Accueil » Retraites: la réforme Macron coûtera 28 milliards aux entreprises

Retraites: la réforme Macron coûtera 28 milliards aux entreprises

Cet article a été lu 12796 fois

Tiens! Macron a décidé de sortir de l’ambiguïté et propose une « réforme systémique des retraites ». Présentée dans une interview au Parisien, il est difficile de savoir exactement en quoi elle consiste. Mais voici ce qu’on peut en retenir (et éventuellement en penser)…

Macron annonce une hausse des cotisations retraites

Premier point, qui fait toujours plaisir à entendre:

Il précise qu’il ne touchera pas durant le quinquennat l’âge de départ à la retraite ni le niveau des pensions.

Oh! quelle promesse téméraire. Rappelons que la retraite fonctionne sur trois paramètres: la durée de cotisations (dont l’âge de départ est l’un des éléments visibles), le montant des retraites, et les cotisations qui servent à les financer.

Donc Macron ne modifiera pas le montant des retraites. Il ne touchera pas à l’âge (ce qui n’exclut pas de modifier la durée de cotisations, annoncée par ailleurs). Pour le montant des cotisations, en revanche, il ouvre clairement la porte à leur augmentation. Et c’est bien normal, parce que, pour mettre en place ce qui suit, il n’aura pas la choix: il faudra payer plus cher.

Macron veut unifier les régimes

Selon Macron, la réforme doit aboutir à un principe simple:

« L’objectif est de faire converger progressivement l’ensemble des systèmes de retraite en termes de financement, de caractéristiques et de taux de réversion. »

« Un euro versé pour cotisation ouvrira droit aux mêmes droits quels que soient votre secteur ou votre statut (…) Les règles seront les mêmes pour tous les régimes. Ce sera la vraie fin des inégalités entre fonctionnaires et salariés du privé. »

Comme c’est simple! Fonctionnaire ou salarié, un euro cotisé donnera lieu à la même fraction de retraite. C’est évidemment très séduisant. Toute la question est de savoir combien ça coûte.

Macron veut faire endosser le déficit des fonctionnaires par les salariés du privé

Rappelons en effet que, en l’état, le régime des fonctionnaires n’est pas équilibré. Autrement, les cotisations acquittées par les fonctionnaires ne suffisent pas à équilibrer les pensions civiles. Pour le comprendre, on reprendra juste cette capture d’écran issue de la circulaire de 2016 sur les cotisations employeurs pour les pensions civiles de l’Etat:

En 2013, le Conseil d’Orientation des Retraites a d’ailleurs consacré un rapport à ce sujet, qui montre le tableau suivant:

Des sommes hallucinantes comparées au secteur privé

Dans le privé, les taux sont les suivants:

Autrement dit, le prix à payer pour 1 euro de retraite dans le privé, c’est environ 10% de cotisation employeur, alors que le même euro dans le public, c’est 75 et 126% de cotisation employeur (ce qui rappelle que la retraite des fonctionnaires est aujourd’hui financée par le contribuable, puisque la cotisation employeur n’est rien d’autre que le produit des impôts).

Donc, reposons le problème: si le système du public doit être aligné sur celui du privé, dans un grand régime universel, il va falloir unifier les cotisations employeurs. Et là, ça va faire très mal.

La réforme systémique de Macron va coûter 28 milliards aux entreprises

Donc dire dans la même interview que l’on ne touchera pas au montant des pensions, ni à l’âge de la retraite et que l’on va unifier les régimes revient à dire deux choses très simples.

Premièrement, on va aligner tout le monde par le haut en accordant aux salariés du privé le même régime d’exception que celui des fonctionnaires. Deuxièmement, on va faire endosser au secteur privé par la cotisation le prix du déficit des pensions de l’Etat financées aujourd’hui par l’impôt. Rappelons que les pensions des fonctionnaires de l’Etat coûtent aujourd’hui 38 milliards aux contribuables, alors que, à taux identique avec le régime général, elles ne devraient coûter que 10 milliards.

Ces 28 milliards, devinez qui va les payer…. Cela ne sera plus de l’impôt. Ce seront des cotisations employeurs. Ou comment tuer la compétitivité de nos entreprises.

12 commentaires

  1. Ben dit

    Bonjour,

    Votre article présuppose que l’alignement se fera nécessairement par le haut. J’en doute fortement ; je pense que ce sera plutôt un nivellement par le bas de la retraite du public. Enfin, ce point non précisé montre clairement à quel point son programme est flou et imprécis.

  2. Citoyen dit

    Pour l’instant, il ne faut pas être trop exigeant …. c’est un quasi-programme … pour un quasi-candidat …
    Une mention, comme à l’école … peux mieux faire …
    En redoublant, et en travaillant beaucoup, il pourra peut être se représenter à l’examen …

  3. Rodolph dit

    28 Billions c’est rien comparé aux aides fiscales et autres gabegies de l’époque sarko avec son premier sinistre suivi des aventure au pédalo…
    macron va devenir président et fera un peu n’importe quoi comme dans un laboratoire (des essais et beaucoup de com). Le système est congelé décongelé depuis les années 80. Prenez le large ou baisser votre tête

    • fox40 dit

      C’est un article sur Macron: faut il vous le rappeler?
      Vous détournez l’attention vers la Présidence de 2007/2012 qui a , quand même, eu à subir la pire crise fiancière depuis 1929.
      Et vous proposez quoi, à part le sempiternelle « c’est rien comparé… »?

  4. scaringella dit

    Ah …. donc c’est une manière de rendre aux salariés les 50 ans de NON augmentation du pouvoir d’achat. Mince alors …
    C’est sur ça plait pas aux patronat. Et puis de toute façon ça ne change rien pour eux puisque cela se retrouvera dans
    les prix payés … par le consommateur. Ah mince le pouvoir d’achat réel n’a pas augmenté et donc les ventes vont chuter …
    Ah mince alors les entreprises vont mourir … C’est pas grave ce sont les PME et PMI … elles seront rachetées par les
    multi-nationales …. AH MAIS CHOUETTE !!! Puisque c’est la politique réelle de l’UE, favoriser les gros au détriment de
    tous les autres comme Rahi par Micron, comme ça on peut discuter entre gens de bonne compagnie … Et négocier ce que les gros vont
    réellement payer comme impots, c’est à dire … rien ou presque … Mince alors, qui va payer la dette du pays si c’est
    pas les gros ??? Mince alors … les petites gens … Qui payent une dette qui dans un pays réllement démocratique et
    encore plus dans une république ne peut tout simplement PAS EXISTER … L’arnaque parfaite au profit de …..
    Mince alors rien ne change … on exploite toujours les mêmes au profit de tjrs les mêmes … Ah mince …. Mme LaPeine va
    gagner les élections pestilentielles …. Ou Méluche …. Mince alors … Les religieux de tous bord vont prendre les armes …
    Ah ben non alors …. une guerre civile avec du sang des boyaux et toute la bidoche qui va bien …

    Alors la moi je dis : BRAVOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOO !!!!

    • Jiff dit

      « rendre aux salariés les 50 ans de NON augmentation du pouvoir d’achat. Mince alors … C’est sur ça plait pas aux patronat. »

      Avant d’avancer des âneries, renseignez-vous correctement: les salaires ont très bien évolué dans les 40 dernières années; la confiscation vient de l’état qui lui, n’a pas modulé son appétit Gargantuesque, avec des résultats minables (ben vi, il faut bien recaser les copains dans différentes commissions, les non-réélus au CESE, etc, et tout ça, ça coûte…)

      « Et puis de toute façon ça ne change rien pour eux puisque cela se retrouvera dans les prix payés … par le consommateur. »

      Là encore, renseignez-vous, car les entreprises ont plus répercuté les TAXES qu’une quelconque augmentation du coût du travail; ça a d’ailleurs un nom identifié: le marché. Si vous-êtes (ou devenez) trop cher, vous perdez des parts de marché, d’où un gros effort de la non-répercussion sur le consommateur des charges standard; à l’inverse, quand ces mêmes charges augmentent artificiellement (ex: la hausse de TVA sur les divers abonnements internet), les entreprises ne peuvent que les répercuter aux consommateurs finaux – ce qui également l’effet, enfin pour ceux qui font un peu fonctionner leur neurone, de leur faire comprendre que l’état n’est pas leur ami.

      Le reste étant à l’avenant, buvez un peu moins de café et lisez un peu plus (d’autres auteurs que Karl Marx, Groucho par exemple…)

  5. serge dit

    Franchement, qui peut bien croire ce que Macron raconte! Il me semble qu’il a été au secrétariat général de la présidence de la République puis ministre de l’Economie (avec l’ineffable Sapin) de notre dernier gouvernement. Et que je sache, il n’a pas trop poussé de propos hardis pour améliorer le bouzin (j’aime beaucoup le décret n°2016-660 du 20 mai 2016). Accessoirement, il était quand même parti pour ne rien annoncer du tout, mais comme les autres candidats (survivants?) se sont positionnés (bien ou mal importe peu), il nous colle quelques chewing-gum à mâchouiller, pour occuper les 2 mois qui restent. Même qu’il va peut-être nous en distiller un ou deux de plus pour occuper les écrans, puisque bien mis en lumière par les médias (il est si chou…). J’espère juste que les articles interpellants d’OB sur Les Crises pourront être relayés, pas de raison que ce soit juste Fillon et Le Pen qui se prennent des scuds…

  6. Et oui ! Sa prestation sur le sujet de ce soir fut grandiose ! La retraite est donc instaurée à 55 ans et on fera des économies dans dix ans…
    Le n’importe quoi de ce démagogue est tellement visible que s’illusionner à son sujet devient coupable. Il ne fera bien sur rien, et poursuivra ce qui est fait aujourd’hui. Franchement si Fillon n’est pas élu au premier tour avec un pareil adversaire, cela sera surprenant.

  7. gérard dit

    Je crois que l’alignement se fera par le bas.Plus de retraite a 35 ans pour un trompettiste de l’armée .Une secrétaire RATP ou EDF travaillera malheureusement jusqu’a 62 ans.Et puis il y a les non-dits:les généreuses retraites des cadres seront réajustées vers le bas,plus d’augmentations miraculeuses pour les fonctionnaires 6 mois avant la retraite.Tout ceci,c’est les économies logiques,Macron a bon la dessus.Par contre il est mystérieux sur les délais.Si c’est sur 30 ans,c’est une non-réforme puisque les choses se seraient arrangées par la force des choses(failite du régime)

  8. juni palacio dit

    donnez nous les points positifs du programme de macron, si vous en trouvez bien sûr !
    on ira ainsi beaucoup plus vite
    ou alors dites nous juste que vous ne l’aimez définitivement pas, ce qu’on avait d’ailleurs compris

    tout ce qui est excessif…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *