Accueil » Le gouvernement que le QG En Marche laisse entendre, une exclu de Jean-Marc Boyer

Le gouvernement que le QG En Marche laisse entendre, une exclu de Jean-Marc Boyer

Cet article a été lu 5322 fois

Article initialement paru dans la Gazette de l’Assurance.

Dans les QG, les discussions sur le prochain gouvernement évoquent les personnalités suivantes:

–          Edouard Philippe, Premier ministre (annoncé le 15 mai)

–          Ministre de l’Economie, Thierry Breton

o   Budget, Jules Pisani Ferry

o   Secrétaire d’Etat PME, Gilles Boyer

o   Secrétaire d’Etat au Numérique, Fleur Pellerin

–          Ministre de la Justice, Richard Ferrand (ou Jean-Michel Darrois ou François Bayrou)

–          Ministre des Affaires étrangères, Jean-Pierre Raffarin

o   Affaires européennes, Sylvie Goulard

o   Francophonie & Français de l’étranger, Nathalie Loiseau

–          Ministre de l’Intérieur, Jean-Yves Le Drian

o   Outre-Mer, Ary Chalus

–          Aménagement du territoire, Logement et Transport, Anne-Marie Idrac

–          Culture et Arts, Audrey Azoulay (ou Erik Orsenna)

–          Ministre de l’Ecologie, Développement durable et Energie, Jean-Paul Delevoye

–          Travail, Emploi, Formation professionnelle, Nicole Notat

–          Affaires sociales, Santé, Droit des femmes, Jean-Marc Borello

o   Droit des femmes, Axelle Tessandier

–          Fonction Publique, Gérard Collomb

o   Ministre délégué, Jean-Baptiste Lemoyne

–          Agriculture, Christiane Lambert

–          Education Nationale, Enseignement supérieur et Recherche, Valérie Pécresse

–          Ville, Jeunesse et Sport, Renaud Dutreil

7 commentaires

  1. MARVILLE dit

    Un gouvernement d’opérette au goût de miel pour attirer les électeurs de droite les moins déterminés ou les plus fragiles à la propagande macoréenne actuelle. Les Ganélon putatatifs attendront les élections de juin pour franchir le Rubicon en horde après avoir reçu les éléments de langage idoines et à la suite d’une bonne préparation psychologique de la populace par sidération médiatique. De plus, la traîtrise ne crache pas sur le confort matériel d’un beau poste de député et la volaille de droite doit être plumée avec méthode et précision. Le vrai gouvernement de Macron sera celui qui sera désigné après les elections de juin quand les cocus n’auront plus que les yeux pour pleurer.

  2. Pierre dit

    Difficile également de changer tout le gouvernement dès le 19 juin.

    Aussi, on peut penser à une opération en deux-temps.

    Après tout le macronisme serait à la politique ce que le moteur deux-temps est à la locomotion.

    le gouvernement de droite molle… permet de voter avec les députés mous les « ordonnances » (sur des lois de droite molle, comme la pseudo réforme du droit du travail).

    Ensuite bronca, manifs des gogo gauchistes.

    Macron laisse faire, épuise son gouvernement de droite molle… Puis pouf, sa Majesté intervient, façon Mitterrand, et nomme un gouvernement cette fois de « gauche molle » : afin de faire passer des textes « sociétaux » (banlieues, procréation, suicide, renforcement de l’ISF, et bien entendu immigration massive).

    Rincez répétez.
    😉

    Macron ferait ainsi du Mitterrand…. mais à l’envers. 1983 d’abord, et 1981 après.

  3. Citoyen dit

    En ce bô mercredi, le conseil des sinistres n’a pu avoir lieu ! … Les horloges ne sont plus à l’heure …. Le maitre des horloges ne trouve plus le remontoir ! … Encore un coup du Catalan, qui l’a planqué pour se venger !
    La RRRRépublique prend du retard … elle n’est plus en marche ….
    Des mauvaises langues, iraient même jusqu’à dire, qu’elle serait en marche arrière ….

  4. Jiff dit

    Ça ressemble furieusement à un concentré de viatiques du capitalisme de connivence, et, par effet miroir, à une menace même pas voilée pour le capitalisme de concurrence…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *