Accueil » Quels scénarios catastrophes pour la présidentielle?

Quels scénarios catastrophes pour la présidentielle?

Cet article a été lu 7359 fois

La campagne présidentielle peut-elle tomber plus bas et se dérouler dans un climat encore plus dégradé? Oui, bien sûr! et voici comment!

Le risque d’une vague de troubles urbains

Avec l’interpellation ahurissante d’un jeune à Aulnay, qui n’était soupçonné d’aucun trouble à l’ordre public et qui s’est retrouvé mutilé sur la voie publique par un policier, le risque est grand d’assister à une vague d’émeutes en Seine-Saint-Denis (et ailleurs). Cet acte en lui-même laisse songeur d’ailleurs: alors que, dans des situations d’urgence, la police reste profondément et scandaleusement passive, la même police peut se transformer en une véritable menace pour les citoyens qui n’ont rien à se reprocher.

Ces dysfonctionnements existent de longue date, mais sont systématiquement occultés par la hiérarchie policière.

Reste qu’une vague d’émeutes urbaines créerait un étrange sentiment d’affaiblissement et de désordre généralisé: désordre politique et désordre social.

Le risque d’une vague terroriste

Parallèlement, la France n’est pas à l’abri de quelques attentats, sur le même mode que le « tueur solitaire » du printemps 2012, à Toulouse, ou de façon plus organisée. On mesure là encore le désarroi qui s’emparerait de l’opinion publique dans l’hypothèse où l’ordre public serait perturbé par la terreur. La conjonction du désordre politique et de l’angoisse dans les rues peut donner des résultats tout à fait explosifs.

Le risque des boules puantes à venir

Selon toute vraisemblance, l’opération menée par François Fillon n’est qu’une mise en bouche. D’autres boules puantes sont probablement à venir, à la fois contre François Fillon et contre d’autres candidats. On pense particulièrement à Emmanuel Macron, qui risque de se retrouver tôt ou tard dans la tourmente. Là encore, même si le pire n’est jamais sûr, il ne faut jamais oublier que le véritable levier calendaire aura lieu le 17 mars (six semaines ou presque, donc! une éternité) à 18 heures, moment où le dépôt des parrainages sera clos.

Après cette date, les jeux seront faits et les candidats qui se retireront ne pourront être remplacés. Quelle tentation! C’est donc à partir du 18 mars que les tirs d’artillerie risquent de redoubler. Tout coup reçu comptera double à partir de ce moment-là.

Le risque d’un retrait contraint sans remplaçant

Accessoirement, si un candidat devait se retirer après le 18 mars, il priverait son camp de toute représentation devant les électeurs. On mesure la déflagration! et on mesure aussi quel handicap le candidat élu en mai devrait surmonter pendant tout son mandat, surtout si le candidat qui se retire relève d’un parti « important » en termes de nombre de voix.

Et c’est peut-être le risque principal qui pèse aujourd’hui sur le scrutin: celui de voir son caractère démocratique fortement altéré par les campagnes de boue qui s’échangent sur le podium.

Le risque d’un trouble international

Pour comble de malheur, la France n’est pas à l’abri d’une foucade de Donald Trump, ou d’une dégradation sévère des relations entre l’Europe et la Russie (par exemple à l’occasion du conflit ukrainien). Dans cet univers instable, une étincelle pourrait changer la donne. Que Trump programme la fin de la présence militaire américaine en Europe, que Poutine décide une escalade en Ukraine, et les Français comprendront brutalement qu’une période de pain noir diplomatique s’annonce.

Les petites querelles franco-françaises de qui a employé sa femme, son fils ou qui couche avec le président de Radio-France paraîtront bien secondaires à ce moment-là, par rapport aux enjeux mondiaux.

Quels risques face aux risques?

Tout l’enjeu est évidemment de savoir quelle sera la réaction de la classe politique française en cas de réalisation de l’un de ces risques. En cas de « mollesse » trop grande, le crédit de la démocratie représentative sera encore plus fortement entamé. Le principal risque français, aujourd’hui, est de ne plus être capable de faire face aux risques.

27 commentaires

  1. Rodolph dit

    Selon Le Canard Enchaîné, la fille de François Fillon suivait un stage d’avocate alors qu’elle était employée par son père comme attachée parlementaire… Ce Monsieur est une chance pour l’emploi on dépassera le plein emploi pour atteindre le double emploi… A moins que ce soit un menu familial non accessible aux sans dents.
    Ce Monsieur chantre de la probité n’a même pas parlé de poursuites contre le journal (de goche). Elle est où la dignité ? Avant de rendre la dignité à un pays il faut l’avoir soi-même. Non?

    Il faut arrêter de défendre mordicus vos candidats préférés sous prétexte que la situation internationale… bla bla bla . On ne redresse pas un pays avec des mensonges et des voleurs

    • i dit

      C’est pas bientôt fini ce bordel ? Tout cela est LEGAL: capito? Estimez vous heureux qu’il n’y a pas eu de coup d’état les cinq dernières années, il y eut des occasions bien plus motivantes… Les futilités moralistes ne sont plus de saison. Allez donc vous faire … (puisque mes conseils précédents n’ont pas fait effet).

  2. Citoyen dit

     » … qui n’était soupçonné d’aucun trouble à l’ordre public … »
    Euh … d’après ce que j’ai cru comprendre, des informations qui trainent ici ou là, voulant porter assistance à un autre qui se faisait contrôler, le ton aurait monté d’un cran, et il aurait porté un coup de poing à la face d’un des flics …. Je ne connais pas le degré de véracité de l’info, mais c’est pas vraiment le genre d’acte qu’il faut réaliser, si l’on veut éviter de troubler l’ordre public ….
    Mais bon, on finira peut être par en savoir un peu plus, sur la réalité des événements…

  3. lanaspre dit

    En effet comme disait Chirac LES EMMERDES ça volent en escadrille comme les avions!! et toutes ces gros nuages sont en route..sans parler d’un coup de Trafalgar financier mondial.
    On a bien compris que tous les partis (dits « republicains ») ont acté MLP au 2eme tour et tous les moyens seront utilisés pour parvenir face à elle puisque les sondages la donnent perdante dans tous les cas de figure.
    Je pense que le degré de défiance vis à vis des partis de gouvernement au pouvoir depuis 50 ans est telle qu un scénario à l Americaine est plus que probable.
    On ne manipulera pas longtemps encore les électeurs qui se vengeront dans l isoloir au tout dernier moment renvoyant les sondages dans des poubelles qu ils n auraient jamais dues quitter.

  4. Remy dit

    Cette fameuse réserve parlementaire reprochée à Fillon et qui a permis à tant de députés (droite et gauche confondues) de s’acheter des biens immobiliers : est-ce moral ?
    Les 6 millions d’euros que Le Pen prête à sa fille, d’où les sort il ? de sa société de production musicale ? j’en doute
    Macron : qui le finance ?
    Les revenus annuels du couple Hamon, qui en parle ?
    Ou sont les enquêtes journalistiques, ou est l’indignation ?
    Cet acharnement sur Fillon est grotesque et va se retourner à son avantage in fine
    Les Français la bouche enfarinée de moral me font rire
    Aux USA, ils ont refusé Mitt Romney (une sorte de Fillon) en 2012 pour reconduire Obama (notre Macron)
    Aujourd’hui ils ont Trump, attendons nous à avoir le notre en 2022, un dingue qui renversera la table et clouera au pilori tous le système français, Marine Le Pen compris

  5. Rodolphe dit

    Possible comme scénario et la physique ne vous contredit pas. La pression engendre des contraintes qui font des dégâts irréversibles au delà de l élasticité du matériaux. Même le plus rigide fini par se fatiguer. Ç est la nature physique humaine.

  6. Joffe dit

    On pourrait faire le même constat tous les jours concernant l’avenir de l’humanité… Et si la faille San Andreas, et si un météorite inaperçu, et si le volcan de Yellowstone, et si la toundra…

  7. Balthazar dit

    Le problème est il que certains sortent des tombereaux de fumier au moment où ils le jugent opportun?
    Ou le problème est il que les faits fermentés par la mise sous le tapis durant des années soient avérés?
    Les « petites officines » de la déstabilisations ne seraient elles pas des lanceurs d’alertes travaillant pour des intérêts particuliers? Où étaient ou sont les titulaires de cartes de presse? Où va cette profession quand l’investigation se limite à reproduire sans analyse et vérification ce que les « vrais lanceurs d’alerte », ceux du camp du bien oeuvrant pour tous et que l’information se limite à reprendre presque in extenso les dépêches d’agences de presse ou les dossiers des agences de com’…?

    • Rodolphe dit

      Le problème n est pas l argent gagné par les fouteuxballeurs mais les cons qui donnent leur argent pour regarder ces matchs et les dérivés… idem pour la presse (autrefois on presse du papier maintenant on presse des cerveaux disponibles ). Pourquoi acheter vous le journal ? Et regardez vous la tv !

  8. Balthazar dit

    Je me permets de plagier un message reçu ce jour de la part d’un ami qui cite Marcel Proust, A l’ombre des jeunes filles en fleurs, Première Partie, Gallimard 1919
    « Hé bien ! je ne l’aurais pas cru, le père Norpois n’est pas du tout opposé à l’idée que tu fasses de la littérature », m’avait dit mon père. Et comme, assez influent lui-même, il croyait qu’il n’y avait rien qui ne s’arrangeât, ne trouvât sa solution favorable dans la conversation des gens importants : « Je le ramènerai dîner un de ces soirs en sortant de la Commission. Tu causeras un peu avec lui pour qu’il puisse t’apprécier. Écris quelque chose de bien que tu puisses lui montrer ; il est très lié avec le directeur de la Revue des Deux-Mondes, il t’y fera entrer, il réglera cela, c’est un vieux malin ; et, ma foi, il a l’air de trouver que la diplomatie, aujourd’hui !… »

    Il en fait une nouvelle interprétation / rédaction moderne du texte : Pénélope Clarke alias Pauline Camille, Audition du Parquet National Financier, Paris 2017
    « Hé bien ! je ne l’aurais pas cru, le père Ladreit de Lacharrière n’est pas du tout opposé à l’idée que tu fasses de la littérature », m’avait dit mon Mari. Et comme, assez influent lui-même, il croyait qu’il n’y avait rien qui ne s’arrangeât, ne trouvât sa solution favorable dans la conversation des gens importants : « Je le ramènerai dîner un de ces soirs en sortant de la réunion des donateurs du premier cercle de l’UMP. Tu causeras un peu avec lui pour qu’il puisse t’apprécier. Écris quelque chose de bien que tu puisses lui montrer ; il est propriétaire de la Revue des Deux-Mondes, il t’y fera entrer, il réglera cela, c’est un vieux malin ; et, ma foi, il a l’air de trouver que la diplomatie, aujourd’hui !… »

  9. Au sujet de Macron, il est clair qu’il est le chéri des médias. Il ne change rien (pas de programme structurel d’economies au delà d’un discours convenu), et imite pour le reste Fillon en tout, sauf pour les migrants et l’europe: l’utile et l’agréable. En plus les rumeurs ont été soigneusement déminées, il n’est pas du tout homosexuel et Assenge ne révèlera rien sur lui prochainement…

  10. xc dit

    « Accessoirement, si un candidat devait se retirer après le 18 mars, il priverait son camp de toute représentation devant les électeurs. On mesure la déflagration! et on mesure aussi quel handicap le candidat élu en mai devrait surmonter pendant tout son mandat, surtout si le candidat qui se retire relève d’un parti « important » en termes de nombre de voix. »
    Fillon peut rester candidat, mais il est cramé, et un éventuel remplaçant ne ferait pas mieux. C’est quasiment comme si nous étions après le 18 mars, il ne manque plus que le nouveau président.

  11. amike dit

    L’affaire Fillon a atteint sa croisière max, tout le monde a son avis définitif dessus.
    Il ne reste plus maintenant qu’à décompter les dégâts : Soit il reste et la droite perdra tout. Soit on le remplace par quelqu’un de son équipe pour sauver le programme et rabibocher l’ensemble. Je rappelle que Fillon et son programme n’étaient pas aussi irrésistibles que cela avant que n’éclate son avantage premier, la crédibilité de sa rigueur personnelle. On peut toujours vouloir défendre Fillon, il n’arrivera plus à agrandir son cercle d’électeurs sur sa seule personnalité et son programme a trop ignoré les salariés (discours de Nice).

    Honnêtement, je ne vois pas les problèmes venir directement de Trump ou Poutine. Par contre, je vois bien se construire des « story » où tout problème sera mis à charge des 2 boucs émissaires.

  12. serge dit

    C’est intéressant tous ces citoyens qui défendent notre « camarade » LR, choisi pour porter la flamme aux présidentielles, sous couvert de la légalité des opérations financières (jusqu’à preuve du contraire). Sûrement les premiers à gueuler leur race lorsque leur député-maire (le cumul est encore en vigueur) pose une couche de rond-points, rend constructible une zone inondable ou décide d’augmenter drastiquement les taxes locales, toutes actions très légales également mais très lucratives en retour d’ascenseur… Le tout pour un programme qui fleure bon ceux de ces quinze dernières années. Bref, le problème qui se profile est un coup de pression de nos créditeurs internationaux (2200 milliard de dette officielle, un peu plus de 3000 en hors bilan…) sur les taux d’intérêts voire un épluchage des petits caractères de nos contrats d’engagement, vu qu’ils phosphorent bigrement sur nos élections, au sens « ma cassette, ma cassette! ». De quoi pourrir la campagne de tous et probablement les immédiats premiers jours du couillon qui va sortir du chapeau l’amenant vite fait à se renier. Tout ça pour ça…

  13. yoananda dit

    Le problème ce n’est pas tant ce dont on l’accuse que la nullité absolue de sa défense (il s’enfonce à chaque fois qu’il l’ouvre).
    Fillon n’est pas capable de diriger un pays, c’est un bon « second » au mieux de sa forme.

    • Stephane dit

      J’ ai eu tout de suite tendance à penser comme vous. Et puis je me suis posé cette question: dans quelle circonstance a-t-il montré des faiblesses? Est-ce dans un rapport de force diplomatique? Est-ce face à des abrutis de Sud Rail? Est-ce devant des questions insistantes de journalistes pipopaules? Ben rien de tout cela, il est en fait parfaitement clair, il a un véritable fond honnête et ce qui l’ a déstabilisé c’ est la façon dont tout le monde s’ est mis à le voir, au point de le faire douter, et douter de son honnêteté. Je suis heureux qu’ il se soit ressaisi. On peut encore lui faire crédit de vouloir réformer cette république devenue bananière.

  14. Rupert dit

    Il y a trop de monde à gauche: Hamon, Mélenchon, et Macron, qui fait la course en tête en ce moment mais qui va très probablement s’essouffler sans réussir à convaincre les électeurs de droite car trop compromis avec Hollande, trop suspect de proximité avec le monde de l’argent, trop léger en munitions. Les affaires collées à Fillon vont faire pshitt, car balancées un mois trop tôt, et avec tellement d’exagération qu’elles vont bientôt finir de lasser tout le monde. La ficelle est un peu grosse et on aura vraiment tout mélangé dans ces histoires: le brut et le net, l’annuel et le mensuel, le légal et l’illicite, vrai et le faux. De quoi instiller le doute des deux côtés… Fillon, en maintenant sa candidature et en organisant sa conférence de presse, a réussi son coup.

    Au final, les convaincus (de gauche) continueront de ressasser leur « fact checking » en cercle fermé jusqu’aux élections, tandis que les convaincus (de droite) iront déposer leur bulletin pour Fillon, qui, lui, passera le premier tour, puis le second devant Marine Le Pen. Oh, ce ne sera pas bien glorieux: le minimum syndical au premier tour (23% ?) , et à peine 60% pour le second. Mais ça passera.

    Ensuite, gros désordre dans le pays jusqu’aux vacances d’été. Si vous prenez les transports en commun, un conseil: mettez-vous au vélo ou achetez un scooter dès maintenant, vous allez en avoir besoin. A voir si le nouveau gouvernement aura le courage de faire passer le maximum de mesures avant l’automne; les trois premiers mois seront très durs.

    • Guillaume_rc dit

      Quoiqu’il arrive de toute façon, la légitimité du prochain PR sera forcément très faible.
      Il aura au mieux un socle de 20-25 % d’électeurs au premier tour. Au mieux 1/4 de l’électorat. (Marine Le Pen peut avoir plus mais ceux qui sont contre elles sont tellement nombreux….).
      Et parmi ces 20-25 %, beaucoup n’auront voté que par défaut.

      Par ailleurs, pour ce qui est des réformes à engager, je vous rappelle qu’il y a aussi des législatives.
      Si c’est Macron (ou Bayrou ;)), je vois pas très bien sur qui il s’appuiera.
      Si c’est Fillon, on a vu la cohésion fabuleuse qui règne à droite

      • Rupert dit

        C’est justement là-dessus que Fillon peut compter, et c’est cela (entre autres) qui me fait penser qu’il gagnera les présidentielles. On ne voit pas trop sur quelle majorité Macron, Le Pen, ou n’importe quel autre candidat pourrait s’appuyer à part lui. Quel intérêt de voter pour une inévitable cohabitation ?

        Les législatives devraient se traduire par une sévère raclée pour le PS et ses satellites, qui vont payer pour quinquennat de Pépère, une progression modeste du FN, qui aura peut-être enfin son groupe parlementaire, mais surtout par une majorité LR.

        22 ou 23% seront suffisants pour passer le premier tour, le camp d’en face étant trop divisé. Ce ne sera pas la première fois que ça arrive: Chirac est bien passé avec moins de 20% en 2002. Quant à la « légitimité » de FF, rappelons-nous les conditions dans lesquelles François Hollande est devenu président: par accident et par défaut…

  15. Jules Moch dit

    Dans un article daté de Juillet 2013, Bruno Roger-Petit évoque le meeting de la Grande Motte ou Fillon se faisait le Procureur de Sarkozy avec une montre à 16000 euros au poignet! Un député de son camp rappelle que Fillon a toujours aimé les costards sur mesure à 6000 euros. Bref tout le monde sait, or il faut faire rentrer à tout prix l’argent pour financer le train de vie ; tout est là. J’ai remarqué que les hommes politiques exhibent toujours des vieilles bagnoles, car le peuple connait leur prix, par contre un costard c’est anonyme…
    Quant à l’affaire judiciaire, elle n’existe que dans la tête de journalistes nuls ou malfaisants:
    séparation des pouvoirs judiciaire et législatif, il faut lever l’immunité parlementaire de Fillon.
    Le député est libre de l’emploi de ses indemnités
    le contrat de droit privé est passé entre le député et ses assistants, donc ce n’est pas de l’argent public.
    Le cas Fillon est un problème moral, c’est de sa responsabilité.
    un problème politique qui sera tranché par les électeurs.
    Il n’y a pas d’affaire Fillon.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *