Accueil » Les primaires tuent-elles la démocratie?

Les primaires tuent-elles la démocratie?

Cet article a été lu 1941 fois

Les primaires devaient – et c’était une bonne idée – participer à la démocratie en rendant plus transparent le fonctionnement des partis politiques. Leur déroulement pourrait très bien aboutir au contraire: à force d’allonger la campagne électorale, et d’enchaîner débats confus pour ceux qui cherchent une investiture, et discours vides pour ceux qui font cavaliers seuls, les primaires forgent progressivement une lassitude pour le formalisme démocratique sans véritablement atteindre le fond des problèmes.

Un calendrier infernal

Avec les primaires, la campagne électorale dure un an. Les législatives s’achèveront en juin 2017, et c’est en juin 2016 que les rivalités pour les primaires ont commencé. En poussant le bouchon, on pourrait même identifier le début de la campagne à droite vers le mois d’avril ou mai 2016.

Avec plus de douze mois de préemption du débat public par les discours de campagne, le citoyen a le vertige: la démocratie, n’est-ce que préparer des élections? Le calendrier des primaires produit une sorte d’excès de débat, d’hyperactivité oratoire qui discrédite l’exercice.

On notera qu’aux Etats-Unis, les primaires démocrates et républicaines sont conduites en même temps.

Les débats se suivent et se ressemblent

Dans la lassitude qui gagne, la succession de débats répétitifs ajoute un ennui à tant d’autres. Le débat qui avait lieu hier soir entre candidats républicains l’a encore montré. Qui écoute encore sept personnalités dont les désaccords sont connus échanger de façon mécanique leurs divergences de vue sur les mêmes dossiers?

On pourrait s’en amuser si l’effet induit par cette sorte de rituel n’était pas à l’exact opposé des intentions affichées. Dans la pratique, on peine à croire que la famille républicaine puisse avoir encore des débats sereins dans les années à venir, notamment en présence de Nicolas Sarkozy. Sur le fond, il est quand même compliqué de comprendre que des gens qui appartiennent au même parti et se fréquentent depuis tant d’années aient encore besoin de débats aussi longs pour convaincre.

Les Républicains ne vendront pas de rêve

Une chose est sûre à l’issue du débat: le candidat républicain, s’il est élu à l’Elysée, ne rasera pas complètement gratis. Dans tous les cas, il promet une curée dans les effectifs de la fonction publique. Même Juppé supprimerait 300.000 fonctionnaires.

Nul ne sait si ces promesses seront tenues, mais un fait marque les esprits. Les Républicains n’ont pas vendu de rêve et ont eu à coeur de chiffrer leur programme. Certains ont même pondu des encyclopédies sur le sujet, comme Bruno Lemaire, devrait se prendre une veste. Tout ça pour ça! dommage pour ceux qui ont passé des nuits à tenir la plume.

On verra en mai si la tactique de la vérité (partielle, forcément, dans ce genre d’exercice) est payante.

Macron se différencie en vendant du rêve

Quelques heures avant le débat des Républicains, BFM TV retransmettait en direct le meeting de Macron à Marseille. Façon caucus américaine, Macron a prononcé un discours plein de promesses, aux antipodes de la technique en vigueur chez les Républicains. Ici, on vend du rêve et de l’optimisme, pas du sang, de la sueur et des larmes. La tactique sera-t-elle payante?

Macron a quand même quelques épées de Damoclès au-dessus de la tête, notamment sur ses relations avec les milieux d’affaires qui font sa campagne. Pour l’instant, il joue l’homme libre révolté contre le système. Combien de temps durera cette imposture?

Celui qu’il faudra sans doute pour l’obliger à chiffrer son programme et à dire clairement qui paiera pour qui, sans effet de manche inutile.

La démocratie fatiguée

Reste que la démocratie sortira sans doute très fatiguée de cet exercice où le citoyen se transforme en spectateur hyperactif d’un déluge rhétorique où tout et son contraire lui sont promis. On aurait voulu non pas banaliser, mais rendre insignifiante la parole politique, qu’on ne s’y serait pas pris autrement.

Réflexion faite, à l’issue de ce premier cycle de primaire généralisée, on comprend mieux pourquoi les Américains votent peu le jour du scrutin.

5 commentaires

  1. Girod dit

    A la vue des derniers débats de la primaire de droite, on s’interroge non seulement sur leur niveau d’in formation et de renseignements donnés par les candidats mais aussi par la valeur impartiale des animateurs qui voudraient dans ces débats apporter leurs propres opinions et les imposer aux téléspectateurs. Hier c’était la débâcle entre Pupu le Roquet et El Cabboche sorti de sa maison de retraite
    lire
    http://sleazy-caricatures.over-blog.com/
    2016/11/pupu-le-roquet-et-el-caboche.html

  2. Je vous trouve bien sévère. Les programmes sont affichés, publiés et comparés http://www.ifrap.org/
    La discussion tourne grosso modo autour de ces thèmes tout de même et cela est à l’honneur des uns et des autres.
    Tout est sur la table. Je vous accorde que l’on mesure aussi les tailles de bites/statures présidentielles au passage, mais c’est normal après tout. Un certain filtrage a eu lieu, et peut être aurons nous une divine surprise. En tout cas, une certaine tenue fut de mise malgré tout. Comme si on se préparait à se rallier à Fillon sans trop protester.
    Le contraire sera plus difficile mais cela fait partie du jeu…

  3. gérard dit

    « Nul ne sait si ces promesses seront tenues ».Surement pas.Le bilan du quiquénat Sarko:effectivement des postes de fonctionnaires (utiles) ont été supprimés pour etre remplacés intégralement par des postes dans des agences d’état.La fonction publique est devenue trop puissante dans ce pays pour etre inquiétée.La seule solution,c’est NKM qui l’a énoncée:suppression immédiate du statut de fonctionnaire.Avec les autres(Sarko,Juppé la peche,Fillon,le collaborateur sérieux,Bruneau le renouvo)on peut s’attendre a une progression des prélèvements obligatoires juste après élection,et a une poursuite d’embauches,le clientélisme ne se réforme pas,il s’écroule faute de ressources après avoir ruiné le pays.Si l’on regarde ce que Hollande a fait ces dernières années c’est effrayant:embauche de fonctionnaires a gogo,emplois aidés,emplois d’avenir,emplois associatifs bidons, 500000 stages et formations bidons etc..Et tant qu’il y a la planche a billet et un budget en fort déficit toléré,on continuera le n’importe quoi.Nous le payerons sur notre épargne et sur notre patrimoine immobilier

  4. Girod dit

    Dans le livre  » Sleazy Hollande » par des caricatures et des commentaires l’auteur tente d’expliquer le mandat désastreux de Hollande. Ce livre tue-t-il la démocratie ? Pas à la lecture de la lettre d’Alain Juppé qui l’a lu et commenté dans une lettre envoyé à l’auteur. De quoi faire revivre les Français qui seraient déboussolés!
    lire
    http://sleazy-caricatures.over-blog.com/
    2016/11/lettre-d-alain-juppe-candidat-2e-tour-primaire.html

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *