Accueil » En Marche gagne avec un score de perdant

En Marche gagne avec un score de perdant

Cet article a été lu 6040 fois

C’est un score de perdant! Le mouvement En Marche décrochera une majorité écrasante à l’Assemblée Nationale (sans doute près de 450 sièges sur 577) avec seulement 15% des inscrits au premier tour, soit moins de 8 millions de voix. Une majorité parlementaire sans légitimité démocratique se prépare. Une leçon s’impose: la Vè République n’a plus de raison d’être.

Les résultats ne sont pas encore complètement tombés, mais une certitude est acquise: En Marche disposera d’une majorité écrasante à l’Assemblée Nationale avec environ 7 millions de voix au premier tour. C’est historiquement le score le plus bas qu’une majorité a obtenu dans une législative.

En Marche a moins de voix que l’UMP en 2012

Rappelons rapidement le score de l’UMP au premier tour des législatives perdues de 2012: 7 millions de voix (contre près de 7,6 millions pour le parti socialiste sans compter ses alliés). En 2017, le parti majoritaire réalise donc un score qui l’aurait placé en deuxième ou troisième place en 2012.

Ce chiffre résume bien la situation: En Marche va remporter l’élection avec un score de perdant.

Une rupture consommée entre le peuple et les élites

Malgré les délires des journalistes subventionnés sur la grande victoire macronienne, la défaite de la démocratie est consommée. Jamais on aura mesuré un tel écart entre l’expression populaire et la réalité politique.

La situation est d’ailleurs confondante. D’un côté, un discours lunaire est tenu sur le triomphe jupitérien. De l’autre côté, les chiffres sont têtus: En Marche ne représente qu’une fraction infime de l’opinion et ne disposera pas de la légitimité pour entamer des réformes de structure.

Le risque auquel Emmanuel Macron est confronté

Le pouvoir exécutif ne peut l’ignorer. Sa majorité sera construite sur un trompe-l’oeil. Certes, les institutions fonctionneront sur une légalité parfaite: grâce au scrutin majoritaire uninominal, Emmanuel Macron disposera d’une majorité écrasante. Mais, politiquement, le pays n’a pas tranché en sa faveur.

Le risque guette, donc, d’une rupture en profondeur du même ordre que ce que la Chili a connu avec Allende: le pays institutionnel a consommé son divorce avec le pays réel.

Plus que jamais, changer le régime

Une seule réalité s’impose donc: changer ce régime, qui fabrique des majorités d’apparat, sans impact effectif sur la réalité.

Les législatives de 2012

10 commentaires

  1. Rodolphe dit

    On appelle ça la démocratie française ou bien comment gouverner des moutons… ce pays me dégoûte et je ne vais pas tarder à retourner à mouscron

  2. Jiff dit

    « Plus que jamais, changer le régime »

    Quoi de plus normal dans une république bananière ;-p)

    Tout ça va dépendre de deux choses, la première étant, est-ce que les français vont vraiment se réveiller si notre agent pu jus sioniste local en rajoute en matière de lois liberticides (IMHO, non, tout du moins pas dans un premier temps); la seconde, c’est que les choses sont en train de bouger à vitesse grand-V aux usa et qu’il devient maintenant clair que Trump a l’intention de faire le ménage par le vide (rien que la panique de la grande majorité des médias us fait chaud au cœur), et c’est peut-être ça qui fera bouger les gens.
    Comme d’hab, qui vivra verra, mais nous risquons de voir des choses intéressantes et assez rafraîchissantes dans les mois à venir; choses qui risque bien d’en entraîner des identiques ici, par ricochet.

    Et pour ce qui est du changement, il est temps; entre niveau d’apprentissage en chute libre, encombrement législatif, chômage de masse, assujetissement à l’ue et son euro, et classement lamentable vis-à-vis du respect des droits de l’Homme dans le pays qui les a inventé; oui, définitivement temps.
    Je serai assez pour une VIème république gravant dans le marbre la plupart des bons principes de la Vème (celle de 58, pas celle d’aujourd’hui), appairée avec une démocratie participative calquée sur celle de nos voisins Suisses; mais ça nécessitera un boulot de Romains, ce qui changera la vie des poliotiques d’ici: au lieu d’aller faire les guignols en inaugurant qui un nouveau marché au poissons, qui un musée que personne n’a demandé ou de rentrer passer un week-end à la maison en utilisant un hélico militaire dont le coût horaire dépasse €3,500, il faudra que tous ces aimables esthètes se relèvent les manches et bossent enfin pour le plus grand profit de tout le monde – ça fera certainement grincer des dents… à défaut de leur faire mal au cul.

  3. Oblabla dit

    « En Marche décrochera une majorité écrasante à l’Assemblée Nationale (sans doute près de 450 sièges sur 577) avec seulement 15% des inscrits au premier tour ». Oui et c’est pire en réalité car il faut considérer le corps électoral français qui intègre 12% de non inscrits sur les listes électorales et qui sont en âge de voter.
    La réalité devient donc 13% des français en âge de voter vont donner à EM une majorité de 80 % des députés à l’assemblée… !

    • Pierre dit

      C’est presque… Pareto !

      Donc parfaitement normal.
      🙂

      A un tel niveau de maladie mentale collective, il vaut mieux en rire, et… s’éloigner.

      Partir.

      Tous les laisser crever dans leur jus.

      Expatriation. Avant c’était une solution techniques à des soucis…. techniques.

      Désormais, c’est une question vitale.

  4. serge dit

    Tout cela est très bien (sic). Dieu va avoir un contrôle total sur l’Assemblée, sans aucune opposition constituée. Le Parti communiste chinois sans les milices de surveillance, quoi. Donc en prise directe sur les humeurs du peuple dont on peut apprécier les errements, maintien quasi sûr de Ferrand et sorties heureuses de Cambadélis, NKM…
    Et vu la feuille de route annoncée, il y a toutes les chances que chaque semaine amène son lot de contrariété. Va falloir se replier…

  5. COCO dit

    COCO dit
    Oui la 5eme republique n’a plus de raison d’etre ,c’est pourquoi
    envers et contre tout il fallait voter FN:
    le bordel assuré et, forcement changement de république,
    mais les zombies avaient trop peur de perdre leurs avantages
    Salut à tous.

  6. J’approuve votre analyse mais je conteste votre conclusion.

    Oui, la situation actuelle est très malsaine et anti-démocratique. Mais il ne va absolument rien se passer : la maxime « diviser pour régner » a été appliquée sans relâche depuis trente ans, beaucoup de Français n’ont même plus conscience de constituer un peuple et d’avoir un intérêt général en commun. Il n’y aura pas de sursaut politique à moyen terme.

    Le sentiment de malaise va s’accentuer mais la sortie en sera individuelle : abstention, dépression, anxiolytiques …

    Plus tard, quand le pays sera décomposé, peut-être que des noyaux de résistance permettront une reconstruction.

  7. Citoyen dit

    « un score de perdant » ….. Bien vu…
    En réalité c’est bien pire que ça … c’est une assemblée qui ne représente personne !
    Quand les « winners » se paient 450 dépités avec 15% de la population, cela veut dire que les 127 qui restent se doivent de représenter les 85% du reste de la population. Ce qui pose un problème de représentativité aux premiers cités …
    Ou 15/450=0,033 et 85/127=0,67 … Autrement dit : un micro-dépité représente vingt fois moins d’électeurs qu’un autre dépité qui ne fait pas partie de cette mafia ! … Devraient-ils avoir le même droit de vote à l’assemblée ? … C’est toute la question …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *