Accueil » Fillon, Le Pen, Macron: la justice protège-t-elle le gouvernement profond?

Fillon, Le Pen, Macron: la justice protège-t-elle le gouvernement profond?

Cet article a été lu 8774 fois

Pour la première fois de l’histoire de la Cinquième République, les trois candidats favoris (selon les sondages) de l’élection présidentielle « bénéficient » d’une mise en examen quelques semaines avant le scrutin. Mais chacun sous des formes différentes qui posent une vraie question sur la séparation des pouvoirs, garante de nos libertés fondamentales.

Les torpilles de la justice contre Marine Le Pen

Depuis plusieurs mois, Marine Le Pen est présentée, dans l’opinion publique, comme candidate assurée d’accéder au second tour. Très longtemps, un gimmick a occupé la scène parisienne: jamais elle ne pourrait gagner. Les semaines passent, et ce gimmick laisse la place à des interrogations, et même à des doutes. Et si elle gagnait?

Curieusement, les soupçons d’emploi fictif au Parlement Européen, connus depuis deux ans (la saisine de l’OLAF date de 2015, tout de même), donnent lieu à une mise en examen… le 22 février, s’agissant de sa cheffe de cabinet, et à une convocation de la candidate à la présidentielle le 10 mars en vue d’une mise en examen. Soit six semaines avant le premier tour.

Bien entendu, il faut être complotiste pour imaginer que cet enchaînement de dates illustre une dérive politique de la justice.

Les torpilles contre François Fillon

Le 25 janvier, soit trois mois avant le scrutin, la presse révèle les sales manies de François Fillon avec l’argent de l’Assemblée Nationale. Dans les heures qui suivent, le Parquet National Financier se saisit du dossier. Avec une naïveté confondante, le candidat républicain se précipite dans la gueule du loup, en déclamant qu’il a confiance dans la justice de son pays, et en réclamant d’être jugé vite.

C’est dire le malentendu qui se noue alors. L’un est convaincu d’être parfaitement innocent. Les autres entament un tour d’engrenage qui débouche (c’était cousu de fil blanc) sur une mise en examen un mois avant le scrutin. Mais vous n’aviez rien vu venir les mecs?

Ce faisant, on découvre qu’un François Fillon a pu être Premier Ministre pendant cinq ans (et ministre éminent à plusieurs reprises) sans soupçonner que la justice puisse être partiale ou instrumentalisée. On conclurait presque à la virginité de Sarkozy en matière d’intervention dans les affaires du Parquet. Ou alors François Fillon a été tenu très loin des dossiers sensibles pendant cette période.

Depuis le 25 janvier, la justice apparaît en tout cas comme un panier percé. François Fillon et ses proches ne peuvent pas dire un mot aux enquêteurs sans que le compte-rendu de leurs auditions ne se retrouvent dans la presse. Si la justice voulait vraiment « dépolitiser » son dossier, elle éviterait soigneusement ces fuites. Le fait que celles-ci soient immédiates et systématiques dissipe toute ambiguïté sur la vraie nature de l’enquête: il s’agit bien de charger un candidat donné favori il y a encore trois mois (et, à l’époque, sûr de gagner).

Les deux favoris déstabilisés

Curieusement, les deux candidats qui sont chargés dans cette barque sont ceux qui mettent le plus en danger les intérêts du gouvernement profond, c’est-à-dire tous ces capitalistes de connivence qui vivent peu ou prou grâce à l’intervention ou à la garantie de l’Etat, et qui voient avec terreur arriver en tête des sondages des candidatures qui promettent (sincèrement ou non) de rompre avec l’immobilisme de notre Titanic.

Marine Le Pen est, de longue date, leur épouvantail. Avec elle, il est acquis que l’appareil d’Etat changera de main. La candidate du Front National a suffisamment subi les avanies de ce système pour ne pas vouloir le frapper très fort, en son coeur. Son enracinement idéologique est à rebours de leurs croyances et de leurs valeurs. Même si, en façade, elle maintient un visage respectable sur les questions d’homophobie et autres, on voit bien que la divergence ne tardera pas à apparaître entre le fond traditionaliste incarné par sa nièce et les amuseurs publics comme Philippot dont une partie grandissante du parti demande la tête.

Le même soupçon de traditionalisme pèse d’ailleurs sur François Fillon. Ses liens avec la Manif pour tous sont régulièrement rappelés, comme une explication entre les lignes des malheurs qui lui arrivent. L’accusation est d’ailleurs injuste, puisque François Fillon est entouré par une clique de technocrates qui rédigent ses notes et ne manquent jamais une occasion d’affadir son programme, chaque fois qu’ils le peuvent. Son intention de procéder à une baisse réelle des dépenses publiques inquiète forcément tous ceux qui se gavent aujourd’hui avec force subventions et « aides à la presse ».

Deux hypothèses sur les affaires et la justice

Il y a donc deux hypothèses, deux lectures possibles de l’attitude de la justice.

L’une, angélique, béate, explique que la justice est indépendante et qu’elle fait simplement son travail. On ne peut voir malice dans ces enchaînements troublants de circonstance sans être complotiste ou pré-fasciste, voire nostalgique de Vichy et de Nuremberg réunis.

L’autre interroge. Elle s’étonne que l’autorité judiciaire intervienne avec une telle célérité et une telle nervosité dans le débat de la présidentielle. Elle est encore plus troublée au vu des fuites constantes de la justice, alors que l’enquête est réputée secrète. Tout ceci apparaît comme une opération téléguidée qui utilise la justice pour orienter le débat politique.

L’étonnant positionnement de la justice vis-à-vis d’Emmanuel Macron

Comme nous l’avions annoncé (avec une marge d’erreur d’une journée), la justice a bien ouvert une enquête préliminaire visant Emmanuel Macron le 14 mars. Mais… surprise, ce n’est pas sur son patrimoine, qui pose quand même de sacrés problèmes. C’est sur une affaire mineure d’événements à trois francs six sous organisé sans appel d’offres lorsqu’il était ministre. Cette fameuse French Tech Night avait d’ailleurs fait l’objet d’une interpellation de la part de l’association Anticor… créée par le juge Halphen, soutien affiché d’Emmanuel Macron, et par Séverine Tessier, ancien collaboratrice parlementaire socialiste.

Et le patrimoine d’Emmanuel Macron alors? Anticor ne juge pas utile que le parquet financier s’en saisisse. Pour cette association dont Christiane Taubira fut parraine, le dossier relève seulement de la Haute Autorité de la Transparence de la Vie Publique, dont l’inefficacité est désormais bien connue.

Deux poids deux mesures? oui, bien sûr. Anticor joue ici le rôle d’écran de fumée. On fait croire qu’Emmanuel Macron aussi est passé au crible. Mais le jeu est pipé et tout est fait pour qu’il soit blanchi.

On peut d’ailleurs dire le résultat des courses dès aujourd’hui: dans trois semaines, la Haute Autorité rendra son verdict sur le patrimoine de Macron et dira que tout va bien. Et, selon les sondages, le parquet classera l’affaire de la French Night Tech avant le premier tour si Macron est en difficulté, entre les deux tours s’il est donné en position confortable.

Y a-t-il un flash totalitaire en France?

Bien entendu, la France n’est pas une République bananière. 99% des décisions judiciaires sont prises de façon indépendante. Ce qui gêne, c’est le 1% manquant. Ce 1% là encore n’est pas systématiquement biaisé. En revanche, la raison d’Etat se réserve le droit de modifier le cours des décisions concernant ce résidu pour orienter l’opinion sur la courbe qu’elle lui souhaite voir prendre.

C’est ce qu’on appelle un flash totalitaire. L’opinion publique ne supporterait pas de vivre plusieurs mois sous ce régime. En revanche, comme une pasteurisation, le gouvernement profond n’hésite pas à produire des flashs totalitaires où, de façon « chirurgicale » comme on disait lors de la guerre en Irak, l’Etat de droit est violé pendant quelques heures pour remettre l’âne en marche.

Que ces flashs totalitaires se répètent aussi fréquemment depuis quelques semaines en dit long sur la déliquescence du régime.

11 commentaires

  1. Citoyen dit

    Ben, oui … Faut pas croire … Mais la caste a ancrée ses métastases très profond …. Elle entend défendre ses positions, contre toute agression extérieure, avec tous les moyens à sa disposition ….

    • Rodolphe dit

      Elle ne protège personne. Elle est juste aux ordres. Le plus inquiétant dans tout ça aucun candidat n évoque la réforme de la justice… le principe leur convient tous…

      • Citoyen dit

        « Elle ne protège personne. Elle est juste aux ordres. » …. Ben non … La caste regroupe tous ceux qui tiennent les manettes qu’ils soient visibles … ou pas. Il y les politiques qui sont sur le devant de la scène, et tous les autres, invisibles, qui en coulisse, agissent sur les manettes. Ils ont en commun, qu’ils ont des intérêts communs, qu’il y a lieu de protéger. Et dans cette nébuleuse on y trouve aussi la justice, ou tout au moins une partie, qui agit pour protéger les intérêts de la caste. La caste elle est financiaro-médiatico-politico-judiciaire (en fait ceux qui détiennent un peu de pouvoir, qu’ils ont obtenu en faisant allégeance au système) …. et ça fait du monde … qui a des intérêt communs à protéger.

  2. Hermodore dit

    Oui, mais le hic c’est que tout ceci ne produit que l’effet inverse de celui qui est escompté: non seulement, Fillon ne sombre pas, il flotte toujours (pas dans les sondages tout aussi biaisés que la « justice », avec minuscule, mais dans les analyses d’opinion mining; alors que Macron s’enfonce inexorablement entre deux eaux (normal pour un candidat du marais « centriste » lorgnant à gauche). Et il n’est pas prêt de reprendre son souffle à la surface, avec des vantardises du genre « [Hollande] jouera évidemment un rôle important dans la future majorité » (dixit un obscur hollando-macroniste).
    Petit à petit le pédalo fantôme entraine vers le fond le mousaillon qui fut assez fat pour croire qu’il pouvait tenir la barre…

  3. serge dit

    Les fuites dans la presse, cela fait quand même un moment que cela se voit, même pour du droit commun. Bien sûr que la Justice protège le gouvernement profond, on n’a jamais eu une séparation complète des pouvoirs. Et pour ceux ayant eu à se taper un TGI, TI, cour d’appel ou cassation cela se voit aussi. La Justice a juste oublié qu’à l’ère d’internet et sur des sujets tels que les élections présidentielles, la connaissance des informations divulguées est immédiate et que, de suite, des contre-feux sont allumés ou bien des groupements de pression se mettent en place. Du coup, si les juges veulent conserver un léger vernis de compétence ou d’efficacité, ils sont contraints d’attaquer d’autres cibles, pas prévues au départ. Ce qui au final aboutit au résultat complètement inverse, à savoir:
    – tous les candidats (utiles) sont visés. Quelle que soit la profondeur et le nombres des griefs, retour à la case départ.
    – la dernière lichette de crédibilité envers la Justice tombe puisque, vu le nombre de sujets, le nombre de personnes et le nombre d’années impactés, on se dit qu’ils ont fondamentalement enterré tout ce qui leur passait dans les mains et qu’il faut de très très grosses pressions pour que des éléments sortent. Pressions que seul l’Etat profond peut exercer.

  4. Tout tient au parquet « financier », inventé après l’affaire Cahuzac et activé, PAR LETAT dans le cas de Fillon pour quelque chose qui n’a rien à voir avec de la corruption, ni avec du détournement d’argent public…
    Effectivement Fillon crut le prendre par vitesse en exigeant la rapidité: on le met en examen sans examiner le dossier, ni lire les remarques des avocats, qui de toutes façons, n’ont pas été transmises aux juges d’instruction. Ceux ci reconnaissent explicitement que c’est le calendrier politique qui dicte leur décision de conduite de la procédure ETNONPAS les faits, qu’ils n’ont pas examiné. De la folie pure, inacceptable.
    Cela concerne évidemment Fillon ET Lepen, et la une du Monde d’aujourd’hui qui dénonce les réactions légitimes des deux candidats est absolument scandaleuse: ce torchon minable, que j’ai déjà eu l’occasion de dénoncer ici, n’ESTPAS un journal mais une lettre de cachet, directement émise par la pourriture dont le nom est la gauche au pouvoir.
    Que cette alliance du politique et du médiatique ait pour effet, chez les abrutis, les moralistes et les hypocrites de diminuer l’intention de vote pour leur ennemi à une élection imminente, voilà manifestement l’intérêt et la décision du commanditaire, responsable hiérarchique et donneur d’ordre de ce parquet là, l’Etat socialiste actuellement au pouvoir, et qui cherche à se perpétuer, par tous les moyens.

    Et bien tout cela est anormal, porte tort à la constitution et à la République et méritera une action judiciaire en retour. Dores et déjà, la légitimité du pouvoir en place peut être mise en question et ce ne sont pas les fonctionnaires aux ordres qui devront être poursuivis, mais leur indélicats supérieurs élus, qui semblent actuellement en train de tenter un coup. L’opinion a un mois pour le réaliser et pour réagir en conséquence.

  5. Pierre dit

    Les « fuites » ont toujours existé.

    Et au début de Hollamou, c’était un festival au sujet des écoutes de Sarko…. Tout sortait. L’indépendantiste fanatique Taubira avait même été photographiée en conférence de presse avec des documents liés aux « interceptions »… Et elle a prétendu ne pas être au courant !

    La sottise coulée dans l’arrogance la plus crasse ; Taubira quoi.

    Donc bien entendu, une poignée de gauchistes aussi constructivistes que dégénérés dévoient l’Etat et ses moyens.

    Mais appeler cela l' »Etat profond » c’est leur faire un peu trop d’honneur. Car ils n’incarnent pas l’Etat : ils le parasitent.

    Ils constituent en fait un groupe mafieux. Une clique.

    Ceci posé, il ne faut pas tomber dans l’autre versant du piège rhétorique et devenir un Filloff béat. Le hobereau est un petit voleur, sans colonne vertébrale. Et le fait qu’il soit victime… n’enlève rien à sa malhonnêteté.

    Il n’est ni sauveur, ni un « réformateur », ni un homme d’état… Un simple petit politicien, obsédé par le pognon, et par son petit confort.

      • Rodolphe dit

        Quelle médiocrité… quel fanatisme partisan. Allez vous faire tailler un costard chez arnys robert règlera… un homme qui a fais rembourser le mariage de sa fille et l argent de poche de son fils par le sénat finira dans doute à Fleury comme disait Borloo… Sarkozy est un saint devant ce minable. Il reste que les membres de sa secte autour de lui …

  6. Un citoyen lambda dit

    Excusez-moi mais, certes, les politiciens mis en examens se plaignent de la façon de faire de la justice et c’est en effet discutable.
    Mais personnellement, je suis plus choqué de ce que j’ai appris sur tous ces candidats que sur la façon de faire des magistrats et finalement, c’est bien ça le plus important…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *