peu sales; mais en même temps cela n’est pas vraiment surprenant, et finalement on est content de ces détails là.
    Non, ce qui est intéressant ce sont les vraies révélations (Bartolone, qui non seulement n’a pas d’envergure mais en plus sollicite de l’aide judiciaire) et aussi bien sur l’affaire Fillon, là rapportée par Jouyet ( bien que Hollande parait il est en arrière plan de la bande soumise au procès). Dans les deux cas, s’agit-il de mensonges destinés à dézinguer directement (Bartolone fit du chantage au premier ministre, Fillon pouvait faire de l’ombre à Sarkozy l’ennemi préféré). Bref, dans ce tombereau de fausses confidences, lesquelles sont « utiles » ?
    D’autre part ce qui est révélé, aussi bien la justice (qui aime la justice ?), que l’intelligence des footballeurs (quelle révélation!) , que le manque d’envergure de Ayrault ou de Bartolone, à part traduire le manque de hauteur de vues du monsieur ne suscite pas vraiment de contradictions.

    Est ce que l’extrême impopularité du président n’est pas responsable d’un effet d’optique qui pourrait lui servir ? Car après tout, les deux journalistes ne s’en cachent même pas, au nom de ce qui n’est pas une hagiographie manifeste (tout le monde dit que le livre abaisse le personnage), n’en serait ce pas manifestement une, particulièrement vicieuse et retorse, convenant à son masochisme, et utile à sa candidature. Car après tout, son objectif est toujours de se représenter, cela reste manifeste.
    Le mensonge sur Fillon est ainsi acté, et sans doute bien d’autres choses. En tout cas les auteurs du livre, qui ne sont pas de droite, tentent d’expliquer une impopularité qu’ils trouvent anormale. Seule l’intention compte.
    Maintenant que la gauche ait vocation à disparaitre pour toujours, cela est certain, mais ce n’est pas parce que Hollande se teint les cheveux (là le mensonge est manifeste).

  3. Ikes dit

    Là-dessus vous lisez « nos chers émirs » et vous vous dites que ce pays est incapable de se reformer
    Il génère une élite, une administration qui est corrompue, népotique, lâche qui érige en dogme sa non-responsabilité.
    Et qui de plus est schizophrène car elle nous inflige à tour de bras et de façon permanente une leçon de morale universelle via le relais de la propagandastaffel.
    alors la peste et le choléra ?

    • yoananda dit

      Je rajoute : je ne comprends pas trop votre réaction.
      Hollande est outrageant depuis le premier jour : il se moque des français.
      Ce qui me désole le plus, c’est que personne ne dit rien.
      Mais on dirait que vous le découvrez en lisant ce livre.

      Encore une fois moi Hollande, je m’en fou. Ce qui m’inquiète en revanche c’est qu’un tel personnage, un sociopathe patenté, un « fou » médicalement parlant, ai pu se hisser à la plus haute fonction, ça en dit long sur l’état du pays.

      • Deres dit

        Depuis le début du quinquennat, les journalistes et beaucoup de français croient qu’au final François Hollande est une personne intelligente et que nous ne voyons que les apparences de stratégies compliquées en coulisses. C’est le cas par exemple sur le fameux social libéralisme où on expliquait en permanence que le président devait composer avec sa majorité pour faire avancer les choses pour la France. Mais ce livre en révélant l’arrière boutique, nous montre qu’il n’y avait rien de plus qu’en façade. Rien que de la médiocrité et des calculs lamentables à courte vue pour des gains mesquins et personnels. En particulier, les gens ont été nommés à des postes importants non pour leurs compétences, puisque Hollande ne els apprécient pas, mais juste par calcul politique pour maintenir le pouvoir du président.

  4. Le plus angoissant, c’est l’impression d’être dans un tunnel sans lumière au bout. Car nous sommes déjà sûrs que le quinquennat 2017-2022 sera de la même veine, aucun des candidats en lice ne proposant une politique réellement différente de celle de François Hollande (pas de sortie de l’UE, pas de sortie de l’Euro, pas d’arrêt de l’immigration, pas de libération de l’école, de desserrement cdu carcan de la technocratie, pas de remise à plat des rôles et responsabilités de l’Etat, pas de « flat tax », pas d’interdiction de l’islam, pas d’air, pas de souffle …).

    Comme disait Einstein, un symptôme de la folie est d’essayer toujours la même chose en espérant chaque fois un résultat différent.

    C’est désespérant.

  5. Citoyen dit

    « Les Français rêvaient d’un Président à leur service. »
    Ce n’est pas qu’ils en rêvaient, c’est qu’ils le paient pour être à leur service. Si tel n’est pas le cas, c’est à eux de le jeter par dessus bord sans ménagement, et en lui demandant les compte qu’il faut.
    Ceci dit, le portrait que vous peignez est tout à fait conforme. Il n’y a que ceux qui ne veulent pas voir la réalité, qui ne la voient pas.
    Eh oui, le clown était cynique !
    Mais comme dans sa clique, les autres sont tout aussi faux-culs que lui … alors tout va bien.
    Il n’y a que les plus naïfs, qui n’avaient pas décodé, qui tombent de l’armoire …

  6. Lorelei dit

    Il suffisait de regarder ce que ce monsieur avait fait lorsqu’il était à la tête du Parti Socialiste. Ce n’était que manipulations, magouilles et marchandages jusqu’à la façon dont il s’est comporté avec son ex-femme lors de la présidentielle de 2007. Il n’y avait aucune raison pour qu’il change lorsqu’il s’est retrouvé à la tête de l’Etat.

  7. rodolph dit

    Et si le président Hollande était à l image d au moins 51% des français? Le reste des français votera comme des ploucs comme disait l ex président…

  8. Ikomal dit

    moi ce que j’ai retenu c’est que personne n’a tiqué sur l’essentiel : le président a sciemment organiser des assassinats. Alors certes ce sont les cibles qu’on ne pleurera pas, mais il parait qu’on a supprimé la peine de mort, c’est pas pour que le système la réintroduise par la bande et en dehors de toute voie judiciaire. C’est pas pour rien qu’on a la contumace, merde ! Ou qu’on a des services secrets dont le rôle est justement de traiter ce genre de cas … mais secrètement !
    Il y a là un mélange de haute trahison et d’abus de pouvoir caractérisé, annoncé comme de rien … et personne ne dit rien !
    La barbarie c’est exactement ça. Ce type est un barbare. Mais le mal est plus profond que juste ce type, sans quoi cet aveu aurait immédiatement déclencher une enquête (certes suspendu le temps de ses fonctions …). Barbarie, il n’y pas d’autre mot.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *