Accueil » Supprimer 500.000 fonctionnaires: qui n’y croit pas?

Supprimer 500.000 fonctionnaires: qui n’y croit pas?

Cet article a été lu 10447 fois

Supprimer 500.000 fonctionnaires au lieu de 300.000, est-ce ou non possible? Le débat va enfler dans les jours qui viennent avec la candidature de François Fillon. Qu’il me soit permis d’y ajouter une contribution personnelle, parce que, une fois de plus, les débats vont nous délecter.

Une brève histoire de la fonction publique en France

Curieusement, l’INSEE, comme la direction générale de la Fonction Publique, évitent de faire trop de publicité aux séries longues sur l’emploi dans la fonction publique. Il faut fouiller dans le projet de loi de finances pour retrouver un tableau qui fait sens:

fonctionnaires

C’est à peine lisible! Mais avec une loupe, on comprend que la France comptait 5 millions de fonctionnaires en 2002. Elle en compte 5,5 millions aujourd’hui. Elle en comptait 4,6 millions en 1996. En vingt ans, la France a créé 1 million d’emplois de fonctionnaires. Pendant ce temps, la dette publique a explosé, l’éducation publique s’est effondrée, l’université aussi, et les rues de nos villes n’ont jamais été aussi dangereuses.

Preuve est faite que nous étions mieux administrés avec 1 million de fonctionnaires en moins.

Les fonctionnaires travaillent-ils?

Au passage, personne n’a jugé utile de demander des comptes aux fonctionnaires sur leur temps de travail. Un rapport publié cette année l’a bien rappelé, mais il soulignait la difficulté de suivre le temps de travail effectif dans la fonction publique.

En réalité, très peu de fonctionnaires doivent « badger » et, quand ils badgent, les méthodes de calcul sont fantaisistes.

Comment je supprimais des emplois dans la fonction publique

Moi qui fus fonctionnaire, je me souviens encore de la méthode infaillible que j’utilisais pour convaincre un fonctionnaire de quitter son poste. Je regardais son salaire. Comme j’étais chargé des paies, j’avais réalisé un classement global des salaires, en incluant les primes. Je savais donc que les fonctionnaires les mieux payés étaient généralement les plus pistonnés, mais certainement pas les plus travailleurs.

Donc… je recevais le fonctionnaire qui me semblait inefficace et lui expliquait que, au vu de son salaire, il me paraissait indispensable d’augmenter sa charge de travail. Certains, dans les services que je dirigeais, travaillaient moins de vingt heures par semaine, même si officiellement ils en prestaient 35. Ils n’avaient tout simplement pas assez de travail pour s’occuper si longtemps.

Alors, face à la menace de devoir travailler plus, ils demandaient une mutation en urgence et partaient se planquer ailleurs.

J’ai, encore vivant en mémoire, l’exemple de la maîtresse d’un ancien directeur du conseil régional d’Ile-de-France qui s’était trouvé un poste en quinze jours après notre entretien. Il me semble qu’elle ne travaillait pas plus de 10 heures par semaine, pour un salaire (il y a dix ans!) de plus de 4.000 euros nets par mois…

Mais bien sûr, on ne peut pas supprimer 500.000 postes en France.

21 commentaires

  1. Oblabla dit

    Il y a un million de fonctionnaires en trop dans ce pays, tous les benchmarks avec les pays développés le montrent. Rien qu’en Allemagne il y a un million de fonctionnaires de moins qu’en France alors qu’ils ont 20 millions d’habitants en plus. Ca nous coute une fortune en dépenses publiques que l’on retrouve en taxes, charges, impôts et SURTOUT chômage. Donc sans plan de réduction drastique du nombre de fonctionnaires pas de baisse du chômage! Voir ce qu’a fait Cameron au RU: 600.000 fonctionnaires de moins en 2 ans, ce qui a permis la création de 1.200.000 postes dans le privé.

    • Jiff dit

      Les périgrinations, la formation et l’expérience de Charles Gave l’ont conduit à cette équation, qu’il affirme vérifier quelque soit le pays:
      1 ponctionnaire = 3 chômeurs.

  2. Sémaphore dit

    Vous êtes mesquin de ne compter que les heures-prétexte de travail de l’ adjointe au dirlo d’ IDF…
    Tout le monde a compris qu’il fallait aussi tenir compte des heures sup’ sauf vous qui sont éreintantes. Sans oublier le temps de préparation et de transports…
    😉

  3. Citoyen dit

    « Preuve est faite que nous étions mieux administrés avec 1 million de fonctionnaires en moins. »
    Voila !
    Et même avec 2 millions de moins, ce serait certainement mieux, puisque, en terme de masse salariale, c’est ce qu’ils coûtent en trop aux contribuables … Les Allemands arrivent à remplir les missions en question avec quasiment deux fois moins de fonctionnaires par milliers d’habitants. Il y a donc pas mal de marge.
    C’est Jean Arthuis, je crois, qui à l’époque où il a été ministre de l’économie, avait demandé à ses services de lui donner le nombre exact de fonctionnaires en activité. Et comme toute réponse, ses services lui avait alors avoué qu’ils n’étaient pas en mesure de lui fournir ce résultat, alors que c’est eux qui établissent les fiches de paie …. ça laisse rêveur …

  4. Balthazar dit

    Est on capable d’estimer le nombre de fonctionnaires qui ont une activité de type support dans la fonction publique?
    Quand on parle de suppression de postes ont répond généralement infirmière, pompier, policier, gardien de prison … mais on oublie la masse de fonctionnaires rouages d’une bureaucratie de papier dont les tâches pourraient soit être totalement effacées par une automatisation des processus, voire une simplification ou suppression de ceux devenus inutiles ou depuis l’origine abérants
    Pourquoi avoir des personnels avec un statut de fonctionnaire pour l’entretien de parcs automobiles ou d’espaces verts.. ?
    À combien de personnes correspondent ces secteurs automatisables, simplifiables, supprimables ou pouvent étre traités en soustraitance… sans connivence bien sûr

    • Jiff dit

      « tâches pourraient soit être totalement effacées par une automatisation des processus,  »

      Malheureux, vous n’y pensez pas tout de même !?! Parce que quand on voit ce qui s’est passé avec LOUVOIS…

      Patientez deux à trois siècles, car à ce moment, l’aministration évoluera enfin dans le XXIème siècle.

  5. bororo dit

    Vous devriez changer de loupe : les chiffres que vous publiez montrent que la part de fonctionnaires dans l’emploi total est stable sur toute la période (autour de 20%). La seule augmentation notable se situe en 2004, année où on a commencé a intégrer les militaires dans le calcul (voir la note 2).

    • Ikomal dit

      Certes … et … ça resterait vrai avec 500 000 agent publics … et ça devient faux si on tient compte des chômeurs, dont on voit mal pourquoi ils sont sortis de la comparaison.
      Moralité : la comparaison à l’emploi total est, en soi, déjà de l’enfumage.

  6. Citoyen dit

    Juste le rappel d’une phrase célèbre, pour la bonne bouche :
    “La France est un pays extrêmement fertile : on y plante des fonctionnaires et il y pousse des impôts.”

  7. Louis Marie Odile dit

    Il serait très intéressant que Eric nous propose une analyse fine du nombre d’élus en France.
    du Conseiller municipal au Président de la République sans oublier le Cese ,les Cesr,les chambres professionnelles,
    enfin tous ces gens,qui ,sans être fonctionnaires,vivent avec l’argent prélevé sur les autres : impôts,taxes,prélèvements obligatoires,
    provisions obligatoires ………

    Merci ERIC

  8. Ikomal dit

    Le diable est toujours dans les détails.
    Remarquez que quand on entend quelqu’un défendre les fonctionnaires, ils ne met en avant que les infirmières, les policiers, les pompiers et les enseignants. Mais ce ne sont pas ceux-là qui ont été multipliés les 20 dernières années, le total FPE+FPH est resté quasiment identique. C’est la fonction publique territoriale qui a proliféré (+600 000, +50%), pour un service rendu supplémentaire a peu près nul.
    Et les rapport de force interne à l’administration sont tels, qu’on taille toujours dans le principal pour sauvegarder et développer le superflu. Ce qui permet de mettre en avant la dégradation du service principal pour justifier plus de moyens…

  9. canard44 dit

    Comment penser que des gens peuvent travailler 35 h par semaine en arrivant à 9h repartant à 12h, revenant à 14h puis quittant à 17h, moins les pauses, les temps morts, les appels téléphoniques : au mieux 30h par semaine, et plus certainement 25, d’autant que ces heures chargées permettent des récupérer des heures de RTT, donc de manière réelle, on est à 20h…
    Il suffit de voir le dur labeur des employés municipaux nantais pour s’en rendre compte…

  10. Eva dit

    Avant…. vous aviez l’imprimeur pour les formulaires officiels en tous genres… le facteur, l’usager, l’administration, puis retour à l’usager, échange de chèque etc…
    Aujourd’hui, vous avez l’entreprise, le médecin etc, qui transmettent TOUT puisque tout est dématérialisé, l’usager clique, télépaie…

    Entre avant et aujourd’hui, plus d’imprimeur, plus de facteur, plus de petites mains fonctionnaires qui saisissent, contrôlent, écrivent, renvoient, saisissent les règlement, portent les chèques à la banque… et il devient le moins faisant qui fait pourtant la grève pour ses conditions de travail…. et de l’autre côté, le privé qui est saigné pour s’adapter aux nouveaux modes déclaratifs « obligatoires » et qui sous-traite « gratuitement »…

    Le plus drôle étant en effet, que le politique embauche des fonctionnaires, il appelle son financement… mais il dégraisse, la baisse des effectifs ne s’accompagne jamais de baisse d’impôts…

    • Jiff dit

      « aujourd’hui, plus d’imprimeur, plus de facteur, plus de petites mains  »

      Et pour cause, tout ça a été remplacé par des informaticiens délitées qui ont magnifiquement fait leurs preuves (+€1Md de coûts supplémentaires en si peu de temps, ça déracine les cornes des chatons communistes, ça.)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *