Accueil » Dans les coulisses des relations entre Macron et les syndicats

Dans les coulisses des relations entre Macron et les syndicats

Cet article a été lu 10767 fois

Côté scène, les rencontres bilatérales entre Macron et les syndicats se sont bien passées. Côté coulisses, on comprend bien pourquoi: le Président a pris soin de déminer le terrain à la façon « ancienne », en recevant avec une équipe resserrée chaque responsable syndical venu seul. Le format est non seulement inhabituel, mais il est contraire à la tradition syndicale, où l’usage bannit les négociations individuelles. Et pour cause…

Martinez a-t-il tout compris à ce qui lui arrivait?

Pour Martinez, l’exercice tombait à pic! Habitué à passer outre les positions de son organisation, le secrétaire général de la CGT a discuté entre quat’zyeux avec l’équipe du Président de la République. Plusieurs versions de l’exercice coexistent désormais.

Martine affirme avoir égrené une liste de revendications (on ne sait pas lesquelles…) qui n’ont pas recueilli l’assentiment du Président. Vraiment? Si Macron est malin (et il l’est incontestablement), il a bien dû faire son marché dans la liste, histoire d’apaiser son interlocuteur (qui, de fait, l’était en sortant de la rencontre – c’est un signe qui ne trompe pas).

Pour le reste, Martinez a expliqué que Macron était prêt à repousser son calendrier de réforme. Et les conseillers de l’Élysée ont dans les minutes qui ont suivi soutenu que Martinez avait mal compris. C’est l’avantage (ou l’inconvénient) des bilatérales sans témoin. Chacun en retient ce qu’il veut. À la CGT, quelqu’un devrait rappeler que les promesses n’engagent que ceux qui les écoutent.

Les Ferracci à la manoeuvre

Dans l’ombre, toutefois, un noyau dur est à la manoeuvre pour passer par-dessus les épaules velues des militants révolutionnaires de la CGT. Ce noyau est constitué de Marc Ferracci, professeur d’économie et témoin de mariage d’Emmanuel Macron, accompagné de… Pierre Ferracci, le père du premier, patron du cabinet Secafi. Secafi est un grand pourvoyeur de conseils et d’arrangements financiers complexes pour la CGT.

Tiens! une passerelle utile et discrète entre le pouvoir et la CGT. Pourquoi s’en priver? surtout quand le secrétaire général de la CGT ne comprend pas tout ce qu’on lui dit en réunion. Une traduction sur écouteur peut aider.

Comment Macron va « retourner » Mailly

Jean-Claude Mailly, le patron de FO et ami historique du Parti Socialiste, a fait la guerre à Manuel Valls et à la loi Travail. Macron a pour sa part compris tout le parti qu’il pouvait en tirer. Après son discours de sacre devant la pyramide du Louvre, il faut reconnaître que l’humaniste Mailly avait tout pour se laisser séduire.

Côté scène, donc, Mailly explique qu’il ne faut pas aller trop vite dans les réformes, et autres considérations qui font plaisir au petit peuple. Côté coulisses, la musique est différente. Pendant que Mailly faisait de l’esbrouffe à l’Élysée, Muriel Pénicaud actionnait une corde qu’on aime à FO: elle recrutait Stéphane Lardy, ancien numéro deux de Mailly passé l’an dernier à l’inspection générale des affaires sociales, comme conseiller à la formation et à l’apprentissage.

Voilà le genre de petit cadeau qui ne se refuse pas. La CFDT ne peut en dire autant…

Avec un homme lige dans la place, les relations avec FO devraient forcément se détendre.

La CFDT restera-t-elle chouchou de la classe?

Paradoxalement, c’est la CFDT qui a le plus à perdre dans cet exercice de papoti-papota. Sous Hollande, le pouvoir exécutif entretenait des relations quasi-incestueuses avec elle. Une tradition voulait que la concertation avec les syndicats soit limitée à Laurent Berger.

Le chouchou de la classe risque de perdre son exclusivité. D’ailleurs, il est sorti de l’entretien en étant paradoxalement l’un des plus réticents sur la méthode.

Le MEDEF ventre à terre

Cette perte de priorité n’inquiète pas le MEDEF. En interne, certains se sont targués, durant l’entre-deux-tours, que le MEDEF se soit transformé en back-office de Macron.

Pierre Gattaz est donc un soutien sans réserve du président de la République et tout disposé à jouer les hussards de la grande oeuvre jupitérienne en gestation. Au passage, il a obtenu, semble-t-il, un moratoire sur la mise en oeuvre du compte pénibilité.

Le patronat aime les branches

Les amateurs du genre auront noté que les deux autres organisations patronales (la baroque U2P et la CPME) ont plaidé en faveur des accords de branche. La formule continue à surprendre dans la mesure où la branche, contrairement aux idées reçues, ne favorise pas les petites entreprises mais les pénalise.

Parfois, on aime son mal.

9 commentaires

  1. Pierre dit

    Martinez affiche si fièrement son front bas… C’est à désespérer Billancourt. Ou Montreuil.

    Ce n’est pas « Bal tragique à Colombey », mais « Partouze pathétique à l’Elysée ».

    Notons « quand même », comme disait le Catalan, que pour le coup ces rencontres bilatérales.. ce n’est pas du tout « jupitérien ».

    Macron devait prendre de la hauteur, nous refaire le coup de Bonaparte sur les pyramides (du Louvre)…. et le voilà faisant le tapin avec des crétins des Alpes comme Martinez… Franchement, on pouffe.

    Bref, en à peine 15 jours, tout se dégonfle. Déjà.

    Qu’on en finisse et vite.

    Les cinq prochaines années vont être longues, mais longues….

    Sur une note plus sérieuses, Jupiton a parfaitement su saisir…. l’opportunité de l’attentat de Manchester.

    Ah dis donc, c’est vachement bien gaulé ! Jupiton laissait entendre que bon l’état d’urgence devenait un peu ridicule… Paf une bombe lui permet d’en resservir une louche, jusqu’en novembre.

    Y’a pas à dire : ça tombe vraiment bien…

  2. Jiff dit

    Que dire, sinon que c’était prévisible de longue échéance.

    On retrouve ici toutes les ficelles des (du ?) gouvernements profonds : capitalisme de connivence, corruption passive et, sans aucun doute et sans tarder, corruption active.
    Pour pouvoir y résister, il faut avoir une grande culture, la tête sur les épaules, des buts altruistes, une vision à un horizon bien plus éloigné que son propre mandat et des principes en acier trempé. Autant dire que ce pays, et surtout ses habitants, sont bel et bien foutus si jamais McRon devait avoir une majorité aux législatives, ce qu’il risque fort d’avoir, car les gens qui l’ont mis en place jouent aux échecs alors que l’électeur moyen joue encore au docteur…

    On remarquera au passage que, comme pour les poliotiques, le niveau des syndicalistes est également passé sous la pelouse – j’ai un souvenir de Crabe-Zuki (;) qui, avec son air de ne pas y toucher et sa voix traînante, était capable de décortiquer bilan et compte de résultat pratiquement à la vitesse de la lecture ; ceux-ci essayent de lire oui-oui et ne le comprennent même pas.

    Le problème, c’est que si l’on ajoute par dessus ça l’hyper ras le bol de la population envers une certaine immigration, quelque soit sa génération, aux mensonges des merdias – j’ai vu un journal us sur YT où l’ancien ambassadeur des usa en Suède (mandat terminé en 2015) soutenait mordicus au présentateur (de connivence) que tout allait très bien là-bas et que Trump racontait n’importe quoi (sa déclaration sur les problèmes de la Suède avec l’immigration), alors que la veille au soir un concert avait tellement bien tourné là-bas qu’il avait engendré 38 viols et un nombre incalculable d’agressions, comme par hasard toujours de la faute des mêmes, et c’est exactement la même chose qui est en train de se passer ici et maintenant ! – le problème donc, c’est qu’il devient assez évident que nous nous dirigeonssommes dirigés vers un conflit interne qui n’attend plus pour démarrer que le bouchon saute de la cocotte, et/ou un conflit globalisé, car les néo-cons font le forcing contre la Russie et leur méthodique connerie porte malheureusement ses fruits chez des gens dont la capacité de réflexion personnelle a à peu près l’épaisseur d’une feuille de papier à cigarette (à rouler, il est plus fin.)

    Si l’on met de côté le forcing du gouvernement profond des usa et qu’on se documente un peu, il est évident que tout cela est fort bien orchestré et totalement voulu – entendre dire le premier sinistre Suédois que « on ne reviendra à aucun prix en arrière sur l’immigration » quand les stats des viols ont pris 1,500 % en moins de 2 ans et que la criminalité a pratiquement quintuplé à cause des immigrés (c’est leurs stats qui le disent, pas moi) — ça ressemble fort à du pousse au crime ; et comme depuis déjà quelques années ce sont les glébo-natifs qui ont toujours tort, ne serait-ce pas une façon de provoquer « des évènements » afin de pouvoir ensuite les réduire dans le sang et la loi martiale (à durée indéfinie, mais pas vraiment de la façon que l’on connaît ici) réunis ?

    Le tout dans une optique visible à des kilomètres : avoir une main d’œuvre (très) bon marché qui ferme sa gueule et obéit – pour l’obéissance, on peut ajouter la disparition du cash, histoire de contrôler les derniers récalcitrants : si tu l’ouvres ou que tu ne marches pas dans le bon sens, ta puce sera bloquée.

    Et non, ça n’est pasplus de la science-fiction, en son temps, Jules Verne avait prophétisé la majorité de nos avancées technologiques ; qu’est-ce qui nous dit que 1984 et Le meilleur des mondes ne sont également (et malheureusement) prophétiques ?

    • Citoyen dit

      Euh ….. Concernant le Crabe-Zuki, je ne serais pas aussi affirmatif … J’aurais même comme un doute, sur ses supposées capacités à lire un bilan à la vitesse de la lumière …
      J’ai souvenir d’un passage hallucinant, à la télé (de l’époque), qui avait tordu tout le monde, où il avait quelques difficultés avec la conversion entre les anciens francs et les nouveaux … difficultés qui à priori, ne prédispose pas à la lecture en travers du bilan …

  3. gérard dit

    Hollande avait bétonné le petit confort des syndicats:cotisations sociales obligatoires des salariés au profit des syndicats.Il sont déja comblés avant toute discussion.Rappelons qu’il vaut mieux etre cadre a la direction de la CGT(6000 boules par mois)que dirigeant de la CFDT(4500 boules par mois).Mais ce sont la leurs traitements officiels uniquement.

  4. Citoyen dit

    Et comme tout vient à point, ce n’est pas qu’avec les syndicats, que le micron va avoir du fil à retordre …
    L’approche des législatives n’est pas un chemin pavé, que de roses …
    Ben oui, le MicroEmpereur de Socialie aurait du souci à se faire … Y’aurait, comme une couille dans le potage !
    En effet, le sinistre Ferrand, membre fondateur des marcheurs, serait en délicatesse avec la morale républicaine … celle dont ils se veulent les ardents défenseurs, au point d’être sur le point de légiférer contre les pourris de chez les politocards, qui auraient la moralité à géométrie variable ….
    Sauf que là, dans le contexte actuel, où ces mêmes pondent une loi sur le sujet, ça fait vraiment tache !!
    Là, comme ils disent, c’est presque rien … sa bonne femme se serait seulement engraissée avec une location à une mutuelle, dont il était directeur … Et il aurait, en tant que parlementaire, employé son gamin … Rien de grave, en fait !…
    Faut dire que les socialos ont des relations très particulières avec les mutuelles … Déjà, avec la MNEF ….
    Et dire qu’il y a encore peu, ces mêmes là, sortaient F.Fillon de la présidencielle pour des emplois dits fictifs, qu’il aurait payés de sa poche …
    Meme que le PNF s’était auto-saisit au pied levé pour cette affaire gravissime … Mais là, on attend encore …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *