Accueil » Remaniement gouvernemental ou armée mexicaine?

Remaniement gouvernemental ou armée mexicaine?

Cet article a été lu 4950 fois

Article écrit pour Atlantico.

Après le « remaniement gouvernemental », c’est-à-dire le remplacement de Manuel Valls par Bernard Cazeneuve, et le remplacement de Bernard Cazeneuve par Bruno Le Roux, on se demande quel projet va bien pouvoir occuper cette fine équipe jusqu’aux élections de mai. Ce n’est plus un gouvernement que le président de la République nomme, mais des maréchaux dans une armée mexicaine.

Le curieux choix de Bernard Cazeneuve

La nomination de Bernard Cazeneuve à Matignon est, en elle-même, un impressionnant message passé par François Hollande aux Français. Sous l’Ancien Régime, on aurait volontiers attribué seize quartiers de noblesse à l’intéressé, et on lui aurait trouvé des ancêtres au siège d’Antioche, dressés sur un superbe cheval – c’est bien connu, tous les Français ont, à un degré ou à un autre, un ancêtre qui a fait le siège d’Antioche, mais à pied. Cazeneuve, lui, est de l’essence du plus parfait courtisan. Ce brevet tient lieu de compétence dans la République nobiliaire, celle que Hollande a promise exemplaire.

Pour le reste, son bilan au ministère de l’Intérieur parle de lui-même. Après une série d’attentats commis pour la plupart par des terroristes répertoriés comme tels mais que plus personne ne surveillait, après des loupés qui lui valent des plaintes de la part des familles des victimes, Cazeneuve a affronté une grève perlée des policiers de base, excédés par l’incompétence de leur hiérarchie.

Face à ces belles réussites, le ministre de l’Intérieur était tout indiqué pour une promotion. Dans une démocratie comme la France (ou Cuba), c’est la règle de base. Dans des dictatures libérales comme la Grande-Bretagne ou l’Allemagne, il aurait démissionné depuis longtemps.

Un bâton de maréchal pour Bruno Le Roux

Autre personnalité qui méritait bien une promotion: Bruno Le Roux. C’est vrai que le président du groupe socialiste à l’Assemblée Nationale ne peut en aucune manière être tenu pour responsable du désordre qui a caractérisé la majorité parlementaire pendant près de cinq ans. Et ce n’est évidemment pas le rôle d’un président de groupe que de garantir la fluidité des relations en son sein.

Sur ce point, personne ne peut reprocher à Bruno Le Roux d’avoir failli. Comme le rappelle le Lab d’Europe 1, l’impétrant se revendiquait d’ailleurs d’une philosophie tout à fait inspirée:

Quand on sait qu’on peut utiliser le 49.3, ça force à rentrer dans la vraie discussion.

Cette pédagogie par la menace a brillamment porté ses fruits.

Sur le fonds, on ne reprochera pas non plus au nouveau ministre de l’Intérieur un manque de professionnalisme dans ses anciennes fonctions. Par exemple, lorsque l’opposition parvient à voter la fin du prélèvement à la source, il y a une quinzaine de jours, on ne peut bien entendu pas reprocher au président du groupe socialiste son manque de vigilance.

Bref, Le Roux reçoit un bâton de maréchal qui récompense ses brillantes victoires sur le terrain…

Y a-t-il encore une politique à mener?

Ce nouveau casting laisse donc espérer le meilleur, et même, en quelque sorte, une sortie en beauté pour François Hollande et son quinquennat. Mais, une fois le budget voté, à quoi vont bien pouvoir s’occuper les ministres du gouvernement?

Certains feront manifestement campagne pour Manuel Valls. Ce sera par exemple le cas de Laurence Rossignol qui a annoncé son soutien à l’ex-Premier Ministre. Mais certains risquent de trouver le temps long, et d’avoir le temps de s’inscrire dans un club de pétanque ou de vider leur compte en banque par excès de shopping à l’approche du printemps.

À moins qu’ils ne descendent faire campagne dans leur circonscription. Mais là encore l’impopularité du gouvernement est telle qu’on peut s’interroger sur les chances de succès d’un certain nombre de caciques. Certains ont d’ailleurs d’ores et déjà annoncé leur désistement.

Sur le fond, on voit mal quelle politique peut encore être menée d’ici à mai 2017.

Le triomphe ultime de l’immobilisme

Ce quinquennat se terminera donc dans l’esprit où il a commencé: par un immense éloge de l’immobilisme. En arrivant au pouvoir, Hollande avait en tête une politique économique simple pour retrouver l’équilibre budgétaire. Elle consistait à augmenter les impôts jusqu’à plus soif, et à ne toucher à rien en attendant que les beaux jours reviennent.

Les impôts augmentent moins, et plus discrètement. Et l’immobilisme triomphe.

8 commentaires

  1. Pierre dit

    Il s’agit simplement de filer des « points retraite » aux copains.

    Un nouveau gouvernement à 5 mois du 1er tour de l’élection présidentielle.. comme disent les jeunes : « mort de rire ».

    Mais c’est une parfaite chute pour ce quinquennat placé sous le signe de la gaudriole tragique.

    On ne pouvait attendre davantage de la part du conducteur de scooter et de tous ses complices (rappelons-le Hollande n’est pas seul, hélas).

    Bref, un non événement absolu.

    En attendant, on va se faire le caudillo agité en plastique en janvier, lors des primaires de la « gauche ».

    Donc tout n’est pas si morose. 😉

    • Citoyen dit

      Que le roquet caudillo veuille se soumettre au vote, va être l’occasion pour les rackettés de la route, de lui dire ce qu’il en pensent. Le caudillo risque de tirer la tronche des mauvais jours.

  2. On notera une annonce de la candidature qui précéda la démission. Comme si on avait envisagé de ne pas démissionner. Cela fut il un dernier acte d’autorité de la part du président ? Ou bien une marque de mépris supplémentaire à son égard, comme pour redoubler le coup ?
    De fait, le changement de gouvernement parut secondaire par rapport à l’annonce de candidature, de la communication, quoi.

    On notera le public à Evry derrière Valls, on comprend mieux pourquoi il parla autrefois de la nécessité d’avoir davantage de « Blancos » dans sa ville. De fait ses appels au « peuple » qui vivent dans les « quartiers » et bien sur les allusions contournées à la nécessaire « diversité » en font un candidat positionné. Ah quel dommage que la campagne intensive de naturalisation qu’il mena n’ai pu faire encore davantage effet !
    On notera aussi qu’il est soutenu par Rossignol, la vieille trotskiste, fière de son nouveau délit d’entrave, qui lui permet dans l’élan magnifique d’un quinquennat glorieux qui s’achève tel le tsunami de finir par réaliser son rêve: pouvoir censurer l’internet à sa guise. Elle reste au gouvernement, il y a tant à faire !

  3. yb69 dit

    A quoi s’occuper ? rien de tel qu’un bon chaos, une bonne série d’attentats pour s’occuper, rien de tel pour que ces sauveurs des veuves et des orphelins, ces protecteurs des minorités oppressées par le méchant homme blanc, ne retrouvent toutes leurs verves…
    Rien de tel qu’une série de pays bascule dans le camps du mal, le populisme, pour que tous ces démagos, derniers remparts devant l’infâme, se réveille…

  4. Ikomal dit

    Il ne s’agit pas de filer des points retraites aux copains, comme le dit Pierre, il s’agit du pillage des derniers jours, avant la chute du château. Presser le citron tant qu’on tient le pressoir. Mettre l’État en coupe réglée au profit des copains pour préparer leur avenir, sans soucis des conséquences pour la France et les français.
    Pour faire ça on n’a pas besoin d’un type compétent qui aurait acquis le respect des agents publics et de la population par l’efficacité de son action, on a besoin d’un fidèle sans scrupule.

  5. Citoyen dit

    « Remaniement gouvernemental ou armée mexicaine?  »
    C’est qu’avant de tirer le rideau, il reste encore un peu de temps, pour remercier les copains qui n’avaient pas été conviés à s’attabler à la grande gamelle. A condition de se pousser un peu, on arrive toujours à dégager des places libres.
    Se faire mutuellement la courte échelle est une action de base à ne surtout pas négliger …. l’avenir étant incertain, on peut avoir besoin d’un renvoi d’ascenseur … Et il est bon d’avoir autour de soi des gens redevables.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *