Accueil » Pourquoi François Asselineau est-il accusé d’être complotiste?

Pourquoi François Asselineau est-il accusé d’être complotiste?

Cet article a été lu 7394 fois

Dans la galaxie des « petits candidats » à la présidentielle, le cas de François Asselineau mérite d’être traité avec une attention particulière, dans la mesure où le président de l’Union Populaire Républicaine (UPR) est assez emblématique des impasses auxquelles la réaction nobiliaire (ce mouvement où les élites du pays utilisent de faux arguments pour se crisper sur leurs privilèges) conduit le débat public.

Comment les thuriféraires officiels du régime montent la garde contre Asselineau

La semaine dernière, par exemple, Thomas Legrand, chroniqueur politique sur la matinale de France Inter, et à ce titre thuriféraire rétribué par le contribuable pour aboyer chaque fois qu’un trouble-fête approche du château, a prononcé cette phrase hallucinante à l’heure de la plus grande écoute radio du pays:

Quelque part à droite de la droite, nous aurons aussi peut-être un conspirationniste avec François Asselineau, qui est sur le point d’avoir ses parrainages.

Moi, je serais Asselineau, j’attaquerais illico en diffamation. Sur le fond, Thomas Legrand a tout à fait le droit de mettre en doute les idées d’Asselineau, développées dans d’interminables conférences où le bonhomme écoute sur surmoi impérial parler à la plèbe des ignorants (c’est le côté gourou rasoir d’Asselineau, qui ne s’arrange pas avec l’âge). En revanche, l’exécuter auprès de millions d’auditeurs en lançant une accusation stigmatisante sans aucune explication ne relève que de l’intention de nuire sans base factuelle sérieuse.

La question est donc de savoir pourquoi des journalistes du service public s’amusent à vider un chaudron d’huile bouillante du haut des remparts assiégés sur un Asselineau qui n’est pourtant pas le plus dangereux des assaillants.

La paranoïa anti-média d’Asselineau

Dans la foulée en effet, Asselineau se met à nourrir une paranoïa anti-média qui, comme beaucoup de paranoïas, se nourrit de fragments de réalité. De fait, Asselineau est boycotté par les organes de propagande subventionnés et, de fait, Asselineau a raison de dire que son mouvement bénéficie d’une exposition médiatique infiniment inférieure à ce qu’elle devrait avoir, notamment en comparaison de groupuscules gauchistes ou sociaux-démocrates comme Nouvelle Donne, qui dépassera à peine les 100 parrainages à la présidentielle.

Faut-il pour autant en déduire qu’il existe une consigne tacite dans la communauté des journalistes bien pensants (si proche des chauffeurs de taxi) pour l’exclure lui, et pas les autres? Le penser reviendrait à passer à côté de la vraie nature du phénomène, dont l’observation permet de mieux comprendre le déclin de ce pays.

En France, sans prétention, Asselineau a mauvaise réputation

François Asselineau, inconnu du grand public, présente une particularité dont il ignore sans doute lui-même qu’elle est la cause de son malheur: il est inspecteur général des finances, ancien élève de l’ENA, défroqué sur le tard. Le fait qu’il ait recueilli suffisamment de parrainages pour être candidat à la présidentielle est d’ailleurs amusant, puisque, avec lui, sept candidats ont désormais les signatures nécessaires, dont trois énarques (Macron, Dupont-Aignan et Asselineau) et, parmi eux, deux inspecteurs généraux des finances. Un duel d’inspecteurs généraux des finances Macron-Asselineau, ça a de la gueule.

Pourquoi Asselineau, comme Dupont-Aignan, sont-ils régulièrement stigmatisés et tournés en dérision dans les organes de propagande officielle, alors que Macron est adulé ou, en tout cas, courtisé? Parce que ce sont des énarques qui ont abandonné les positions officielles de l’énarchie. Ils se trouvent donc sous le feu des critiques de ceux qui détestent la technostructure, et sous les critiques des énarques qui n’aiment pas les renégats.

Ainsi se fabriquent les mauvaises réputations (dont il faut rappeler qu’elles sont plus dures à entretenir qu’à acquérir – être sulfureux n’est pas donné à tout le monde!): la noblesse française ne manque jamais de petits lèche-cul, parfois énarques d’ailleurs, pour relayer tout le mal qu’il faut penser de ces nobles qui défendent le peuple. Ces salisseurs professionnels n’ont souvent pour seule compétence que cette faculté de dégueulasser les autres et de monter ainsi la garde pour leurs maîtres. Toutes les approximations et les insinuations sont alors bonnes pour discréditer le bouc-émissaire désigné. « Vous comprenez, il est proche de l’extrême-droite », « Vous savez, avec tous les problèmes qu’il a! » (bien entendu, il n’en a aucun, mais on suggère qu’un mal mystérieux l’atteint, entre la folie schizoïde et la pédophilie).

Son hostilité au couple franco-allemand et à l’atlantisme lui joue des tours

Au coeur de la fâcherie contre Asselineau, on trouve deux idées aussi chaudes que le réacteur de Fessenheim par les jours de grand froid en Alsace: la mise en cause du couple franco-allemand et la critique de l’atlantisme. On le sait, depuis les années 50, tous ceux qui remettent en cause la doxa officielle sur la place de la France dans le monde et qui soutiennent la vision d’Ancien Régime (celle de l’époque où la France existait autrement que comme l’ombre d’elle-même) sont condamnés au pilori et attachés en place de grève pour recevoir les crachats des passants.

Ainsi, toute critique contre les phrases comme « la France n’est plus rien sans l’Europe », « le couple franco-allemand est indispensable à l’Europe », « l’Europe a garanti la paix », « l’Allemagne a tourné la page du nazisme », et autres antiennes à répéter quinze fois chaque matin pour se punir d’avoir regretté l’époque où une baguette coûtait un franc et pas un euro, donne lieu à une accusation officielle de blasphème sous au moins l’une de ses variantes.

La dernière à la mode est celle de complotisme: si tu trouves bizarre que l’Europe interdise la vente d’animaux vivants sur les marchés du dimanche au motif qu’ils seraient dangereux pour la santé, mais que la Commission européenne n’ait pas pipé mot quand elle a reçu un rapport prouvant que Volkswagen truquait les test diesel (infiniment plus mortels pour la collectivité), alors tu es complotiste. Forcément, tu t’interroges sur les responsabilités individuelles des fonctionnaires qui ont fauté. C’est donc que tu crois à un complot.

Comme le programme d’Asselineau est truffé de remises en cause de la doxa officielle sur l’Europe, la critique vient facilement aux chiens de garde, qu’ils aient une carte de presse ou le titre de conseiller communication dans une cabinet ministériel. Sachez-le, Asselineau est complotiste! Il est du même bois que ceux qui attendent une invasion de martiens, qui pensent que le protocole des Sages de Sion est un document historique et, pour un peu, on soutiendrait qu’il nie l’existence de la Shoah.

Ainsi procède la propagande officielle déléguée à des Thomas Legrand, dont on peut dire que sa chronique est comme l’urine d’un chien qu’on sort le matin (mais on pourrait dire la même chose du Decodex de Samuel Laurent). Elle n’a pas de consistance, elle est chargée en sucres artificiels, elle est fétide, mais elle laisse toujours des traces et en plus, comme elle est couverte par une carte de presse, elle est labellisée par le ministère de la Culture.

Gaullisme, que de crimes on commet en ton nom

Cette stratégie de l’élite française qui consiste à combattre un Asselineau non sur le champ des idées mais sur celui de la diffamation est totalement absurde. Il suffit en effet d’écouter Asselineau pour comprendre que ses idées sont inoffensives.

Que propose, en effet, Asselineau, sinon de sortir de l’Union Européenne pour recréer la France des années 60, celle où les banques étaient nationalisées, et où notre économie, détruite par l’occupation allemande, fut rebâtie à partir d’une proliférations de services publics dont plus aucun Français ne supporterait le retour. Car la critique du libéralisme à bon dos, mais qui supporterait encore ce système où toute décision bancaire est prise par Bercy, et spécialement par le corps des inspecteur des Finances dont Asselineau est issu?

Car il ne s’agit pas d’autre chose. Asselineau est nostalgique de l’époque où son corps d’origine était tout-puissant et décidait de tout en France. Il a compris, à juste titre, que l’intégration dans l’Union Européenne remet en cause ce capitalisme français de connivence où l’Etat et les grands intérêts privés se tiennent par la barbichette pour gouverner le pays en toute opacité. Certes, ce que propose l’Union à la place de ce système n’est pas mieux. Mais, contrairement à ce que l’élite croit, Asselineau n’est pas un dissident. Il est pour un retour à l’Ancien Régime républicain, fondamentalement étatiste et grand consommateur de services publics.

En outre, Asselineau se satisfait très bien des frontières de 1815, celles qui ont durablement affaibli la France. Asselineau déteste la colonisation, il déteste le projet impérial qui sommeille dans les désirs encore incandescents de l’opinion publique. Asselineau aime une petite France.

En ce sens, Asselineau est une sorte de gaulliste intégriste. Du fondateur de la cinquième république, il a retenu la lettre et pas l’esprit.

Pas de quoi fouetter un chat, ni inventer un complot.

12 commentaires

  1. Citoyen dit

    « La question est donc de savoir pourquoi des journalistes du service public s’amusent à vider un chaudron d’huile bouillante du haut des remparts assiégés sur un Asselineau qui n’est pourtant pas le plus dangereux des assaillants. »
    Peut être, qu’ils ont pris conscience, que le donjon d’où ils narguent la plèbe, est à la veille de vaciller…
    Et pris de panique, ils tirent sur tout ce qui bouge !
    C’est que …. préserver la gamelle … c’est du sérieux !

  2. Asselineau est surtout complotiste vis à vis de son entourage: il est férocement ennemi de tout ce qui peut porter ombrage à son autorité. D’apparence bonhomme, il s’agit en fait d’un véritable tyran paranoïaque dont le terrible bagout ne souffre aucune contradiction…
    Il ne s’intéresse qu’à la souveraineté, la sienne en l’occurrence.
    Au sujet de l’Europe, sa réputation de complotiste est ancrée du fait de son explication historique de la construction de l’Europe, comme exclusivement causée par un complot américain. Le caractère « complotiste » est encore plus avéré par le caractère contradictoire de la dénonciation, au coeur de toute réflexion sur le sujet. Les questions: l’amérique est elle une oligarchie apatride ? L’europe est elle une souveraineté alternative à la Française ? Pourquoi diable l’amérique voudrait elle susciter une puissance de sa taille ?
    Bref, ses longues, très longues disgressions hypnotiques ne contiennent pas de vrai point de vue. Ou bien j’en ai trop (ou pas assez) écouté.

    • Jiff dit

      Je commençais à me dire que j’étais bien seul a avoir remarqué que le bougre aime à s’entendre déclamer, mais je vois qu’il n’en est rien, ouf ! (le ton, également, est issu du second empire.)

    • Tuco Pacifico Benedisto juan Maria Ramirez dit

      l’Amérique veut tout simplement empecher la Russie d’avoir une quelconque influence en Europe, d’ou les 28 membres (et on peut y ajouter les guerres du Kosovo, Ukraine et des nombreuses bases américaines qui entourent cette meme Russie). Et depuis quand l’UE est une super puissance qui ferait front aux USA alors qu’elle dépend de l’économie américaine et de sa branche armée j’ai nommé Wall Street et l’Otan!

  3. YoTruth25 dit

    Monsieur Verhaeghe,

    Nous voila devant un copier-coller de votre article diffamatoire que vous aviez déjà publié ici :
    https://www.entreprise.news/francois-asselineau-accuse-detre-complotiste/#comment-2371
    http://www.atlantico.fr/decryptage/pourquoi-francois-asselineau-est-accuse-etre-complotiste-alors-qu-est-surtout-eric-verhaeghe-2988883.html

    Je vous renvoi donc à la même réponse :

    Votre article s’intitule « Pourquoi François Asselineau est-il accusé d’être complotiste?  » Or, dans votre exposé, malgré deux lectures attentives, je ne trouve aucun élément qui répond à cette question introductive.
    Asselineau source chacune de ses positions à partir de documents déclassifiés, commentaires et discours de politiques eux mêmes, d’études de prix Nobel en économie, etc…
    Ainsi, pour répondre à votre question, je vous invite à consulter cette vidéo :
    https://www.youtube.com/watch?v=BxhPtaZCvPM

  4. Cherbourg dit

    Incroyable comme le rythme de l’article accélère sur la fin quand le raisonnement se tarit.
    Ce n’est pas un article mais un propos de dîner en ville.
    Cela mériterait d’être creusé, je vous le dis avec bienveillance.

    En tout cas vous avez réussi à électriser les masses avec ce texte, apparemment.

  5. Tuco Pacifico Benedicto Juan Maria Ramirez dit

    Un copier-coller de la « bienpensance politico-journalistique actuelle ». Vous chercher sans doute à vous faire une place autour de Cohen sur France Inter…
    En tout cas, si ce Mr Asselineau dérange c’est qu’il doit etre très proche de la vérité… J’attend un débat télévisé où il sera présent avec impatience; surtout avec le peu d’argumentation contradictoire à son discours que tous ces politiciens verreux ont en poche. Quant aux blogeurs et journalistes, je les renvoie à la charte de Munich de 1971 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *