Accueil » Le sens caché de la candidature Peillon

Le sens caché de la candidature Peillon

Cet article a été lu 4752 fois

Il fallait oser la candidature Peillon! L’ancien ministre de l’Education, dont son directeur de cabinet disait à l’époque que son ministre était un cerf-volant à piloter depuis le sol, sort tout droit d’un rayonnage de bibliothèque (il est professeur associé à l’université de Neuchâtel, en Suisse) où sont parti le stockait en attendant des jours meilleurs. Et patatras, le voici candidat à la primaire, face à Valls.

Un coup des aubrystes… et des Parisiens

Selon le Canard Enchaîné, ce sont les aubrystes qui ont pris l’initiative de le démarcher. L’affirmation est plausible. Mais, pour prendre corps, elle s’est appuyée sur le soutien de deux autres fédérations qui rejettent Manuel Valls.

Il s’agit de la fédération de Paris, d’abord: menée par Patrick Bloche, le député du 11è arrondissement, elle exprime bien les sentiments d’Anne Hidalgo elle-même pour le Premier Ministre, et sa préférence naturelle pour un intellectuel bobo qui veut plus de fonctionnaires pour régler les problèmes du pays.

La fédération des Bouches-du-Rhône s’est aussi empressée d’apporter ses voix à Peillon. Mennucci, député de Marseille, se répand désormais partout pour expliquer de Peillon défend la ligne traditionnelle du parti en matière économique, et qu’il constitue donc un meilleur candidat que Valls.

Avec le soutien des fédérations du Nord, de Paris et des Bouches-du-Rhône, Peillon devient subitement un candidat sérieux au PS.

Une candidature qui torpille Valls

Pour Manuel Valls, le ralliement des trois grandes fédérations du PS à un rival sorti du chapeau, un cerf-volant que ses soutiens espèrent piloter facilement, est une très mauvaise nouvelle. Le poids de Valls face à Macron et à Mélenchon n’est déjà pas évident. La rivalité avec Montebourg ne l’aidait pas. Mais l’intervention d’une candidature mièvre, certes, mais soutenue par l’appareil, complique encore un peu plus son jeu.

L’objectif de ceux qui soutiennent Peillon est clair. Non seulement, il s’agit de faire du tout sauf Valls. Mais l’enjeu consiste aussi à juguler la tentation « libérale » de l’ancien Premier Ministre, partisan des baisses de charge pour les entreprises et d’une politique de l’offre.

Le PS ne croit pas une victoire possible en mai 2017…

En avançant la candidature Peillon, les grandes fédérations du PS lancent un message simple: la victoire aux présidentielles n’est pas possible. Donc, pas besoin de se rassembler derrière Valls, puisque ce rassemblement servirait seulement à légitimer celui-ci à gauche sans sauver l’Elysée. L’appareil du PS avec ses éléphants immuables pose donc le problème de façon très simple: puisque la primaire ne sert pas à choisir un futur président de la République, choisissons le candidat qui évite le pire.

D’où les démarchages de Taubira et de Touraine, avant le démarchage de Peillon. En vain: les intéressées ont refusé.

… mais cherche à sauver ses circonscriptions en juin

Le PS a désormais un objectif de guerre extrêmement simple: perdre le moins de circonscriptions possibles en juin, dans des législatives qui s’annoncent comme une superbe débandade. Le pari qui est fait aujourd’hui consiste à soutenir que ni la ligne Valls ni la ligne Montebourg ne sont capables de colmater les brèches. Seul un retour aux positions traditionnelles du PS: le marché, l’Europe, la culture, les fonctionnaires, la dépense publique, permettra de limiter les dégâts.

Et sur cette ligne, Peillon est plausible. Il a d’ailleurs fait l’éloge de la création de postes de fonctionnaires dans sa déclaration de candidature.

2022 dans les esprits, déjà

Au-delà de cette préoccupation pragmatique, qui annonce une faible mobilisation pour la présidentielle et un effort surtout porté pour les enjeux locaux, c’est la conduite du parti jusqu’en 2022 qui se décide aujourd’hui. Hidalgo, Aubry et les Marseillais ont structurellement besoin d’affaiblir les « libéraux » pour conserver la mainmise de l’appareil à l’horizon 2022. Le choix de Peillon comme porte-drapeau le prouve, d’ailleurs. Peillon est un rêveur incapable de tenir un appareil politique.

Son éventuelle désignation comme Premier Secrétaire permettra aux clans et aux factions de reprendre le pouvoir dans la maison de la rue de Solférino.

L’étrange sociologie socialiste

On notera, en tout cas, que l’équipe Hollande est viscéralement rejetée par les socialistes des grandes villes. Parisiens et Marseillais soutiennent Peillon (avec des exceptions notables comme celle de Cambadélis, Caresche ou Le Guen à paris, de Vallaud-Belkacem à Lyon, à ce stade en tout cas). Les Lyonnais (Gérard Collomb en personne) soutiennent Macron. Les Lillois soutiennent Peillon.

Ici, c’est l’élite technocratique et économique de gauche qui décide et qui montre la voie. Et sa voie est ringarde à souhait.

20 commentaires

  1. Pierre dit

    Je préfère un PS « vrai », bien con comme on l’aime, dirigé par un « premier secrétaire » bien gaucho comme on les aime, plutôt que le petit caudillo apatride hystérique, AKA Manolo les Mains Qui Tremblent.

    Les discours hallucinés, les allégeances « éternelles à Israël », les déclarations stupéfiantes au sujet des « juifs à l’avant-garde »…. ça suffit.

    Ce type est dangereux. Obsédé. Obsessionnel. Possédé. Rien de moins.

    Son bilan est catastrophique, il ne pèse rien dans le parti (vous le montrez), les caciques et les locaux le haïssent.

    Souvenez-vous : les mêmes (Aubry, Fabius, Royal)… avaient parfaitement décrit… François Hollande, avant 2012. En clair : ils nous avaient prévenus !

    Ces gens ne peuvent pas piffrer le Catalan, ils constituent ainsi une bonne boussole.

    Pour résumer : je voterai avec joie pour…. Peillon, à la « primaire ».

    • Citoyen dit

      C’est tout l’intérêt d’une primaire. Si le petit caudillo en passe par là, aussi bien les rackettées de la route, que ceux de la manif pour tous, que tous ceux qui ont des comptes à régler avec lui, vont pouvoir aller lui dire ce qu’ils en pensent très sincèrement de sa candidature.

    • J’avoue que j’hésite en lui et Filoche. Mais si un mouvement se dessine, je suis prêt à le suivre ! Quitte à faire des heures de queue, l’importance de sa présence au premier tour, quand on y réfléchit, est intéressante.
      Si Filoche a ses parrains, dites moi, Pierre, qu’en pensez vous ?

      • Pierre dit

        Je suis pour également.

        Après c’est un peu la théorie des jeux : il faut voter pour celui qui serait le mieux positionné en tant que « second », afin qu’il finisse éventuellement « premier » devant le Catalan.

        Car non seulement il faut faire perdre le Catalan… Mais ce n’est pas suffisant : il faut l’humilier en plus.

        Donc je voterai « utile ». 😉

        De ce point de vue Filoche est sympa et folklo… mais Peillon et Montebourg semblent mieux placés.

  2. Guillaume_rc dit

    Billet intéressant qui montre bien à quel point le sort de la France est au coeur des préoccupations du PS.
    C’est vraiment à gerber.
    Tous ces caciques raisonnent en « part de marché », en « avantage concurrentiel »…. bref ce petit monde fait semblant de pourfendre l’économie marchande tout en adoptant son langage et ses méthodes.

    Quant à Peillon…. voilà un type dont la seule référence un peu solide est d’avoir été Ministre de l’Education Nationale.
    Mais un des pires. Un vrai idéologue dont la réforme des rythmes scolaires est une véritable catastrophe : coût exorbitant, effet dévastateur sur les enfants (en terme de fatigue notamment), aggravation des inégalités (toutes les mairies n’ont pas les mêmes moyens pour le périscolaire).
    Même les enseignants (pourtant très majoritairement de gauche) l’ont conspué et il a été « exfiltré » député européen (LA planque – et en plus élu sur un scrutin de liste).
    Mais le pire (permettez moi une indiscrétion) c’est qu’il n’en a même pas conscience !!!! Il est persuadé d’avoir un bilan positif….

    • Waren dit

      J’irais même au delà de vous: Peillon est un très dangereux idéologue qu’il faut absolument combattre. Lisez ce qu’il dit sur la religion, son terrible projet de société laicard, ses expériences d’apprenti-sorcier (ABC de l’égalité) pour vous rendre compte à quel point ce type est très dangereux pour tout le monde. Et son emule, Belkacem suit ses traces.

  3. Jean-Michel_G dit

    Tout ça sent sacrément la fin de règne dans le formol et la naphtaline…
    Il n’y aura pas plus de 2022 que de 2017 pour ce PS qui va imploser tel un vieux téléviseur des années 70 dans les mois qui viennent, une fois que tout ce petit monde aura réalisé qu’il ne peut même plus faire un groupe à l’assemblée nationale…
    Royal-Aubry-Hollande-Fabius-Valls-Montebourg et Cie vont être bientôt mûrs pour le musée Grévin, dont Peillon fera un excellent conservateur. Les vitrines sont déjà prêtes.

  4. serge dit

    Mouais, je trouve que ces réflexions autour d’une éventuelle stratégie du PS est leur faire grand crédit. Tous les candidats qui se préparent à la primaire sont des pions calcinés par leur ancienneté dans l’arène ou leur incompétence dans les fonctions qu’ils ont exercées. Le PS continue la seule chose qu’il sait faire, des bastons autour de « courants ». Et le plus triste est qu’ils ne voient même pas qu’à continuer à se battre sur la voie publique par nains interposés gave encore plus les électeurs et qu’ils ne vont même pas sauver les meubles aux législatives…

  5. Rodolphe dit

    Ç est qui ce Peillon? Il a réussi quoi dans sa vie publique? Tiens on m annonce que la don Quichotte de paris le soutient… les français ont et auront ce qu’ ils méritent à savoir la peur et le déshonneur

  6. Frederic dit

    L’autre lecture est d’utiliser Peillon pour degager la voie a Macron, candidat jugé le plus credible pour sauver les meubles de l’oligarchie finissante.

  7. Au premier abord j’avais cru lire : Le sens caché de la dictature de Peillon. Ils ont compris, l’Elysée est fichue pour eux. Alors s’arcbouter aux législatives et au futur du parti en charpie.
    Certes la dictature sera bien là avec ses attaques fournies contre la chrétienté et en particulier les catholiques auxquels il faut soustraire les enfants qui sont éduqués en dépit du laïciste!

  8. Citoyen dit

    « Peillon devient subitement un candidat sérieux au PS. »…. Si c’est ce qu’ils ont de plus sérieux à proposer, à Solférino, c’est à hurler de rire !
    Imaginer que Peillon puisse être ce qu’il ont de plus représentatif à proposer, donne une indication précieuse de l’état de décomposition de la Socialie. Si c’est avec lui qu’ils comptent sauver des prébendes (la seule motivation), ils sont mal barrés !
    La vase va finir par ensevelir le marigot ….

  9. Rodolphe dit

    Ç est drôle en France pays de papy et de millefeuille ne dispose pas d un seul homme nouveau. La plupart des candidats font parti du siècle dernier… on touche le fond avec la candidature de Michelle (mam pour les intimes).

  10. Jenny Poulin dit

    Plein d’information dàns ce papier ! Pour la conclusion, une nuance Peut-être ? Cette élite de Gauche bureaucratique et institutionnelle sait se servir de l’appareil d’état. C’est sa force. Elle a un personnel politique et d’administration qu’elle veut Conserver au delà de la dégelée de la présidentielle et des législatives. Peillon Le lyonnais et le laquais du parlement européen, sort du bois Au bon moment quand Colomb en fin de règne s’est mis au service de Macron, et QueWauquiez les dents longues est rejeté par les fillonistes. Les apparatchiks ne veulent pas tout perdre. Ce resserrement d’alliances province Paris augure déjà De la bataille présidentielle de 2022 dàns laquelle Anne Hidalgo va prendre toute sa place comme femme de pouvoir. Pour les gladiateurs de la Gauche de 2017, on est proche de la télé réalité.

  11. Golgotha dit

    Le front national est aux portes du pouvoir et ces petits minables pensent encore et toujours à leur plan de carrière pour 2022 … Ou est le sens de l’état ? JLM dit « la grosse tête » ne se retirera pas de la course ( de toute façon il ne passe plus dans les portes) les verts vont aller chercher leur 2% et le PS sa branlée …. Tout le monde en ordre dispersé bien occupé à fixer son nombril.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *