Accueil » GM&S: Le Maire réchauffe le capitalisme de connivence, par Eric Verhaeghe

GM&S: Le Maire réchauffe le capitalisme de connivence, par Eric Verhaeghe

Cet article a été lu 5540 fois

Le capitalisme de connivence est-il l’horizon indépassable de la politique industrielle française, par-delà le blabla sur le « renouvellement jusqu’au bout »? La séquence qui vient d’occuper Bruno Le Maire laisse en tout cas à penser que celui qui voulait incarner le renouvellement à droite n’est pas équipé pour changer les logiciels français qui nous ont mené dans le mur.

Arc International, GM&S: deux facettes d’un même déclin

Dans la pratique, Arc International et GM&S souffrent toutes les deux du même mal. Ce sont deux entreprises familiales françaises qui, faute de financement suffisant, n’ont pu affronter la mondialisation. En l’absence de fonds de pension français susceptibles de les accompagner dans leur développement, elles ont toutes les deux fait appel, à reculons, à des capitaux étrangers. Dans les deux cas, cette entrée dans le capital s’est traduite par une perte de majorité, pour les familles, dans le capital d’origine.

Arc et GM&S, victimes directes de la sécurité sociale

On sait pourquoi la France ne s’est dotée de fonds de pension: elle a misé sur la retraite par répartition. Pour assurer le financement de plus en plus compliqué de celle-ci, la direction de la sécurité sociale a mené une guerre sans pitié à toute forme de capitalisation.

En ce sens, la sécurité sociale dévore ses assurés: pour apporter le maximum de cotisations et de ressources à un système sous tente à oxygène, l’État a tué toute possibilité d’affronter de façon durable la concurrence internationale et l’hyper-capital américain.

Comment le capitalisme de connivence cache la misère

Au lieu de dégager des espaces de financement pérenne de nos entreprises, la France préfère le choix du capitalisme de connivence: d’un côté, des politiques sociales démagogiques et destructrices pour l’emploi, de l’autre des capitaux en déclin qui se tiennent par la barbichette pour occulter la gravité de la situation. C’est à plein ce qu’utilise Bruno Le Maire aujourd’hui pour donner le sentiment qu’il agit.

Dans le cas d’Arc International, Bruno Le Maire a mobilisé la Caisse des Dépôts pour apporter 10 millions € et une garantie de l’État à un investisseur russe. Celui-ci s’est substitué en 2016 à un investisseur américain (PHP) qui n’avait pas tenu ses engagements, pourtant pris en 2014…

Dans le cas de GM&S, Bruno Le Maire a fait pression pour que Renault et Peugeot augmentent leurs commandes à l’usine. Cette pression est d’autant plus simple à exercer que l’État est actionnaire des deux grandes entreprises.

On le voit, la solution industrielle apportée par Bruno Le Maire repose chaque fois sur l’activation de ces leviers obsolètes que sont les décisions publiques.

La question du financement de l’investissement est cruciale

Reste que le sujet de fond continue à ne pas être abordé: comment assurer le financement des investissements dans nos entreprises pour qu’elles puissent affronter la concurrence mondiale? Comment assurer la compétitivité de nos appareils de production, sachant que le coût de la main-d’oeuvre en France est plus élevé que chez leurs concurrents étrangers?

Au-delà des décisions ponctuelles prises devant les caméras pour sauver provisoirement telle ou telle entreprise, le sujet de la désindustrialisation ou des délocalisations ne sera traité que si et seulement si la France se dote d’une capacité à financer l’investissement.

On mesure bien ici que la clé de voûte de cette capacité tient à un développement maîtrisé et raisonné de la retraite par capitalisation. Il ne s’agit pas, bien entendu, de supprimer la répartition. Il s’agit d’équilibrer nos systèmes pour permettre une politique industrielle durable.

6 commentaires

  1. Ikes dit

    vous avez raison de comparer la sécu à Moloch-Baal.
    quand aux réponses apportées par « le gouvernement des meilleurs » elles le sont dans l’urgence et l’analyse de fond est remise aux calendes grecs.
    plus grave, lorsque vous en discutez autour de vous (chez les « sans-dents »), il est courant de recevoir la réponse lapidaire « que l’on en fait trop pour les entreprises qui ne sont que des prédateurs capitalistes …. »

  2. Pierre dit

    Lemaire ? Mais de qui parlez-vous ? Ah ! Le type qui était candidat aux primaires le l’UMPS, pardon de l’UMP, et qui s’est amusé à écrire un « programme présidentiel » que personne n’a lu, long de plusieurs centaines de pages ?

    Le mec qui à peine nommé ministre va se faire humilier et sera contraint à démissionner car il va se planter comme un étron aux législatives ?

    Ah oui Bruno.

    On l’oubliera vite. Et c’est tant mieux.

  3. Citoyen dit

    Ce qui est indépassable dans le capitalisme de connivence à la française, c’est qu’il se résume toujours à une politique de rustines, considérées comme solutions provisoires, tout en espérant qu’elles soient définitives … une illusion … qui permet aux illusionnistes de s’accrochent à leurs postes …

    • sergio dit

      Sur le fond je suis d’accord, Citoyen, sauf que ce ne sont pas des illusionnistes qui s’accrochent à leurs postes,
      ce sont des hommes qui défendent leurs vies, vous préfèreriez qu’ils baissent les bras et qu’ils pointent au chômage…

      • Citoyen dit

        Grosse erreur d’interprétation Sergio, les illusionnistes sont ceux qui promettent quelque chose, alors qu’ils n’ont rien dans la besace ! … Il ne faut pas se tromper de cible …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *