Accueil » Dupont-Aignan face au bannissement oligarchique injustement appelé Front Républicain

Dupont-Aignan face au bannissement oligarchique injustement appelé Front Républicain

Cet article a été lu 11719 fois

Le ralliement pourtant tout à fait prévisible de Nicolas Dupont-Aignan à Marine Le Pen suscite assez curieusement un tonnerre médiatique au nom du soi-disant Front Républicain. Le moment est venu de traiter sur le fond ce qu’est la vraie nature de ce front: l’une des illustrations du bannissement oligarchique, une technique de remise au pas de l’opinion qui explique largement la montée des extrêmes en France.

La rente du front républicain

Il faudrait donc pratiquer le front républicain, c’est-à-dire creuser et maintenir un cordon sanitaire permanent autour du Front National. Oh! la belle rente électorale qui permet aux partis en place de faire tout et n’importe quoi en étant sûrs de ne jamais perdre les élections. Dans tous les cas, les partis de gouvernement s’allieront toujours pour empêcher un parti nouveau d’arriver aux responsabilités. Bien entendu, c’est au nom de la démocratie que ce viol caractérisé de la démocratie, consistant à interdire à une partie de l’opinion de faire valoir ses idées, est commis.

Le danger que le front républicain fait peser sur la démocratie

La succession d’élections qui se déroulent en France depuis six mois illustre à merveille les contre-effets de la stratégie du front républicain. Au lieu d’endiguer la montée du Front National et de consolider les partis auto-proclamés démocratiques (on se souviendra ici des déchirements après l’élection de Martine Aubry au poste de Premier Secrétaire du PS en 2008, et ceux qui ont suivi la confrontation Fillon-Copé à la tête de l’UMP pour mesurer la distance qui sépare ces partis de la démocratie, m’enfin bon!), le front républicain favorise la montée du Front National, mais aussi, à gauche, des Insoumis. Dans le même temps, il a permis d’éliminer consciencieusement tous ses apôtres: Sarkozy, Juppé, Fillon, Montebourg, Valls, Hamon, etc.

François Fillon à part, les candidats qui ont recueilli le plus de voix à la présidentielle sont ceux qui ne sont pas directement issus du front républicain. Cherchez l’erreur! Et le Front National n’a jamais bénéficié d’autant de suffrages qu’auparavant. Le front républicain est le père de tous les dégagismes à venir.

Le Front National est-il oui ou non anti-démocratique?

Si le Front National est vraiment anti-démocratique, s’il fait peser une menace sur les libertés publiques et les droits de l’homme, il faut l’interdire. La dissolution des groupes politiques dangereux pour la démocratie est prévue par la loi depuis 1936! L’article L232-1 du Code de la Sécurité Intérieure dispose notamment:

Sont dissous, par décret en conseil des ministres, toutes les associations ou groupements de fait : (…)

6° Ou qui, soit provoquent à la discrimination, à la haine ou à la violence envers une personne ou un groupe de personnes à raison de leur origine ou de leur appartenance ou de leur non-appartenance à une ethnie, une nation, une race ou une religion déterminée, soit propagent des idées ou théories tendant à justifier ou encourager cette discrimination, cette haine ou cette violence

Si les partis en place considèrent que le Front National entre dans cette catégorie, que le ministre de l’Intérieur applique la loi et qu’il ordonne la dissolution de ce parti. Sinon, qu’on le laisse, une bonne fois pour toutes, concourir normalement à la vie démocratique.

Comment le bannissement du Front National a affaibli nos institutions

Cette façon de bannir un parti sans l’interdire clairement comme la loi le permet a un effet général d’affaiblissement de nos institutions. D’un côté, les Français ont le sentiment que la démocratie réelle leur est refusée parce que le vote est orienté en faveur de quelques partis, sous peine de stigmatisation et de mise à l’index. De l’autre, ils sanctionnent durement les institutions que le front républicain est supposé protéger.

Pour s’en rendre compte, il suffit de lire ce graphique sur le nombre de voix recueillies au premier tour par les candidats du second tour:

Source: www.entreprise.news

En 2007 comme en 2012, les deux premiers candidats avaient recueilli plus de suffrages que l’abstention. En 2002 comme en 2017, l’abstention est le premier parti de France. Depuis 10 ans, le premier candidat à l’issue du premier tour recueille de moins en moins de suffrages.

Autrement dit, la stratégie du front républicain menée notamment sous le mandat de François Hollande, produit des résultats contraires à ceux attendus. Plus on fait « barrage au Front National », plus le Front National progresse, et moins les électeurs adhèrent à l’ensemble des institutions, notamment en manifestant une véritable désaffection pour les candidats qui s’opposent au second tour.

Sans la liberté de blâmer…

Le bannissement, ce réflexe témoin de la réaction nobiliaire…

Les infortunes suicidaires du front républicain tiennent à son esprit, qui déplaît à la majorité. Personne, sur le fond, n’est dupe! Lorsque les élites de ce pays bannissent le Front National de la vie démocratique, elles envoient un message simple: bonnes gens, la République existe, mais nous en sommes les usufruitiers. Nous prendrons de sévères mesures de rétorsion contre tous ceux qui ne suivraient pas nos choix ou contrediraient nos intérêts. Nous les clouerons au pilori et les humilieront en place de grève. C’est ce qu’on appelle la réaction nobiliaire.

On retrouve ici la tradition du « Ridicule » de l’Ancien Régime très bien mise en scène par Patrice Leconte. Tout ce qui, non seulement ne se conforme pas, mais met en danger, la machine bien huilée destinée à servir les intérêts de l’élite est condamné à être broyé. Facialement, la démocratie existe. En profondeur, elle est foulée aux pieds par l’esprit de parti et de cour qui pétrifient tous ceux qui ne rentrent pas dans la « combine ».

… qui insupporte une majorité grandissante de Français

Le bannissement comme réponse sociale à toute contestation politique visant les règles du jeu (ou l’élite qui en tire profit en toute impunité) est devenu une sanction de plus en plus dangereuse à pratiquer. Dans la troupe, la peine suscite des murmures de plus en plus houleux. La campagne pour le second tour montre la difficulté de plus en plus forte à ramener l’ordre et le calme dans les rangs par cette technique humiliante.

Il faut dire qu’à force de bannir, le groupe des « dissidents » devient de plus en plus important. Avec Internet, ce groupe peut s’exprimer malgré le boycott des médias, et il peut disséminer ses idées à l’abri des regards et répandre son parfum avec une grande liberté. De plus en plus de dissidents signifie de plus en plus de « grandes gueules » qui ont un intérêt objectif à nouer des alliances tactiques contre une réaction nobiliaire de plus en plus grotesque.

Prenez Mélenchon. Depuis vingt ans, les socialistes l’humilient, lui font sentir que son côté populo est insupportable, le méprisent pour ses origines et pour son éloquence qui leur fait de l’ombre et les renvoient à leur propre médiocrité. Quel Tartuffe peut s’étonner de le voir jouer avec le feu aujourd’hui?

Le drame de la réaction nobiliaire est que, année après année, elle ne cesse de grossir les rangs des Mélenchon et de faire maigrir les rangs des fidèles au régime.

Et si l’on revenait à la démocratie?

La stratégie du front républicain, qui consiste en bout de course à marier les carpes et les lapins pour rester seuls à table contre tous les nouveaux arrivants, menace dangereusement nos libertés publiques. D’abord, elle fonctionne par la multiplication des interdits liberticides. Ensuite, elle relativise les divergences d’opinion au profit d’une coalition d’intérêts mortifères. Pour défendre les mandats d’Estrosi, de Bertrand, de Cambadélis, de tous ceux qui ont pris le pouvoir sans majorité, nous serions supposés sacrifier nos vies et nos envies dans les tranchées d’un ridicule Chemin des Dames politique.

Nous savons tous que l’hécatombe de 1914 a préparé les reniements des années 30, nourris de toutes les désillusions face à ces sacrifices inutiles – inutiles pour l’intérêt général, mais très fructueux pour tous ceux qui ont instrumentalisé la cause collective à leur seul profit.

Et tel est le cancer qui se métastase aujourd’hui dans l’opinion: entre un chaos nommé Marine Le Pen et une désespérance appelée l’immobilisme macronien, fait de phrases creuses, de déclarations péremptoires bâties sur le sable des opinions à la mode, des éléments de langage rédigés par une boîte de com payée à prix d’or, de dénis insupportables et de leçons de moral à trois balles, le choix ne coule plus de source.

33 commentaires

  1. Bushido dit

    Si la France est atteinte d’un cancer, le FN est une chimiothérapie. Un traitement qui tue sans distinction et le patient et la maladie. Si le cancer est trop métastasé, les deux meurent. Pour certains la France est déjà morte de toute façon et ils sont passé au patient suivant : l’Europe. Quelle impasse. Quelle inquiétude également. Comment tous ces problèmes peuvent-ils se résoudre démocratiquement et j’irai plus loin, est-ce que la « démocratie moderne » est la solution à nos problèmes ? Quelque chose doit mourir pour qu’une autre chose naisse. Il y aura de la casse.

  2. SERGIO dit

    Alors, puisque le choix est n’importe comment tragique, et qu’en France tout fini en comédie, quel est l’acteur ou l’actrice qui nous fera le plus « rigoler » ?

    • amike dit

      Oui, mais il s’agit pas simplement d’un ralliement, mais du poste de PM.
      La caution gaullienne est là, au moins pour l’électorat à droite de base.

      C’est la première union du FN avec un autre parti, dans les pires conditions pour la droite conventionnelle (son ralliement au centre gauche Macron).

      Le retournement des électeurs peut être massif et se poursuivre aux élections législatives…

  3. Pierre dit

    Cancer ?

    Sida mental.

    Anyway. A ce stade, seule l’injure demeure : nous les conchions.

    On va d’abord se faire le mignon.

    Son élection sera grotesquement rabougrie. Aux législatives, il sera déjà en panique, sans majorité ferme.

    Nous en reprendrons donc pour 5 ans encore d’instabilité, d’amateurisme, de burlesque à tous les étages, de pseudo terrorisme (pour calmer les veaux), et de (vrai) chômage… et en 2022, on pourra enfin passer à autre chose.

    Et enterrer la clique.

    Le programme est connu depuis longtemps. Et il se déroule sans accroc.

    Réjouissons-nous !

  4. Le choix entre le chaos et ‘immobilisme est bien sur tout fait: il faut absolument faire élire Le Pen, et foutre le bordel que les cons terrorisés par la réforme redoutent par dessus tout. La mise la plus rapide possible en mode « foutoir » est maintenant nécessaire. Car Macron va profiter du lâche soulagement pour commencer à vendre, à vendre, tout ce qu’il trouve. Il est là pour cela.
    La plongée du pays dans le désordre est maintenant nécessaire: une reprise en main pourrait alros être possible. Sinon, les cinq ans seront terribles et le déclassement quasi définitif sera acté.
    Bien sur, il ne s’agit pas de laisser Le Pen gouverner, simplement de montrer brièvement ce que sera notre avenir, le vrai.
    Les cons n’ont que la peur ou la schlague pour comprendre.

  5. Girod dit

    Nous assistons au passage des pleureuses: les Républicains se lamentent qu’ils ont un choix cornélien: la peste ou le choléra mais c’est bien fait pour leurs gueules: ils avaient l’occasion avec Fillon de gagner mais ils se sont laisser berner par les médias: bien fait pour eux
    http://sleazy-caricatures.over-blog.com/
    2017/04/francaises-francais-pas-besoin-de-chialer.html
    http://sleazy-caricatures.over-blog.com/
    2017/04/je-ne-voterai-pas-macron.html

  6. Greg dit

    Ce qui est hallucinant dans cette histoire, c’est qu’il y a encore une multitude de gens qui croient aveuglement au front républicain, qui ressortent les vieux poncifs comme si on était encore au milieu du 20e siècle.
    Il va falloir encore 5 ou 10 ans pour voir le changement arriver, c’est désespérant sous certains aspects. Il faut croire que les tabous ont la vie dure, qu’ils ne s’effondrent pas facilement. Même si on voit qu’il est en train de craquer inéluctablement, et ca ne fera que continuer puisqu’on ne peut pas vivre éternellement dans le passé. Mais dieu que c’est long.

  7. Greg dit

    Dans le même registre, vous avez vu la declaration de Hollande pour voter Macron. Elle est hallucinante : « Cela ne devrait pas être un sujet de discussion pour les forces républicaines, on prend un bulletin Macron » …
    Incroyable, stupéfiant, on voit qu’il s’est retenu de dire « et on le glisse dans l’urne ». Comment c’est possible de prendre autant les gens pour des cons ?

  8. Le pari, criminel mais pas idiot, de la réaction nobiliaire est de jouer la montre. Le Grand Remplacement progresse jusqu’au jour, pas si lointain, peut-être déjà atteint, où la mort de notre démocratie sera rendue irréversible à cause de la substitution de populations.

    Avec Macron, c’est encore cinq ans, peut-être dix, de gagnés.

  9. Fred dit

    Les pro-Macron deviennent aussi teigneux que les pro- lepénistes et autres pro en tous genres. J’ai osé dire à un militant qui tractait pour Ken que Macron se montrait trop clivant à la différence de Chirac. J’ai eu droit à un magnifique retour : « Monsieur Macron connaît parfaitement le marketing politique. Et puis qui êtes vous pour dire cela ? Lui au moins sort des grandes écoles. » Et bien avec de tels propos, Macron va avoir droit à une belle planche savonnée. A croire que ceux qui ne sont pas sortis de grandes écoles n’ont pas le droit s’exprimer.

    Du coup, je mettrai un bulletin MLP dans l’urne pour accélérer la mort de cette nouvelle aristocratie qui m’insupporte.

      • Fred dit

        Je ne parlerai pas de sa Barbie périmée qui attire déjà les foudres de la population.

        D’ailleurs, aurions-nous droit aux noms des personnes qui habillent Ken et Barbie ? 🙂

      • Bushido dit

        La preuve que « la peur change de camp » ? Ce blog cultive-t-il l’ambigüité ? Fait-il « le jeu du Front National » ? Que se passe-t-il dans ce pays !

        Je suis partisan de l’irrévérence, je suis largement pour lâcher un gros « merde ! », je suis pour l’euthanasie politique de cette caste nobiliaire et souvent népotique que vous décrivez si bien. Cependant comprenez que vos positions peuvent surprendre. Il se passe quelque chose, c’est évident. Je ne vous reproche rien, je m’interroge.

          • Bushido dit

            Disons que je suis pris d’un immense doute sur mes propres convictions. Tout allait bien, les lignes politiques me semblaient claires, mais depuis l’apparition du phénomène Macron je ne sais plus. Emmanuel Macron est pour moi plus clivant que Marine Le Pen, que ce soit sur leurs personnalités, leur programmes ou leur soutiens. C’est un choc. C’est également une satisfaction. Ambigüité ou ambivalence, je vacille. Je retrouve ma liberté et ça me fait un peu peur.

          • Eric Verhaeghe dit

            La question principale (objet d’un papier lundi) est de savoir pourquoi Macron ne cherche pas à rassembler en élargissant son programme? Il se comporte comme un rentier qui attend que le fruit lui tombe mûr dans les mains au nom du Front Républicain, alors qu’il a eu un score historiquement bas pour un candidat de premier tour

          • Bushido dit

            Analyse un peu légère : il a fait une campagne de second tour au premier et il fait une campagne de premier tour au second. C’est juste incompréhensible. Non seulement il ne rassemble plus, mais désormais il divise. Sa stratégie imbécile peut se résumer à « c’est moi, moi, moi ou le chaos ». Il y a chez lui un jusqu’au boutisme suicidaire dans son désir d’être aimé. Cet homme est la fatuité à l’état pur. Il y a quelque chose que je ne comprends pas ou que je me refuse à comprendre.

    • tul dit

      Ah bon, et vous croyez que la Marine n’installera pas sa propre aristocratie ?

       » Dans tous les cas, les partis de gouvernement s’allieront toujours pour empêcher un parti nouveau d’arriver aux responsabilités. »

      En Marche est nouveau, le FN n’est pas nouveau et rien ne l’a empêché de croitre. Il est bien évident que le FN fait aussi du marketing politique et qu’il a su lisser son emballage pour ne pas être interdit. Si il l’emporte, on sait quand ça commencera, mais pas quand ça finira. Erdogan a été élu démocratiquement, ce qui ne l’empêche pas de s’acheminer vers une dictature.

      • Greg dit

        Pour info, les gens ont voté pour donner les pleins pouvoirs à Erdogan. On a les dirigeants qu’on mérite… Ceci dit la situation est complexe là bas, il y a eu une tentative de coup d’État soutenue par les USA.
        La procès en aristocratie fait à MLP me laisse sceptique, en fait je ne le comprends pas. Il n’est pas compatible avec ce qu’on raconte habituellement sur l’extreme droite. Hitler n’était pas un aristocrate que je sache. Erdogan n’en est clairement pas un non plus, donc je ne comprends pas. Ou alors vous confondez autoritarisme (et le systeme qui tourne autour) avec aristocratie.
        Quelqu’un peut-il m’expliquer ?

        • tul dit

          L’aristocratie n’a pas besoin d’un long historique, Napoléon avait créé sa propre aristocratie en 2 coups de cuillère à pot, légion d’honneur toujours à la mode et autres colifichets. Hitler de même, avec ses titres honorifiques délivrés tire-larigot, Staline de même avec ses généraux au poitrail grotesquement couvert de médailles en fer blanc.

          Ce qui m’épate, c’est le nombre de nigauds qui commentent niaisement ici un billet cousu de fil blanc.

  10. tul dit

    Ceci étant, vous pratiquez la même technique de bannissement au nom de votre lutte contre l’oligarchie qui vous amènera à en créer une autre.

    • Fred dit

      Cela ne fait aucun doute.

      Mais quand on voit les résultats catastrophiques de l’actuelle oligarchie, je me dis qu’il faut mieux lutter le mal par le mal, quitte à tout reconstruire par la suite.

      • tul dit

        Soigner le mal par le mal, comme l’homéopathie dont aucune étude n’a prouvé l’efficacité par rapport au placebo ?

        Le pharmakon ne signifie pas de remplacer un médicament inefficace par de la daube FN.

  11. amike dit

    Le front républicain pour eviter NDA Premier Ministre ???
    Pour la seconde semaine, ils vont devoir trouver autre chose, parce qu affirmer que la politique d un Pompidou est catastrophiquement démentielle…

  12. SERGIO dit

    Macron ou Le Pen, ce sont les élections législatives qui seront décisives: quelle majorité peuvent-ils espérer ?
    On n’a pas fini de rigoler (jaune)

  13. Hermodore dit

    Il aura suffit de quelques jours et de quelques énormes bévues de la détestable caste cherchant à conserver le pouvoir contre le choix d’une majorité, que ce soit par vote ou par abstention, de Français, pour que la supercherie éclate au grand jour: après le pilonnage du candidat de la Droite traditionnelle, le premier passé à mi-parcours s’est comporté comme le vainqueur définitif et c’est une très lourde erreur, et de stratégie et morale: les électeurs détestent se faire aussi ostensiblement voler leur maigre pouvoir de décision.
    Les sondages affirment que le second tour n’est qu’une formalité: possible, mais le différentiel risque d’être extrêmement réduit, ce qui attisera plus encore la colère de ceux qui ont déjà l’impression d’être lésés. Donc les législatives seront décisives et, à cette aune-là, je ne donne pas cher de tous ceux qui vont vouloir capitaliser sur le locataire du Palais…
    Nous nous dirigeons à grand pas vers une cohabitation qui sera des plus houleuse et je ne parierai pas un centime sur la capacité d’un golden-boy flambeur, dont la tête enfle à vue d’œil (effet Rotonde), à dominer la complexité de la situation: il détruira rageusement le jouet qu’il a voulu s’offrir pour épater sa maman… C’est un exalté (ses réunions en donnent un aperçu grandiose) et il y a tout à craindre d’un personnage que l’on a jamais vu face aux difficultés.

  14. theodule dit

    avec E DITH CRESSON, RAFFARIN, BERGE ,et autres membres du 3eme ou 4éme age de la classe politique qui soutiennent MACRON TOUFRIQUET les Français qui ont encore un peu de gin gin devraient se poser des questions sur la santé mentale de notre classe politique et l’entourloupe hélas saignante qui se prépare

  15. Girod dit

    Dictature de Facebook

    Dernièrement un message m’a été envoyé par Facebook pour annuler mon compte, prétendant que mes caricatures ‘ Sleazy caricatures’ étaient trop indécentes, trop dangereuses pour l’équilibre politique de la France et que Facebook soutenant Macron comme tous les médias a pensé que mes commentaires allaient à l’encontre de l’élection possible de Macron clone ( et clown) de Hollande.
    Je m’élève contre cette décision dictatoriale certainement ordonnée par des supérieurs qui considèrent leur rôle comme primordiale à la sécurité du pays.
    Depuis l’instauration de l’état d’urgence, on sait comme une restriction incroyable à la liberté d’expression soutenue par Hollande qui n’admet aucune critique contre lui et son mandat, encore moins contre son fils adoptif Macron.
    Françaises et Français, si vous pensez et voulez recouvrer cette liberté ne VOTEZ PAS MACRON.
    http://sleazy-caricatures.over-blog.com/
    2017/04/je-ne-voterai-pas-macron.html

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *