Accueil » Fillon a définitivement atteint le point Chirac

Fillon a définitivement atteint le point Chirac

Cet article a été lu 6142 fois

François Fillon a atteint le point Chirac, celui où plus aucune attaque sur la probité n’atteint la personne. L’affaire de ses costumes en donne la preuve.

Les costumes de Fillon, la nouvelle boule puante inoffensive?

Il paraît que Fillon s’est fait offrir des costumes de luxe pour une somme globale de 50.000 euros, pendant plusieurs années. Le donateur est anonyme (probablement pas pour Fillon, mais pour le commun des mortels). L’affaire est présentée comme un nouveau scandale, mais elle ne semble pas affecter la campagne à ce stade.

Pourtant, et à certains égards, elle soulève plus de questions que l’emploi de Pénélope. Vous en connaissez beaucoup, vous, des gens, qui reçoivent des costumes à plus de 5.000 euros et qui trouvent ça naturel? Là encore, on se met dans la peau d’un chef d’entreprise qui reçoit des cadeaux de ce genre. L’administration fiscale ne tarderait pas à lui demander des comptes pour savoir s’il s’agit ou non d’avantages en nature non déclarés.

Visiblement, François Fillon ne connaît pas les contraintes qui pèsent sur les entrepreneurs.

Dans le même temps, on peut quand même se demander qui balance la boule puante.

Qu’appelle-t-on le point Chirac?

Bref, on sait maintenant que Fillon a atteint le point Chirac, celui au-delà duquel n’importe quelle affaire devient neutre dans le parcours politique du candidat. Le candidat des Républicains est désormais tellement blindé après le Penelopegate, que deux camps immuables et irréconciliables: ceux qui considèrent que, quoiqu’il arrive ou quoiqu’il dise, il est un pourri. Et ceux qui considèrent que, quoique ses détracteurs inventent sur lui, il est victime d’un complot.

C’est, rappelons-le, dans cette configuration que Chirac a gagné la présidentielle de 2002. Sa réputation était absolument exécrable, et, entre les scandales des frais de bouche, des emplois fictifs et des valises de liquide qui lui étaient apportées par des seconds couteaux, plus personne ne pouvait avoir le moindre doute sur la distance sibérienne qui le séparait de l’honnêteté. Malgré tout, 80% de Français ont voté pour lui au second tour.

L’atteinte de ce point s’explique largement par l’intensité outrancière du feu subi par Fillon au mois de février sur la situation professionnelle de sa femme. Désormais, il a franchi un cap. L’opinion s’est forgée, sur ce compte, une idée qui ne peut plus bouger. Toute affaire nouvelle ne fait que confirmer l’opinion forgée auparavant.

Quelle est l’origine politique du point Chirac?

Dans certains pays, spécialement au nord de l’Europe, aucun homme politique n’aurait pu survivre à ce genre d’affaires. La démission en aurait été la seule issue.

En France, il existe une tolérance tout à fait différente vis-à-vis des dérapages des élus. Elle trouve probablement ses racines dans l’Ancien Régime. On a tous en mémoire l’affaire Fouquet, du nom de « ministre des Finances » de Louis XIV qui fut emprisonné pour corruption. La cause de sa chute ne tenait pas à la corruption elle-même, mais à l’ampleur symbolique qu’elle avait prise. Les fêtes de Fouquet étaient plus riches que celles du Roi lui-même.

Ainsi va l’esprit courtisan en France. Historiquement, les élus, qui ont succédé à la noblesse, considèrent qu’ils ont le droit de se « servir » et l’opinion publique ne leur en garde pas forcément rancune. D’une certaine façon, c’est cet obscur souvenir d’une tolérance vis-à-vis de la prévarication des nobles que les Français convoquent lorsqu’un point Chirac est atteint.

Y a-t-il un délitement caché de l’opinion publique?

Reste à savoir si cette apparente passivité vis-à-vis d’un François Fillon au-delà du point Chirac cache un délitement en profondeur de son électorat. Au-delà de son simple cas, les boules puantes qu’il se prend sur sa probité détériorent-elles encore un peu plus l’adhésion des citoyens au régime et les poussent-elles à des votes de rupture? à des stratégies dangereuses pour la démocratie?

Nul ne le sait à ce stade.

17 commentaires

  1. Evariste dit

    Sujet connexe, que j’ai déjà évoqué : l’étonnante différence de traitement entre les potentielles affaires (ou présentées comme telles) concernant Fillon et Macron.

    Outre http://eric-verhaeghe.entreprise.news/2017/03/08/deluge-de-boules-puantes-pour-emmanuel-macron/ , imagine-t-on par exemple qu’une anecdote comme celle-ci passerait inaperçue si elle concernait Fillon ?
    http://www.streetpress.com/sujet/1486723160-macron-le-monde
    Bien sûr que non.

    Alors je ne sais pas si Fillon a atteint le point Chirac, mais Macron semble totalement immunisé contre la mauvaise réputation, à un point inédit.

    • tul dit

      Beaucoup de français ne se soucient pas de l’intégrité déontologique de leurs élus qui doivent porter beau, car ils espèrent faire partie de cette « noblesse » un jour comme d’autres gagner au Loto, ou comme des américains s’imaginant devenir milliardaire, l’espoir fait vivre et a besoin de Gourous.

      Mais si Macron a des affaires potentielles de cet acabit, il est plus jeune que Fillon, la vieille baderne notable provincial depuis 40 ans, c’est donc le produit Macron plus neuf qui fera avaler son chapeau au Fillon poussiéreux et bandant comme une vieille chaussette trouée. Les sondages le montrent.

      • Evariste dit

        @tul
        Les sondages montrent surtout que ce ne sont pas les affaires qui comptent, mais leur écho dans les principaux médias. Du moins est-ce ainsi que je l’interprète.
        Quant au jeune âge de Macron, on pourrait aussi en déduire qu’il a un nombre incroyablement élevé de casseroles pour une si courte carrière : déjà autant ou plus qu’un vieux routard de la politique. D’où les concerts de casseroles à chacun de ses déplacements… ah non en fait.

  2. Alors que Macron, en tête des sondages souffre aussi de soupçons sur sa probité (frais de bouche pour En Marche alors qu’il était ministre, membre de son staff lobbyste de Servier, et chez Drahi pendant la vente de SFR, prêt de 500 K euros, dépenses faramineuse d’un argent touché mais pas déclaré, non déclaration d’ISF), on réalise peu à peu qu’en fait tout cela n’a d’importance que relativement à ce qu’en font les média et la justice, contrôlés de l’extérieur. L’opinion, tout de même un peu au courant du problème, peut maintenant regarder les programmes, ceux qui seront mis en oeuvre à partir de Mai prochain.
    L’article des Echos d’aujourd’hui est pas mal et on aura pu entendre Macron hier à la télévision. 2 points saillants: l’ampleur des réductions de charges aux entreprises voulues par Fillon (le double de celles de Macron, sans compter le reste, qui consiste à liquéfier le système de normes variées qui paralyse tout le système) , et la gestion des retraites, Macron ne considérant absolument pas l’inéluctable de la baisse des pensions qu’on ne peut éviter qu’en relevant l’âge des retraites. Sur ces deux points Fillon ne fait que s’aligner sur des standards de gestion européens, ce que Macron se refuse à faire.
    Plus que jamais, la question de la poursuite de la politique actuelle se pose. C’est nous qui voyons.

  3. Sergio dit

    Vous avez oublié de citer les « diamants de Bokassa » qui ont valu à Giscard d’Estains, alors qu’ils n’avaient qu’une valeur symbolique, et avec il faut le dire la trahison de Chirac, sa défaite à la présidentielle de 81.
    La gauche « morale » et les médias à sa botte, à cours d’arguments, n’ont jamais reculé devant des méthodes particulièrement « déguellasses », sachant qu’eux même ne sont pas des saints.

  4. Citoyen dit

     » L’administration fiscale ne tarderait pas à lui demander des comptes pour savoir s’il s’agit ou non d’avantages en nature non déclarés. » … Sauf que là, cher Eric, il s’agit d’affaires privés … Si un particulier vous invite dans le restaurant le plus cher de Paris, vous n’allez pas vous précipiter à Bercy pour le déclarer, pas plus qu’eux n’auront la possibilité de démontrer que l’on a tenté de vous soudoyer … Ce qui n’est pas du même ordre pour les frais de bouche payés par Bercy … Si la Socialie n’a que ça à se mettre sous la dent, c’est qu’ils sont en état de manque …
    En 2012, il apparaissait clairement que le Propriétaire de Tetu avait financé le scooterman, sans que la presse ou Bercy ne s’en soient émus …
    Et donc, en effet, pas mal de votes sont cristallisés …. Et ce n’est pas ce genre d’affaire qui va rebuter ceux qui ont des comptes à régler avec la Socialie …. Au contraire !

    • balthazar dit

      L’article du Figaro décrit que Fillon aurait « demandé » à son « bienfaiteur » de lui payer les costumes. Quelle était la contrepartie? On offre deux costumes assez chers à un monsieur sans que celui ci ait donné ou fait quelque chose correspondait au montant dépensé?

    • tul dit

       » Si un particulier vous invite dans le restaurant le plus cher de Paris, vous n’allez pas vous précipiter à Bercy pour le déclarer, pas plus qu’eux n’auront la possibilité de démontrer que l’on a tenté de vous soudoyer … »

      Des restaurants à 50000 euros ? Qui paye et pour quel retour de rhubarbe et d’oseille ?

      Je bosse en Suisse pour une des plus grosses multinationales de la planète et j’ai signé un engagement à ne rien payer à ses salariés, pas même un gueuleton, sous peine de poursuites judiciaires. Alors Fillon y serait considéré comme un délinquant dans une entreprise privée et passible de fortes sanctions, rien à voir avec la république bananière de fRance.

      Le laxisme des français, dont vous êtes l’exemple type, explique en quoi ce pays a des sous performances par rapport aux pays scandinaves ou germaniques. Le je m’en foutisme franchouille est une plaie.

        • Pierre dit

          Ce n’est plus un débat.

          Avec le coup des costards « anonymes » à plusieurs milliers d’euros…mais surtout… les virements réguliers de ses enfants… pardon les rétro commissions sur les faux emplois mais vrais rémunérations… franchement vous pouvez continuer à dire que Fillon = mec normal ?

          Le foutage de gueule est encore plus violent quand la petite frappe se permet d’expliquer que tout est parfaitement normal et que ses enfants voulaient ainsi lui rembourser « le loyer de la chambre de bonne et l’argent de poche » pour le garçon… et le « mariage » (à 40 000 boules) pour la fille !

          C’est ahurissant.

          Ce type est un escroc. Ni plus ni moins. Il a un gros, très gros problème relationnel avec l’argent (surtout celui des autres).

          • Evariste dit

            Ahurissant : maintenant, même les relevés de compte de Fillon sont apparemment connus de la presse.
            Moi je veux bien, mais dans ce cas ne pourrait-on pas connaître les virements bancaires et cadeaux des autres candidats aussi ? Parce que le choix du candidat pour lequel on vote ne se fait pas dans l’absolu (bon/mauvais, escroc/pas escroc) mais relativement aux autres…

      • Deres dit

        Soyons sérieux … La garçonnière de DSK a la grande époque était un appartement prêté. Et vous croyez que Hollande ou Gayet payait la location de leur nid d’amour dans une rue adjacente à l’Elysée ? Bien sur que non, c’était le prêt désintéressé d’un ami ! Et les boîtes de production de spectacle ou de film des femmes ou maitresses de Valls et Hollande ? Si vous croyez qu’elles ne touchaient aucun argent public ou contrat préférentiel, vous être bien naïf.

  5. serge dit

    Plausible. Mais en 2002, Chirac s’est retrouvé devant JMLP, suite au plantage pas prévu du dernier trotskiste en activité. JMLP trainait (et traine toujours) une bonne odeur luciférienne et Chirac a su ramasser le « front républicain ». Cependant, depuis, Chirac 2 (ou plus suivant ce que l’on compte) a montré toute l’étendue de sa non action. On s’est ramassé ensuite deux bonnes quiches (Sarkozy et Hollande), avec les parlements qui vont avec (donc sans cohabitation qui permet de se victimiser). La situation sociale, économique et sécuritaire a aussi beaucoup plongé. Il n’est donc pas certain que Fillon (comme Macron qui somme toute représente à peu près la même frange) dépasse le pourcentage des français qui s’en sortent (pour plagier un propos politique récent) et qu’il puisse, si d’aventure la situation se (re)produisait, obtenir lui aussi ce fameux « front républicain ». La grande difficulté consiste à savoir si le matraquage des pays voisins, de l’UE, de la BCE… va effrayer suffisamment pour que le mistigri repasse.

  6. Stephane dit

    Juste pour dire que je vous ai écouté à la radio ce soir, France Cul’ pour être exact à propos d’ Uber and Cie.
    Au côté des interventions de Filoche vous détoniez. ha ha ha!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *