Accueil » Les médias vont-ils priver les Français d’une vraie présidentielle?

Les médias vont-ils priver les Français d’une vraie présidentielle?

Cet article a été lu 8377 fois

L’atmosphère délétère qui règne dans le pays conduira à priver les Français d’une véritable présidentielle? En regardant BFM TV hier soir pendant une heure et demie, et en feuilletant la presse de-ci de-là, c’est quand même bien le sentiment qu’on peut avoir.

Pendant 90 minutes, BFM n’évoque que trois candidats

J’ai regardé BFM TV hier soir entre 21 heures et 22 heures 30, d’une oreille discrète comme toujours le soir quand je prépare mes papiers du lendemain. Sauf à ce que mon inattention ait été plus grande que d’habitude, j’ai retenu deux idées martelées pendant toute la soirée.

La première est que François Fillon n’ose plus sortir de chez lui et qu’il évite soigneusement le contact avec les vraies gens. Un commentateur expliquait même que son discours était inaudible depuis les affaires Pénélope. D’ailleurs, ledit commentateur n’a pas jugé utile de relayer les propos du candidat.

La deuxième est qu’un sondage publié dans la journée donnait pour la première fois Macron deuxième du premier tour, derrière Marine Le Pen. Donc, deux débats ont suivi, opposant le camp Macron et le camp Le Pen. Plus la peine de parler d’autre chose. Et voilà, c’est fait, Mesdames et Messieurs, le résultat du premier tour est proclamé par BFM.

Et Hamon? et Mélenchon? et Dupont-Aignan? et Jadot? visiblement, ils ne font plus partie de l’actualité.

Pas une question pertinente des journalistes

Au passage, les deux débats entre les deux camps (Rachline puis Philippot pour le Front, Ferrand puis Griveaux pour Macron) se sont résumés à ce qu’on déteste: des confrontations oeil pour oeil dent pour dent sur le thème de: « C’est moi qui en ai une plus grosse ».

Pourtant, le matin, la Cour des Comptes avait alerté sur l’état des finances publiques et sur la contrainte que celles-ci exerceraient sur le prochain quinquennat. Mais ni les partisans de Macron ni les partisans de Le Pen n’avaient manifestement envie d’expliquer comment leur héros prendrait ces recommandations en compte.

Et là, tu comprends que ni Macron ni Le Pen n’ont la moindre idée sur les réformes de structure qu’ils vont mener s’ils arrivent au pouvoir.

Macron, fabriqué de toutes pièces par les medias

Il y a quelques jours, une journaliste de l’AFP m’a appelé pour m’interviewer sur les préoccupations des start-uppers dans le cadre de la présidentielle Naïvement, j’ai commencé à parler du RSI, de la complexité réglementaire, et toutes choses qu’elle n’avait manifestement pas envie d’entendre. Elle m’a sèchement coupé la parole pour me demander:

« Mais enfin, est-ce que vous aussi vous considérer que Macron est le candidat qui vous représente le mieux? »

Elle avait manifestement une commande de sa hiérarchie: présenter Macron comme l’homme de la modernité, l’homme des entrepreneurs.

« Vous me confirmez que les entrepreneurs du numérique sont centre gauche et détestent les extrêmes? »

Voilà ce qui s’appelle orienter l’information. J’imagine que cette propagandiste doit, le samedi en famille, donner de grandes leçons de déontologie et d’indépendance de la presse.

Où l’on comprend pourquoi Drahi a acheté des groupes de presse

La campagne des présidentielles permet de comprendre pourquoi Patrick Drahi, ce Ponzi des temps modernes, peut-être devenu too big to fail au point de tenir le pays par la catastrophe qu’il causerait s’il était mis en difficulté, a acheté autant de titres et de medias. Pendant six mois tous les cinq ans, sa machine se mettra « En Marche! » pour pousser le candidat dont il a besoin pour prospérer.

Désolé, mais qu’on ne me demande de dire du bien de ce système fondé sur les illusions télévisuelles et sur l’illusion qu’on gouverne avec des illusions.

Tous ces gens font des calculs à court terme qui tue la bête, la République, à petits feux. Là où il faudrait une thérapie durable et responsable pour reconstituer le patrimoine qu’ils sont en train de dilapider.

Vers la présidentielle la plus fermée qu’on n’ait jamais eue?

Il y a quelques semaines, comme beaucoup, j’imaginais que la présidentielle de 2017 serait ouverte et aurait le mérite d’ouvrir un véritable débat sur les programmes et les solutions collectives à adopter pour redresser le pays. Les débats qui avaient eu lieu aux primaires laissaient augurer le meilleur. Avec la complicité, de mon point de vue coupable, du Canard Enchaîné, le débat dont nous avions besoin s’est transformé en champ d’ordures. On nous a volé notre présidentielle.

Le Canard Enchaîné pouvait-il priver les Français de leur débat?

Bien entendu que le Canard dispose des éléments qu’il a publiés depuis plusieurs semaines. De façon très professionnelle, le journal fait ses choux gras de « scoops » bien documentés qui vont lui rapporter de l’argent et accroître sa cagnotte. C’est bien légitime d’un point de vue commercial.

Politiquement, le choix fait par l’hebdomadaire laisse quand même perplexe. Les patrons du Canard ont intentionnellement torpillé une candidature qui devait être majoritaire dans le pays. Par ce choix éditorial, la moitié de l’opinion, ou en tout cas une grande part d’entre elle, est privée d’une voix au scrutin. Il est en effet évident que Fillon est aujourd’hui carbonisé et que le débat ne se tient plus dans des termes satisfaisants.

Dieu (ou l’un de ses substituts selon les croyances de chacun) seul sait dans quelle aventure le Canard nous a embarqués.

18 commentaires

  1. Rodolph dit

    Les médias (BFMTV, itélé, les journaleux de tout bord sont aux ordres de la finance, des bobos et des officines tel que la franc-maçonnerie)… la droite est composée de plusieurs courants non compatibles.
    FF est un profiteur du système (un voleur légal) entouré de bras cassés et de magouilleurs de la droite… Mais à force que le canard (au service de la caste sous prétexte de démocratie et de liberté d’expression) je vais voter pour lui par solidarité.
    Mélonchon n’a pas acheté à son nom le local de sa permanence sans parler du train de vie qu’il mène…
    Il nous faut du karcher très haute pression mais pas pour la prochaine érection.
    FF doit parler aux français pas uniquement à la droite (acquise) et qu’il arrête de faire du sarko. mais ces chances sont minces

  2. serge dit

    Désolé, je ne partage pas. Aucunement en affaire avec « Le Canard », je le lis cependant depuis un paquet d’années. Et même si quelquefois il y a des articles plus saignants que d’autres, en général tout le monde en prend pour son grade. Concernant Fillon, ils ont publié ces dernières années quelques éléments à charge (avions de la République, hébergements sympa chez quelques fortunes, histoire d’appart…). Et cela au niveau où il était, député ou équivalent, au même titre que d’éminents personnages tels que Balkany, Cahuzac ou Thévenoud. Fillon se place maintenant à un autre niveau. Donc il se fait tirer dessus plus fort. Des emplois pour bobonne et les enfants, dont le contenu apparaît… léger, pas comme la paie, qui elle, apparait lourde… Pour des qualifications très légères aussi. La plupart de celles qui ont les diplômes de Penelope, se retrouvent à carrouf, comme caissier. Donc cela interpelle. Et pour sortir du débat par le haut, ce n’est pas en convainquant les convaincus que cela fonctionne. Maintenant, au vu de son programme, la quiche qu’il se prend ne change pas grand-chose intrinsèquement à la « fermeture » de cette élection. Si on vire les ex-cocos, ex-trotskystes et pseudo-écologistes défendant des idées irréalistes, on retrouve le même type de programme qu’en 2002, 2007, 2012 chez les survivants, dont d’ailleurs le passé lourd (dans le même camp politique) ne plaide pas pour eux. Seul le curseur change, des fois que quelques citoyens pas trop poissons rouges se rappellent qu’ils ont déjà entendu cela quelque part. Une ou deux nouvelles têtes de gondoles mais en se rappelant que ce sont les mêmes gondoles derrière. Bref, c’est toute la politique française qui est fermée et ce, depuis longtemps. La différence flagrante d’avec avant est que l »on n’a plus les moyens de ce genre de cirque.

  3. Citoyen dit

    Que des journaleux (journaliste, est un autre métier, qui a disparu) de BFM Pravda TV (et pas mal d’autres) soient des béni-oui-oui de leur maître Drahi, qui cire les pompes de son poulain, ne fait plus l’ombre d’un doute.
    Sauf que, pas mal de français n’ont pas oublié, que le micron, comme son acolyte le toutankHamon de Solférino (à ne pas confondre avec l’original), font partie de la clique (ou de l’engeance) qui vient de piller ce pays pendant 5 ans !
    Malgré tous les efforts merdiatiques … difficile de passer outre, même pour ceux qui ont « une mémoire de poisson rouge ».
    Et enfin, chacun sait désormais ce que valent les prévisions des journaleux, comme des sondagistes, depuis quelques temps ….
    On a vu avec le Brexit, Trump, la primaire des républicains, que leur flair, qu’il pensaient sans défaut, en a pris un grand coup dans l’aile.
    En plus, les électeurs aiment bien régler les comptes dans les urnes … et se gardent bien de le faire savoir.

  4. Hermodore dit

    Fillon « carbonisé »? Je n’y croit pas un seul instant, même si c’est le vœu le plus cher des médias bien intentionnés qui pensent orienter encore notre choix.
    Primo, parce qu’au vu de leur lamentable échec lors des trois derniers scrutins qui « intéressaient » les Français, à chaque fois, les médias ont proclamé, à l’avance, exactement l’inverse de ce qui est advenu: Trump, Fillon et Hamon, tous étaient donnés archi-perdants.
    Secondo, si on prend avec les pincettes de rigueur les derniers sondages publiés après le pilonnage intensif et ininterrompu du soldat Fillon, on constate que la différence entre Fillon et Macron et même Le Pen reste très étroite, d’autant qu’on peut faire confiance à M. Drahi pour avoir donner un bon petit coup de pouce en faveur de son poulain Macron pour « lisser » le sondés en sa faveur. Faut-il rappeler encore et toujours que la marge d’erreur est de l’ordre de 3% et que toute différence inférieure ne veut rien dire?
    Tertio, nous sommes à plus de deux mois du premier tour, et la « cristallisation » des votes est loin d’être accomplie et d’ailleurs, j’aimerais qu’on donne, en même temps que lesdits sondages, la volatilité de l’opinion.
    Quarto, Fillon ne descendra pas plus bas mais Macron ne montera pas plus haut, surtout quand les Français vont commencer à réaliser que ce fringuant candidat n’a aucun programme, sinon celui de continuer la gabegie qu’il a exécutée joyeusement sous la baguette de son mentor, le sinistre Bon à rien du Palais.
    En conclusion: laissons les médias se donner la dernière illusion de leur pouvoir totalement évanoui et utilisons les réseaux pour débattre sans eux de l’avenir qui nous pend au nez. Et merci M. Verhaeghe de nous en fournier l’occasion.

  5. Ce point de vue est de plus en plus présent. En tout cas depuis que Fillon s’en est pris directement à la presse rassemblée:
    « vous en avez trop fait » leur a-t-il dit. Soigneusement passée à l’as, cette partie là de la conférence de presse de Lundi fait tout de même son petit effet… Avec raison.

  6. gérard dit

    Fillon a été attaqué par le canard,il n’a pas su répondre.Une suite ininterrompue de mensonges et d’évitements.Exemple: »je n’ai qu’un compte en banque »suivi une semaine plus tard par la révélation d’une quinzaine de comptes.Sans compter les comptes cachés éventuels…..Quand on se repose sur des soit disant communiquants du style Méaux ,cela dénote une grande faiblesse morale et intellectuelle

  7. Plim dit

    Il me semble que vous regrettez que Fillon se soit empêtré dans ses magouilles. Je ne partage pas cette opinion.
    La véritable question que devrait se poser les Français est de savoir s’il faut oui ou non sortir de l’Union Européenne.
    C’est l’UE qui décide de la politique de la France. Voter Fillon, Hamon, Mélenchon, Le Pen, etc. c’est pareil. Ils appliqueront ce que l’UE leur dira de faire quelque soit les promesses qu’ils auront pu faire aux Français.
    Alors certains partis critiquent le fonctionnement actuel de l’UE (ex: le FN qui veut rétablir la souveraineté de la France… tout en restant dans l’UE !! ou Mélenchon qui veut renégocier des traités qui doivent être approuvés à l’unanimité = mission impossible !!).
    Un seul parti propose de sortir de l’Union Européenne, c’est l’UPR, le parti de François Asselineau.
    C’est de ce débat-là que les médias privent les Français.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *