Accueil » Richard Ferrand, l’impressionnant déni de justice

Richard Ferrand, l’impressionnant déni de justice

Cet article a été lu 14766 fois

Tiens, Ferrand ne sera pas inquiété par le parquet de Brest (placé sous l’autorité de l’éminent garde des Sceaux François Bayrou, exemple vivant du renouvellement jusqu’au bout et de la moralisation faite homme), qui a considéré – à rebours, semble-t-il, de l’analyse des avocats des Républicains – qu’il n’y avait dans le dossier révélé par le Canard Enchaîné, matière ni à fouetter un chat, ni à fouetter une chatte, ni à ouvrir une enquête préliminaire.

La position du parquet est tellement risible qu’on se tient les côtes pour ne pas en perdre une à force de pouffer.

Mme Ferrand a réussi un miracle bancaire

Compte tenu des dispositions du Code de la Mutualité, pour que le parquet ne trouve rien à redire au dossier, il faut donc que l’épouse de l’alors directeur général des Mutuelles des Bretagne ait pu obtenir du Crédit Agricole du Finistère un prêt de 400.000€, soit 100% de la valeur du bien, sans arguer qu’elle avait déjà trouvé un locataire solide et sérieux: l’entreprise de son mari.

Si, en effet, le Crédit Agricole avait consenti ce prêt en contrepartie d’un engagement pris par la mutuelle, alors, il y avait violation du Code de la Mutualité.

Si le parquet ne s’est pas saisi, c’est que le Crédit Agricole a dû accepter de filer 400.000€ à une SCI capitalisée à hauteur de 100 euros, pour l’achat d’un bien de 400.000€ sans demander la moindre garantie, la moindre signature, la moindre preuve que le bien serait loué. Bravo, Mme Ferrand, pour avoir convaincu aussi facilement cette banque pourtant peu connue pour son indulgence de lâcher l’oseille. Cette décision fera jurisprudence pour toutes les entreprises de France qui sont sur le grill lorsqu’elle veut acquérir un bien professionnel.

Ferrand, Fillon, deux poids deux mesures, évidemment

Je fais partie des Français qui ont mis une pince à linge sur le nez lorsque l’affaire Fillon a éclaté. Sur le fond, les montants en jeu étaient équivalents à ceux qui se jouent dans l’affaire Ferrand. Pourquoi, dans un cas, le Parquet national financier s’est-il saisi du dossier dans les heures qui ont suivi sa révélation, diffusant ensuite systématiquement à la presse les procès-verbaux d’audition avec la claire intention de nuire? Pourquoi, dans l’autre, ni le parquet national ni le parquet local ne se saisissent-ils, alors qu’une disposition légale a potentiellement été violée par l’impétrant?

On avait cru que le renouvellement jusqu’au bout et que la moralisation de la vie politique auraient une autre odeur que celle du réchauffé.

12 commentaires

  1. xc dit

    Au cas où le prêt se serait pas remboursé, le Crédit Agricole n’aurait-il pas la possibilité de faire saisir le local pour se payer sur sa revente ? Dès lors, peu importerait que le bail soit conclu au moment où le prêt a été accordé. Sous la réserve que les informations disponibles dans la Presse ne sont peut-être pas complètes, il ne semble pas que le bail ait été conclu avant l’octroi du prêt.

    • Jiff dit

      il ne semble pas que le bail ait été conclu avant l’octroi du prêt.

      Il sont corrompus et n’ont pas inventé l’eau chaude, soit, mais quand même pas abrutis à ce point-là.

  2. Citoyen dit

    « (placé sous l’autorité de l’éminent garde des Sceaux François Bayrou, exemple vivant du renouvellement jusqu’au bout et de la moralisation faite homme) » …. Qui, lui même mandaté pour pondre un texte contre les politocards véreux, se trouve aussi en délicatesse avec la dite morale crasse, qu’il est censé pourfendre …
    Et comme l’on sait (il l’a déjà démontré), en fRance, le parquet est capable de s’auto-saisir à la vitesse de la lumière …. Wait and see …. Mais l’on sait aussi que ses critères sur la chose délictuelle sont à géométrie variable ….

    Pour que « le Crédit Agricole a dû accepter de filer 400.000€ à une SCI capitalisée à hauteur de 100 euros, pour l’achat d’un bien de 400.000€ sans demander la moindre garantie »…. C’est qu’en fRance (tout comme au Crédit Agricole), il y en a qui sont plus égaux que d’autres !

    Et puis, vous agacez les gens de bien, avec vos sous-entendus … Circulez, y a rien à voir ! …..
    Ils ont à s’occuper de choses plus sérieuses …. il y a des élections à venir … Non mais !…

    • Jiff dit

      Circulez, y a rien à voir !

      C’est exactement ça, ce matin, les news-bandeau de bftmtv (oui, je sais, mais la discussion avait, pour une (dernière?) fois, un certain intérêt) nous expliquaient que l’impétrant mettait la ouasche sur sa campagne, et c’est tout.

  3. Jiff dit

    auraient une autre odeur que celle du réchauffé.

    Je ne sais pas si c’est bien l’expression con-sacrée; personnellement, je trouve que ça sent le rance…

    Mais bon, comme le « choix » se faisait entre sauter dans la poële ou dans le feu, j’imagine que c’est un moindre mal – j’imagine aussi le motto actuel de la faune McRon (le même qu’il-y-a 50 ans, dans un autre contexte cependant sensiblement différent): « ce n’est qu’un dé-but, con-ti-nuons le com-bat ! ».

    Ahhh, qu’elle était bonne corruption passive de papa, celle qui ne faisait pas (trop) de bruit, car se passant dans les alcôves toutes de soie rouge décorées, donnait le sourire à tout le monde (poliotique) et élargissait le fion des (vrais) journaleux tout en douceur (mais l’espèce est maintenant éteinte)… Mais ça, c’était hier, car le Ternet et ses développements ont rendu les choses légèrement moins discrètes.

    En fin de compte, nous n’aurons eu qu’à attendre 3 semaines pour que les masques tombent et, dans le cas présent, c’est à dire à quelques petites semaines des législatives, ça n’est peut-être pas une si mauvaise affaire que ça SI les gens réagissent en ne leur donnant pas de majorité.
    Qui vivra verra, car j’ai la bien sombre impression que toute opposition structurée risque de voir le cœur de ses membres s’éclaircir par une série d’accidents mortels…

  4. Citoyen dit

    Et d’ailleurs, le sinistre Ferrand fait, comme si de rien n’était … il fait campagne …
    C’est ça qui est curieux, avec l’espèce socialo …. ils ont un commutateur dans la cervelle, qui leur permet de passer instantanément en mode zombie … un mode très pratique pour échapper au réel … et basculer dans le monde des licornes bienveillantes …

  5. Citoyen dit

    Peut être faut-il y voir, les effets d’un boomerang, qui n’aurait pas totalement terminé sa course …
    Et auquel il resterait quelques objectifs à atteindre ?

    • Jiff dit

      Hmm pas vraiment, mais ce que nous aurons peut-être la chance de voir, c’est l’effet d’un bon coup de pied au cul évacuant le membre respecté de l’establishment par vol plané et atterrissage sur le gravier sans matelas; qui sait…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *