Accueil » Mort de Castro: une anthologie des plaidoyers pour le totalitarisme

Mort de Castro: une anthologie des plaidoyers pour le totalitarisme

Cet article a été lu 4602 fois

La mort de Fidel Castro donne l’occasion d’un prurit régressif sur les bienfaits de la dictature. Ceux qui n’ont pas de mots assez durs sur toute une série de régimes abominables trouvent des mots doux à prononcer sur le régime castriste et la sympathie qu’il peut inspirer. Cette discrète nostalgie pour la bonne époque où le marxisme-léninisme imposait sa loi méritait bien une petite anthologie et son décodage.

Castro, le De Gaulle cubain?

France 24 publie une interview drolatique de Stéphane Witkowski, enseignant à l’IHEAL (Institut des Hautes Etudes de l’Amérique Latine), rattaché à l’université Paris III. Les réponses de l’intéressé laissent songeurs:

C’est une très grande figure de l’histoire du XXe siècle qui disparaît. Non seulement c’était un rebelle, un révolutionnaire, un stratège qui admirait Napoléon, mais aussi un homme de communication assez exceptionnel, un homme d’État et, par certains aspects, un grand réformateur de Cuba. Il faut rappeler qu’il a réduit un grand nombre d’inégalités sociales dans son pays. (…)

Au delà du bilan du castrisme, les Cubains sont attachés à la personnalité de Fidel. Ils sont fidélistes avant d’être communistes. Ils sont attachés à sa personne comme les Français le sont au général de Gaulle, l’homme de la Résistance et de la libération nationale.

Curieusement, France 24 oublie de préciser que Stéphane Witkowski est un invité régulier de l’association de coopération franco-cubaine, où ses interventions servent de support à des prises de position pro-castristes. L’universitaire oublie étrangement de souligner que Cuba est classé au 69è rang mondial en terme de développement humain. Au demeurant, on rappellera qu’il a fallu attendre la sénilité, puis le départ de Castro, pour le PIB cubain augmente significativement (dans un cycle proche de ses voisins capitalistes d’ailleurs).

Castro
Source: Banque Mondiale

L’Humanité en plein exaltation

Sans surprise, l’Humanité, le quotidien communiste qui ne vit plus que par la grâce du contribuable, ne tarit pas d’éloge sur le dictateur des Caraïbes. On relèvera cet article époustouflant en une:

Lorsqu’on évoque le manque de libertés à Cuba, ne faudrait-il pas d’abord se poser la question : un pays harcelé, étranglé, en guerre permanente, constitue-t-il le meilleur terreau pour favoriser l’épanouissement de la démocratie telle que nous la concevons en occident et que, à l’instar de George Bush, certains souhaiteraient calquer mécaniquement en d’autres endroits du monde, particulièrement dans le Tiers monde? Lorsque dans les salons douillets parisiens, on juge, tranche, condamne, sait-on au juste de quoi on parle ?

Les journalistes de l’Humanité, c’est bien connu, sont tous mieux placés que nous – eux qui vivent en état de guerre permanent contre le capitalisme… Ah! quelles sont douces les leçons de résistance des communistes français, quasiment fonctionnarisés par un Etat capitaliste qu’ils vomissent, mais dont ils sont heureux de recueillir les subventions. Celles-ci les mettent en excellente position pour justifier la dictature!

Mélenchon se lâche

La dictature d’un seul homme et de ses amis au nom du peuple, de l’égalité, de la « sociale », du prolétariat, hhhmmmm, miam miam. Le rêve de Mélenchon pour la France s’est incarné à Cuba. D’ailleurs, il appelle à un rassemblement commémorial dans les rues de Paris.

 

Pierre Laurent face à l’émancipation humaine

On appréciera aussi la réaction de Pierre Laurent à cette information. Pour mémoire, Pierre Laurent est secrétaire général du Parti Communiste (français).

« Ca a été dans le XXe siècle, l’un des dirigeants du mouvement d’émancipation humaine. La révolution qu’il a menée a eu lieu à l’époque de la décolonisation et s’inscrivait dans ce mouvement de restauration de la souveraineté des peuples. C’est ça qui restera dans l’Histoire »

Il est fascinant de voir… la fascination des communistes pour la dictature, et leur capacité à confondre émancipation humaine et emprisonnement politique.

Ne pas oublier qu’insoumission rime avec oppression

Ces petits rappels ne sont pas inutiles. L’extrême gauche française est profondément nostalgique de la répression et n’aime pas les libertés publiques. Elle est toujours prête à justifier leur abrogation, et la brutalité qui l’accompagne.

Ne jamais l’oublier, à l’approche des présidentielles…

12 commentaires

  1. Pierre dit

    Heureusement Donald recadre le débat, en quelques mots choisis, et vient effacer la honte des collabos : « Castro était un dictateur brutal ».

    Voilà. C’est synthétique, essentiel.

    Spéciale dédicace à Madame Mitterrand. Et à tous les bobos-nostalgo-crétino-castro-lovers.

  2. Citoyen dit

    « C’est une très grande figure de l’histoire du XXe siècle qui disparaît. » …. ????
    Euh, il fume quoi le Stéphane Witkowski ? …. Il semble qu’il ait la cervelle sérieusement endommagée !
    Il faut demander aux cubains qui sont en Floride, ce qu’ils en pensent …. eux, savent de quoi ils parlent.
    En fait comme beaucoup, il a largement mérité sa place dans la poubelle de l’histoire.
    Maintenant, que l’huma, les cocos, le merluchon aient des trémolos dans la voie, rien d’étonnant, ils se vautrent dans le même marécage.
    « fleurs et bougies » pour le merluchon ? Et gros pétard pour se mettre dans l’ambiance ?
    A une époque, même la pouf du mitteux, se vantait d’être proche du déchet, au point de lui faire des visites …. C’est dire ….

  3. Hermodore dit

    C’est curieux de constater que tous les zélateurs de ces régimes exécrables n’ont jamais choisi d’aller vivre sous les cieux enchanteurs où ils s’épanouissaient.
    Comme quoi on veut bien être du côté des tyrans mais uniquement dans le confort douillet d’un bon régime capitaliste, lequel offre le gîte et le couvert plus que grassement, « aux dépens des autres »…

  4. Pierre dit

    On notera au passage la boursouflure du mythe :

    -le grand homme est mort… le 25 novembre 2016… et le 25 novembre 1956, comme l’écrit Libé, « la révolution cubaine est lancée sur la rive droite du fleuve Tuxpan, près du golfe du Mexique ».

    A l’inverse de François Hollande… nous pourrions dire « quel bol ! »

    A moins que papy ait passé l »arme à gauche quelques jours avant… et que son frangin l’ait mis au frigo ? Non ? Il n’aurait pas osé quand même ? Ou alors… il l’aurait débranché le jour dit pour être raccord comme au cinoche ?

    -cerise sur le cigare : le grand homme est forcément grand puisqu’il a survécu… à plus de « 638 tentatives d’assassinat » !
    Quand la feuille de tabac et le survêtement Adidas s’accouplent avec le surnaturel façon « Culte de Cargo » et James Bond en arrière-plan…

    Toute cette merdiasse pour collégiens Pokemon est reprise en boucle par les grosses caisses médiatiques, avec trémolos dans la voix et complaisance niaseuse.

  5. Citoyen dit

    A noter, une petite info intéressante …. Poutine fait l’éloge de Castro !
    Le masque tombe…
    Comme quoi, quand on gratte un peu, le naturel revient vite. Sous une mince croûte, la vermine rouge n’est pas loin.

    • Alfred dit

      Pour moi, Poutine est un national-communiste. D’ailleurs, quand on regarde les défilés du 9 mai, il est à constater que le drapeau des Tsars côtoie le drapeau rouge avec le marteau et l’enclume.

      Pas étonnant dès lors que le FN qui n’est plus vraiment à droite s’en inspire…

  6. eric dit

    Que voulez vous Eric, cette complaisance pour la crapule est inscrite dans les gènes du communiste, mais pas seulement. Elle figure également dans le métabolisme du sympathisant de gauche basique. Quant aux caciques et autres responsables politiques, la démonstration de leurs ralliements idéologiques n’est plus à faire. Les Mitterrand (mari et femme), les Jack Lang et tout le gratin socialiste de la base au sommet sont bien incapables de la moindre condamnation de ces régimes fascistes à la sauce rouge. Pire. Ils les portent aux nues.
    Monsieur Lang, qui ne rate jamais une occasion de vilipender les états nationalistes en rappelant systématiquement l’horreur Nazie, n’a jamais été géné aux entournures d’aller passer ses congés chez Castro à maintes reprises.
    Le cas Mélenchon à ce sujet est édifiant également, ayant fait de Chavez un exemple pour les peuples, et un visionnaire. Et qu’importe le chaos que cet autre pitre en survêtement à laissé en héritage aux Vénézuéliens, Mélenchon continuera de voir en lui un héros.
    On pourrait remplir des pages sur cette condescendance du gauchiste pour la voyoucratie bolchevique internationale, et la litanie bien-pensante insupportable avec laquelle il la défendent.
    Demandez donc à un type comme Julien Dray, parangon de vertu et donneur de leçons d’étique, ce qu’il foutait dans le comité de soutient d’un type comme Cesare Batisti, terroriste communiste aux mains pleines de sang… Je connais déjà sa réponse.

    J’ai traité moi aussi du sujet avec un peu plus de légèreté. Et moins de talent…

    Très bon papier encore une fois.
    Amitiés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *