Accueil » Les enseignants appelés à faire battre Fillon

Les enseignants appelés à faire battre Fillon

Cet article a été lu 7913 fois

On notera utilement cet article de blog de la présidente de l’association Reconstruire l’école, qui appelle à faire battre François Fillon aux élections présidentielles.

FRANÇOIS FILLON ET LES LEMMINGS

S’il existe encore sur ce blog quelques lecteurs, il ne leur aura pas échappé que les apparitions de la Présidente s’y font de plus en plus rares, tant les ingrates activités familiales et multicasquettes de mamysitteuse-taxi-sherpa-cuisinière-chaouch-psychologue-vaguemestre-aide ménagère l’ont accaparée depuis des mois et des mois jusqu’à l’usure.

Pour me sortir de ce silencieux marasme (et avant, sans doute, que l’Assemblée Générale de « Reconstruire l’École » ne confie la présidence à quelqu’un de plus jeune et de plus disponible que moi …), il ne m’a pourtant suffi que d’une sainte et saine colère à voir certains enseignants, des professeurs, des collègues, des êtres cultivés, intelligents, que j’apprécie, que j’admire, pour qui j’ai de l’affection, tomber soudain en amour devant François Fillon, jusqu’à l’aveuglement complet, jusqu’à envisager de lui apporter leur suffrage.

Je ne parlerai pas des affaires, des enfants ni de Pénélope. Ni des costumes ni d’Axa. Ni d’une confondante vulgarité verbale (« casser la baraque », «foutre un procès ») que l’on croyait jusqu’ici réservée au regrettable Sarkozy. Ni d’une démagogie tout aussi confondante (« Je n’ai pas fait les grandes écoles… ») où le châtelain de Sablé/Sarthe nous la joue moitié Thorez moitié Johnny, « fils du peuple » et « je suis né dans la rue ». Non, il sera uniquement question de l’École. Car si les statuts de l’association m’interdisent de donner aux adhérents et sympathisants toute consigne de vote, elles ne m’empêchent pas d’expliquer pour qui NE PAS voter, en l’occurrence donc pour aujourd’hui F. Fillon.

Comment diable est-il possible que des intellectuels, des hommes et des femmes de culture, des personnes attachées à l’École de la transmission et de l’esprit critique, aient à ce point perdu ledit esprit critique pour aller se jeter dans les bras de « Monsieur Socle Commun », ce socle commun d’où naquit tout le mal, évaluation par compétences, réformes délétères du lycée puis du collège, braderie des diplômes et j’en passe ? Pour ne pas alourdir à l’excès l’exposé, je me permets de renvoyer à un texte coécrit avec Agnès Joste et Michèle Gally,http://www.sauv.net/socle.php sur le site du Collectif ami Sauver les Lettres.

Chers amis, chers collègues, parce que François Fillon sort régulièrement quelques piques contre les pédagogistes, allez-vous oublier de quoi il fut l’instigateur et le suivre tels des lemmings dans des eaux glacées où vous succomberez et vos élèves avec vous ?

Parce que vous ne savez (et avouons que c’est tentant…) résister à la Schadenfreude d’imaginer les pédagogues en chambre, tous ceux qui n’ont plus vu de « vrais » élèves depuis des lustres, renvoyés devant les classes et de préférence dans les quartiers nord de Marseille ou d’ailleurs, vous accordez votre confiance à François Fillon pour, en quelque sorte, « faire le ménage » et débarrasser l’institution de ses pseudo-experts en expertise et autres théoriciens du vide éducatif.

Enfin, soyez lucides ! François Fillon ne fera rien (au mieux), et mal, au pire. Pourquoi en serait-il autrement ? Le calamiteux bilan du PS de messieurs Peillon et Hamon et de madame Vallaud-Belkacem doit-il vous faire oublier Xavier Darcos et Luc Chatel ? Chers amis, chers collègues, que vous avez donc la mémoire courte, ou sélective …

FRANÇOIS FILLON ET LES LEMMINGS

Moi, comme ma presque compatriote la mule du Pape, j’ai de la mémoire. Je me souviens très bien par exemple, lors de la nomination de Xavier Darcos par Nicolas Sarkozy, du grand « Ouf » de soulagement en salle des professeurs : « C’est un humaniste, un lettres classiques », « Il connaît la maison », « Il a déjà été aux affaires », « Il ne nous maltraitera pas trop » …

Et on a vu ce qu’il en fut.

Certes, F. Fillon est conseillé par Annie Genevard, qui fut naguère professeur de lettres, m’a tout l’air a priori d’une « honnête homme » (avec une très jolie voix, de surcroît) et ne dit pas de bêtises.

Mais réveillez-vous, chers amis ! Elle ne fera RIEN, ni plus ni mieux que Darcos et quelles que soient ses bonnes intentions, parce qu’elle ne POURRA rien faire ! Le programme ultralibéral de F. Fillon, les coupes claires dans le nombre de fonctionnaires DONC d’enseignants, le refus maintes fois martelé de « faire encore de la dette » (je vous renvoie à cette ahurissante rencontre (1) avec des aides-soignantes à bout), tout ceci cumulé n’aboutira qu’à une aggravation de vos conditions de travail, et ipso facto de celles de vos élèves : si vous devez travailler 25 heures pour gagner plus, sous la surveillance de votre chef d’établissement ça va de soi (autonomie oblige …), sachant que ces 25 heures en signifient une cinquantaine en préparations et corrections, in fine chers collègues vous travaillerez MAL, vous bâclerez la besogne – ou vous finirez en burn-out si vous restez consciencieux.

FRANÇOIS FILLON ET LES LEMMINGS

Jetez donc un coup d’œil sur l’ensemble du programme de François Fillon : il est d’une violence sociale sans précédent dans notre pays, pour tout dire thatchérienne, et fait définitivement table rase des « jours heureux » du CNR, fondement de notre système social français ou du moins ce qu’il en reste. Voulez-vous VRAIMENT tout cela pour votre pays, pour vos élèves, pour vos enfants, pour vous-mêmes ?

– Oui mais ses propositions sur l’École, il n’y a que cela qui nous intéresse chez François Fillon, c’est l’essentiel pour nous, etc etc …

Vraiment ??? Pour un peu, mes amis, vous me feriez croire que vous ne savez plus penser politique !

FRANÇOIS FILLON ET LES LEMMINGS

ALORS, SOYONS SÉRIEUX, JUSTE CINQ MINUTES : comment pouvez-vous imaginer que l’on va reconstruire l’École dans une France où tout, je dis bien TOUT le modèle social et économique, sera déconstruit ? Comment pouvez-vous concevoir une École seule et debout au milieu du champ de ruines créé par la politique ultralibérale du candidat LR ?

Pour avoir la satisfaction (et qui plus est ce n’est même pas sûr !) de voir dégager un quarteron de pédagonigologistes parasites, allez-vous accepter que les parents de vos élèves soient précarisés, mis au chômage, mal soignés ?

Pour voir revenir le COD et disparaître l’inepte prédicat, tolérerez-vous que les gamins viennent en cours le ventre vide ou traînent l’angine tout l’hiver parce que chez eux on ne pourra plus payer le chauffage ?

Pour pouvoir enseigner le « récit national » (je ne développe pas, c’est un autre débat), consentirez-vous à ce que dans la vie réelle les inégalités se creusent encore et encore, ce qui est quand même tout l’inverse de « faire nation » ?

Quelle mascarade que de vouloir, sous couvert d’égalité, faire porter l’uniforme aux élèves, alors même que la politique économique suivie creusera les écarts de manière effrayante !

Et comment parler de rétablir l’autorité dans l’enceinte scolaire, si le monde hors les murs devient une jungle dérégulée où le plus outrageusement riche aura le dernier mot ?

FRANÇOIS FILLON ET LES LEMMINGS

AUCUN PROGRAMME POUR L’ÉCOLE, si bon soit-il (à supposer qu’il le soit, mais je me place dans votre optique, chers amis et collègues) NE PEUT JUSTIFIER LA VIOLENCE SOCIALE ET REVANCHARDE DU PROJET FILLON.

Vous pensez voter Fillon seulement pour l’École et sans vouloir considérer le reste ? Vous aurez le reste, et pour ce qui est de l’École, vous ne verrez dans le moins mauvais des cas pas grand-chose, et un désastre au pire, quelle que soit la bonne volonté de Mme Genevard : plus que jamais, le ministère de l’Éducation Nationale sera à Bercy.

Qu’est donc devenu l’enseignement public britannique sous Mme Thatcher et autres conservateurs ? Une catastrophe : cyniquement, Miss Maggie, la fille de l’épicier, après avoir bénéficié des bourses des gouvernements travaillistes pour accéder aux études supérieures, a rétabli le plafond de verre. Est-ce vraiment cela que vous voulez pour votre pays, chers amis, chers collègues ? Certes, l’École à plusieurs vitesses existe d’ores et déjà chez nous, c’est un fait, entre public et privé, villes et campagnes, avec ou sans bi-langues (latin, grec, allemand …), entre banlieues et centres-villes, sous contrat et hors contrat … Pensez-vous vraiment que le programme de François Fillon va rendre à TOUS les élèves quels qu’ils soient la possibilité de recevoir l’instruction à laquelle ils ont droit, dans un contexte digne et décent ?

FRANÇOIS FILLON ET LES LEMMINGS

Chers collègues lemmings, revenez sur terre ! Le joueur de pipeau Fillon vous entraîne à la noyade, vous-mêmes et les élèves dont vous avez la responsabilité.

Et tant qu’à rester dans la métaphore aquatique et rongeuse, ce n’est pas lemmings qu’il vous faut être aujourd’hui, mais CASTORS – comprendre le fameux « faire barrage » –, à François Fillon autant qu’à Marine Le Pen.

Vous êtes des professeurs, votre métier c’est de réfléchir : sachez penser globalement ! Un programme électoral est un tout ! Souvenez-vous-en avant que de vous prononcer : CE QUI FAIT DU MAL À LA SOCIÉTÉ NE PEUT PAS FAIRE DU BIEN À L’ÉCOLE.

19 commentaires

  1. Citoyen dit

    MDR !! … Une seule phrase résume le tout : « et fait définitivement table rase des « jours heureux » du CNR »
    C’est vrai qu’à l’époque, les cocos rêvaient d’un avenir meilleur … Même que pour Georges (un connaisseur), en URSS le bilan était globalement positif … C’est dire …
    Elle se mouille en préconisant de ne pas voter F.Fillon, sans s’avancer sur ce qu’elle souhaite … Dommage, Arthaud devrait lui convenir !

    • kafka dit

      Ceci dit le successeur de Jean Moulin à la tête du CNR jusqu’à la libération est un certain Georges Bidault. Donc de fait, celui qui a présidé le CNR 90% de sa durée de vie…..

      Je ne comprends vraiment pas pourquoi la gauche s’en réclame, d’autant plus qu’en 1962 Bidault recréa un CNR… En effet, après l’arrestation de Salan, il constitue un triumvirat avec Soustelle et Argoud un nouveau CNR pour présider aux destinées de l’OAS. Il en est à nouveau le président…..

  2. Hermodore dit

    Hum, ça fleure bon son ultracommunisme (sic)! La donzelle ne doit pas être de première fraîcheur, si j’ai bien suivi ses arguments: ça a un goût de réchauffé bolchévique…

  3. serge dit

    Mouais, ils feraient bien tous, dans cette grande barque percée, de faire un peu d’introspection et moins de politique. Quels qu’aient été les ministres successifs de ce Titanic qu’est l’EdNat, en général mauvais comme la petite dernière, ils sont quand même entourés d’un gros paquet d’abrutis sectaires au long cours. Qui a eu des mômes dans le « long » parcours scolaire et plus si affinités a encore en mémoire douloureuse tous les sujets qui cassent l’ambiance (et surtout l’organisation qui va avec), depuis la maternelle jusqu’à l’enseignement Supérieur. Alors « la noyade », ils se la font tous seuls.

  4. bidassoa dit

    «  » » » » Pensez-vous vraiment que le programme de François Fillon va rendre à TOUS les élèves quels qu’ils soient la possibilité de recevoir l’instruction à laquelle ils ont droit, dans un contexte digne et décent ? » » »

    Apprenez leur déjà à lire ! pour ça il n’y a pas besoin d’argent……. même avec des classes de 25 élèves vous n’y arrivez pas…….

  5. Lorelei dit

    « Pour voir revenir le COD et disparaître l’inepte prédicat, tolérerez-vous que les gamins viennent en cours le ventre vide ou traînent l’angine tout l’hiver parce que chez eux on ne pourra plus payer le chauffage ? »
    C’est déjà le cas. Or nous sommes censés être sous un gouvernement socialiste.
    Ah non! C’est vrai! Notre gouvernement est déjà ultra libéral….

    • bidassoa dit

      ma mère avait une classe unique de 80 éleves en milieu rural dans les années 40. Cela m’étonnerait qu’ils soient arrivés le ventre plein d’une maison chauffée, or ILS SAVAIENT AU MOINS LIRE ET ÉCRIRE !

      • comprendre ce qu'ils lisent dit

        Pour être au complet, ajoutez-y: « et comprendre farpaitement ce qu’ils lisaient, et compter correctement ainsi que rapidement ».

  6. Jules Moch dit

    Battre Fillon en votant Mélenchon qui veut supprimer l’enseignement privé sous contrat ( voir l’article dans challenges) , un enseignement qui représente, par exemple, 60 % de l’enseignement technique agricole, un enseignement pour les privilégiés?

    • Jiff dit

      C’est surtout la scolarisation @home et le hors-contrat qu’il vise par ricochet, parce qu’ils explosent actuellement et bien pire (à ses yeux): ils apprenent aux gosses à penser par eux-mêmes (notamment en leur faisant lire des auteurs hérétiques, tels qu’Hayek, Kant, Friedman, Huxley, La Fontaine…), et ça, ça ne saurait se concevoir pour Stalcheff 2nd qui a les mêmes vues que les aimables esthètes actuels: le nivellement par le plus petit commun dénominateur avec une prédilection pour le 0 (pointé).

      • Jules Moch dit

        Le hors contrat ne reçoit aucunes subventions. Le privé est souvent innovant, par exemple, en bac pro restauration dans un lycée technique breton, on apprend le Mandarin pour servir le touriste Chinois.Bref, on forme et on élève!

        • Jiff dit

          Mèèècèkeskejdy !

          Pour un type qu’on présente comme un tribun, mais qui n’est au fond qu’un petit dictateur navrant qui rêve de re-créer une nomenklatura à son usage personnel, former et élever, c’est LE danger, car on peut tout enlever à quelqu’un (ce que fait particulièrement le fisc français quand il essaye de vous entuber), mais on ne peut pas lui enlever son éducation – et apprendre à des jeunes à penser par eux-mêmes est un danger latent beaucoup trop élevé pour ceux qui voudraient tout mettre sous le boisseau de l’état.
          Et puis innover, c’est forcément sortir des sentiers battus, et donc de la coupe de l’état tel que le veut/voit Mechencon.

          Car quand on sait penser, on pose des questions et on arrive très rapidement aux questions qui dérangent, puis, à force que ces questions n’aient pas de réponses claires, voire pas du tout, on commence à avoir envie de passer aux actes – pourquoi croyez-vous que le niveau scolaire français ait subit une telle descente aux enfers ?!
          Le rêve de tous ces merdeux, c’est de transformer leurs électeurs pour qu’ils deviennent tels l’institutrice (!) interviewée aux usa pendant les crimes de guerre américains au nom du contrôle du pétrole la guerre du golfe; institutrice dans… l’Iowa, qui craignait que Saddam Hussein lui balance un missile sur le crâne.

          Au risque de me répéter, je vous rappelle que lorsque Yoyo était à la barre, il a volontairement occulté un rapport de l’OCDE qui donnait 40% des élèves sortant de l’école comme illettrés [rappel: sachant lire, mais ne saisissant pas le sens ni l’essence de ce qu’ils lisent]; croyez-vous vraiment que ce pourcentage ait régressé ? Moi pas, vu le monceau de conneries que j’entends régulièrement dans la rue, proférées par des gamins, je dirais même qu’il doit s’approcher douillettement des 60%.

          Ne vous y trompez pas, ça n’est pas l’arrosage du privé avec de l’argent public qui est visé, mais bel et bien l’éducation en elle-même.

  7. La Dame n’aime pas non plus les pédagogistes et voudrait aussi les voir renvoyés, tout comme Fillon. MAIS et c’est ce qu’elle
    s’acharne à nous dire, cela ne suffit pas pour voter pour lui.
    Une rage folle la prend ainsi devant l’abjection du personnage, qu’elle se met à conspuer. On se demande bien pourquoi: il est l' »homme
    pas de gauche » qui va ruiner ce que « les hommes de gauche » ont fait et qu’elle désapprouve (ce qu’ils ont fait, pas eux).
    Une « conne » ( au sens de Bedos) doublée d’une salope (au sens de Sartre).
    L’horreur qu’est la gauche depuis trente ans disparaitra dimanche en huit. Pour toujours peut être.

    • Grogro dit

      Fillon EST Un ultra pédagogiste. La totalité de son parcours le prouve de façon irréfutable. Le socle commun, c’était lui. La réforme du lycée, dont la réforme actuelle du collège en est la stricte continuation, c’était lui. Le grand nivellement par le bas n’a ni couleur politique, ni spécificité nationale. La plupart des pays de l’OCDE ont imposé les mêmes réformes ces 40 dernières années, avec les mêmes dégâts. Il faut des ânes pour faire tourner la machine.

      De toute façon le sinistre de l’éducation n’est qu’un pantin. La prochaine réforme du lycée est dans les cartons et elle fera très mal.

      Lisez les analyses des collectifs sauvez les maths, sauvez les lettres. les sites de michel delord, ou le forum http://www.neoprofs.org/forum

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *